• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Les élèves-grenouilles

Les élèves-grenouilles

Segpa ... Plouf ! 

La plongée vers leur futur

DSCF0702.png

Après dix séances d'initiation à la plongée avec bouteille à la piscine des Jacobins en compagnie de la joyeuse troupe de « Parfum des mers », des membres des établissements Dior, ce lundi, était venu enfin le grand saut dans l'inconnu, la plongée sous-marine dans une ancienne carrière devenue centre aquatique et sportif.

Le départ était prévu à 7 heures 30. Tous les élèves étaient à l'heure pour une fois. Le dernier arrivé étant l'ami James qui n'avait pas pu se faire accompagner. Les plongeurs et nos professeurs étaient là aussi. Nous attentions, impatients de partir vers Beffes dans le Cher et de découvrir l'endroit où nous allions risquer notre existence ….

Le car n'arrivait pas. Nous commencions à tourner en rond, d'autant que notre cher Directeur ne parvenait pas à joindre le chauffeur. Durant de longues minutes, nous pensâmes que le voyage allait être annulé, faute de ce maudit car qui ne venait pas. Il fut même question d'aller tous ensemble à l'île Charlemagne pour sauver ce qui pouvait l'être.

Les plongeurs n'étaient pas très contents à l'idée de patauger dans cette petite retenue d'eau, au milieu des bateaux et des badauds, d'autant que l'eau y est trouble. En plus, nous étions confrontés à un problème administratif : comment aller jusque-là sans autorisation parentale ? Naturellement, monsieur notre professeur voulait nous y emmener à pied, d'autant plus que nous venions d'essuyer un terrible orage.

Enfin, alors que nous étions au désespoir, la bonne nouvelle nous est parvenue : le responsable des cars avait réussi à joindre son chauffeur et celui-ci allait enfin venir. Il fallait simplement lui laisser le temps de se réveiller, de s'habiller et de nous rejoindre. Après avoir sauté de joie, nous prîmes le temps de savourer notre petit déjeuner.

Il était neuf heures quand nous grimpâmes enfin dans ce bus qui n'était plus fantôme. L'aventure sous-marine pouvait enfin commencer ou du moins ses prémices car nous avions encore deux bonnes heures de route. Impatients sans doute, inquiets certainement de savoir à quelle sauce nous serions peut-être noyés, nous demeurions cependant très calmes .

Aussitôt arrivés à Beffes nous eûmes droit à notre premier saut dans l'inconnu liquide. Hélas, il fallait enfiler les combinaisons, ce qui n'est pas une mince affaire. Combien d'entre nous restèrent coincés dans cette armure souple,à cause des bras qui ne glissaient plus, des pieds qui ne voulaient pas sortir malgré les sacs plastiques dont nous les avions chaussés.

Nous transpirions ; ce vêtement grotesque nous collait à la peau et plus d'un ressemblait davantage à un épouvantail qu'à un gracieux explorateur des profondeurs. Il fallut l'aide de nos accompagnateurs pour enfin parvenir à ajuster ce vêtement et pouvoir plonger dans l'inconnu liquide …

La différence entre la température extérieure, caniculaire ce jour-là et l'eau, nous fit l'effet d'un coup de poignard. Nous étions paralysés, parcourus de frissons terribles jusqu'à ce que l'eau s'infiltre partout et se réchauffe au contact de notre corps. Alors, ce fut la nouvelle épreuve des bouteilles …

DSCF0712.png

Qu'elles étaient lourdes ! Que nous étions malhabiles avec ces palmes qui nous donnaient une démarche de canard ivre. Certaines ne parvenaient même pas à entrer dans l'eau, il fallut les laisser glisser à bout de bras. Puis ce fut la mise en bouche du détendeur. L'angoisse nous avait fait oublier les entraînements de la piscine. Océane s'étouffait, France pleurait, Valentin avait tout oublié, lui qui avait pourtant déjà plongé ici, Nicolas, pour une fois, ne faisait plus le malin, Hélène était paniquée, Safiya totalement tétanisée. C'était la déroute des plongeurs d'opérette.

Seuls Tommy et Océane coulaient des moments heureux en se tenant par la main. Quant à James, il avait été frappé par un terrible coup de foudre. Elle s'appelait Marine, un prénom prédestiné pour vous faire plonger au cœur de la passion. Alicia, à l'aise comme un poisson dans l'eau, restait muette comme une carpe tandis que Lucie, dans son désir de ressembler à une écrevisse, demeurait stoïque sous un soleil de plomb.

A tour de rôle, nous dépassâmes nos peurs et nos inquiétudes. Nous allâmes au fond de l'eau découvrir les maisons enfouies, le chemin de fer de la carrière, le tunnel mystérieux et les poissons qui venaient nous chatouiller. Nous avions le sentiment d'être libres, d'explorer un nouveau monde, bien loin de la piscine aseptisée.

En sortant de cette première expérience, nous n'avions qu'une envie : revenir après le repas, replonger dans ce monde que nous avions découvert, qui nous avait conquis et envoûtés. Nous déjeunâmes bien vite avant de revêtir à nouveau nos tenues en néoprène . Mais mouillées cette fois, elles étaient encore plus difficiles à enfiler. Ce fut un vrai calvaire ...

La torture valait la peine d'être vécue. Le second plongeon fut plus merveilleux encore. Débarrassés de nos angoisses, nous n'avions plus que le bonheur de profiter du spectacle et de ce sentiment de plénitude. Nous pouvions retourner chez nous, riches de souvenirs pour le reste de notre vie ; un beau moment, unique et fort qui nous fut offert par nos amis du « Parfum des mers ! »

Sous-marinement leur.

beffes.jpg

JPEG

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Pillippe Stephan Slipenfer 25 juin 2014 12:43

    Tés bon début

    de nouvelles expéditions serait une grande expérience
    les lacs sont vraiment trouble sauf
    plonger-lac-annecy 

    la méditerranée offre des aventures pour débutant
    un livre difficile a trouver (ma bible)
    300 belles plongée en méditerranéede patrick mouton cartes et descriptif
    tout niveau.
    et je décerne à Luci l’écrevisse cette devise
    la plongée c’est la victoire des lents.
    le moins de mouvement possible pour une consommation d’air minimal

    et lui offre cette courte vidéo

    http://www.plongeurs.tv/Les-plus-celebres-plongees-de-Mediterranee-6-minutes-de-pur-bonheur-_v149.html


    • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2014 12:49

      Slipenfer


      Ce début sera aussi une fin
      Il ne faut pas espérer qu’ils puissent poursuivre l’expérience
      La sociologie de nos élèves ne permet pas de croire qu’ils soient en mesure de prolonger cette belle expérience L’économie demeure un facteur déterminant

    • kalachnikov lermontov 25 juin 2014 15:09

      Merci pour cet article.

      Dans ce monde décidément si accompli, au moins il y a eu un moment d’émerveillement. C’est important, on peut un jour se souvenir qu’un tel moment a été et deviné qu’autre chose est possible. C’est très important, je crois, et plus que cela même, à cette heure : crucial.

      Très franchement, si je compare à mon vécu et celui de ceux de ma génération, les conditions d’existence des minots, la façon dont cette société considère ’l’enfant’ d’aujourd’hui me désolent. Hier, il y avait ici un article sur la situation en Thaïlande et c’est la photo d’ilustration qui m’a frappé : ce jeune homme sortant tout juste de l’enfance, au sein d’un environnement hi tech, qui se plaint de la souffrance (la dictature) et semble apparemment physiquement malade (surpoids ; dans la réalité, il a peut-être un autre problème). Voilà : un individu qui n’est pas heureux, qui n’est pas épanoui, et cela de la naissance à la mort. Une vie de chien en fait, un calvaire.


    • Pillippe Stephan Slipenfer 25 juin 2014 13:04

      dommage
      mais les souvenirs restes et qui sait si quelques un n’iront un jours
      plus avant dans ce monde aquatique bien moins pollué visuellement
      en tout cas que la surface ou fleuri bien plus de panneaux publicitaire
      que de champs de coquelicots.

      du rêve de la magie
       http://www.plongeurs.tv/Full-screen-LA-video-a-voir-en-plein-ecran-absolument_v88.html

      je déteste l argent qui est une escroquerie 


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2014 13:32

        Slipenfer


        L’escroquerie a encore de beaux jours devant elle

      • Pillippe Stephan Slipenfer 25 juin 2014 13:09

        le PMT (palme masque tuba) réserve d"excellente surprises
        pour pas cher

        a+ et désolé pour l ortaugraffe

        je suis meilleur plongeur qu’écrivain


        • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2014 13:33

          Slipenfer


          Je n’y attache aucune importance
          L’expression prime sur la forme

        • Prudence Gayant Prudence Gayant 25 juin 2014 13:29

          Dommage que certains n’y voient pas une ouverture professionnelle. Une excellente opportunité de se sortir de leur enfer terrestre.

          A quoi donc ont servi dix cours intensif en piscine ?
          J’espère qu’au moins vous avez répété avant de vous plonger dans la grande trouble, les gestes élémentaires en plongée. 
          Je crois bien que c’est la seule fois que j’apprécie un peu vos élèves de segpa. 

          • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2014 13:36

            Prudence


            Vous avez tort
            Trois classes sur 4 furent agréables dont celle-ci tout particulièrement

            Hélas la quatrième était si épouvantable que je n’ai eu de cesse de l’évoquer. Elle a faussé votre jugement et parfois mon travail car je l’avais 50 % de temps mon de travail.

            Ils m’ont fait fuir la Segpa après 36 ans de service, c’est vous dire

          • Prudence Gayant Prudence Gayant 25 juin 2014 13:58

            Nabum

            Vous vous moquez ?
            vous avez passé toute cette année scolaire à leur casser du sucre sur le dos. Ils le méritaient peut-être un peu.
            Mais delà à m’écrire que j’ai tort cela dépasse l’entendement.
            Vous ne parliez que de ceux qui méritaient un article à sensation. Les autres les gentils, n’ont eu droit qu’à de très rares évocations.
            Mon jugement n’est faussé que par votre prose.
            Désolée si je ne vous brosse pas le poil dans le sens du chameau.
            Vous avez votre façon d’interpréter les commentaires surtout ceux qui ne vont pas dans le sens de la Loire.


          • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2014 14:12

            Prudence


            Je ne me moque pas

            Une classe m’a pourri la vie et pas qu’à moi, je peux vous l’assurer.
            Une classe qui a elle seule a faussé toutes les statistiques du collège tout entier

            Puis deux cas dans une autre que j’ai évoqué une fois

            Croyez vous que je sois menteur ou amnésique à ce point ?

          • kalachnikov lermontov 25 juin 2014 14:56

            Bah, ne vous disputez pas, ces gosses ne sont que le reflet du monde, c’est cela un gosse, non ? A partir du moment où l’on nait, on est dans un processus de réaction et d’adaptation, avec les moyens que la nature dispense de façon diverse et variée à chaque individu ; à aucun moment, le petit individu n’a une capacité propre à agir sur les choses, il ne fait que s’accommoder comme il peut. L’hypothèse de la faute, la théorie de la responsabilité, ça ne tient pas debout, ce n’est pas soutenable.

            La faillite est collective et on y a tous pris part, d’une façon ou d’une autre.


          • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2014 15:56

            lermontov 


            Restons calme, vous avez raison
            Le monde va mal quand on observe ces gamins

          • Prudence Gayant Prudence Gayant 26 juin 2014 03:02

            Nabum

            Votre sortie-grenouilles a été une excellente expérience pour vos élèves c’est ce qui est le plus important.


          • C'est Nabum C’est Nabum 26 juin 2014 05:59

            Prudence


            Une expérience et une compréhension
            Leur prof principal ne s’est pas déplacé car c’était un jour ferrié ( les plongeurs venaient bénévolement, ça peut se comprnedre)
            Soudain, ils ont compri que tous les adultes n’étaient pas porteurs des mêmes valeurs.

          • Prudence Gayant Prudence Gayant 26 juin 2014 14:07

            Les plongeurs venaient bénévolement cela peut se comprendre ?

            Un baptême de plongée se paye ici 50e. Mais il ne s’agit pas de cela.
            Un grand bravo à toute l’équipe qui a encadré ces jeunes en difficulté et qui leur a procuré une expérience de vie.


          • C'est Nabum C’est Nabum 26 juin 2014 14:09

            Prudence


            3 enseignants sur les 6 de l’équipe
            On devine l’état de notre système éducatif

          • Prudence Gayant Prudence Gayant 26 juin 2014 14:13

            Le principal est que les élèves étaient correctement encadrés, que le nombre de plongeurs confirmés étaient corrects. Si la sécurité était maximale, je dirais tant pis pour les profs absents. 



            • C'est Nabum C’est Nabum 26 juin 2014 15:30

              Prudence


              Je n’en peux plus d’observer ainsi le nombre croissant de collègues qui considérent ce métier comme une profession alimentaire sans conviction ni motivation.

              Il se joue autre chose dans la relation pédagogique que le décompte des heures effectuées

              • Prudence Gayant Prudence Gayant 27 juin 2014 17:20

                Il est grand temps pour vous de refermer la porte de la classe, remiser carnet de notes et stylo rouge au fond du tiroir, chausser des espadrilles, et partir à l’aventure pendant vos deux mois de congés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires