• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

La lambrusque

Ce n’est pas en vain qu’on les imite

Il était une fois une étrange liane qui grimpait aux arbres et donnait de petits grappillons. Les humains d’alors, prudents et circonspects attendaient toujours de savoir ce qu’en faisaient les animaux avant que de se lancer dans l’expérimentation. Il est vrai que l’erreur, le plus souvent ne pardonnait guère et qu’avant de tout connaître des prodiges de la nature, il avait fallu accepter quelques pertes parmi les cobayes. C’est ainsi que s’établit progressivement la civilisation jusqu’à ce qu'aujourd'hui, nombre d’entre-nous se complaisent à ne manger que des produits empoisonnés par des substances artificielles. L’humanité est véritablement fort étrange. Mais revenons, si vous le voulez bien à nos grappillons.

Les premiers à montrer la voie furent les pinsons. Ces charmants oiseaux picoraient avec délice les petits fruits gorgés de soleil. Puis, emportés sans doute par une douce et belle euphorie, ils se mettaient à chanter gaiement. Les premiers observateurs de ce curieux phénomène en conclurent qu’il y avait là sans nul doute délice euphorisant qui était de nature à réjouir leur palais. L’habitude fut donc prise de se régaler de ces petits grains délicieux.

Le temps passa avant que les gourmands sachent tirer profit de ce fruit. Il fallut qu’un cueilleur plus gourmand que les autres se mettent en tête de faire des réserves pour s’en régaler à son retour d’expédition à travers le pays. Le temps était venu des grandes migrations et l’homme se muait en chasseur pour pister quelques animaux. Il rangea sa récolte dans une jarre en terre cuite, ayant pris grand soin de la fermer précautionneusement.

A son retour, deux ou trois lunes plus tard, il y avait dans sa grotte une odeur puissante et quelque peu désagréable. Il y avait encore un cochon, animal domestiqué depuis peu, qui avait semble-t-il trouvé le moyen d’accéder à ce trésor et l’avait trouvé fort à son goût puisque l’animal dormait profondément dans sa soule. Manifestement, le verrat avait eu quelques difficultés digestives tant son haleine était chargée.

L’homme, intrigué observa alors le contenu de la jarre. Un liquide en fermentation avait remplacé les petits grains. L’odeur, certes forte, avait un je ne sais quoi d’entêtant et d’attirant. Voyant son cochon se relever et tituber, se lancer dans mille et une facéties, il pensa que ce curieux breuvage devait apporter bien des satisfactions. Il osa le boire à son tour. Naturellement le pauvre homme eut un énorme flux d'intestin mais le plaisir qu’il en avait tiré, valait bien ce désagrément si fréquent à l’époque.

L’année suivante, il chercha à améliorer sa découverte, multipliant les contenants et les expérimentations. C’est dans la plus grosse jarre qu’il avait à sa disposition que se passa la chose qui transforma radicalement le cours de l’histoire de l’humanité. Il y avait empilé les petits fruits gorgés de jus, s'apprêtait à la boucher, quand un énorme coq, prenant sans doute l’endroit pour un poulailler, vint pérorer et fouler de ses ergots, les grains qui se transformèrent en jus. Le fier animal picora tout autant qu’il bu et s’envolant, alla faire le faraud auprès de toutes ses poules.

L’homme en conclut que l’animal lui avait montré la voie. Il écrasa le contenu de toutes ses jarres et laissa le temps faire son œuvre. C’est ainsi qu’il goûta régulièrement le résultat de ses différents flacons et qu’à chaque fois, la tête lui tournait et qu’il faisait tout autant le bravache auprès des dames que le volatile ingénieux. Un grand pas était fait dans la maîtrise de ce plaisir qu’il importait de ne pas fouler au pied.

L’année suivant, il demanda à un potier interloqué, un contenant plus grand encore, profond certes, mais avec assez de largeur à son sommet pour pouvoir y monter. La commande avait de quoi intriguer l'artisan mais depuis deux années, le comportement du garçon semblait totalement incohérent à ses compagnons. Le potier se contenta de faire sans se poser de question.

Une grande récolte fut entreprise. L’homme se mit en demeure d’écraser tous les grains, en tira un jus qu’il débarrassa des rafles pour ne laisser dans la barrique qu’un sirop épais. La transformation se fit et à chaque dégustation l’homme se réjouissait à la fois du goût et au fil du temps des effets de son breuvage sur son humeur. Pour ses voisins, son attitude surprenait grandement, il avait parfois des comportements étranges. On dit rapidement de lui qu’il se comportait comme un âne. En dépit de son ivresse permanente, l’homme écouta cette remarque et pensa qu’il pourrait monter sur le dos de cet animal pour effectuer la fois prochaine une récolte plus importante. La liane avait la fâcheuse manie de grimper toujours plus haut dans les arbres et beaucoup de grains n’étaient pas à portée de main.

C’est ainsi qu’il fit l’année d’après et tandis qu’il cueillait, l’âne mangeait les jeunes pousses de la liane. L’homme n’y prêta tout d’abord pas attention. Il était tout à sa récolte qu’il traita de la même manière que la fois précédente. Il en eut les mêmes satisfactions. Il s’aperçut aussi qu’il avait de plus en plus de mal à se passer de son breuvage tandis que d’étranges modifications apparaissaient sur le bout de son nez. Il s’en moquait éperdument, il était devenu le plus joyeux des hommes et se tapait la cloche avait délectation.

C’est seulement l’année suivante qu’il comprit que son âne qui pourtant ne s’appelait pas Martin avait sans doute eu un effet bénéfique sur la grosseur des raisins. Là où le gourmand avait taillé dans le vif, la liane donnait des fruits plus gros et plus sucrés encore et avantage non négligeable, ne montait pas si haut dans l’arbre. Notre homme qui avait souvent la tête qui lui tournait dorénavant se dit que rester les pieds sur terre était sans doute préférable lors de sa récolte.

C’est ainsi que d’année en année, l’ingénieux et cocasse personnage mit au point les bases de la future viticulture. Il ne put tirer gloire de son action. Le foie le faisait horriblement souffrir et finit par l’emporter sur l’autre rive. Sentant sa fin proche, il confia son secret et ses ustensiles à quelques camarades, désireux de comprendre les raisons de son humeur si joyeuse. Il était toujours gai comme un pinson, faisait parfois le coq et en fin de soirée se comportait comme un cochon mais à sa trogne rubiconde, ils devinaient qu’il avait mis au point le plus merveilleux des nectars.

C’est ainsi que par l’observation de nos amis les bêtes, les humains apprivoisèrent la vigne et mirent au point cette boisson à nulle autre pareille : le vin. C’est bien la preuve que c’est le plus naturel des breuvages. Si vous ne faites pas l’âne, vous ne perdrez pas la tête, il suffit d’en boire avec modération. Vous serez ainsi le plus heureux des hommes.

Œnologiquement sien.

Documents joints à cet article

La lambrusque

Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Qui sait se faire douce quand elle vous oxygène sans gène : https://www.youtube.com/watch?v=cRR0IcSqgpU


    • Liane n’était pas Diane, mais presque,.... 


      • Rue roture : Je crois qu’il n’y a qu’une ville au monde, Liège, ma ville natale, qui s’enorgueillit d’avoir officiellement, depuis des siècles, une rue Roture. C’est une rue étroite, probablement médiévale, qui débouche rue Puits-en-Sock, à une cinquantaine de mètres de l’ancienne chapellerie de mon grand-père. Les maisons y sont minuscules, crépies à la chaux. Lorsque j’étais enfant et jeune homme, une sorte de ruisseau coulait au milieu de la chaussée, charriant, non de l’eau de source ou de la ville, mais de l’eau de lessive, de vaisselle, et même des cabinets. Les habitants n’avaient aucune honte, au contraire, de dire qu’ils habitaient « en Roture », car on disait « en Roture », comme on dit en France « en Avignon ». C’était un monde à part, le plus déshérité de la ville, mais on n’en voyait pas moins des pots de géraniums à bon nombre de fenêtres. [Georges Simenon, De la cave au grenier, 1977]. Le groupe de la Caque et Simenon : https://www.visitezliege.be/sites/default/files/cms/brochures-fichier/simenon_fr_0.pdf


        • @Mélusine ou la Robe de Saphir.


          Ce commentaire était destiné à Rosemar. Mais quand les deux sont synchrones, on s’emmêle les pinceaux et les doigts de liane courent plus vitre que le clavier. Le lierre peut se faire attachants. IL pousse comme le liseron. IL envahit certes,....mais quand il s’agit de récupérer les jeunes pousses vers la littérature, elle n’a pas de prix. Laissons la se faire Garance voyageuse. Ce n’est pas le Pôle Haine qui vous dégage le nez. Les trolls atchoums ont de la blanche. C’est l’amour, à ne pas confondre avec le mouron.https://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/anagallis-monelli,1891.html. Celle des Mots Nesle.

        • juluch juluch 21 juillet 17:10

          il est dit que le vin existe depuis le néolithique.


          On parle une origine du proche orient pour le vin et la culture de la vigne originelle serait du Caucase....d’après les dernières découvertes archéologique.

          je me souviens d’une BD sur Rahan dont les habitants d’un village avait perdu la tete en buvant dans une mare toute rouge !

          je crois que c’est Rahan N°1.....à vérifier !

          merci Nabum pour l’histoire !


          • Clocel Clocel 21 juillet 17:39
            @juluch
            Ah... ! La presse du Partie Communiste ! smiley

          • juluch juluch 21 juillet 18:55

            @Clocel

            Lol !!!!  smiley

            Deja il y avait « L’Huma » !!

          • Clocel Clocel 21 juillet 19:59
            @juluch

            L’Huma, et, Pif Gadget, le couteau de Rahan et les pois sauteurs, toute une époque !

            On n’est pas tous tombé dans Marvel et Mickey Parade ! smiley

          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 juillet 20:04

            @Clocel

            Glop...pas Glop


          • covadonga*722 covadonga*722 21 juillet 21:18

            @Clocel
            critiquez pas j’ai découvert H Prat Corto Maltése « Ballade de la mer salée » grace a eux .....


          • juluch juluch 22 juillet 08:44

            @Clocel

            Mickey en prum et Marvel après......Yeah !!!  smiley

          • Clocel Clocel 22 juillet 09:10
            @juluch

            Pouah ! Les « aventures » de souris centristes et des tarlouzes qui volent dans des combinaisons moulantes !?

            Z’avez raté votre jeunesse mon pôvre ami ! smiley

            Nous, on préférait Rahan, le bon arien blond qui parcourait la planète en quête d’attardés (bruns) à civiliser !

            Y’avait un message qu’on percevait déjà ! smiley

            M’enfin...





          • juluch juluch 22 juillet 12:35

            @Clocel

             smiley


            • Belle synchro entre moi et clo CEL GENE (quand la PHARE MACIE se fait bio). Et internet : LAVOIR PUBLIC : https://aws.amazon.com/fr/macie/


              • Moderato Canta BILE : HAMSA. INSPIR-EXPIR. 



                  • ZXSpect ZXSpect 21 juillet 18:47
                    Je m’insère difficilement dans le flux de Mélusine....

                    pour dire, sans jeu de mot facile,

                    que j’ai apprécié découvrir l’ancien mot « lambrusque ».... retrouvé dans ce texte du logiciel « Antidote »

                    « Au Moyen Âge, si la plupart des vestiges de raisin proviennent de vignes cultivées, certains traités culinaires mentionnent l’emploi de lambrusques et les taxes de péage signalent l’origine variée de raisins secs. »

                    • @ZXSpect


                      Je suis le GARS RONNE. Il faut aller vite. La mArée monte,....
                      1. Sur la route de Dijon,
                      La belle digue di
                      La belle digue don 
                      Il y avait une fontaine
                      La digue dondaine
                      Il y avait une fontaine
                      Aux oiseaux, aux oiseaux.

                      2. Près d’elle un joli tendron
                      La belle digue di
                      La belle digue don 
                      Pleurait comme une Madeleine
                      La digue dondaine
                      Pleurait comme une Madeleine
                      Aux oiseaux, aux oiseaux.

                      3. Vint passer un bataillon
                      La belle digue di
                      La belle digue don 
                      Qui chantait à perdre haleine
                      La digue dondaine
                      Qui chantait à perdre haleine
                      Aux oiseaux, aux oiseaux.

                      4. Belle comment vous nomme-t-on ?
                      La belle digue di
                      La belle digue don 
                      On me nomme Marjolaine
                      La digue dondaine
                      On me nomme Marjolaine
                      Aux oiseaux, aux oiseaux.

                      5. Marjolaine c’est un doux nom
                      La belle digue di
                      La belle digue don 
                      S’écria le capitaine
                      La digue dondaine
                      S’écria le capitaine
                      Aux oiseaux, aux oiseaux.

                      6. Marjolaine, qu’avez-vous donc ?
                      La belle digue di
                      La belle digue don 
                      Messieurs j’ai beaucoup de peine
                      La digue dondaine
                      Messieurs j’ai beaucoup de peine
                      Aux oiseaux, aux oiseaux.

                      7. Parait que tout le bataillon
                      La belle digue di
                      La belle digue don 
                      Consola la Marjolaine
                      La digue dondaine
                      Consola la Marjolaine
                      Aux oiseaux, aux oiseaux.

                      8. Quand vous pass’rez par Dijon
                      La belle digue di
                      La belle digue don 
                      Allez boire à la fontaine
                      La digue dondaine
                      Allez boire à la fontaine
                      Aux oiseaux, aux oiseaux.

                      Mes mots se font ZUYDERZEEhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Zuiderzee. Freud prenait cette image pour exprimer la nécessité de construire des DIGUES nontre la folie humaine.


                    • ZXSpect ZXSpect 21 juillet 19:09

                      Don’t feed Mélusine

                      http://www.liberation.fr/futurs/2017/07/17/d-ou-vient-l-expression-troll-sur-internet_1584412

                      Redoutés mais appréciés, les trolls sont des internautes qui s’immiscent dans les débats juste pour le plaisir d’agacer. Aux premiers pas d’Internet, on les appelait « Net Weenies », « imbéciles du Net », définis comme suit par le Big Dummy’s Guide to the Internet (« le grand guide d’Internet pour les nuls »), en 1993 : « Le type de personne qui poste des messages désagréables jusque dans un groupe consacré à la couture, juste histoire de rigoler. »

                      L’Oxford English Dictionary recense officiellement le terme pour la première fois en 1992, sur le forum Usenet, où un utilisateur écrit : « On pourrait troller un peu et voir ce qu’il se passe. » Plusieurs origines possibles : la créature de la mythologie scandinave, et le mot de vieux français « trôler », une technique de pêche qui consiste à laisser traîner des leurres derrière soi pour attirer les poissons les plus naïfs.

                      En réponse au phénomène, Internet adopte rapidement une « règle d’or » : « Don’t feed the troll » (« ne pas nourrir le troll »). En clair, lui répondre n’aboutit qu’à lui donner ce qu’il cherche. Le slogan pourrait parodier la pancarte des zoos qui invite à ne pas donner à manger aux animaux, mais la théorie la plus connue relie l’expression au film les Gremlins, sorti en 1984. Le personnage principal, Billy, adopte un adorable « mogwaï ». Il lui est interdit de le nourrir après minuit, sous peine de le voir se transformer en gremlin, petite créature maléfique dont le seul but est de tout détruire sur son passage.

                      Yacha Hajzler

                      Please don’t feed Mélusine

                      • @ZXSpect


                        je trolle, comme c’est trôle.

                      • @ZXSpect


                        Tant qu’il s s’agit des populistes ou des imbéciles. Je fais oeuvre salutaire,....

                      • JC_Lavau JC_Lavau 21 juillet 19:27

                        @ZXSpect. To trawl : draguer, chaluter.

                        Les Brixham trawlers, gréés en ketch, ne pouvaient chaluter que par vent de travers. Il n’empêche que depuis 1934, les tonnages ramenés par chalutage n’ont fait que baisser, tant cette pratique est dévastatrice des éco-systèmes para-benthiques. En 1965, on ramenait même des rochers.

                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 juillet 19:35

                        @ZXSpect Bonsoir. Mélusine est de ces personnes qui parlent seules ,qui nous font sourire mais aussi pitié.


                      • @Aita Pea Pea


                        Vous vous trompez totalement à mon sujet. Je fais moins pitié que peur. « Il suffit d’une femme de sens pour que la folie du monde sur elle se casse les dents !  ». Jean Giraudoux ;

                      • Clocel Clocel 21 juillet 19:53
                        @ZXSpect

                        Votre théorie date du Spectrum ? smiley

                        Ah... ! Ça nous rajeunie pas... J’en sais qui ont fait leur classe sur le Programma 101, premier véritable ordinateur individuel, Apollo lui doit tant....

                      • ZXSpect ZXSpect 21 juillet 20:21

                        @Clocel

                        bien vu... le ZX Spectrum de Sinclair fut mon premier véritable ordinateur... avant tant d’autres

                      • ZXSpect ZXSpect 21 juillet 20:24

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        « Je fais moins pitié que peur. »

                        quelle prétention !


                      • Prétention a deux sens. Le premier dans lequel vous ne pouvez que vous projeter (fier d’être français,.....) et une autre : 

                        Revendication de qqch., exigence fondée sur un droit que l’on affirme ou un privilège que l’on réclame. J’ai une filiation qui me porte. 


                      • webhelice webhelice 27 juillet 17:40
                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        Salauds de pauvres...


                      • STREET BOX CAMERA l’appareil photo « presque » instantané ! contre ROLLEI FLEX. Vous préférez les échecs ou le jeu de DAMES,....La photographie est un ART. Avec vous je crains le pire,....

                        • ZXSpect ZXSpect 21 juillet 20:17

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                          Oh la méchante qui, lorsqu’elle ne sait que répondre, attaque « ad hominem »



                        • @ZXSpect


                          C’est exactement ce que vous venez de faire avec le terme TROLL. Relisez plutôt : La guerre de Troie n’aura pas Lieu. A être trop fixé sur les pif gadget du futur. Intéressez-vous un peu au passé. Vous y verrez plus clair. Seul le Rollei Flex a remplacé la CAMERA OBSCURA. Parce que pour voir le futur, il faut avoir la vision des chats. NYCTALOPE ou la chouette (ATHENA). je lisais la nuit avec ma lampe de poche,... 

                        • Mekissê Mekissê 21 juillet 19:46
                          C’est pourtant pas difficile à comprendre... ;
                          Rien à voir avec un troll.
                          Mais Lusine est autorisée à animer la vitrine...
                          Qui a ce pouvoir... ?

                          • ZXSpect ZXSpect 21 juillet 20:29

                            @Mekissê

                            « Qui a ce pouvoir... ? ».....

                            mais les auteurs qui tolèrent ou subissent 

                          • @ZXSpect


                            je suis moi aussi obligée de vous subir,...Comme j’ai subi l’arrivée d’internet en 1985 et qui a tué des milliers d’emplois qui ouvraient à un futur nettement moins moins désastreux que l’actuel.

                          • @ZXSpect


                            Vous tous êtes responsables de ce présent à vomir,...Enfin, ceux qui ont mis le pied dans le DIEU informatique. 

                          • Mekissê Mekissê 21 juillet 21:26

                            @ZXSpect

                            .
                            Je pose les questions vous donnez les réponses....
                            .
                            Simple remarque
                            .
                            Tolérer ou subir sont très éloignés d’autoriser...
                            Mais .........C’est vous qui voyez.

                          • ZXSpect. Non, je n’ai pas oublié cet enterrement à la libraire universitaire. Les GRANDS étaient évincés par l’informatiques pour les NULS. Remisés à la cave,... DEPASSE. J’ai assisté, DEBOULONNES LES GEANTS, bonjours les vrais trolls,...comme vous.


                            • Oui, je suis : BRUSQUE,...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès