• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Une chanson, c’est peu de chose...

Une chanson, c’est peu de chose...

Pour la fête de la musique, célébrons la chanson... en évoquant un magnifique texte consacré à cet art populaire...

Intitulée Allez savoir pourquoi, cette chanson interprétée par les Compagnons de la chanson, suggère bien tous les pouvoirs de la musique, tous ses charmes.

Combien de chansons ont rythmé nos vies, nous ont accompagnés depuis notre enfance !

"Une chanson, c'est peu de chose...", nous dit le poète, mais il en perçoit toute la valeur et toute la magie...

Un simple air de musique reste, ainsi, parfois gravé dans notre mémoire.

La chanson désignée par le pronom "ça" devient une entité mystérieuse et magique qui vient "se poser au creux d'une oreille" et qui "reste là."

Personnifiée, la chanson revêt ainsi une grande importance et semble vouloir nous accompagner comme une amie dans nos vies.

"Allez savoir pourquoi...", rajoute le poète, insistant encore sur la magie mystérieuse de la musique et de la mélodie, en s'adressant à chacun d'entre nous... 

On entrevoit aussi les thèmes évoqués : "les joies, les peines" sur lesquelles "se promènent" les chansons, des thèmes éternels qui nous concernent tous.

Puis, le poète suggère la naissance d'une chanson sur la guitare d'un "enfant du faubourg", à partir "de deux ou trois mots d'amour" qui sont comparés à des bouquets de fleurs, puisqu'ils ont "fleuri" sous les doigts de cet amoureux, belle image associée traditionnellement à la passion...

De quoi créer "un grand bonheur"... cette expression réitérée souligne bien l'exaltation de l'amoureux.

"Une guitare en bois, des mots d'amour", voilà la recette éprouvée de nombreuses mélodies que nous gardons en mémoire...

L'hymne à l'amour, Quand on n'a que l'amour, Que serais-je sans toi, Aimer à perdre la raison, Les mots bleus... tant de titres nous viennent à l'esprit.

Le poète évoque aussi les rimes qui accompagnent et rythment la chanson, oeuvre poétique, par excellence.

Le poète nous laisse, ensuite, entrevoir le processus ancien de diffusion et de transmission de la chanson : on entend "un titi de Paris" qui siffle une rengaine en retrouvant "Mimi", et "Mimi" la répercute, à son tour.

Le thème amoureux revient avec l'évocation d'un troubadour dont le sommeil est hanté par une dame : dès lors, il ne peut que passer sa nuit à composer une nouvelle chanson...

L'amour, encore et toujours, a inspiré tant de poèmes et tant de chansons !

La mélodie rythmée, emplie de gaieté nous invite à célébrer le bonheur, le bien-être, les émotions que nous procure la musique...

 

Auteur : Jean Broussolle

Compositeur : Jean-Pierre Calvet

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/06/une-chanson-c-est-peu-de-chose.html

 

Vidéo :


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 23 juin 20:37

    BICHON DE TRUMP DÉCHIRE SA RACE (NOIRE) À L’ÉLYSÉE (BOOBALAND)
     
    BOOM... BOOM... BOOM... POUR LE JUPITERONET DES COLONS...
     
    PLOUC SOUCHIEN S’ABSTENIR...
     
    Bichon de Trump, de son petit nom « Jupiteronet » où « Poupée gonflable gogochonne du Capital » (Onfray)
     
    « “Tu as vu, soufflait quelqu’un, c’est Brahim Zaibat, le danseur, l’ex de Madonna ! Mais si, tu sais, il était dans la finale de The Island Celebrity  !”. C’est de cette faune hétéroclite qu’est apparue, à 20h45, provoquant un mouvement de foule et une éclosion de téléphones portables dressés vers le ciel, Brigitte Macron tout sourire tandis que la musique augmentait ses boum boum. » (Le Parisien)
     
    https://www.egaliteetreconciliation.fr/Electro-decadence-a-l-Elysee-la-bamboula-des-Macron-dechire-sa-race-noire-51335.html


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 juin 21:30

      La nuit je mens , je prend des trains à travers la plaine ...la nuit je mens , effrontément ...j’ai dans les bottes des montagnes de questions...où subsiste encore ton écho...où subsiste encore ton ego...


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 juin 21:50

        @Aita Pea Pea

        Les dingues et.les paumés jouent avec leurs manies , Dans leurs chambres blindées leurs fleurs sont carnivores.etc.......


      • rosemar rosemar 23 juin 22:12

        @Mekissê

        Pourquoi n’écrivez-vous pas un article sur cette merveilleuse chanson !?

      • covadonga*722 covadonga*722 23 juin 22:24

        tenez rosemar c’est cadeau !


        Unser liebe Fraue vom kalten Bronnen, Bescher uns armen Landsknecht ein´ warme Sonnen ! Daß wir nit erfrieren, gehn in des Wirtes Haus wir ein mit vollem Säckel, mit leerem wieder aus.

        Die Drummen, die Drummen, Lärman, lärman, lärman, heiridiridiran, ridiran Ride Landsknecht voran.

        Unser liebe Fraue vom kalten Bronnen, bescher’ uns armen Landsknecht ein’ warme Sonnen ! Daß wir nit erfrieren, iieh’n wir dem Bauermann das wullen Hemd vom Leibe, das steht ihm übel an.



        • pemile pemile 24 juin 00:22

          Une chanson que j’adore sans rien piger au texte, c’est la mémoire et la mer de Léo Ferré,
          quelqu’un possède quelques clés pour décoder ce texte ?

          Interprété par Philippe Léotard


          • rosemar rosemar 24 juin 09:12

            @pemile
            « Ce texte de Léo Ferré est considéré comme l’un de ses plus difficiles à comprendre tant celui-ci fait appel à des images complexes et à des éléments personnels de la vie de l’artiste. Ferré y fait preuve d’un sens du lyrisme hors du commun et du point de vue de la versification, d’une grande rigueur. »


            dixit Wikipedia

          • pemile pemile 24 juin 19:26

            @Blek « Mais on s’en fout de ce que tu écoutes. »

            Eh ben, mon ptit totrob, c’est pas toi qui nous expliquais que tu t’excitais vite fait dès que t’écoutais du hard rock ?


          • phan 24 juin 03:37
            Mexique 1 - Allemagne 0
            Mexique 2 - Corée du Sud 1 
            Pendant ce temps, Rosemax chante sur l’autre plage à côté de Copacabana en rêvant du Jardin d’Hiver

            • rosemar rosemar 24 juin 09:02

              @phan

              Merci pour ces illustrations musicales...

            • Nowhere Man 24 juin 11:02

              Les Compagnons de La Chanson le meilleur groupe français de cette période. Les anglais se contentaient des Beatles...

              Les deux groupes se sont retrouvés lors de la reprise pas franchement fabulous de Yellow Submarine.
              Nos Compagnons pour l’occasion furent à la peine pour contrer la concurrence de Momo Chevalier sur le même titre.
              En traversant la Manche le sous-marin fut repeint en vert (pour la rime de ‘’ mer’’).


              • rosemar rosemar 24 juin 20:58

                @Nowhere Man

                Ils ont chanté un beau répertoire, par exemple 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès