• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Lire sur une plage de Loire

Lire sur une plage de Loire

Notre roman cet été …

Lire sur la plage n’a jamais été chose aisée. Lire sur une plage de Loire ne l’est pas plus mais offre en prime ce dépaysement magnifique que seule notre belle rivière peut accorder. Et comme les romans qui ont la magnifique Dame Liger en toile de fond, sont nombreux, voilà là un programme qui peut réjouir les fins curieux, les touristes cyclistes en mal de culture locale et les épicuriens du verbe.

Mais avant de se lancer dans l’aventure, il convient de se poser quelques questions tout en s'imposant moult gesticulations pour trouver position adéquate afin que la silice ne vous prive pas du plaisir du récit. En bord de Loire, il n'est pas aisé de garder le fil de son histoire, de rester concentré sur le texte tant les sollicitations sont diverses, les perturbations nombreuses et les obstacles de toutes natures. Tout demande réflexion y compris le format du livre que l'on risque de trouver ensablé avant que de l'avoir vraiment parcouru.

La position du lecteur ligérien est un supplice à nul autre pareil. Il doit se prémunir du vent qui est un adversaire redoutable dès que le livre se donne des allures de grand. Le soleil quant à lui, est un opposant d'une toute autre dimension, il convient de choisir sa rive en fonction de la position de l’astre dans le ciel. Il demande équipement ou adaptation. Le lecteur à même le sable, s’il est proche de la nature, risque quant à lui menus visites désagréables et parasites.

Les adeptes de l’encombrement maximal fourmillent d'idées pour tenir le choc ; parasol cela va de soi mais aussi coussins pour surélever la tête, cette partie du lecteur qu'il convient de préserver pour que la lecture demeure utile. Chaises pliantes, basses, trous dans le sable, monticules ou toute autre installation qui donnent confort et repos au dévoreur de lignes sont autant de réponses possibles qu'il vous appartiendra de repousser car ce sont là stratagèmes tout à fait déplacés. Si vous tenez à l’envahissant encombrement matériel, allez donc sur les sables tristes et peuplées de nos côtes. Celles de Loire demandent un dénuement total, une ascèse de lecture en quelque sorte.

Le choix du roman est primordial. La Loire ne supporte pas les grandes sagas venues d’Outre-Atlantique ou bien les ouvrages à succès qui peuplent les têtes de gondole. Vous n’avez pas besoin d’un roman façade qui vous donnerait l'illusion de la sagesse, les voisins sont rares et il n’est pas utile de briller de cette manière. Le livre est votre unique voisin, seul le somptueux décor viendra perturber votre lecture.

Il y a une erreur à ne pas commettre : lire un roman fleuve sous prétexte que vous êtes en bord de Loire, cela constituerait une méprise tout autant qu’une faute. Vous devez prendre le temps de la contemplation, laisser votre récit pour profiter des mille nuances de ce paradis, du foisonnement animal, des parfums et des sonorités naturelles. Votre roman doit ainsi permettre arrêt et rêverie, pause et merveilleux songe.

Le livre n'est pas tout ici, il doit être porte d’entrée du spectacle qui se présente à vous. Il doit vous prendre par la main pour vous ouvrir les yeux, vous mettre en éveil sur la magnificence de la Dame, qui coule alanguie devant vous. Il sera votre guide, votre initiateur. Genevoix à ce titre, n’a pas son pareil pour vous décrire cet écrin unique et enchanteur. Osez Rémi des Rauches et vous serez comblés.

Vous pouvez tout autant faire un voyage dans le temps, découvrir alors les péripéties de la Marine de Loire. Votre choix risque d’être compliqué, nombreux sont ceux qui ont emprunté les habits des mariniers pour écrire une belle histoire qui vous fera voyager sur votre plage de sable fin. Je vous conseille Le Vent de Galerne sur la Loire d’Annick Sénotier, il vous tiendra en haleine tout en vous permettant quelques rêveries, le temps d’une petite sieste.

Si vous avez l’imagination féconde, le sens de l’ubuesque, du foisonnement, de l’abracadabrantesque et que vous ne craignez point les apparitions étranges, plongez-vous dans la série des Vouivres de l’ami Jean-Pierre Simon. Vous aurez votre saoul de péripéties et vous pourrez tout à loisir, levez le nez de votre ouvrage pour admirer le paysage. Comme il se passe quelque chose d’incroyable à chaque page, vous aurez ainsi le temps de souffler un peu.

Mais si vous souhaitez entrer pleinement en harmonie avec la rivière, ses mystères, son passé et son présent, ses peurs et ses débordements, si vous voulez vous initier à sa magie tout en préparant le prochain Festival de Loire, je ne vois qu’un roman à prendre pour lire sur sur plage de notre belle rivière. Vous l’avez sans doute compris ; il s’agit de « Règlement de Conte sur la Loire » de Nadine Richardson et de votre serviteur qui par un joyeux mystère sortira assez tôt pour que les aoûtiens bénéficient de ce bonheur rare que de pouvoir le parcourir sur une grève de notre rivière. Il suffira de contacter l’un des deux auteurs pour faire cette acquisition essentielle à la réussite de vos vacances ligériennes.

Lecteurement vôtre.

Documents joints à cet article

Lire sur une plage de Loire

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 5 août 11:20

    La pollution de la Loire est connue depuis longtemps...même des algues vertes..les animaux en danger par la pollution..idem pour les humains...


    • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 12:35

      @bob14

      Mon livre serait donc une source de pollution supplémentaire
      Merci pour votre franchise


    • marmor 5 août 14:18

      Un peu d’auto promotion avec pour pretexte un article sur un forum citoyen vous permettra peut-être de vendre le quatrième exemplaire. Nadine va rentrer dans ses fonds !! 


      • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 16:18

        @marmor

        Pourquoi ne pas tancer les vedettes qui occupent à longueur d’antenne les plateaux TV et radio
        Je lutte avec mes moyens et je suis une proie facile pour vous

        Eux sont trop puissants pour risquer vos vilaines remarques


      • Aristide Aristide 5 août 17:47

        @C’est Nabum

        Le pauvre auteur méconnu, tels les artistes maudits le voilà donc pleurnichant sur son anonymat bien mérité. C’est marrant de voir réuni autant de suffisance et de médiocrité.

      • Robert Lavigue Robert Lavigue 5 août 18:41

        @C’est Nabum

        Pourquoi ne pas tancer les vedettes qui occupent à longueur d’antenne les plateaux TV et radio.
        Parce qu’ici, c’est vous et vos comparses qui occupent la tête de gondole mitoyenne.
        2 billets de Bernard-Henry de la Loire et autant de Péronnelle des Calanques aujourd’hui.
        4 billets qui ne doivent rien à leur contenu, mais tout aux complicités dont vous bénéficiez.
        1757 billets à votre actif, 1757 billets dupliqués sur je ne sais combien de plateformes, sans compter toutes vos pages Facebook. Faudra trouver autre chose...

        Eux sont trop puissants pour risquer vos vilaines remarques
        C’est exact. Ce qui m’amène à dire que votre littérature avariée encore plus médiocre.

        Les hasards de la publication font que quelqu’un rend hommage à Sam Shepard. Une erreur impardonnable, j’espère que vous interviendrez avec vos comparses pour que cela ne se reproduise plus.
        A votre différence, ce puissant n’était pas un tricheur !
        http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/people/article/hommage-a-sam-shepard-195637


      • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 22:08

        @Aristide

        Rassurez-vous la prochaine crue m’emportera


      • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 22:09

        @Robert Lavigue

        Vos écrits ne risquent pas de faire de l’ombre


      • marmor 5 août 18:51

        Comme dit justement Robert, ici c’est vous entre autre qui occupez le haut du pavé, comme les vedettes à la télé, mais le talent en moins, car si vous aviez le moindre talent, quelque promoteur l’eût sûrement découvert, ne serait-ce que pour l’exploiter. Désolé Nabu, vous cherchez les coups....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires