• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Sa première tournée

Sa première tournée

L’Ankou n’était pas au rendez-vous …

Cette histoire vraie ne pouvait se passer qu’en Bretagne, à deux pas de la baie de Crozon, à Dinéault. Nous sommes dans un siècle qui précède l’invention de l’automobile. En 1896 les chemins sont creux, surtout dans cet Armorique bosselé et vallonné. Dans ce moulin au bord de la petite rivière le Garvan, à l’écart du village, à l’extrémité d’une paroisse rurale de cultivateurs et d’éleveurs qui tirent une maigre pitance d’une terre encore trop acide avant l’arrivée de la chaux, un enfant vient au monde le 28 novembre.

Nous sommes au cœur de l’hiver dans un petit coin de terre battu par le vent de l’Océan. La neige est venue se mêler au décor, donnant une blancheur laiteuse à toute la campagne. Le petit est frêle, ses parents s’inquiètent de sa santé. Il ne faudrait pas que l’Ankou vienne le réclamer avant que monsieur le curé lui est accordé le passeport pour l’éternité.

Dès que c’est possible on emmaillote le gamin. Sa mère, tout juste remise de ses couches est prête au voyage, la famille se prépare à affronter le blizzard. Le père : Jean-Louis, prépare le char à banc et la vieille jument. Toute la troupe s’en va accomplir le devoir de tout bon chrétien, baptiser le chérubin afin qu’il entre dans la grande communauté de l’église. Le recteur a été prévenu de leur arrivée, les nouvelles vont vite à travers les landes et les fougères.

La famille se met en route. Le froid cingle les visages, le petit est soigneusement protégé, bien à l’abri dans les bras de sa mère, pas trop gaillarde malgré tout et qu’un tel voyage épuise encore plus. Le voyage aller se passe pourtant sans encombre, la carriole se joue des ornières et des congères, la vieille Percheronne connait le trajet par le cœur, souvent elle a dû le faire sans le moindre secours de son cocher …

La cérémonie a lieu, l’enfant est désormais sous la protection du très haut. Il en aura grandement besoin car la suite de l’épopée s’annonce délicate. C’est maintenant la tournée de la parentèle et du voisinage qui commence. Chacun veut admirer le nouveau venu et surtout, dans un souci louable, lever son verre à sa santé. À chaque étape, le même rituel ; en dépit d’un froid glacial, sur le char à bancs, les joues rosissent et l’humeur se fait de plus en plus joyeuse.

Les arrêts sont nombreux, à en perdre sans doute la tête. Le vin a coulé à flot, qu’importe que ce soit une horrible piquette. C’est la tête toute retournée que la famille arrive enfin au moulin. On se secoue pour que tombent les derniers flocons, on rallume le feu dans la cheminée quand soudain, le cri de la mère retentit dans la maisonnée : « OÙ EST JOSEPH... ! »

Dans l’euphorie des visites, la griserie de la célébration, l’enfant a échappé à la vigilance des adultes qui avaient sans doute l’esprit ailleurs. Le père attelle de nouveau la jument, il fait demi tour, revient sur les pas de cette folle équipée. Là-bas, dans le lointain, dans le creux d’un fossé, quelques vagissements se font entendre. Il s’approche, le cœur battant, le gamin est là, encore en vie, miraculeusement oublié par l’Ankou, qui n’a pas su saisir sa chance.

Le gamin va grandir, pas trop cependant. Il restera un petit homme frêle, à la grande résistance. Il ne sera pas fermier, son entrée dans l’existence l’ayant durablement marqué. Il se fera facteur dans son pays natal. Ces routes qui avaient failli le tuer, il va les parcourir à bicyclette toute sa vie durant. Il aura le mollet solide, les pentes sont rudes, le vent souvent présent, de quoi vous maintenir en bonne santé en dépit des petits verres offerts de ci de là sur le chemin.

Joseph s’en portera le mieux du monde et c’est un siècle plus tard qu’il honorera son rendez-vous avec l’Ankou, au terme d’une vie pleine, heureuse, faite naturellement de joies et de peines. Quand le passeur est venu le quérir, c’était un soir de neige et de vent. Le vieil homme avait le sourire aux lèvres, il pouvait s’en aller, il avait hérité de cent années de « rab ». La mort avait été négligente, maintenant, il était temps de partir pour ce paradis qui avait failli lui coûter la vie.

Facteurement sien.

 

C’est son petit fils qui m’a confié ce récit, un soir de grand vent, après une promenade nocturne sur le Menez Hom. Il faisait nuit, la canicule était depuis quelque temps dernière nous et tout en écoutant Jean Christophe, un frisson me parcourut le dos. L’Ankou n’aime guère qu’on se joue de lui.

 

Documents joints à cet article

Sa première tournée

Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 août 2018 11:08

    L’enfant étant suffisamment armé pour affronter le monde, je laisse la place aux trolls pervers, puisqu’ils représentent l’esprit d’ANGOR RAT.


    • Ben Schott 20 août 2018 11:39

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

       
      Rien à dire, mais l’important c’est d’être preum’s !
       


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 août 2018 21:35
      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Je ne suis pas armé pour lutter contre eux

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 août 2018 21:37

      @C’est Nabum

      Le suis-je ? C’est une déferlante psychotique sur Agora.

    • mavapoxupo 20 août 2018 11:21

      J’aime pas les contes au présent narratif, mais j’aime bien le destin de joseph :)


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 août 2018 21:35

        @mavapoxupo



        C’est pas si simple

      • juluch juluch 20 août 2018 12:47

        Jolie histoire...vrais apparemment....se qui a plus de valeurs !


        merci nabum !!

        • C'est Nabum C’est Nabum 20 août 2018 13:08
          @juluch

          Elle est totalement vraie

        • vesjem vesjem 20 août 2018 12:56
          @c’est nabum
          dans le même registre des nouvelles de la bretagne ancienne , Auguste Dupouy (1872-1967) a écrit quelques nouvelles révélatrices d’une époque où les drames côtoyaient le quotidien ; où l’ankou y est parfois présent.
          L’« ankou », personnification de la Mort , y était redouté car annonciateur du repos éternel

          • C'est Nabum C’est Nabum 20 août 2018 13:08

            @vesjem


            Merci pour ces précisions

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 août 2018 20:11

            @vesjem
            « L’« ankou », personnification de la Mort , y était redouté car annonciateur du repos éternel ». Comme quoi l’être humain est maso,... smiley.


          • vesjem vesjem 20 août 2018 21:40
            @Mélusine ou la Robe de Saphir
            Ceci se passait dans des temps anciens, où, les assurances vie, la sécu, les progrès scientifiques et les nouvelles prouesses médicales n’avaient pas cours ; toutes ces avancées nous procurent aujourd’hui l’illusion que la mort nous précède mais se dérobe à chaque instant de notre route ;
            En ces temps anciens, la plupart des gens avaient conscience de la précarité et de la vulnérabilité du corps, et , l’entremise« de l’ankou, à visage ténébreux mais humain, était une façon plus »apaisante" d’accepter cette résignation du trépas

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 août 2018 21:43

            @vesjem

            lisez : Femmes qui dansent avec les loups. Un monument que devrait lire tout le monde. Vous verriez la mort sous un tout autre angle. Comme une amie, une alliée. Femmes qui courent avec les loups : Histoires et mythes de l’archétype de la femme ...
            Livre de Clarissa Pinkola Estés

          • velosolex velosolex 21 août 2018 16:39

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Sans doute est une bonne amie, mais de celles dont on préfère écrire un mot de temps, plutôt que de partager le même lit. 

            On sait bien qu’il ne faut pas faire une histoire, comme on dit, comme de se lancer à l’eau la première fois. Après tout n’est pas la chose la plus banales du monde. Un problème qui n’existe pas tant qu’on ne l’ a pas rencontré, et qui n’existe plus une fois qu’on est passé de l’autre coté.
             En Bretagne elle était omniprésente, dans la vie précaire, dans les ex voto, dans le livre des saints, et dans la représentation des chapelles et des calvaires. 
            Parfois elle trousse un peu son suaire pour montrer ses fémurs. Mais bien peu osent danser le french cancan avec elle.

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 août 2018 18:20

            @velosolex

            j’avais une disons copine d’enfance (scorpionne, on s’en doute un peu et fan de Presley) qui avait demandé à ses parents de transformer son lit en cercueil, des rideaux noirs et des squelettes pendus au mur. J’ai malgré tout refusé son invitation. Mais c’était une SACREE bonne femme. Pas si zinzin que cela,...malgré les apparences.

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 août 2018 13:30

            Ankou signifie surtout : angoisse....Différent de ANHK (qui signifie : VIE). La meilleure façon d’éviter la mort, c’est encore de s’en faire une alliée. Bonjour, vous êtes la mort. bienvenue à ma table, je vous donnerai les os.... 


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 août 2018 13:35

              La différence entre ANK OU et ANKH, c’est le « H ». Celui qui n’a plus rien à perdre, puisqu’il est déjà mort à la vie, est bien plus heureux que celui qui craint de la perdre. Logique élémentaire. Il n’a plus sa mort à donner,...


              • Abou Antoun Abou Antoun 20 août 2018 18:57

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                c’est le « H ». Celui qui n’a plus rien à perdre
                C’est sûr, une lettre qu’on ne prononce pas elle peut disparaître, comme vous dîtes ce n’est pas une grosse perte.

              • Lympios8 Lympios8 20 août 2018 19:36
                @Abou Antoun

                .

                Voie lactée ô soeur lumineuse
                Des blancs ruisseaux de Chanaan
                Et des corps blancs des amoureuses
                Nageurs morts suivrons-nous d’ahan
                Ton cours vers d’autres nébuleuses

              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 août 2018 20:15

                @Abou Antoun

                Relisez l’histoire d’ABRAM et son nom qui devient ABRAHAM. c’est le sens profond d’une métamorphose et de d’une renaissance à l’immortalité. https://www.mondedemain.org/revues/2016/mars-avril/lorsqu-abram-devint-abraham

              • Abou Antoun Abou Antoun 20 août 2018 19:00
                Cette histoire est discriminatoire, tendant à présenter la communauté bretonne comme une bande d’ivrognes invétérés.
                Attention Nabum, vous risquez un procès de la LDIB (Ligue de défense des intérêts bretons).


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 août 2018 20:09

                  @Abou Antoun


                  Les personnes vivant en bord de mer sont souvent perçues comme plus prédisposées au suicide et à l’alcoolisme (Amsterdam de Brel). C’est je l’espère un cliché. Ayant connu une personne qui avait les lieux marins en aversion totale étant perçu comme un chêne et une force de la nature, est décédée à 46 ans. Comme quoi,...

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 août 2018 20:25

                  Mais à Abraham monothéiste, je préfère de loin son ancêtre THOT-Hermès. Dieu unique intégrant la pluralité du cosmos ainsi que le paganisme.


                  • Fergus Fergus 20 août 2018 22:05

                    Bonsoir, C’est Nabum

                    Jolie histoire comme il en court de nombreuses en Bretagne. Je ne connaissais pas celle-ci, bien que j’aie séjourné à plusieurs reprises à Dinéault avant de m’installer en Bretagne.


                    • nono le simplet nono le simplet 21 août 2018 04:11

                      je n’étais pas fan de contes fantastiques mais le tandem Bilal - Christin avec entre autres« le vaisseau de pierre » et Jack Vance avec «  le cycle de Lyonnesse » ou «  Cugel Saga » ont fini par avoir raison de mes réticences


                      • velosolex velosolex 21 août 2018 09:20

                        L’ankou en ces hautes terres balayées par les vents , et où gast il fait tout de même assez beau parfois, à une autre figure, que cette épouvantail de mardi gras agitant sa faux « made in china ». A Brennilis la première centrale nucléaire n’en finit pas d’être démantelé. J’allais dire « démontelée »....Le tour de france est passé sur ces terres de légende en oubliant de faire le paradigme de tout cela, s’extasiant sur le lac de Brinnilis sans un mot sur sa centrale éteinte. 

                        J’allais dire « sa chapelle »...Les lieux de dévotion changent...La chapelle de saint Herbot pas très loin d’ici résonne de sa gloire passée. Une queue de boeuf coupée est encore sur l’autel, attestant de rites anciens, quelque peu païens. La cascade du même nom est ignorée du tourisme, pour une raison qu’on pourrait trouver aussi étrange que la résolution d’un mystère dans ces livres des club des cinq...Il faut passer les balises pour trouver cet endroit gardé des cartes.....Il faudra décrypter la moindre rumeur, le long des ogives, dans la parole des anciens, pour y trouver écho. Etranger, laisse ici tes images, et moi toi en prière dans le cirque de la nature et des pierres.les légenes des cascades et de la chapelle de saint herbot


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 août 2018 10:34

                          @velosolex

                          Enfant, ma grand-mère pour me préparer certainement à un monde qui n’était certainement pas pavé que de bonnes intentions me racontait souvent cette histoire véridique. La nuit à Flobecq (Belgique), le jour qui devait s’assimiler à Halloween, des fermiers évidaient une citrouille, creusait des sourire hilare et des yeux, en se promenant la nuit dans les champs. Une personne en est morte de frayeur.

                        • velosolex velosolex 21 août 2018 10:43

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                          L’ankou a vendu son échoppe, son pauvre canasson efflanqué, et fait maintenant dans la mondialisation. 

                          Il a changé son image et arbore le sourire de Di Caprio pour nous faire monter dans le Titanic. 

                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 août 2018 14:35

                          J’ai oublié de préciser qu’il y avait une bougie allumée dans la citrouille,...Les histoires de la campagne, c’était à vous foutre froid dans le dos. Une autre. Un petit fillette morte le jour de ses neufs ans à la communion. Enterrée dans un petit cercueil (les enfants en mourant coûtent moins cher). Trois jours après. le fossoyeur entend des bruits. BOUM, BOUM,... Tout le village d’accourir et de soulever la terre encore fraîche. La petite ressuscitée, vécu très très longtemps ;


                          • Hecetuye howahkan 21 août 2018 16:59
                            Salut

                            alors enfant mon grand père nous racontait cet ankou, nous habitions tout prêt du Roc’h an ankou.....entre Gourin et Spézet , pas loin des tourbières forcément anciennes etc etc

                            le lieu dit existe toujours, ancien site druidique certains disent ..un régal pour les enfants...

                            mais l’atmosphère elle a disparu..diluée comme dans de l’acide chlorhydrique de la science infuse et froide qui se croit encore victorieuse , et du grand n’importe quoi....

                            cela dit elle est là pour qui encore la percevoir...car cette « atmosphère » n’a rien à voir avec les humains mais elle est là pour celui qui fait son travail en lui même..si elle le veut.....là nous rentrons dans un monde qui n’a rien a voir avec celui de la pensée..

                            ce monde réfutés par les trous du cul au pouvoir et leurs suiveurs

                            ah nom de dieu, çà fait du monde..




                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 août 2018 16:51

                              Attention, je connais le sens profond du message chrétien. Un jour, qui approche, les derniers seront les premiers,... Je n’ai pas vécu jusqu’à ce jour, la cheville pourtant ultra fine,..pour ne pas connaître ce moment. Autrement ,franchement, comme dans l’article de Nabum, vu l’état du monde actuel, mieux vaut le passage de l’ANKOU....mais une conviction au fond de moi me porte,..un trésor de certitudes,..C’est bizarre : la certitude, cela vous a une gueule d’enfant qui sourit à la vie. 


                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 août 2018 17:16

                                @Jean Neymar


                                Vous avez de bonnes lunettes,... n’oublions pas la menuiserie. JOSEPH. Mon père était bon un menuisier. Mais on sentait que c’était pour fuir mon hystérique de mère qui lui reprochait comme d’hab, la qualité du pain. Mon père s’étant arrêté dans un Supermarket plutôt que de faire le GRAND détour. Les histoires de famille se limitent souvent à une bouchée de pain et de problèmes de blés. je vois que vous aimez les pizzas. Mon père super gérant des Carrefour belges. presque décoré de la LEGION d’HONNEUR. Un pont qui provoqua de nombreux heurts et chassés croisés. Moi traditionnelle à fond et lui navetant d’un pays à l’autre, apportant la bonne nouvelle : OGM pour tout le monde. Merci. Ma mère, l’exact inverse. Gardienne du traditionnel. C’est le mic-mac ou l’imbroglio. Pire, la quadrature du cercle. qui choisir au final ???

                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 août 2018 17:21

                                Dans la chanson : et onze s’en fout. Do Do7 Fa Do 

                                1- Il n’y a qu’un ch’veux sur la tête à Mathieu

                                Do 

                                2 – Y’a deux Testaments
                                L’Ancien et le Nouveau, 

                                Do 7 Fa Do 

                                Il n’y a qu’un ch’veux sur la tête .à Mathieu !

                                3 - Y’a Troyes en Champagne Y’a deux Testaments...

                                4 - Y’a Catherine de Médicis Y’a Troyes en Champagne...

                                5 - Yen a cinq, simplicité...

                                6 - y en a six, système métrique...

                                7 - y en a sept, c’est épatant. ..

                                8 - y en a huit, huîtres de Zélande...

                                9 - y en a neuf, œuf à la coque...

                                10 - y en a dix, dis c’ que tu veux...

                                11 - y en a onze, et on s’en fout...

                                12 - y en a douze, d’où c’ que tu viens...

                                13 - Yen a treize à la douzaine...
                                 


                                ben non, c’est pas facile de s’en foutre. Le onze, éternel divisé. 

                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 août 2018 18:07

                                @Jean Neymar


                                c’est bien, vous suivez mon histoire de près et avez trouvé le bon filon. 

                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 août 2018 16:52

                                33 ème commentaire. Franchement, pas fait exprès.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès