• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Un orage d’été sur la Loire

Un orage d’été sur la Loire

Le Bonimenteur en galère ...

Le ciel est en colère …

3040595313_9f0bb3e1b6_z.jpg

Depuis quelques heures, la chaleur se fait lourde, pesante, insupportable. On devine une tension qui gagne chacun d'entre nous. Les uns s'énervent pour un rien quand d'autres se murent dans un mutisme de mauvais augure. Des perles de sueur glissent de ci ou de là sur des visages cramoisis, saoulés de chaleur. Les rues se vident, seuls les ultimes forçats de l'été restent à leurs postes : ouvriers du bâtiment et des travaux publics, vendeurs derrière des vitres surchauffées des magasins vides , garçons de café courant vers des terrasses bondées, agriculteurs en plein champ ou surveillants de baignade perchés sur leur chaise d'arbitre.

_dNLwJDh0WbXAuO1sOzX3ld0C5o.jpg

On cherche l'ombre à moins qu'on ne se terre dans des maisons aux volets clos. Le silence se fait, on devine une attente sourde, un temps en suspension. Les oiseaux volent au ras du sol, leurs cris ne laissent aucun doute, il y a de l'électricité dans l'air. Pourtant dans le ciel, rien ne semble encore présager cette menace qu'on espère ou que l'on redoute et qu'une alerte orage de météo-France a ajouté à nos inquiétudes citadines.

Ciel-d-orage-sur-la-Loire-Chaumont-28-08-12-P1300718.JPG

Puis soudain un gros coup de vent annonce le virage fatidique, la réussite des prévisionnistes alarmistes. Le ciel progressivement va se charger de lourds nuages sombres en l'espace de quelques minutes. Des gars du pays s'exclament « Le ciel s'abernaudit ! » Point n'est besoin d'en rajouter, chacun ici connait le sens de cette menace. Il y a comme un changement soudain, une modification sensible de tout ce qui nous entoure.

27-nov-2011-024.jpg

Mais pour votre serviteur tout est différent, il est seul au milieu de l'eau, petit esquif minuscule perdu dans l'immensité de la rivière. Tout va prendre une toute autre dimension. Son inconscience l'a poussé là, il a fait le pari de passer à côté de l'orage, il pensait avoir le temps d'aller au bout de son parcours. Le voilà fétu de paille, à la merci d'une nature prête à se déchaîner.

8720637149_507a2ff159.jpg

Les bruits se font plus étouffés, la lumière s'estompe, le vent n'en finit pas de se lever. Sur la rivière, des rides se forment, bientôt ce seront des vagues, des creux inquiétants. Tout devient gris, tout a changé de forme. Il fait moins chaud pourtant, les gens sont encore plus accablés. Ils attendent une délivrance qui ne semble pas vouloir venir. Sur l'eau, il n'y a plus personne, les engins motorisés se sont hâtés de rentrer au port. L'imprudent est le dernier sur les flots.

IAuxzG9GtEmMMS1qk4vB2pSnEXA.jpg

Puis au loin, le ciel se déchire. Un bruit encore étouffé, une détonation encore distante. Il n'y a plus de doute, la colère des cieux va crever, l'orage va tourner au dessus de sa tête. Le vent devient rafales, la nuit couvre cette fin de journée. L'attente sera de courte durée comme une bête sauvage la force démesurée des éléments va régner en maître des lieux. Il est déjà balloté sur la rivière tourmentée.

Ciel-d-orage-sur-la-Loire-Chaumont-28-08-12-P13007-copie-1.JPG

C'est le début du plus grandiose des spectacles. Des zébrures monstrueuses, des étincelles d'une incroyable beauté illuminent un paysage aux contrastes magnifiques. Les détonations, les craquements sinistres, les coups de canon accompagnent cette pyrotechnie des dieux. Il semble que plus aucune présence animale ne se manifeste, seul un minuscule humain est perdu sous le déluge qui débute.

22111250420111640.jpg

La pluie arrive, des cataractes d'eau, des flots continus qui tombent du ciel. Une force inouïe, une violence rare, une soudaineté à laquelle personne se s'habitue jamais. Il doit se protéger, se mettre à l'abri mais tout est menace, tout est danger. La foudre peut le surprendre. IL tremble de tout son être : le froid, l'eau, la peur, une terreur incontrôlable en sont les causes possibles. Il maudit bien tard son inconscience folle !

P1030443.JPG

L'eau est déchaînée, la rivière est en folie. Un onde démontée, des creux dans une eau noire, il se pense soudainement en mer. Au dessous de lui, le ciel est en feu. Ça crépite de partout, ça résonne, les bruits se répondent et font écho : roulement de tambour, cascades de pluie, chutes de grêle peut-être, coups de canon, craquements sinistres. Il se croit perdu au milieu de ce déchaînement furieux. Il n'est plus qu'une, poupée de chiffon, un pantin perdu à la merci des éléments déchaînés sur une Loire en furie.

P1030441.JPG

Dans cette effrayante tempête il ne parvient pourtant pas à s'empêcher de jouir d'une formidable explosion olfactive. Tous les parfums du monde sont réunis en ces quelques minutes de folie. Il est enveloppé des senteurs sauvages d'une terre chauffée à blanc, de la profondeur de toutes les nuances d'une rivière exaltée, du bouquet minéral d'un sable libéré de sa fournaise par les pluies tumultueuses. Une brume se forme, elle porte vers lui cet enivrant don d'une nature en fusion.

P1030439.JPG

Puis soudain, tout s'arrête. Un moment de calme impressionnant suit le délire précédent. Des trouées lumineuses se font dans le noir des cumulonimbus. Le déluge a cessé, celui de la pluie, du bruit et du vent. Seuls les parfums continuent à exploser de toutes parts. Le ciel se pare de violets profonds, de rouges resplendissants, de raies de lumières blanches, de contrastes époustouflants. Sa frayeur est effacée. Il n'est plus qu'admiration et sensations, jouissance et gourmandise, plénitude et extase. Il se réjouit d'avoir été l'unique témoin de ce spectacle grandiose ...

P1030437.JPG

Il a été secoué, il n'était plus rien et le voilà le roi d'un monde qui renait après le déluge, qui rejoue les premiers instants de sa création. C'est un survivant à moins que ce ne soit le premier des humains, celui qui est sorti de ce chaos primordial. Alors, il reprend son chemin, il respire à pleins poumons, il regarde de toutes parts ce tableau exceptionnel. Il renaît à la vie ! Il a traversé un orage d'été, il a été le témoin du plus grandiose, du plus violent, du plus magnifique de tous les spectacles !

P1030435.JPG

Orageusement vôtre.

JPEG - 113 ko

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 2013 12:56

    Morvandiau


    Je viens juste d’en partir. Je vous ai envoyé uin message ici et je n’ai pas eu de nouvelles. J’ai visité Pont de Vaux. Pas de nigation pour moi, personne ne m’a ouvert son bateau. Ce sera une fois prochaine. Il faudrait me laisser vos coordonnées. Pour celà, passez par chroniques-ovales.com en laissant un message. J’aurai accès à votre mail et vous encerrai le mien.

    Désolé

  • C'est Nabum C’est Nabum 5 août 2013 13:42

    Morvandiau


    Ce sera au cœur du Festival de Loire Impossible ! À la toussaint 

  • C'est Nabum C’est Nabum 6 août 2013 07:14

    Morvandiau


    La rage sans doute car je n’échappe pas aux coups de gueules et aux morsures ...

  • Pillippe Stephan Uraniumk 5 août 2013 15:31

    Guerrier Nabum Nabum faire comme vieilles femmes
    cacher sous canoé,quand esprit du ciel lance flèche de lumière.
    moi sortir tout nu dehors et danser, flèche de feu pas tomber sur l’os
    qui fait des enfants...
    Magie des blancs mettre en boite jolie ciel,mais ciel toujours changer.

    hug. !!!!!!


    • C'est Nabum C’est Nabum 6 août 2013 07:15

      Uraniumk 


      Ne me jetez pas de sortilège ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires