• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Déménager

Vie quotidienne ...

Petit traité d'un pratique sans ménagement.

Le déménagement est une rude épreuve, il est parfois, hélas, la dernière d'une longue existence. C'est alors un moment d'une rare douleur dont j'ai déjà évoqué les ressorts dans un billet qui avait alors ému beaucoup de lecteurs. Il est souvent un nouveau départ, un rebond ou bien une régression. Jamais il n'est semblable au précédent, il se pare de bien des facettes qui en font un moment d'une rare intensité.

Nous n'évoquerons pas le déménagement clef en main, celui où il n'y a rien à faire si ce n'est signer un chèque imposant au bout du parcours. Celui-ci est réservé à quelques privilégiés, des gens qui savent dépenser sans compter et qui ne se soucient guère d'analyser les tenants et les aboutissants de ce grand déplacement. Ils peuvent même profiter de l'aubaine pour confier à un décorateur le soin de tout repenser de A à Z dans leur nouvelle demeure. Ils ne savent rien des tourments que je vais évoquer plus loin.

Car, déménager n'est pas une mince épreuve. Il y a bien des interrogations derrière ce verbe porteur d'espoir ou de difficultés secrètes. Qui va nous aider ? Comment allons nous transporter notre barda ? Quand faut-il programmer la périlleuse opération ? Qui prévenir et quelles précautions administratives prendre ? Allons-nous pouvoir rentrer dans le nouvel espace le soir-même ? …

Nous nous contenterons de quelques points essentiels qui sont les clefs d'une transhumance réussie ou d'une galère certaine. Il y en a bien d'autres et je vous laisse, à votre tour, compléter ce dossier qui semble être de saison.

Le choix des cartons n'est pas anecdotique. Gare à ceux qui vous proposent des emballages de récupération, des restants de leur aventure personnelle. Le carton ne doit pas vous lâcher au plus mauvais moment. Il a besoin d'un fond solide pour supporter bien des contenus. Mais le plus essentiel dans ce dossier est la forme de ce précieux contenant. S'ils sont de formes et de tailles variables, vous le déplorerez amèrement au moment du chargement. L'uniformité vous fera gagner place et temps et assurera un voyage des plus tranquilles.

Le remplissage du carton est encore un autre sujet épineux. Vous ne devez pas confier cette responsabilité à un tiers qui agira suivant ses humeurs et ses fantaisies. Il doit y avoir une cohérence dans cette action que seuls les futurs occupants du nouveau local peuvent avoir. Le carton doit posséder une destination précise. Il est pensé en fonction du lieu d'arrivée et non par rapport au point quitté. C'est une formidable exercice d'anticipation.

Le choix du véhicule est un terrible cas de conscience ou une redoutable épreuve financière. Avez-vous dans votre entourage une relation susceptible de disposer du moyen idoine ? C'est alors qu'il faut s'interroger sur le degré de proximité de cette éventuelle personne ressource et sur les contre-parties inévitables qui s'en suivront. La formule commerciale pose d'autres soucis. Au-delà de son coût parfois prohibitif, vous percevez le danger de l'accroc, du petit accrochage qui alourdira encore la facture. C'est souvent le cas, tant la manœuvre est complexe dans de telles circonstances.

L'équipe des déménageurs amicaux n'est pas à sujet à négliger. Trop de personnel et votre aventure risque de tourner à la bacchanale infernale, à la fiesta déraisonnable. Ce que vous avez gagné en économie de maintenance, vous allez le perdre en frais de bouche et de boisson. La modération s'impose et il vaut mieux une petite équipe efficace et motivée qu'une grande armée en vadrouille. D'autres malheureusement n'ont pas à choisir, ils se retrouvent seuls parce qu'ils vont s'exiler loin de leurs bases ou bien qu'ils ont choisi une période où plus personne n'est là. Ils devront serrer les dents et faire preuve de courage …

L'état de la zone d'atterrissage n'est pas toujours une donnée maîtrisable. Il arrive parfois que vous arriviez dans un nouveau logement où rien de ce qui était prévu ou promis n'a été tenu. C'est alors le début du cauchemar. Il faut vider vos cartons et vos meubles sans vous lancer immédiatement dans l'aménagement. Bien au contraire, durant de longues journées, vous allez vivre dans un capharnaüm monstrueux, déplacer des cartons d'une pièce à l'autre et vivre sous le signe du camping. C'est l'épreuve que l'on ne souhaite à personne, celle qui vous fera regretter d'avoir quitter votre nid précédent. Parfois, on ne s'en remet pas et l'on ne va pas au bout de ce mauvais coup du sort.

De la distribution des cartons et des meubles à l'arrivée dépend la réussite ou non de votre journée. Un déménagement parfaitement orchestré vous verra dans vos chaussons quand tous les amis auront rempli leur mission. Alors que dans le cas contraire, ils vous laisseront un désordre sans nom qui vous laissera au bord de la crise de nerf et peut-être dans un tel état d'énervement que quelques déménageurs ne feront plus partie de vos relations !

Car, c'est bien là le plus redoutable écueil. Vous mettez en danger des liens anciens et amicaux. Il y a pourtant bien des zones à risques dans cette pratique qui portent en elles les germes de la discorde. Ne confiez pas le véhicule de location à un ami incertain, ne demandez pas à cet autre de porter au deuxième étage ce bibelot si précieux à vos yeux mais hélas si fragile, ne laissez pas à ces deux-là votre belle armoire vitrée. Bien des dégâts seront irréparables et c'est souvent un point de non retour qui est franchi en une fraction de seconde …

Alors, si vous avez à déménager après la lecture de ce billet, pesez bien toutes les conséquences de cette lourde responsabilité. Il est nécessaire d'y mettre des ménagements et des garde-fous pour ne pas qu'elle devienne un souvenir catastrophique, un moment noir de votre existence. Mais tout peut parfaitement se passer et de toute manière, vous n'avez pas le choix : « Il faut que ça se fasse ! ». Alors courage et retroussez-vous les manches.

Logistiquement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Vipère Vipère 7 août 2013 13:10

    Bonjour Nabum

    Ainsi, vous êtes dans les cartons ! j’espère que Madame Nabum, ne garde pas les mains dans les poches dans une épreuve aussi terrible !

    Déménager, tout comme partir, c’est un peu mourir. On laisse forcément un peu de soi entre les murs, témoins silencieux, de nos joies et nos peines.

    Pour ma part, les déménagements n’ont pas tous été douloureux. Il y a des endroits, que j’ai quitté avec soulagement.  smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 7 août 2013 13:41

      Vipère


      Si vous voulez tout savoir, ce n’est pas moi mais ma fille qui a déménagé.

      Merci !

      Madame Nabum a beaucoup œuvré ... et moi, j’ai écrit ! 

    • ZEN ZEN 7 août 2013 13:48

      Un déménagement provoquerait certainement chez moi un déménagement mental, une névrose, après 40 ans dans le même lieu, même non choisi à l’origine.
      A l’idée de tout ce qu’il y aurait à enlever, des outils de jardin i tutti quanti aux tonnes de livres accumulés...j’en frémis smiley
      Et pourtant , il faudra bien partir un jour les pieds devant...mais sans souci des cartons. Juste une boîte. Le grand déménagement !
      Je pense à ceux qui, en Espagne ou en Grèce, partent malgré eux, plus vite que prévu, avec huissier et police dans le dos...


    • C'est Nabum C’est Nabum 7 août 2013 13:59

      ZEN


      La boîte que vous évoquez a une forme fort mal commode pour les emplilages !

      Quant à la police, en Europe, elle est toujours du côté du marteau ...

    • Laurent C. 7 août 2013 16:55

      Nabum


      Vous avez oublié un facteur redoutable qui peut gâcher une organisation parfaite de votre déménagement : La METEO

      Enlever une gazinière par 35° avec les mains glissantes de sueur, un régal ....
      La pile de carton sous un déluge et qui s’éventrent sous la seule pesanteur... 
      Une petite bourrasque et miroir, tableaux qui prennent une envie de décoller...

       smiley


      • C'est Nabum C’est Nabum 7 août 2013 18:21

        Laurent


        Nous dirons que la météo est un impondérable pour lequel nous n’avons aucune prise (c’est pour ça que la gazinière glisse).

        Quant au facteur, il sonne toujours deux fois ...

      • auguste auguste 7 août 2013 17:02

        @ C’est Nabum

        J’ai apprécié votre remarque :
        «  Quant à la police, en Europe, elle est toujours du côté du marteau ... »

        Quelquefois, on se demande s’il s’agit de marteaux ou d’enclumes !

        Saviez-vous qu’il est interdit de photographier des camions ?

        Pour respecter la charte (Citez les sources de toutes vos citations), je vous donne le lien :
        http://www.ladepeche.fr/article/2013/08/07/1685051-carcassonne-des-matieres-nucleaires-fissiles-sur-l-autoroute-a-61.html

        Mais ce que les enclumes ne savent pas, c’est que des données enregistrées dans une carte mémoire ne s’effacent que virtuellement et qu’il est possible de les récupérer, avec les outils adéquats.

        Dans un autre registre, croyez que j’ai beaucoup apprécié votre invitation à venir m’établir auprès de Dame Liger, en votre compagnie.

        Comme je l’ai écrit, ce n’est qu’une utopie car ma carcasse délabrée ne survivrait pas au voyage.
        Il faut s’accepter tels que nous sommes, ce qui ne nous empêche pas de rêver et d’avoir des ambitions

        Demain, il fera jour, si tout va bien.

        @+, mon ami, comme disent les « djeuns ».

         


        • C'est Nabum C’est Nabum 7 août 2013 18:23

          Auguste


          Le giirophare n’est, fort heureusement pas un signe extérieur d’intelligence. Bien au contraire ...

          Alors laissons les s’agiter et soyons plus malins qu’eux. Les truands le sont bien, nous devrions pouvoir faire mieux que cette engeance là.

        • TSS 7 août 2013 18:42

           Nous avons déménagé pour raisons professionnelles ,j’avais 17 ans et j’ai perdu tous mes

          repères surtout les copains avec qui j’avais été élevé , l’épine fait toujours mal

          quand j’y pense. Perdre les repères de son adolescence est quelque chose de terrible... !!


          • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2013 06:56

            TSS


            Je sais et le jour où j’ai quité ma maison natale, abandonné mon village et mes amis d’enfance, je fus pris d’un saignement de nez qui ne voulait pas s’arrêter.

            Manière de me dire qu’on me faisait une saignée, que l’on me vidait de tout ce qui m’avait constitué. Il me faudra bien un jour le raconter.

            Merci à vous l’ami

          • Hecetuye howahkan Buddha 8 août 2013 11:47

            Juste pour dire, entre l’age de 27 ans et aujourd’hui 58, j’ai déménagé 58 fois....dont pas mal de déménagement hors de France ou je suis aujourd’hui en Irlande..la semaine prochaine sera le 59ème...seulement 40 km cette fois...tout en ayant eu le temps d’acheter ,de refaire et de revendre 3 maisons, le tout en étant travailleur saisonnier avec 3 enfants....une veine de cocu !!!

            bizarrement je dois le dire, les chose se font..mais je comprends de ne jamais bouger aussi bien sur...il n’y a pas une façon de vivre mais plein de facons..si on est bien ou on est né..alors on y reste et tout va bien ...

            des fois c’est la débâcle de bouger du genre : mais qu’est ce que je fou ici.... ?

            Ça m’a appris à comprendre comment être dans l’impermanence des choses ,en tous les cas j’ai plein de chez moi ,entre Bretagne et Pyrénées encore récemment ,mais aussi ici en Irlande....

            et encore certains font la même chose mais autours de la planète....et il faut le savoir sans nécessairement des moyens financiers....lorsque la décision est vue et prise, les chose se font naturellement...

            finalement rester ou bouger importe assez peu, le tout est de savoir le matin en se levant si l’état de mon esprit est plutôt serein ,en paix avec moi donc avec la vie ( ce qui n’exclut pas des problèmes de tous ordres à régler)ou pas.

            Régler toutes sortes de problèmes pratiques et surtout mentaux, est le plus important je trouve.
            Alors le cerveau trouve son repos , et avec un peu de chance sera alors touché par cette bénédiction étrange qui aurait du être notre lot à tous...

            salutations..


            • C'est Nabum C’est Nabum 8 août 2013 16:42

              Buddha 


              Merci pour ce témoignage qui relativise nos petits soucis de déménagement ...
              Vous êtes un habitué de la chose et vivez celà avec philosophie.
              Bravo

            • mickael 3 mars 2014 14:15

              Un déménagement est parfois difficile à entreprendre. 

              Puisque cela signifie qu’il y aura un nouveau départ, une nouvelle vie avec pleins d’interrogations. Est ce bon moment pour partir ? Ai je fais le bon choix.

              J’ai fais mon 1 er déménagement à 19 ans pour faire mes études sur Paris. Lorsqu’on est pas préparé c’est super difficile. En terme d’organisation, j’ai été un peu à la ramasse. 

              J’avais fais le tri pour prendre le nécessaire , il y avait des vêtements que je n’utilisais plus et qui était trop petit que j’ai du donner aux secours pop. J’ai fais appel à une plateforme de déménagement pas cher pour faire des économies mais tout ça m’a pris énormément de temps.

              • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2014 14:18

                mickael


                Un visiteur bien tardif pour ce billet

                Je pensais qu’Agoravox vivait sa mémoire.

                Je vous remercie de me démontrer le contraire. Oui, effectivement, ce n’est jamais simple de déménager que ce soit au sens propre comme au fuguré ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires