• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > La Loire, vue de selle … 3

La Loire, vue de selle … 3

 

3 : La première véritable migration.

 

JPEG

Les enfants et quelques adultes de surveillance dormirent sous tente, les adultes ayant le privilège des yourtes, des cabanes, des perchoirs et même des caravanes ; c'est dire le potentiel de l'endroit. Puis ce fut le premier jour, non pas du séjour, mais de la gestion totalement autonome des considérations logistiques.

Qui n'a jamais connu pareil transfert avec 32 enfants et 14 adultes, même si pour certains, la frontière est assez floue, ne peut imaginer le barnum qu'il convient de déplacer. C'est tout un art que celui d’empiler savamment des valises qui ont une nature à l'obésité à roulettes, des sacs de couchage et des tapis de sol, totalement réfractaires à s'y loger et surtout des vêtements qui sont incapables de se replier naturellement. Le chiffon met en boule qui souhaite boucler la chose.

Évoquer la cantine, dans le sens militaire de ce concept, c'est tenter de décrire un vaste capharnaüm de gamelles, de contenants, de contenus, d'aliments sous toutes les formes de conditionnement et de préparation possibles. Le tout avec ce qu'il faut pour obtenir la température idoine, notion qui va du chaud au froid impactée de la variable climatique. Le tout devant parfois subir un lavage qui là encore ne va pas de soi.

Quand tout a trouvé sa place, il convient encore d'envisager d'avoir besoin de quelque chose parmi cette longue liste sans pour autant devoir mettre en désordre ordonnancement chèrement acquis. Tout cela relève du casse-tête d'autant plus que les enfants s'évertuent à semer le trouble, dans ce qui supposerait de n'être pas dérangé de manière intempestive suite à un oubli. Mais là, ce serait méconnaître l’immense faculté de nos chers petits à ne jamais intégrer pleinement une consigne.

Puis au soir, le mouvement inverse se met en branle avec en plus la fatigue de la journée, du vélo, la tension du groupe et les craintes provoquées par des automobilistes dont certains ne prennent pas en considération les enfants sur la route. Ajoutons à cela, la conception assez étrange du parcours de La Loire loin des vélos, pour se retrouver sans cesse à faire le point autour d'une carte afin de trouver parcours plus judicieux.

Le programme du jour prévoyait une animation à Cap Loire à Montjean. Je ne puis rien en dire si ce n'est le grand plaisir pris par ceux qui y assistèrent. J'étais quant à moi sur la bicyclette durant plus de 8 heures à une allure qui n'a rien à envier à celle de la tortue de la fable. Le temps semble long d'autant plus que le soleil dardait méchamment.

Nous fuîmes le tracé officiel qui flattait les élus en place pour tenter de trouver échappée belle le long du Louet. L'aventure nous mena sur un GR parsemé de chausse-trappes, barrières, tourniquets, obstacles divers et très variés afin de ralentir notre allure, déjà proche de l'encéphalogramme plat.

Pour le reste, les tâches matérielles et sanitaires constituèrent la partie essentielle en dehors du vélo. Je vous en fais grâce, me concentrant pour l'heure sur ce que je vais raconter après une journée sur la selle. Il y sera question de castor pour que les enfants s'endorment en les comptant. Demain, sera un autre jour.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • juluch juluch 23 juin 12:16

    et bé !!

    chez moi cela s’appelle une estoumagade !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Publicité