• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > La frontière des hommes

La frontière des hommes

Le pays de part

 

Le grand fil barbelé

Il est des pays si beaux que nulle entrave ne devrait barrer le bonheur des yeux ni la liberté des pas qui vous y conduisent. Entre le ciel et l'immensité, il existe un lieu magique, ignoré des cartographes et des circuits touristiques ; ne l'ébruitez pas. Les gens d'ici ont délaissé les subsides faciles du migrant estival pour accorder à leurs troupeaux, le bonheur paisible de la pâture tranquille.

Une seule ombre à ce tableau d'Eden :une balafre gigantesque, un mur de chagrin qui sectionne les estives, épouse les reliefs, s'interpose par sa sinuosité menaçante. Des pieux de bois tous les 50 cm, six rangées de fils barbelés, une barrière solide et en parfait état, rappellent à tous que l'homme restera à jamais un être de partition qui s'épanouit dans la division et l'érection d'entraves.

Le passant de circonstance en ce lieu qui n'existe pas, imagine qu'il a sous les yeux, cette frontière qui se pense capable de distinguer la vache espagnole de sa coreligionnaire française . Que nenni ! Les états ont aboli les barrières et les postes de douane sont, au cœur des Pyrénéens, un souvenir nostalgique qui s'est envolé avec les képis des douaniers, au grand dam des contrebandiers locaux.

Un petit homme portant béret, remonte la route. Il veille d'un œil goguenard sur ses bêtes qu'il a confiées à la sagesse de la montagne. Elles ont le pied sûr et il s'y connaît, le diable ! Il a tant de fois gravi ces pentes escarpées pour conduire nuitamment des bêtes à cornes, d'un pays libre vers son voisin qui, en une époque lointaine désormais, l'était beaucoup moins !

Il se rappelle tendrement, la fiabilité du pas des bêtes qu'il maraudait ainsi. La Salers, quoique fille du Cantal, avait le sabot pyrénéen et la marche facile de celles qui suivent docilement leur vacher. L'Aubrac avait beau faire les yeux doux à tous ceux qui croisaient son chemin, elle avait le pas sûr des pèlerins de Compostelle. Seule la Charolaise chagrinait notre passeur de cornes. Si la robe est superbe, la démarche est hésitante et la nuit, face au grand vent du Sud, la belle vous rendait fragile au carabinier zélé.

JPEG

Mais revenons à nos moutons : nos Potokas et autres vaches montagnardes, même si ces braves bêtes ne sont en rien responsables de cette ligne hérissée et « hérissante » … Une petite leçon d'histoire s'impose pour comprendre cette balafre. Un traité de 1775, signé par un roi de France qui n'avait pas encore perdu la tête, donnait à son homologue espagnol, 8000 pièces d'or pour que le cheptel de ses sujets puisse gravir les pentes du royaume ami. Une nouvelle ligne de démarcation couperait la montagne en deux alors que la frontière suivrait les courbes de niveau. L'herbe ne se soucie pas des nationalités et elle pousse où le vent la sème …

Mais pour notre berger basque, l'affaire n'est pas close ! Un roi de France ou un grand d'Espagne ne sont que menu fretin exotique. On ne découpe pas son pays, ni d'une frontière, ni d'un pointillé métallique. L'affaire se corse ( si je puis me permettre) d'un troisième larron qui arrive comme un cheveu dans une soupe basque. La Navarre semble usurpatrice d'une terre ; la sagesse populaire a baptisé chaque parcelle de ces montagnes, d'une langue tout autre. Le bon roi Henry aurait mieux fait de s'occuper des bergères que de tenter de gagner Margot...

Notre berger poursuit son récit, il me narre la sombre période franquiste et la joyeuse contrebande. Il cherche parfois ses mots : le français n'est pas sa langue maternelle . Il a l'œil qui pétille de trouver un auditoire à sa verve conteuse, au milieu de nulle part, dans son pays de Quint. L'occasion rêvée de jouer cartes sur table sans perdre le Nord. Le berger s'en retourne en son pays mythologique, des histoires, sans doute, plein la tête ...

Ne cherchez pas la route qui m'a mené là : elle ne figure pas sur les cartes officielles. Je dus cette rencontre aux recommandations d'un couple de charmants Basques de la ferme BIDEGUENIA qui m'enseignèrent ce lieu à l'écart de tout. Même le tour de France n'y passe jamais, c'est vous dire !

Contrebandièrement vôtre.


 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 15 juin 2015 10:20

    +++++

    Encore peut on voir de l’autre côté.. ?
    Mais regardez les plus couillons dans le genre...qui s’enferment derrière des murs comme une prison..après avoir volé les terres Palestiniennes...Là aucune possibilité de voir ce qui se passe derrière ce mur.. ?
    Palestiniennement votre... !

    • C'est Nabum C’est Nabum 15 juin 2015 12:35

      @Le p’tit Charles

      Faisons le mur et acceptons parfois de nous laisser porter loin des odieuses querelles de ce monde !


    • Jonas 16 juin 2015 11:57

      @Le p’tit Charles ( pseudo d’un arabo-musulman honteux)


      Voilà la preuve que je dénonce sur ce site, la cécité d’esprit qui frappe les arabo-musulmans. Je vais rappeler à l’arabo-musulman honteux les nombreux murs édifiés par les arabo-musulmans pour empêcher d’autres arabo-musulmans pourtant frères en religion. de les franchir . 

      Murs entre pays arabes. 


      1) Mur entre le Koweït et l’Irak
      2) Mur entre l’Arabie saoudite et Irak
      3) Mur entre les Emirats du Golfe et Oman 
      4) Mur entre le Maroc et le Sahara occidental 

      Murs entre pays Musulmans non arabes.

      1) Mur entre le Pakistan et l’Afghanistan 
      2) Turkmenistan et Ouzbékistan 
      3) Ouzbékistan et Kirghizistan 
      4) Kazakhstan et Ouzbékistan 
      5) Ouzbékistan et Afghanistan

      Mur entre un pays musulman et un pays arabo-musulman 

      Mur en construction entre la Turquie et la Syrie. 

      Autres joyeusetés Arabo-musulmanes. 

       1) L’Egypte le plus important des pays Arabes ,ferme sa frontière de Gaza et de temps en temps l’ouvre pour un laps de temps seulement 

      2) La fermeture de la a frontière entre le Maroc et l’Algérie, fait qu’ un arabo-musulman, algérien ou marocain , peut s’il est en règle franchir les frontières européennes mais pas celles entre le Maroc et l’Algérie. . 

      3) Un pays musulman la Turquie occupe depuis 1974 le nord de Chypre sans que les arabo-musulmans , hébétés et analphabètes n’ouvrent la bouche. 

      Aujourd’hui , les Arabo-musulmans fuient leur pays, certains a cause des conflits tribaux, claniques ou religieux , d’autres la misère et la pauvreté au péril de leur vie pour les pays Occidentaux. Alorq qu’il existe 57 pays arabe-musulmans. 
      Ce qui démontre que les arabo-musulmans sont plus en sécurité chez les non musulmans. 

       L’arabo-musulman comme le chien de Pavlov , ne réagit que devant le mot Palestine, mais ignore les souffrances et les massacres quotidiens que subissent ses frères en religion comme les ROHINGYAS ( musulmans asiatiques ) les 230 000 syriens tués dont 16 000 enfants

      Les Palestiniens ont plus de chance que les autres arabo-musulmans de ne pas être sous la domination de leurs frères en religion. Voir , la Libye-Algérie-Tuninie, Irak,,Syrie, Yemen , Soudan, Somalie,Bahrein etc. 


    • Paulo/chon 15 juin 2015 17:41

      @ Nabum
      Je n’ai toujours pas l’expression populaire « Parler le Français comme un Basque Espagnol » ce qui parait plus logique alors que votre texte induit l’expression animale, votre contrebandier vous en a-t-il entretenu ?
      La Navarre est humaniste et le Pays Basque......terroriste, surement suis-je encore trop primaire.
      Quelle belle retraite devez-vous passer, en Uber afin de sécuriser vos nécessaires libations mais encore merci.
      Remerciements, salutations.


      • C'est Nabum C’est Nabum 15 juin 2015 18:22

        @Paulo/chon

        Au détail près que je ne suis pas encore à la retraite et que je parle les langues étrangères comme une vache espagnole qui n’a pas le pied montagnard

        Merci


      • oncle archibald 15 juin 2015 17:43

        Ces histoires de pâturages sont extrêmement complexes et impénétrables au commun des mortels, seuls les spécialités s’y retrouvent. J’ai mis des années à comprendre la raison dune barrière identique à celle que vous décrivez sur les contreforts du Carlit dans les Pyrenées Orientales, à l’autre bout de la chaîne, preuve que les catalans sont aussi têtus que les basques et les béarnais.


        Cette barrière était assortie d’un « trinque cames » traduire casse jambes, car elle était traversée par une route menant au barrage des Bouillouses. L’ouvrage constitué de rouleaux métalliques assez espacés pour que le pied d’une vache passe à travers était destiné à permettre le passage des voitures mais pas celui des troupeaux ! Etonnant non aurait dit Monsieur Cyclopède !

        Quant au magnifique berger (ou vacher ?) qui illustre votre article il a l’oeil qui pétille de malice ! A mon avis il n’a nul besoin de canne à pêche pour attraper la truite qui fera son diner … Ses mains suffiront à la coincer sous la berge et à la sortir de l’eau puis il la fera cuire sur une ardoise chauffée dans les braises en guise de poêle … J’ai vu faire ça en Andorre par un berger du même tabac que celui de la photo qui riait de me voir m’escrimer à essayer de leurrer une truite avec mes mouches dans un petit ruisseau et qui me dit au préalable : on va voir si c’est qu’il n’y en a pas ou bien si c’est vous qui ne savez pas les prendre … C’est beau la montagne .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires