• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Au cœur de la vallée de l’Homme - 1 -

Au cœur de la vallée de l’Homme - 1 -

Ailleurs, coule aussi une rivière ...

Rencontre du troisième type !

À la recherche d'un ami parti loin de la Loire, je suis passé à Montignac sans savoir rien d'autre qu'un prénom et son activité. Thierry, puisque que c'est de lui qu'il s'agit, avait troqué sa brasserie devant la gare d'Orléans pour un bar restaurant au bord de la Vézère. La chance m'a permis de le retrouver aux commandes de son comptoir, toujours accueillant et souriant. Nous devisâmes tranquillement jusqu'à ce qu'il me présente un drôle de personnage susceptible de me fournir un portrait.

Thierry savait de quoi il en retournait, lui qui en son temps eut droit à un billet. Il connaissait encore mon goût pour les aventures humaines. Bernard ne se fit pas prier et durant près de deux heures ne cessa de me raconter son histoire. Nous sommes à deux pas de la grotte de Lascaux, la saga ne pouvait prendre qu'une tournure picaresque …

C'est quand il avait 4 ans qu'un vieil oncle, architecte des bâtiments de France lui incuba le virus de l'Histoire. Tout commença ce jour-là par la visite du château de Beynac (près de Sarlat). Bien vite, l'enfant se nourrit de lectures. Il veut tout savoir de la période féodale. Il faut dire qu'il vit au cœur d'un pays chargé d'histoire. Dés la préhistoire (et nous y reviendrons), la vallée de la Vézère fut colonisée par les humains qui ne quittèrent plus jamais les rives de la rivière sauvage.

Bernard grandit, devint mécanicien par le hasard de la destinée et la loterie des études. Les mains dans le cambouis le jour, dans les livres la nuit, il n'a qu'un désir : aller faire des fouilles dès qu'il en a l'occasion. Puisque dans son pays, c'est la Préhistoire qui préoccupe les archéologues, c'est à Peyrapertuse qu'il posera sa pelle et ses pinceaux.

Durant 8 ans, ce médiéviste autodidacte va passer 3 semaines chaque été et des séjours à la Toussaint, Noël et Pâques à la recherche d'indices de vie d'avant les Cathares. Il vit alors dans une caravane et assouvit sa soif de connaissance. Il ne peut bientôt plus se satisfaire de ces épisodes heureux, le garage l'ennui, il va franchir le pas …

Il va devenir guide de la grotte de Lascaux. S'il a eu l'incroyable privilège de visiter par trois fois le sein des saints, la grotte originelle, c'est dans la reproduction : Lascaux II qu'il guidera des touristes par paquets de 40 pour quarante minutes (et pas une de plus) de visite menée au pas de charge.

Naturellement, ce genre de procédé ne peut satisfaire notre bonhomme. Il va se pencher sur les archives du château de Montignac. Il écrira une monographie qui attend qu'un frère, qui lui ne fuit pas le monde numérique, prenne le temps de la saisir pour la postérité. Il devra se rendre toutes les semaines aux archives de Périgueux pour effectuer ses recherches, utiliser les services d'un professeur de lettres pour traduire les textes en latin.

De cette aventure, il garde un brin d'amertume au cœur. Un lettré de Périgueux aura la préférence des archivistes. L'homme accèdera directement aux documents quand Bernard devra, à chaque fois, remplir le formulaire idoine et attendre qu'on veuille bien les lui fournir. Le privilégié a sorti un livre, Bernard lui trouve beaucoup de défauts et attend son heure pour le faire savoir.

Il me raconte alors son château. La duplicité du Duc d'Archambault qui n'eut de cesse de louvoyer entre Anglois et Francs jusqu'à ce qu'un siège, en juillet et août 1398 ne le mette à la raison. L'homme quitta la forteresse en armure, en compagnie de sa famille, abandonnant lâchement ses hommes et la demeure à la vengeance du roi de France. !

C'est du moins ce que je compris de l'affaire. Nous étions au comptoir, il n'est pas si facile de survoler l'histoire dans ces conditions d'autant que Bernard n'arrêtait pas une minute. Il me parlait déjà d'autre chose, des baronnies qui constituaient le comté du Périgord. Dans son flot de paroles, il en cita trois : Beynac – Bisron- Bourdeilles sans jamais pouvoir se souvenir de la quatrième. Maudite mémoire qui vous trahit toujours au plus mauvais moment !

Nous continuâmes ainsi à deviser ou plus exactement, je n'avais de cesse d'écouter cet homme. Tourmenté, agité, sans cesse en mouvement, il vivait chacun de ses propos. La passion demeurait intacte. Je devinais pourtant les coups qu'il avait pris, le manque de reconnaissance qu'immanquablement lui renvoyaient les savants bardés de diplômes universitaires. Laissons-le pour aujourd'hui, avant de le retrouver demain pour de nouvelles révélations.

Médiévalement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Prudence Gayant Prudence Gayant 8 août 2013 14:53

    Bonjour Nabum,

    J’aime cet article car il parle vrai des passions des Hommes.
    Pour avoir droit de lire des livres dans les archives il faut avant tout être bardé des diplômes qui prouvent que vous êtes un instruit et non pas un autodidacte qui s’ennuie chez lui le dimanche.
    Des « Bernard » ils s’en conjuguent tant et tant en France et ailleurs. C’est bien dommageable pour la vérité qui ne démord pas de ses mensonges historiques. 
     

    • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2013 16:44

      Prudence


      Merci ! Je suis flatté

      Il y a d’autres Bernard et votre serviteur en est un, sans aucun diplôme reconnu et assez fier de la chose... Je me suis reconnu en Bernard

    • Prudence Gayant Prudence Gayant 8 août 2013 22:46

      Et j’en suis une autre également. Un tantinet frustrée de ne pouvoir avoir le droit de fouiller dansles cartons des archives nationales pour assouvir ma passion de l’histoire de France.


    • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 2013 07:29

      Prudence


      Depuis le temps qu’ils nous méprisent, quand allons nous cesser de mettre au pouvoir des gens bardés de diplôme et si peu compétents ?

    • Prudence Gayant Prudence Gayant 9 août 2013 15:41

      Nabum,

      Quelle solution auriez-vous pour remplacer le suffrage universel ? 

    • paco 8 août 2013 17:42

       Nabum... y etes vous encore ?
       Dans ce cas allez donc faire de l’archéologie vestimentaire au magasin de la Josy, sur la grand rue du 4 septembre....une incontournable....
       Quand à Thierry, j’espère que c’est pas lui, qui au bout du quai Menilhou m’a fait payer deux demis huit euros, nous prenant pour des américains....
       à suivre... et au plaisir de vous relire.....


      • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2013 22:45

        Paco


        Je suis plus lon maintenant

        Quant à Thierry, ce n’est pas son genre et il est en face de la réservation des billets pour la grotte. Le Comptoir pour vous servir, venez de ma part ! 

      • paco 9 août 2013 03:17

         Ah je vois bien... Je lui ai déjà bu des cafés après avoir pris le pain en façe, à l’angle....
         Le monde est petit !!! Sourire...
         La Vézère est belle... Calme, à quelques coups de rames, allez donc pecher vers le chateau de Losse, la vue est à se damner.
         J’ai encore du mal à croire que cette petite Vézère ait pu dans les années 60 innonder Montignac presque jusqu’à l’église, et écoute les anciens raconter....

         La grotte, une dame trés proche que j’adore a vu la vraie des dizaines de fois...connaissait ses découvreurs...sans jamais trop réaliser la chance qu’elle a eu de fouler une telle merveille...Je me suis contenté du fac-similé et les guides devraient etre munis de brancards parce que c’est quand meme à tomber sur le cul.
         J’ai du croiser Bernard....


        • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 2013 07:32

          Paco


          Quelle chance a eu cette dame ...

          Je n’ai pu visiter le fac similé car une visite de Lascaux se programme Il y a la queue et des mesures qui font que les groupes avcancent dans l’ordre.

          Vous devez comprendre que je déteste l’organisation.
          J’ai préféré passer du temps avec Bernard

        • paco 9 août 2013 12:48

           Z’avez bien raison...
           Dans cette réplique de la grotte, faut y aller hors saison, le matin à la fraiche, avec un guide mal reveillé qui ne parle pas trop...
           Les fresques disent tout, pas besoin de commentaires...
           Je reste convaincu que mille et une merveilles pas encore découvertes dorment dans cette magnifique vallée des hommes...
           Mes prochaines vacances ?... Altamira...
           Allé, bon voyage, @ Nabum, et surtout n’oubliez pas de tout nous raconter...


          • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 2013 14:06

            Paco


            La suite est dans la boîte elle attend le feu vert des rédacteurs ! 
            Belle région qui doit cacher, vous avez raison, bien d’autres merveilles ...

          • Nestor Nestor 9 août 2013 14:32

            Salut C’est Nabum et tous ...

            "Il me parlait déjà d’autre chose, des baronnies qui constituaient le comté du Périgord. Dans son flot de paroles, il en cita trois : Beynac – Bisron- Bourdeilles sans jamais pouvoir se souvenir de la quatrième. Maudite mémoire qui vous trahit toujours au plus mauvais moment !"

            Celui qui manquait à Bernard est Mareuil ...


            • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 2013 19:05

              Nestor


              Je n’ai pas voulu palier sa mémoire défaillante par une recherche. Ce moment me semblait significatif de l’envie de raconter de cet homme et de son trouble parfois.

              Je vous remercie de combler ce petit trou de mémoire ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires