• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Avale-Loire : étape 11

Avale-Loire : étape 11

Angers – La Possonnière

Je suis sur la route

P1030253.JPG

Les joies du nomadisme fluvial ! Depuis trois jours, je n'ai pas goûté aux joies de la douche. Une éternité au regard des conditions de vie qui sont miennes. Je me lave au gant quand je trouve un lavabo et à Angers, c'est monsieur Decaux en personne qui se fit fort de pouvoir me rendre odeur supportable. Ce sont à ces petites choses que l'on touche du doigt (et du nez parfois) la dure condition du SDF.

P1030254.JPG

L'électricité est mon autre souci. J'ai toujours un œil sur la batterie de mon ordinateur. Pour le recharger, je n'ai jamais autant bu de jus d'orange ! Au petit matin, c'est l'appareil photographique qui refuse de témoigner de la douceur angevine. Dommage, le quai de la savate avait fière allure aux lumières matutinales.

loire; anjou,nomadisme

Je retrouve mon hôte. Son fûtreau est reparti par le fond. Un travail plus conséquent s'impose. Ce sont là les joies secrètes de la marine en bois. Cette partie immergée de l'iceberg que personne ne voit et qui est pourtant la principale difficulté de cette étrange passion. Les bateaux qu'il faut déplacer aux variations de la rivière, les quais flottants à amarrer, les incidents divers avec les épaves qui dérivent, les outrages du temps et les pluies qui vous font écoper. Ils ont bien du mérite nos mariniers à quai !

P1030257.JPG

 

Je m'exonère de toutes ces vicissitudes. Je suis celui qui passe d'un bateau à l'autre et qui joue les beaux parleurs et les faiseurs d'histoires. J'ai bien compris qu'avoir un rafiot était au-dessus de mes forces. Je me contente de profiter de chacun d'entre eux pour y dire mes fariboles. Ce matin là, c'était sur la « Libellule » que je devins le guide d'occasion. L'équipage : Tony le Capitaine aux pieds nus et Audrey, la fille du patron eurent la délicatesse de ne pas m'empêcher d'assouvir mon vice !

 

P1030258.JPG

 

C'est fort de cette heure à dire n'importe quoi ou presque que je retrouvai mon frêle esquif bleu. Mes bidons étaient en ordre de bataille. Nos amis du camping-car avaient scrupuleusement conservé mes effets. Je pouvais repartir pour un bref parcours de Bouchemaine à la Possonnière. La Loire retrouvait ses habits que je lui connais. Seules les îles se font bien plus grandes. Une fois encore, elle change de visage. Elle a encore modifié son parfum. Après la brusque effluve végétale de la Maine, elle redevient minérale et porteuse des accents de décomposition.

P1030261.JPG

En moins de temps qu'il en faut pour composer un billet, j'arrivai à la Possonnière par un ciel gris comme je n'en avais jamais connu. La chose n'était pas pour me fâcher. Je profitais ainsi d'un peu de fraîcheur. Ce ne fut qu'un bref répit car les rayons ardents firent à nouveau leur apparition, faisant de ma sieste une épreuve au cœur d'un sauna : ma tente !

P1030262.JPG

J'avais souhaité la planter pour la faire sécher et ranger mes bidons, laver mon petit linge et me reposer un peu avant l'arrivée de mon hôte. Alex, le plus jeune en activité d'une dynastie marinière. De lui et des siens, je ne vous dirai rien aujourd'hui. Je vais faire halte une journée entière pour mieux connaître ce garçon d'exception, marinier de la modernité qui vit de la rivière.

P1030265.JPG

Je pris un repas à la guinguette de la Possonnière, un vrai espace convivial qui mérite un grand coup de chapeau. Le maire de la commune, mon ami Célestin, peut être fier de cette belle réalisation qui conjugue qualité et esprit, convivialité et service. Nous sommes bien loin de quelques tentatives malheureuses qui ne sont que prétextes et produits d'appel. Il y a des leçons à tirer parfois d'expériences simples et sans ostentation. Celle-ci est de ceux-là ! Enfin, je me comprends sans mettre quiconque en boîte ...

P1030266.JPG

Je découvris Alexis au sortir d'une nécessaire sieste. Il m'ouvrit la toue cabanée qui me servira de refuge ce soir. Demain soir, ce sera un bivouac et une visite aux gens de Chalonnes et leur beau chantier. Ils construisent, projet fou, un bateau de 25 mètres de long tout en bois si le financement de ce projet ambitieux parvient à suivre les exigences toujours plus délirantes des spécialistes de l'agrément administratif.

P1030270.JPG

Nous vidâmes une bouteille d'un petit vin naturel. La modération n'est de mise en pays ligérien. Il faut accepter la règle et ne pas jouer les vierges effarouchées. Quand le plaisir de partager est tel, il ne faut pas se pincer du nez. C'est ainsi qu'on vit bien dans la vallée du vin et tant pis si les médecins en sont chagrins. Nos vignerons font un si beau travail qu'il serait leur faire injure que de boire autre chose que leur merveilleux ouvrage.

P1030275.JPG

La guinguette se pare de ses habits de fête. Ce soir, un concert de Willy et toutes les tables réservées. Il sera bien délicat au vagabond de se faire une place. Tant pis, je gouterai au partage de mes amis de rencontre. Pas de barrière en ce beau pays d'Anjou. Il y a place pour chacun pour peu qu'il aime la Loire, ce trait d'union et de plaisir qui unit tous les gens qui vivent le long de son cours magnifique.

P1030277.JPG

Pendant que j'écris ces quelques lignes, Alain, le père d'Alex vient à ma rencontre avec un verre de crémant. Bernard, le grand père sort de sa petite toue, faite sur mesure par Bibi de Nevers. La distance ne compte pas. Nous sommes tous du même pays. Nous évoquons la rivière. Alain se félicite de voir des enfants se baigner en Loire, en un endroit où il n'y a aucun danger. La Loire s'apprend, elle ne s'interdit pas. Nos pisse-vinaigres qui rédigent des arrêtés ne se soucient que de tirer le parapluie, jamais de faire œuvre de pédagogie.

P1030283.JPG

Escapadement vôtre.

 

P1030286.JPG

JPEG - 178.5 ko

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Vipère Vipère 20 juillet 2013 16:39

    Bonjour Nabum

    Ce vert profond et cette nature me paraissent apaisants pour l’esprit et les sens !

    Le voyageur éreinté de fatigue doit trouver en cet endroit, le meilleur repos qui soit.

    La tente doit être une véritable fournaise par ces chaleurs, d’autant que la météo annonce une canicule durant plusieurs jours d’affilée, et la cabane doit être un endroit moins confiné, si l’abri possède des fenêtres !

    Rencontrez-vous souvent des vaches à l’eau ? « les vôtres » avaient l’air d’avoir le pied marin smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 2013 16:42

      Vipère


      Je suis actuellement abruti de soleil et doute de pouvoir profiter pour l’heure du vert ou de la cabane qui est bien chaude elle aussi

      J’ai vu jusqu’alors 3 vaches dans l’eau dont une qui avait bien du mal à en sortir

      Bon vent à vous

    • povmillet 20 juillet 2013 18:05

      « Je suis actuellement abruti de soleil »
      .
      Pourquoi accuser le soleil  ?
      Quel but doit-on poursuivre , pour aller se placer juste sous ces rayons quand même les animaux sont assez futés pour rechercher la fraicheur ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 2013 18:08

      Vipère


      C’est que j’ai fait l’âne sur un bateau au milieu de l’eau, là où il n’y a pas d’ombre ...


    • Vipère Vipère 20 juillet 2013 16:42

      Cela change agréablement, des vaches qui regardent les bateaux passer et non les trains !


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 2013 16:47

        Vipère


        Il faut dire qu’autrefois, les bateaux de Loire allaient en train (plusieurs bateaux à la queue leuleu) C’est ainsi que les vaches n’ont fait que continuer l’habitude ancienne ...

      • Vipère Vipère 20 juillet 2013 16:58

        Nabum

        Ha, ha, ha, on en sort pas des trains ! smiley


      • Vipère Vipère 20 juillet 2013 16:55

        Nabum

        Faire trempette, serait loin de me déplaire, bien que je nage comme un fer à repasser.

        Désolée, de suivre l’aventure confortablement installée derrière un clavier, sans être la proie des moustiques, des taons et autres bestioles urticantes, du soleil cuisant et de l’effort physique que nécessite le maniement des rames.

        Vous devez avoir des cales aux mains, si ce n’est des ampoules à force de ramer !

        Bon vent à vous aussi


        • Vipère Vipère 20 juillet 2013 17:07

          On a tort de croire qu’en dehors du plancher des vaches, il n’y a point de salut pour les vaches !

          Des générations de vaches ligériennes se seraient transmis « le virus de la baignade », sans phobie de l’eau.

          Le bonheur n’est pas forcément dans le pré, par cette canicule et ces bêtes, pas si bêtes au fond, profitent des éléments rafraîchissants à leur portée !

          Une remarquable adaptation smiley


          • Vipère Vipère 20 juillet 2013 17:15

            Une petite impertinence pour la route, pas à votre endroit, mais qui concerne les bateaux à moteur, à quai sur l’un des clichés  :

            Savez-vous comment les marseillais, appellent ce genre de bateaux ?

            Des promène-couillons ! (le parler vrai du Sud) smiley


            • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 2013 18:02

              Vipère


              Les couillons aiment se laisser traîner et n’apprécient pas forcément d’apprendre des choses. Il est parfois préférable de distraire les vaches ...

              Celles-ci se disent entre elles que la vapeur n’attend pas le nombre des apnées !
              J’ignore le sens exact de ce proverbe vachard ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires