• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Une aventure ligérienne

Une aventure ligérienne

La remontée des bateaux sur la Loire

À Bou, de gré ou de force : la Binette !

 

217037 468002223232957 1480242591 n

Une folle expédition ligérienne

 

558528 467994359900410 702266998 n

Comment faire partager avec quelques mots notre étrange folie de vouloir malgré l'impossible évidence, naviguer sur un fleuve qui ne se prête que de très mauvaise grâce à ce désir absurde ? C'est à ce défi auquel je m'attelle pour essayer de vous donner à comprendre l'expédition incroyable que nous menâmes sur la Loire d'Orléans à Bou.

539317 467998699899976 1208723278 n

En cet après-midi ensoleillé, il nous prit l'envie inconsidérée de remonter le fleuve à contre courant de l'eau et de l'histoire. Notre trajet ne devait pas être bien long, nous disposons, contrairement à notre glorieux devanciers, de moteurs puissants pour affronter la force de l'eau qui file vers l'Océan.

549599 467999253233254 1557970160 n

Mais la Loire n'est pas fille facile. Elle dissimule bien des chausse-trappes pour contrarier les desseins des mariniers d'opérette en goguette. Le vingtième siècle a abaissé le lit du fleuve d'un mètre après un dragage insensé et anarchique du sable pour alimenter l'explosion des constructions lors des trente glorieuses. Ce bouleversement a mis à mal quelques ponts et bien des chenaux historiques.

318405 467999623233217 1574331690 n

Les hommes continuent de vouloir agir sans se rendre compte des conséquences de leurs actes. Ici, à coup de bulldozer, on a modifié la structure d'un immense banc de sable. Là, on a laissé s'effondrer un dhuit, mur de pierre dressé autrefois pour canaliser le courant. Partout, le passage des ponts demeure une épreuve avec les vestiges des guerres, les différences de niveau et les immondices des hommes.

423958 468003443232835 598714175 n

La Loire ajoute ses petites roueries personnelles. Elle cache en son fond des rochers imposants et traîtres à nos coques. Ils viennent d'un lointain passé, ils se terrent, sournois et discrets pour blesser nos bateaux. Ailleurs, ils affleurent, ils provoquent remous et passes impossibles. À tout moment, il faut regarder où l'on met la coque et trembler pour les pales de l'hélice.

552117 467994543233725 2144219891 n

Il y a encore les bras d'eau qui se perdent et nous conduisent dans des impasses, les bancs qui soudain interdisent le passage sans que nécessairement ils soient visibles. Il y a encore les goulets où le courant s'accélère, les chenaux qui se bouchent et le lit qui n'a plus assez d'eau. Tout cela transforme une petite balade en galère merveilleuse …

386258 468003713232808 737073367 n

Nous avons cumulé toutes les folies du fleuve en cette expédition. Nous partîmes avec deux bateaux : une toue sablière imposante, un fûtreau léger et manœuvrable. Le passage du premier pont fit hurler les moteurs qui allèrent au bout de leur puissance pour vaincre la colonne d'eau. Il fallait tout autant connaître le seul passage qui permet de franchir la marche.

400912 468000926566420 749151973 n

Puis ce fut le début du jeu de cache-cache entre rochers, cailloux, coques et pales. Il ne faut jamais relâcher l'observation tout en choisissant la bonne option, le passage qui conserve assez d'eau pour nos pourtant petits tirants d'eau. Lors de cette première partie, d'Orléans à Combleux tout se passa sans anicroche et nous mîmes 1 heure 30 pour 5 kilomètres en ligne directe (ce qui n'est jamais la voie empruntée )

304391 468000803233099 500538130 n

À Combleux, pour rendre service à un camarade fort sympathique mais indisponible, nous mîmes à couple son grand fûtreau le long de la toue sablière. Nous avions ainsi un encombrant des plus imposants pour ce fleuve qui préfère la barque légère, le frêle canoë ou l'aviron racé que notre embarcation double de 12 mètres de long et 10 de large. Un convoi exceptionnel en quelque sorte !

304391 468000803233099 500538130 n

Ce fut le début de la Berézina ligérienne, le chemin de croix sur l'eau, la fin des haricots secs et le marinier à la mer. Quatre heures et demie de blocage, demi-tour, tergiversation, chocs et contrariétés. La Loire nous a montré avec constance qu'elle ne se laissait pas apprivoiser, la diablesse. Nous passâmes ainsi autant de temps dans l'eau à tirer, pousser, soulever nos lourdes embarcations qu'à tenter de naviguer. Un travail de forçat pour ceux qui pensaient simplement trouver du plaisir.

394471 468004536566059 285010217 n

Pourtant, il y eu aussi un grand moment de bonheur, une demi-heure à la seule force du vent, le silence et l'effacement de presque tous les obstacles. Le bateau poussé par sa voile se moque alors des baisses de niveau, il va son chemin dans une paix magnifique. Mais, au bout de ce bonheur, le vent change de sens au détour d'un coude. Non pas qu'il tourne, non, il s'engouffre différemment, il vient d'une autre direction. Alors, il faut affaler la voile, revenir au bruit et aux soucis du moteur. Et le rêve venté devint cauchemar mouillé.

JPEG

Il suffit de regarder les photographies pour comprendre que ce ne sont pas des paroles en l'air qui tombent malencontreusement à l'eau ! Ce fleuve a des facéties qu'il nous sert avec une roublardise sans égale. Nous avons subi mille avanies pour arriver au port, il fallut même avoir recours à des bons samaritains lorsque nous fûmes pris au piège d'un cul de basse-fosse aqueuse.

185050 468005469899299 1034759325 n

Nous avons tracté trois bateaux à la corde et au milieu de l'eau, au cœur du goulet pour terminer sur les genoux cette joyeuse escapade. Il y eu casse et avaries, deux pales ont rendu l'âme et deux voies d'eau se sont déclarées. La passion Loire n'est pas sans un prix à payer et bien des efforts physiques. J'espère que vous comprenez malgré tout ce qui nous pousse à redevenir mousse quelles qu'en soient les difficultés.

285588 468007096565803 1042437242 n

Ligériennement vôtre.

385999 468007926565720 1443117037 n


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Constant danslayreur 8 septembre 2012 10:59

    Article et auteur d’utilité publique, merci pour le partage.


    • C'est Nabum C’est Nabum 8 septembre 2012 12:01

      Constant danslayreur


      Un écrivaillon qui se mouille ne peut pas être totalement mauvais.

      merci beaucoup !

    • BOBW BOBW 8 septembre 2012 11:16

       Bravo pour cet article d’aventure imagé et vivant qui fleure bon la nature et l’air pur (loin des effluves des raffineries de Donges).

      et loin aussi de la pollution bancaire et politique de Goldman Sachs empoisonnée et malodorante


      • C'est Nabum C’est Nabum 8 septembre 2012 12:03

        BOBW


        Il faut savoir parfois souffler dans ce monde délirant !

        J’ai ommis de citer le photographe et ami : Bertrand Deshayes du Girouet, merci à lui !

      • joletaxi 8 septembre 2012 13:54

        Oui, belle histoire,émouvante, car, si on applique la logique de la mouvance,il faudra bien que l’on se dote des réservoirs de stockage des énergies vertes(enfin dites vertes) et que l’on ressorte des cartons,l’idée d’un grand barrage sur la Loire.

        Ce sera magnifique,un lac ,refuge de milliers d’oiseaux de passage( enfin les chanceux qui auront échappé aux haches volaille), des activités ludiques saines et vivifiantes pour nos d’jeunes,et l’ouvrage,à couper le souffle par sa beauté, ode au génie humain(oups français)

        Un beau projet, non ?


        • C'est Nabum C’est Nabum 8 septembre 2012 14:34

          joletaxi


          Je pensais qu’au delà de nos divergences nous pouvions être amis

          Vouloir imposer un barrage sur la Loire serait alors une déclaration de guerre, une injure au ligérien que je suis !

          Reprenez vous que diable et otez vous de l’idée ce crime abominable.

          La Loire est rebelle tout comme comme ceux qui l’aime à la folie ? je suis disposé à prendre le maquis pour la défendre et je ne veux pas vous avoir au bout de mon fusil

          Sachez que je suis sérieux et que rien, jamais ne doit désormais entraver ma fille Liger.

        • joletaxi 8 septembre 2012 16:02

          allons allons, je vous taquine....quoique....

          il y a dans notre beau belgistan,republique socialiste, un barrage contre lequel des tas de gens plein d’ardeur ont lutté durant des années.
          Au final,un beau plan d’eau, une nature préservée, et un pôle d’attrait économique certain.
          Et en plus il s’agit d’une centrale turbinage pompage, réalisée avant même que les écolos découvrent l’utilité du procédé,ce qui ne les emp^che nullement de s’opposer à un projet similaire à un autre site depuis 50 ans.

          Mais ne m’en voulez pas, je suis un grand amateur de beaux ouvrages d’art, ponts, barrages, etc.


        • C'est Nabum C’est Nabum 9 septembre 2012 00:54

          Joletaxi


          Venez sur la <Loire et laissez moi vous la conter, vous verez la vie autrement

          C’est ce que je viens de faire toute la journée durant et les gens écoutent et se taisent

          Allons un petit effort 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès