• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > La mère de Jean de l’ours

La mère de Jean de l’ours

La laide au bois entrant

JPEG Il était une fois un Roi, détesté de tous tant il était autoritaire, tyrannique, imprévisible, disgracieux et méchant ayant uni sa destinée à une mégère acariâtre, sournoise et pingre. Un couple parfait en somme tant leurs défauts réunis en faisaient le plus insupportable duo de la création.

Il n’en fallait pas plus pour que la vie de leurs sujets devint sous leur règne un calvaire épouvantable. Tout était prétexte à humiliation pourvu que ce soient les plus humbles qui servent d'exutoire à la cruauté des souverains. C’est en lisant la peur et la détresse dans les yeux de leurs futures victimes que ces deux-là jouissaient un tant soit peu de l’existence. Les ressorts de l’âme humaine sont ainsi faits, que bien des drames et des souffrances s’expliquent par le plus désolant esprit de vengeance.

Comment ces deux-là firent pour avoir des enfants ? La question n’aura jamais de réponse. L’amour n’eut sans doute jamais sa place dans ce qui leur tint lieu d’ébats. Ils enfantèrent, c’est bien là la seule certitude, des enfants qui ne devaient rien au hasard. La destinée ne leur offrit que des filles qui étaient toutes plus odieuses les unes que les autres, capricieuses et gâtées, cupides et tyranniques, elles se façonnèrent à leur image, des personnalités effroyables. Fort heureusement pour les aînées, leur position dans la société les avait mises à l’abri des remontrances et des coups du sort qui vous permettent d’infléchir ce que la mauvaise éducation a semé de travers.

Elles firent donc toutes des mariages arrangés, dictés par la diplomatie et la nécessité d’établir des pactes. Les Princes qui en héritèrent, se contentèrent de les exhiber de temps à autres avant de les oublier dans leurs appartements. Les vilaines princesses n’étaient pas même bonnes à assurer descendance acceptable et toutes furent répudiées et envoyées diriger un couvent quelconque d’une main de fer.

Hélas, pour Blandine, la plus jeune des filles de ces monstres, le pire était advenu. Non seulement elle avait hérité de toutes les tares de la fratrie mais en prime, sa laideur était si repoussante que pas même un roitelet ruiné ou un baron déchu, n’accepta de la marier. Le couple était au désespoir de garder auprès de lui cette fille revêche et hideuse. Elle les couvrait de propos injurieux, ayant qui plus est, un langage en relation avec son physique. Tout en elle était repoussant, y compris, je ne sais si j’ose l’écrire, une odeur corporelle parfaitement insupportable.

Même la promesse de la marier avec un manant fit long feu. Non seulement la dote accordée était naturellement ridicule mais la demoiselle si parfaitement exécrable qu’aucun soupirant ne se déclara y compris parmi les plus miséreux de ce territoire sans espoir. Le roi trop occupé à semer le mal autour de lui ne se souciait guère de voir ainsi sa dernière fille dans le désamour le plus total. Il n’avait que faire de cette donzelle, si laide que sa vue était à elle seule, un supplice.

Blandine un jour s’en alla dans la forêt, bien décidé à mettre fin à une existence qui ne méritait pas d’être poursuivie. Elle avait dans l’idée que sa vie, si misérable en dépit de sa naissance royale, devait s’achever dans les pires souffrances. Elle ne désirait pas une mort rapide, elle appelait de ses vœux un long calvaire, une frayeur immense, une fin qui aurait au moins le mérite de lui ouvrir les portes d’un monde meilleur.

C’est sous les crocs d’un fauve qu’elle pensait achever son séjour dans cette vallée de larmes. Une horde de loups affamés la déchiquetant ou bien un ours lui octroyant les pires outrages avant que de la dévorer. De telles pensées peuvent naturellement vous surprendre vous qui n’avez pas été élevés dans le culte du martyre et les préceptes absurdes d’une religion quelconque. Il en allait différemment en ce temps lointain, acceptez sans vous indigner les pensées ténébreuses de la demoiselle.

Elle s’enfonçait vers ce qu’elle espérait être son chemin de croix. Plus elle marchait, plus la forêt devenait sombre, inhospitalière, mystérieuse et lugubre. Autour d’elle, ce n’était plus que cris et hurlements, murmures et appels glaçants. Elle préssentait que bientôt surgirait de l’obscurité, un animal qui se jetterait sur elle. Elle se sentait prête, sans crainte ni regrets, à tomber pour une fois en odeur de sainteté. Pourtant, ce qu’elle ne pouvait voir c’est qu’à chaque pas, elle se transformait en profondeur, effaçant tout ce que son éducation avait laissé de mauvais en elle.

Un ours surgit, un immense ours, dressé sur ses pattes arrières. Il écumait, il grognait. Il était si terrifiant qu’en dépit de son désir de mourir en héroïne à l’image de son modèle, la martyre lyonnaise, son homonyme et son modèle, elle acceptait sa fin prochaine quand la bête devint sucre et douceur à la vue de âme pure qui se présentait à lui. Il s’approcha d’elle avec une délicatesse incroyable qui dénotait de sa fureur initiale. La jeune princesse, s’offrit alors au monstre, s’allongea, les bras en croix, pensant subir enfin ce qui lui avait été refusé depuis si longtemps.

Que se passa-t-il alors ? Nul ne le saura jamais. L’ours devait être un esprit envoûté ou bien un homme ayant subi une métamorphose. Blandine et lui s’unirent en un formidable accouplement emprunt d’une immense délicatesse. Les caresses de la bête eurent alors un effet miraculeux sur la malheureuse ; elle était véritablement transfigurée non pas en surface seulement mais en profondeur. Son visage prit alors apparence gracieuse mais plus encore, son âme se transforma, repoussant toutes les horreurs qui avaient constitué jusqu’alors son quotidien, héritage d’une éducation indigne.

Blandine resta alors dans la forêt, vivant le parfait amour avec un Ours, ce qu’aucun homme ne lui avait consenti. Elle enfanta quelques temps plus tard un fils, mi homme mi ours qu’elle nomma Jean. Les légendes et les raconteurs d’histoires le surnommèrent Jean de l’Ours. Pas n’est besoin de vous narrer son histoire, ils furent si nombreux à s’en charger, que je vous laisse le choix de votre version préférée. Toutes naturellement sont trompeuses et mensongères.

Mais pour tous, sa mère avait été la prisonnière d’un ours monstrueux qui sous la contrainte l’avait engrossée contre sa volonté. Que la femme puisse être le monstre et l’animal celui par qui la rédemption arrive, cela n’était pas envisageable. Pourtant, il se trouve bien des humains plus redoutables que la plus féroce de toutes les bêtes fauves, l’actualité ne cesse de nous le rappeler. Blandine avait compris que c’est parmi les animaux qu’elle allait trouver enfin le bonheur et la sérénité. Elle ne revint jamais vers la société et vécut le plus parfait amour avec l’ours, animal si proche de l’homme. Ils vécurent heureux et longtemps, ils n’eurent pas d’autre enfant. Celui-ci suffisait amplement à leur bonheur.

Quant à leur fils il resta auprès de ses parents. Jamais Jean de l’Ours ne se serait aventuré à retourner vivre dans un monde sans pitié. Fils de princesse, il trouva dans la forêt immense un immense domaine, bien plus qu’un royaume. Il avait pour compagnons tous les animaux qui n’étaient pas ses sujets mais ses frères. Il régna si ce terme a encore un sens dans ce contexte, avec la plus grande bienveillance, s’attachant sans cesse à rétablir l’équité et la justice, la paix et la tranquillité sur son territoire, toutes choses qui sont impossibles avec les humains.

Oursement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Étirév 24 juillet 2018 11:21

    Quelques mots sur l’Ours et son symbolisme.

    Chez les peuples du Nord, l’homme bestial est comparé à l’Ours.

    Le mot « barbare  » ou « berber » (de baer-bor) signifiait chez les Boréens ceux qui portent l’ours, les hommes chasseurs, les insociables, doués d’une grande force musculaire.

    Par extension, on arriva à appeler ces hommes des ours, ce qui voulait dire des gens non policés, vivant entre eux, loin des autres, et ne sachant pas se conduire dans la société des femmes (1).

    Cette épithète, d’abord mal prise, fut plus tard acceptée, et l’homme par réaction s’en para, comme d’un titre glorieux.

    Dans le blason armorial commun des temps primitifs, l’ours figurait, et son nom bor (ours dans les langues Scandinaves) devint la racine du mot Boréen.

    Quand vint la grande lutte de l’homme contre la Femme, c’est l’Ours, l’homme barbare, qui devint le lumineux ; l’homme se déifia et se fit si grand qu’il se compara au soleil.

    On retrouve l’ours comme symbole archaïque d’Ouranos (Uranus), l’éjaculateur, le projecteur de lumière.

    C’est à ce moment que les constellations astrales du nord furent appelées des ourses : la grande et la petite.

    Dans l’écriture primitive, la lettre R est le signe du mouvement, c’est l’emblème de l’homme ; la lettre S est le signe de l’Esprit, c’est l’emblème de la Femme. Ces signes ont la forme d’un chariot. Le signe féminin représentait le grand chariot, la grande lumière ; le signe masculin représentait la petite lumière, le petit chariot.

    Plus tard, l’homme donna son emblème : l’ourse aux deux chariots, supprimant l’emblème féminin, car l’homme ne partage pas, il prend tout.

    Par la suite, les idées et les symboles des peuples méridionaux arrivèrent jusque chez les Boréens ; alors ceux-ci adoptèrent les idées régnantes qui divisaient le monde en lunaires et solaires. Ils firent de leur petit chariot le symbole des lunaires, et de leur grand chariot le symbole des solaires.

    Mais, avant de connaître les luttes des autres peuples, ils avaient soutenu les mêmes disputes et avaient aussi pris des emblèmes astronomiques.

    L’aurore boréale fut aussi regardée par les hommes comme un symbole de lumière masculine. 

    Mais on ne détruit pas ainsi toutes les anciennes idées, basées sur les lois de la nature, par des imputations contraires. Si le mensonge a des partisans, la vérité en a aussi. On vit, à la suite de ce renversement des sexes, tout le monde septentrional se diviser en deux camps : les Tour-an (Bers cheminant) qui étaient les masculinistes qui suivaient l’Ours, et les Ku-an, les féministes qui ne suivaient pas l’ours (les Bers sédentaires ou Barons), les nobles.

    (1) « La ville de Berne, de temps immémorial, entretient des ours ; on raconte, pour expliquer cet usage, l’histoire d’un grand ours tué au IXème siècle près de Berne par un chasseur dont on dit même le nom. Cette histoire, comme beaucoup de fables antiques, a été inventée de toutes pièces pour expliquer à la fois le nom de Berne (Ours, en allemand, se dit Bàr) et le respect traditionnel des Bernois pour les ours. En réalité, la cause de cette sorte d’alliance est bien plus ancienne ; la preuve en a été faite de notre temps. Tout près de Berne, on a découvert un groupe en bronze, datant du Ier ou du IIème siècle de l’ère chrétienne, qui représente un ours de très grande taille s’approchant, comme pour lui rendre hommage, d’une déesse assise ; l’inscription gravée sur la base du bronze nous apprend que c’est une offrande pieuse, un ex-voto à la déesse Artio. Artio est un nom celtique qui est apparenté de très près au nom grec de l’ours, arktos ; la déesse Artio était alors une déesse ursine, une déesse ayant l’ours pour attribut ou pour compagnon.

    Donc, avant l’époque des divinités à figure humaine, Artio était une déesse-ourse, une ourse sacrée ; le souvenir du culte de l’ours s’est maintenu dans la ville de l’ours (Berne) à travers les siècles, et c’est seulement en 1832, à Muri en Suisse, qu’une découverte heureuse a permis d’y reconnaître une survivance du totémisme préhistorique  » (Salomon Reinach, Orpheus, p.23).

    Livres de Femmes, Livres de Vérités


    • ZXSpect ZXSpect 24 juillet 2018 16:55

      @Étirév


       Bel apport au texte de C’est Nabum, un commentaire clair et complet comme vous en avez l’habitude

    • C'est Nabum C’est Nabum 25 juillet 2018 22:08
      @Étirév

      N’oubliez pas que mon prénom vient de ce mot



    • C'est Nabum C’est Nabum 25 juillet 2018 22:10
      @ZXSpect

      ça me change !

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 juillet 2018 11:38

      Famille tuyau de poêle :https://www.mon-poele-a-pellet.com/famille-tuyau-de-poele/. qui s’y frotte s’y pique. C’est l’aïe des ours mal léchés. A contrario l’ours dans l’imaginaire représente aussi la famille idéale : https://cosymaison.com/es/1972-toile-sur-chassis-famille-ours-encadrement-aluminium-mat.html. Associé au Miel et à Maya dont il se délecte. 


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 juillet 2018 11:43

        Nabum, avec Etivev vous attirez le NECTAR,...les freslons (https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Freslon_de_La_Freslonni%C3%A8re), peu à peu s’échappent de ce lieu de plus en plus bienfaisant. A une certaine Jocelyne FRESLON,....bon ! cela relève de ma période de parisienne,...(les bretonnes, quel caractère !!!!)


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 juillet 2018 12:01

          L’Ancolie (mélancolie) se retrouve dans le blason de la famille Freslon. Mais ne vous fiez pas à l’apparence de son nom : elle en cache un autre bien plus prometteur et auquel seuls les initiés ont accès : TUTU de VENUS. http://www.sylvie-tribut-astrologue.com/tag/ancolies-du-blason-de-la-famille-freslon/


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 juillet 2018 12:26

            Etirev. La compagne de l’ours (BER) est MAYA. En Russie, la petite ourse se dit : MICHKA L’ours blanc est associé à THOTH. Il apparaît, soit sous la forme humaine, soit sous celle de l’ours blanc ou de la baleine. THoRRoN. Ancien roi scandinave qui fut déifié. THoTH (THOYTH .

            Dictionnaire mythologique universelDe Eduard Adolf Jacobi. La mère et la femme de THOTH est Maya (l’abeille). L’ours est souvent représente couché contre un arbre avec une ruche dont il recueilleCTAR. L’hydromel composé de miel. Dans l’égyptien ancien BERBERE signifie homme libre et courageux. Bernar de Trévisan : celui qui concentre en lui le miel pour enseigner et divulguer la bonne parole. Maya, comme Isis et ATHENA était la protectrice des artisans, et de la nature. 

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 juillet 2018 12:34

              Ce qui se lit entre les lignes : l’ours est blanc comme neige : BLANC DINE. Tant de signification donnée à URANUS. Dont la plus limpide (UR) à la plus dominatrice (l’homme dominant la nature : L’ours Noir). associé au signe du Verse eau : le GOLLUM TECHNO LOGIQUE et RATIONNEL FROID, mais aussi à contrario à la fraternité universelle. Nous ne sommes pas à un paradoxe près ou Quadrature du cercle. Le monde est comme un miroir : tout dépend ce que l’on y projette. RIQUET A LA HOUPPE.


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 juillet 2018 12:53

                ARTIO. ARTURO PEREZ-REVERTE : 

                • 1. Silentium est aurum : Le silence est d’or
                • 4. Fortuna non omnibus aeque : La chance (ou le destin) n’est pas égale pour tous.
                • 3. Verbum dimisum custodiat arcanum : La parole perdue garde le secret.
                • 6. Ditesco mori : S’enrichir de/avec la mort.
                • 7. Discipulus potior magistro : Le disciple est supérieur au maître (ou le disciple dépasse le maître).
                • 5. Frustra : En vain.
                • 8. Victa iacet virtus : La vertu est vaincue.
                • 2. Clausae Patent : Ce qui est fermé s’ouvre.
                • 9. Nunc scio tenebris lux : À présent je sais (que des) ténèbres (vient) la lumière.

                • ZXSpect ZXSpect 24 juillet 2018 19:11

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                  « Il y eut du pédantisme à parler latin , à se servir des mots de l’école, à n’être pas intelligible pour tout le monde »    

                  (Jouffroy, Mél. philos., 1833, p.22)


                  « Un cuistre est quelqu’un qui s’exprime dans un langage très compliqué pour dire des choses simples pour faire croire que c’est profond. »

                  Jean Edern Hallier à Raphaël Mizrahi



                  pourtant... Silentium est aurum

                  .

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 13:11

                  @ZXSpect


                  Le paradoxe n’est pas votre DOXA.

                • juluch juluch 24 juillet 2018 12:53

                  Un récit plein de symbolique.....merci Nabum !


                  • C'est Nabum C’est Nabum 25 juillet 2018 22:10

                    @juluch


                    J’en joue un peu

                    Merci

                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 juillet 2018 13:01

                     Pierre Gordon dans son essai « Les Vierges Noires, Mélusine, l’origine des contes de fées ». Elle est dite Malorcine, ou Mélorcine dans certains contes de terroir, par rapport à « orc » qui veut dire « ogre ». L’Ogresse mythique dévore le postulant au cours d’une initiation dans l’antre de la vouivre pour le « recracher » ensuite une fois la transformation accomplie, comme le fut Jonas après trois jours passés dans le ventre de la baleine. D’autres fois, elle est dite « Méloursine », ce qui évoque la Grande Ourse, la Polaire, impliquant qu’elle guide vers la lumière. Mais elle est dite également Mélousine, or le mot « oues » désignait jadis l’Oie. Il y avait jadis à Paris, une « rue aux Oues », déformée ensuite en « rue aux Ours »10. Cette fois elle présente la facette de la « Mère Loi », gardienne de la Loi Cosmique.


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 juillet 2018 13:08

                      L’à l’aide au BOIS DROMANT.


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 juillet 2018 14:42

                        Toutes les Villes ou les pays avec un « R » sont liés à Mélusine : Renaix, Orval, Arménie, Luxembou« r »g, Arras,.Erpent....et d’autres que la pudeur m’interdit de nommer,...Herme Aphrodite. Vierge et sagittaire, mais aussi lunaire et guerrière. Sur terre et dans les airs.



                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 10:52

                            L’homme n’est ni inférieur ni supérieur à la femme. Certains ont une éthique supérieure à d’autres et cette qualité n’est l’apanage d’aucun sexe. Ce qui me différencie d’Etirev. 


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 10:58

                              Lire jean-François Vézina qui explique comment tenir bon dans une Cité Perverse. http://www.editions-homme.com/apprivoiser-petit-dictateur/jean-Francois-vezina/livre/9782761947626. Créer son propre pays, ses propre lois, son entourage privilégié et regarder le monde avec une très longue vue.......Bon, j’avoue, les jeunes aujourd’hui qui n’ont pas le soutien affectif et financier de leurs parents ne peuvent se permettre ce luxe,....


                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 11:30

                                Non, la vie n’est pas un long FLEUVE TRANQUILLE :. Excepté si on installe sa maison loin de de celui-ci. https://www.youtube.com/watch?v=jO8rldhe754


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 12:13

                                  Les meilleurs sablés de UCCLE, 144 (chiffre divin) rue MEYER BEER (Traduit par OURS).  Les titres des GIACOMO (petit Jacques). https://fr.wikipedia.org/wiki/Giacomo_Meyerbeer


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 13:27

                                    Ecrit en 2003. La clé de l’énigme : MEURTRE AU PHARE. ARNAUD MUSSI.Corrigé : Ceci n’est pas un roman érotique (quoique,...) mais une épopée philosophique.


                                    suite, Des années bien plus tard, la mère de de Monsieur Burgonde avait reçu un paquet avec une dizaine de tableaux. Ceux-ci étaient expédiés par une personne inconnue qui n’avait pas laissé d’adresse. André venait surtout dans la librairie pour voir si jamais son père dont il ignorait les talents de peintre aurait laissé quelques traces dans une galerie ou des cartons d’invitation que collectionnaient Monsieur Lampe. Ce qui intriguait surtout André, c’est que la signature da la moitié des tableaux n’tait pas celle de son père.
                                    Peut-être avait-il recueilli des informations, mais André ne lui fit pas partager ses découvertes. Olga ne réussit pas à savoir ce que représentait les tableaux.

                                    Au cours des échanges avec Lucien, un dame d’une quarantaine d’années aux traits eurasiens est entrée dans la librairie. Olga apprend que la femme est intéressée par tous les livres ou documents relatant la vie des habitants de phares car celle-ci était nécessaires pour l’écriture de son prochain roman. Monsieu Lampe semblait connaître la dame qui fréquentait souvent son antre et ses intérêts très diversifiés. Il ne fut donc pas étonné par le caractère insolite de son nouvel intérêt. Cette fois, l’idée de son nouveau roman lui était venue après avoir lu un entrefilet dans un quotidien belge évoquant un meurtre abominable qui s’était passé sur une île dans un phare. Le couple qui l’habitait depuis une dizaine d’années était suspendu par le torse devant la lampe du phare à une hauteur d’un mètre du sol. Des habitants de la ville portuaire avaient remarqué l’irrégularité avec laquelle le pinceau lumineux balayait l’espace maritime. Ils avaient éte endormis avant d’être vidés de leur sang par de nombreuses scarifications. L’homme avait un gros saphir incrusté dans la pupille énuclée de droite et la femme, encore très belle avec de longs cheveux blonds vénitiens et des yeux verts d’eau piquetés d’algues brunes, serrait encore une perle nacrée entre ses dents de porcelaine.
                                    Lucien promit de faire des recherches, mais il était tard et il devait fermer un peu plus tôt.

                                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 13:29

                                      BER (Beer) ET GO VOIT. L’homme qui a vu l’ours qui a vu,....QUOI ?


                                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 14:30

                                        Le conte Jean de l’ours est originaire du pays basque (Saint Jean-PIED-de-PORT. Les mayades des Landes de Gascogne. https://fr.wikipedia.org/wiki/Mayade


                                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 14:41

                                          Columna à Orléans. 1er mai : Naissaince de Sigismond premier ROI BURGONDE. https://fr.wikipedia.org/wiki/Sigismond_(saint). Jo(aile). Limonade : FILM tchèque. Artiste principale : OLGA. https://www.youtube.com/watch?v=d95OlW4SYAI. Le PHARE OUEST.


                                          • C'est Nabum C’est Nabum 25 juillet 2018 22:11
                                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                            Seriez vous la mère de L’ours ?

                                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 22:13

                                            @C’est Nabum


                                            Vous connaissez la RE PONCE (et Pilate n’y est pour rien).

                                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 juillet 2018 22:35

                                            Aujourd’hui : SAINT JACQUES. LE JACK-POT. Ou miel de MANUKA. http://www.miel-manuka.info/le-manuka/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès