• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

La Salamandre

Les cousins de la loge

Il était une fois un grand personnage, un homme si bien mis qu’il devait pour le moins être un Prince, chassant en forêt d'Orléans. Il avait renoncé à être accompagné, désirant pour une fois, aller seul dans les bois, jouir du spectacle de la nature, surprendre les animaux, écouter le chant des oiseaux. La chose était si rare pour lui qu’il en était tout étourdi. Il jouissait pleinement des merveilles qui l’entouraient, renonçant même à tuer, se contentant d'admirer la nature et de profiter de ce moment rare.

Tout à sa contemplation il allait en tous sens, revenant sur ses pas, tournant en rond tant et si bien qu’il se trouva perdu et incapable de retrouver un point de repère. La nuit allait le surprendre, ses gens ne manqueraient pas de s’inquiéter sans pour autant être en mesure de venir à son secours. Il avait tellement taillé la route, fuyant la foule de ses suiveurs, qu’ils ne penseraient jamais à le quérir aussi loin.

François, car tel était son prénom, se préparait à passer la nuit seul, sans grande inquiétude toutefois il est vrai, tant l’homme avait connu les champs de bataille et des aventures extraordinaires. Pourtant, au loin, les hurlements d’une horde de loups lui glacèrent le sang tandis que le brame du cerf dans pareilles circonstances, ajoutèrent à la sourde inquiétude qui naissait en lui. La nuit, la forêt semble peuplée d’ombres et de mystères, François découvrait ainsi que l’homme tout puissant qu’il puisse être, doit avouer sa faiblesse face à l’immensité de la plus grande forêt du royaume.

Le froid, les rumeurs de la nuit, la proximité des loups lui firent en rabattre de sa prestance légendaire. Il avait peur pourquoi ne pas se l’avouer puisque nul ne pouvait s’en rendre compte. Sa solitude lui permettait de sauver sa réputation. Mais qu’allait-il devenir ? Son cheval piaffait, ruait. L’animal lui aussi avait été gagné par l’angoisse. Il lui fallut mettre pied à terre pour éviter de choir lors d’une ruade. Décidément l’aventure prenait véritablement mauvaise tournure …

François en était là de ses tourments quand il vit surgir de derrière les buisson, un charbonnier, un bûcheron qui constituait des fagots de charbonnettes, des bois de hêtre, tous coupés à la même longueur avec une précision diabolique. L’homme des bois salua celui qui était perdu et l’invita, sans même savoir qui il était à venir passer la nuit dans sa modeste demeure.

François, ravi de l’aubaine ne se fit pas prier. Il accepta avec plaisir cette opportune main tendue, se présenta sous ce simple prénom, sans rien dire de ses titres. Il découvrit ainsi une curieuse maison construite dans les bois, non pas un palais somptueux où il avait l’habitude de vivre, mais une loge, un modeste « cul de loup » comme la nommait le forestier.

C’était une cabane adossée à un talus, entourée du socle de terre de 50 cm de haut afin sans doute d’écarter les animaux fouisseurs. Construites de rondins et de fascines, la loge était couverte de mottes de terre herbues. Elle avait une forme ni tout à fait ronde ni tout à fait régulière, se contentant de suivre les mouvements du talus. À l’intérieur, un foyer de pierres et de briques dispensait une chaleur bienfaitrice. Une marmite y était pendue, un bol de soupe fut offerte au visiteur qui n’avait jamais apprécié de la sorte, ce plat simple et rustique.

François passa la nuit sur une litière de feuilles mortes. Au matin, il remercia le charbonnier lui promettant de revenir pour le récompenser comme il se doit. L’homme l’invita à le retrouver à la prochaine pleine lune, à la Saint Thibault. Il le mènerait au cœur de la forêt, découvrir le grand secret des loges. Intrigué, François promit d’être au rendez-vous, en retrouvant son sauveur ce soir-là, juste devant sa loge.

C’est ainsi que quelques jours après, celui qui bien que roi de France, ne voulait pas se faire connaître, revint devant le « Cul de Loup » où il avait passé une nuit salvatrice. Le charbonnier qui sans doute l’avait reconnu tout en respectant son désir de ne l’être point, avait dans l’idée de le conduire au grand rassemblement de ceux de sa profession, société ésotérique et clandestine qui se réunissait dans une clairière au milieu de la forêt sacrée des Carnutes, la belle et grande Leudica, comme ils la nommaient.

Là, au carrefour des huit routes, à deux pas de la voie et des camps romains, se tenait une cérémonie initiatique, une célébration des forces mystérieuses de la création. Une grande meule trônait au centre de la place. C’était un immense tas de rondins de hêtre posés savamment sur quelques étais de chêne. Le tout, avait la forme d’une immense meule de foin couverte de terre et de mousse afin que la combustion lente permette de produire du charbon de bois selon la technique de la pyrolyse. Du cœur de la meule, une cheminée naturelle d’où sortaient des volutes de fumée blanche.

Les charbonniers étaient installés en cercle, à distance de la combustion mystérieuse. Ils échangeaient des propos empreints d’une grande sagesse tout en honorant le dieu Mithra, le principe créatif de la lumière. La Loge des charbonniers fut à la création des loges maçonniques. François assistait à cette célébration des savoirs occultes quand une salamandre sortit de la base de la meule. Tous alors de se lever et d’admirer ce prodige, l’animal sacré, celui qui selon la légende vivait dans les flammes et transformait le mauvais feu en bon feu.

C’est à ce moment là précisément que la fumée de blanche devint noire. La transmutation du bois en charbon était arrivée à son terme. La métamorphose magique venait de s’achever et le charbon allait permettre les travaux des forgerons. François profita de l’émotion qui avait étreint tous les participants pour prendre place sur le billot central, celui qui servait de trône à celui qui semblait mener la cérémonie. Le grand maître s’indigna de l’insolence du bonhomme et s’adressa à lui de manière virulente.

« Mon bon cousin, tout roi de France que vous êtes car nous devons bien le reconnaître, nous vous avons tous reconnu, cela ne vous donne nullement le droit de prendre la place de celui qui règne ici, en l'occurrence votre serviteur, grand pontife : le « pater patratus ». Vous devriez savoir, notre bon Prince, que Charbonnier est maître chez soi. Laissez-moi la place que la cérémonie puisse se poursuivre ! »

François premier, en dépit de sa maladresse fut initié, marqué du sceau charbonnier afin d’être adoubé. C’est ainsi qu’il devint membre de cette société secrète et adopta tout naturellement la Salamandre comme emblème royal. Il garda pour lui les raisons de ce choix et jamais il n’expliqua pourquoi il donnait du « Mon bon cousin, ma bonne cousine » désormais à ses proches, à la manière des maçons et des rosicruciens. Il avait appris, cette nuit-là bien des secrets. Il fit également la connaissance d'un personnage énigmatique d’un savoir immense qui se faisait appeler Léonard.

La face du royaume allait être changée durant cette nuit en forêt d’Orléans. La nation pouvait enfin sortir des ténèbres pour aller sereinement vers la Renaissance des arts et de la culture. On bâtit alors des châteaux qui tournèrent le dos aux conceptions guerrières, la beauté et la sagesse avaient désormais leur place dans les mœurs de la suite du roi.

Léonard de Vinci fut le grand artisan de ce renouveau magnifique. La salamandre en fut le symbole, elle qu’on trouve en maints endroits dans le Château de Chambord. Nul ne sut jamais les origines de ce tournant capital pour l’histoire du Royaume. Cela se passa à Ingrannes, vous feriez bien de me croire ou je serais bien capable de vous brûler les arpions. Je ne serais pas autrement surpris qu’il en émane alors une odeur de cochon grillé. Je referme ma besace, le temps est venu de découper le goret et d’arrêter de raconter des sornettes.

Esotériquement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • juluch juluch 6 août 11:29

    Bon appétit ! 

     smiley

    • C'est Nabum C’est Nabum 7 août 08:24
      @juluch

      Bonnes vacances sans doute

    • juluch juluch 7 août 09:03

      @C’est Nabum

      Non pas de vacances......  smiley




        • MIKA WALTARI : L’ETRUSQUE. Mantoue : La ville fut fondée sur les bords du Mincio en 2000 av. J.-C. environ. Elle fut ensuite, au vie siècle av. J.-C., un village étrusque. Son nom viendrait de Mantus, l’équivalent du dieu Hadès chez les Étrusques. Les Romains, qui conquirent la ville entre la première et la deuxième guerre punique, confondirent Mantus avec Manto, une fille de TirésiasVirgile, né non loin de la ville, est surnommé « le cygne de Mantoue ». Perséphone était la femme d’HADES. DIEU FORGERON.


          • sylviadandrieux 6 août 12:52

            Histoire sans queue ni tête.


            • @sylviadandrieux


              Vous avez raison de ne pas montrer d’avatar,... L’ignorance doit se couvrir d’un voile de grisaille.

            • sylviadandrieux 6 août 14:24

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Sauf que le commentaire ne s’adressait pas à vous ! seriez-vous l’agent littéraire de Nabum ?????????? C’est la seconde fois que je vous l’écris d’ailleurs. 

              A force de débiter vos commentaires ridicules à la limite du supportable mon avatar vous dit d’aller ailleurs que de polluer à longueur de temps les articles de Nabum.
              IL est impossible de commenter car vous avez déposé vos gros pâtés avant.
              Mon avatar ? mon avatar ? quest-ce qu’il a mon avatar ? Vous plait pas mon petit bonhomme gris ?
              Et la grisaille doit mieux vous aller qu ’ moi. Sans rire.
              Pour finir : Mon ignorance est sûrement moins épaisse que vos divagations. 

              PS : j’avais écrit « bouses » au lieu de pâtés, cela collait mieux avec l’âne. 
              Inutile également de répondre en dix commentaires, inutile d’allonger la sauce elle serait insipide. 

              Ne faites donc pas votre diva. 

            • C'est Nabum C’est Nabum 7 août 08:24
              @sylviadandrieux

              C’est votre avis

            • Raymond75 6 août 13:33

              Belle histoire, où se mêle la légende et l’ésotérisme. Merci.


              • C'est Nabum C’est Nabum 7 août 08:25

                @Raymond75



                Vous me rassurez
                Elle se fonde sur des éléments réels

              • Courage Nabum. Cette Loge qui se veut secrète doit diffuser. Mais ne rêvons pas trop. A lever le Voile d’ISIS, il ne prend que peu de risque. Pour être atteint par la lumière, il faut au préalable filtrer les canaux de l’entendement. Vu le degré de pollution mentale et environnementale, les couches à franchir ressemblent à celle du calcaire des tuyauteries de mon ancien appartement.


                • sylviadandrieux 6 août 14:28

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                  Et vous n’ allez pas en revenir, ma fille se prénomme Isis. Et ce n’est pas sans raison. 

                  Cessez donc de faire l’âne à tout bout de champ.
                  ET d’étaler votre soi-disant culture y a les mêmes dans le champ du père Marcel celui qui cultive les navets 

                • @sylviadandrieux


                  A vous lire, je suis TOTALEMENT persuadée que vous ne connaissez RIEN de la légende d’ISIS. Donc, l’échange s’arrête là.


                • Et si je vous dit que j’ai passé mon enfance rue des Prêtres à Renaix à côté de la plus importante église SAINT-HERMES (trois au monde). Et que l’anagramme de mon nom est : LE SAPHIR. Lire BLAVATSKY.


                  • webhelice webhelice 6 août 18:20
                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                    Et je vous dis que j’en ai rien à foutre de vos vos Conneries pseudo ésotériques et in supportables ....

                  • C'est Nabum C’est Nabum 7 août 08:26
                    @webhelice

                    Restez courtois je vous prie

                  • C'est Nabum C’est Nabum 7 août 08:27
                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                    La modération s’impose

                  • @C’est Nabum


                    Je commence à gérer les petites bouffées de haine psychotique. Mais point trop n’en faut (et à un moment la faux de la censure s’impose). Une crotte de chien sur le trottoir : passe. Deux,,.... ???

                  • C'est Nabum C’est Nabum 7 août 12:58
                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                    Oublions cela

                  • Antenor Antenor 7 août 20:41

                    Etrange coïncidence, la forêt des Carnutes était le lieu de réunion annuelle des druides gaulois où ils rendaient justice. Ces Charbonniers ne l’ignoraient sûrement pas. Quant au symbole de la Salamandre, c’est peut-être à Gergovie (le Crest) dans la forme de la Montagne de la Serre qu’il faut aller chercher son origine. Rien ne se perd, tout se transforme...


                    • 8du 8 (201)8. Si nous déduisons de 2018, 888, cela nous donne la date de 1130 (le cinq, pentacle). Début des TEMPLIERS. https://fr.wikipedia.org/wiki/Baudouin_II_de_J%C3%A9rusalem,&nbsp ;Il est le fils cadet de Huguescomte de Rethel et de Mélisende de Montlhéry.


                      • Du Roi Salomon à FRANCOIS 1er. les cycle sont toujours de 444 ans. Naissance des Templiers avec Hugues. https://profidecatholica.com/2018/01/06/arche-d-alliance-du-roi-salomon-a-francois-1er-deuxieme-partie/


                        • 198 avant JC la Perse passe dans les mains de la SYRIE, 246 : PLOTIN, 690 : NEUSTRIE-Calendrier JULIEN-CELTE (CLOVIS-SOISSONS). 1134 Hugues de PAYNS (PIN). 1578 : François 1er. 2022 : A suivre,..Dates à prendre avec des approximations,...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès