• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Mode & tendances > Avons-nous quitté les années 1980-1990 ?

Avons-nous quitté les années 1980-1990 ?

De nos jours, ce qu'il est convenu d'appeler « les boomers » (les personnes nées pendant la reconstruction européenne d'après-guerre 39-45, shootée au plan Marshall étasunien contre des contreparties américanisant l'Europe occidentale … ) … ce qu'il est convenu d'appeler « les boomers » sature l'espace français.
« Les vieux » règnent démographiquement, de 50 à 70 ans, n'ayant connu aucune grande fatalité historique : ils avaient de 20 à 40 ans à la fin du vingtième siècle. C'est-à-dire qu'ils furent adultes dans une période où l'on parlait déjà de récession économique après les chocs pétroliers des années 1970, une période où décollèrent les politiques néolibérales (c'est-à-dire étatico-financières, promouvant toujours plus d'oligopoles voire de monopoles multinationaux, à travers « la dérégulation », qui est aussi une re-régulation différentielle, en fait) perdant le libéralisme original ainsi que les dynamiques véritablement capitalistes dans la démarche (au même moment, explosèrent les mouvements altermondialistes et écologistes, sans surprise puisque cela occasionne des formes de diktats économiques, absolutisme financier).
Or, dans la mesure où rien n'a vraiment changé en quarante ans, nous pouvons nous demander si nous avons bien quitté les années 1980-1990.

 

JPEG - 172.2 ko

 

Ceux qui ont la télévision peuvent le constater tous les jours … à moins qu'ils ne soient trop habitués à la télévision, et qu'ils se laissent bercer par son ronron quotidien, dans les joies comme dans les peines diffusées. Alors, ceux qui n'ont pas la télévision, peuvent être les mieux placés pour le remarquer. Remarquer quoi ? … Que les programmes et leurs mises en scènes n'ont pas foncièrement changé, en quarante ans (1980-2020). Oh bien sûr, les chaînes se sont multipliées, et ce qu'il est convenu de nommer « télé-réalité » a fait son apparition française en l'an 2000, néanmoins les plateaux-télés tendaient déjà vers cela auparavant : pour le meilleur, avec des programmes de faits de société tels que Strip tease … pour le pire, avec des Ça se discute ou C'est mon choix, jusqu'à Cyril Hanouna évidemment.
Dans le même temps, des diffusions elles-mêmes accompagnaient le mouvement plus ou moins sympathiquement et critiquement, telles que Les Enfants de la télé ou les inénarrables Inconnus. Et néanmoins, peu ou prou, cela contribuait à la réputation de la télévision, puisque « elle est plus ou moins capable de se remettre elle-même en cause ». Et puis, l'audimat était présent, certes de façon un peu plus « obligée » hier qu'aujourd'hui, puisqu'il y avait moins de choix (sans parler d'Internet, encore qu'on voie bien de nos jours que certains sites et chaînes dominent largement les consultations, entre porn, divertissements et « réseaux sociaux »). Mais sur Canal+, la marionnette de PPDA répétait pourtant en gimmick : « vous regardez trop la télévision bonsoir ! » sans parler de cette caricature d'Homer Simpson
Vraiment, dès l'explosion des masse-médias audiovisuels, tout était en place pour nous dire de faire attention. Au lieu de quoi, le quatrième pouvoir a bel et bien pris le pouvoir, en instaurant une tradition néolibérale de toutes pièces, à coups de montages, de séquençages et d'émissions. Un film en avait été fait en 1985, et une sorte de remake en 2012. Mais musicalement c'est pareil, entre les « fans des années 80 » ainsi que les radios produisant essentiellement des remakes du rap et de la dance (nés dans les années 80-90 … ). À vrai dire, quand on se penche encore sur les productions filmiques, on trouve que les problématiques n'ont pas changé : le Professionnel, Tchao Pantin, Sac de nœuds, Gazon maudit, Les Deux papas et la maman … Non, non, rien n'a changé : tout, tout a continué … sans parler de la mode du « rétro » actuel, au point que certains se donnent des « effets VHS » avec des films récents, sans parler de tout le rétro-gaming qui invente même de nouveaux jeux pixellisés (par exemple Gods will be watching, The Red String Club, Lisa … ).
Finalement, à l'heure des GAFAM qui travaillent en collaboration avec les masse-médias de toutes façons, les plus grandes frayeurs de science-fiction des années 1980 (dans des films tels que Brazil, Akira ou Blade Runner et sa récente suite), ce sont réalisées en termes de méga-corporations (et c'est sans parler de franchises qui se perpétuent toujours, telles que Terminator, Star Wars ou … les Trois Frères … ).

Vraiment, nos mœurs sont comme enfermées dans une boucle temporelle, suscitant allègrement la critique du présentisme, du désirisme, du narcissisme ou du consumérisme, manifestement depuis Mai 68 (avec ses dérives d'enfants gâtés-pourris par « le miracle économique » : les boomers sont-ils des raclures ?) … mais « Mai 68 » est devenu une mythologie contemporaine largement exploitée par Netflix, au même titre que Star Wars … mythologie dont on se réclame dans des mouvements gauchistes et centristes profitant aux droitistes, qui ne sont pas sans faire penser aux jediistes, dans le style sociologique des militants (finalement, les mystifiés sont eux-mêmes présentistes, désiristes, narcissistes et consuméristes).
Et quelle différence de profil y-a-t-il pour ainsi dire depuis des décennies, entre les jeunes ?

 

JPEG - 184.7 ko

 

Bien sûr, James Dean est antérieur aux années 1980 et a donné le ton socio-médiatique pour ainsi dire. De plus, il bénéficiait – dans son genre mortifère néanmoins – d'une assurance que n'ont plus les jeunes des quarante dernières années, enfin tout dépend, et évidemment à mesure que l'on tire vers la racaille (pas forcément « de couleurs ») ...
Entre la génération des boomers, génération « W », et l'actuelle génération Z (en passant par la X et la Y), il semble y avoir des différences. Et, après tout, l'explosion des technologies de la communication omniprésente (jusqu'à la 5G actuelle … ) a modifié le rapport de chacun à l'espace-temps (voilà vingt ans encore, on se donnait rendez-vous en étant fidèle au poste : aujourd'hui cette méthode et ce devoir n'ont plus lieu d'être, ce qui engendre évidemment des angoisses, des frustrations et des déconcentrations, quand ils sont requis … tout en occasionnant des mobilités frénétiques).
Désormais, nous recueillons les fruits délirants de SOS Racisme, du mittérandisme (qui mis en exergue le FN pour embarrasser la droite catho-tradi d'époque, jusqu'à nous retrouver avec un duel Macron-Le Pen, grâce à un révisionnisme faisant porter le chapeau des régimes militaires du XXème siècle à l'extrême-droite … certes engendré aussi par la réduction du temps d'antenne pluraliste, sous le coup du néolibéralisme) et ainsi de suite, or il est vrai que les jeunes aujourd'hui n'ont plus le même moralisme qu'il y a quarante ans. Ils font même fi du SIDA qui inaugura pourtant la période, c'est dire …
Mais enfin : au-delà du fait qu'au fond, toutes les jeunesses se ressemblent dans leurs enthousiasmes militants éthologiques, il appert que les découpages générationnels en question sont avant tout managériaux et masse-médiatiques : ils cherchent, comme d'habitude, à « diviser pour mieux (gérer) régner », en créant des malaises « âgistes » dans la civilisation, en plus des malaises « racistes », « sexistes », « écologistes » et « genristes » artificiellement entretenus pour la plupart, à travers ce qu'il est convenu d'appeler identity politics. Tout cela est d'enthousiasme militant. Mais le gauchisme soixante-huitard ne l'était pas moins, qu'ont cultivé les boomers de génération W, adultes dans les années 1980-1990.

 

JPEG - 65.9 ko

 

Bref, l'actuelle pyramide des âges française ne laisse plus trop de doutes : la majorité des « aînés » vit dans cette idée que le monde est « à l'aise », sur la base d'habitudes prises dans les années 1980-1990, et tient évidemment à conserver sa retraite en l'état. De plus, la jeunesse actuelle, née depuis 1980, devenue largement adulte (40 ans) a elle-même des habitudes héritées de cette époque, sachant que notre époque (années 2010-2020) poursuit des démarches massivement engagées à la fin du vingtième siècle. Malgré des événements forts tels que la chute du mur de Berlin ou le 11 septembre 2001 (que l'on tend à oublier), il se trouve que la Russie continue d'inquiéter comme « au bon vieux temps » et l'affaire du port du voile en France n'est décidément pas neuve, puisqu'elle date de 1989.

De façon inquiétante, on constate que « le progressisme » est devenu un néo-traditionalisme ou un néo-conservatisme, parfaitement incarné par monsieur le président Emmanuel Macron (aka « le Georges Bush français ») sans parler de toutes les CSP++ françaises.
Mais, inversement, il n'est pas non plus étonnant que le monde né des révolutions des XVIIIème-XIXème siècles, voire XXème siècle encore (avec les spasmes des régimes militaires transpartisans, pas spécialement « de droite » en vérité) se soit trouvé un rythme de croisière.

Personnellement, par-devers tous les alarmismes dont on nous rabâche les oreilles toujours et partout, je ne mettrai pas ma main à couper que l'effondrement est pour demain, et je pense plutôt que ces alarmismes eux-mêmes, font partie du rythme de croisière du « nouvel ordre mondial » courant depuis des décennies.

 


« Things are changing, but nothing changes : le roi est mort, vive le roi ! »

 

_________________________________________


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Septime Sévère 8 septembre 14:46

    Vous pouvez reprendre lentement depuis le début ? 


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 8 septembre 16:56

      Hahahahahaha !


    • Septime Sévère 9 septembre 08:03

      @Mervis Nocteau
      .
      C’est pourtant vrai que l’extrême-droite est un repaire de malotrus brutaux nés avec un besoin viscéral de têtes de turc. 


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:09

      Vous employez une expression chargée. Pourquoi vous en prendre à vous-mêmes à ce point-là ? Respectez-vous un peu !


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:12

      Aux aveugles : je vous identifiais à un extrême-droitier s’en prenant aux Turcs.

      Au-delà, votre réaction était une insinuation délirante, faisant de moi VOTRE tête de Turc : n’inversez pas les rôles.


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:21

      Aux aveugles encore : « délirante », parce qu’insensée quant à l’extrême-droite. Saviez-vous que de nos jours, des squatteurs peuvent s’installer dans votre propriété en changeant harmonieusement la serrure (pas de trace d’effraction), et que si vous ne pouvez pas de l’acte de vente ce sera légalement la croix et la bannière pour pouvoir remettre les pieds chez vous ? Vous risquez plus cher que vos ennemis, si vous les forcez vous-même à partir. Et saviez-vous qu’en cas d’agression physique, vous risquez de même plus cher, si votre réflexe est « disproportionné » ? Et saviez-vous en outre, qu’il est vrai que des personnes sans la nationalité touchaient régulièrement plus d’allocations que des nationalisés et autres natifs (dont droit du sol), qui pourtant oeuvre au territoire ? Ces derniers risquant tous les problèmes précédemment cités, du coup. Dans quel beau pays vivons-nous ! ... Mon patriotisme n’est pas automatique, renseignez-vous un peu avant dire de jouer les racailles.


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:24

      * si vous ne pouvez pas produire l’acte de vente

      * avant de jouer les racailles


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:39

      * oeuvrent

      Que croyais-tu mauvais bougre ? Que je n’avais pas remarqué le dénigrement dès ton premier commentaire ? Que j’allais reprendre l’article ici pour toi ? Tu es vraiment une webracaille ...


    • Septime Sévère 9 septembre 11:01

      Bigre, 5 commentaires pour une webracaille, que d’honneur. 


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 11:04

      Petite frappe, moi, au moins, j’en ai, de l’honneur. Au fond, tu n’as rien à m’opposer que le vide de ta veulerie, avec félonie.


    • Septime Sévère 9 septembre 11:23

      @Mervis Nocteau
      .
      Ajoutez encore d’autres injures ; j’aime voir les extrémistes se montrer à leur avantage. 


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 12:35

      « Extrémiste », vous ne savez même pas ce que signifie ce mot, pauvre troll qui se croit trop heureux d’avoir une consensualité pseudo-entendue pour lui.


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 12:43

      Au fond, vous n’étiez qu’un conformiste néo-conservateur ...


    • Septime Sévère 9 septembre 12:44

      @Mervis Nocteau
      .
      « Extrémiste », vous ne savez même pas ce que signifie ce mot
      .
      Pourtant je croyais savoir :
      https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/je-suis-devenu-d-extreme-droite-et-226053


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 12:52

      Comment pensez-vous pouvoir me retourner mon propre article contre moi, au juste ? Lisez, en outre, les commentaires. Et j’invite tous les délirants dans votre genre à lire avec philologie l’article, quand seulement vous y parviendriez.



    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 12:55

      En passant, vous avez oublié de citer ce mien article.


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 12:56

      J’espère que ça en vous dérange pas trop, de discuter avec quelqu’un qui, selon vous, « pratique l’injure », quand toute votre démarche est une injure hypocrite permanente, aussi.


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 12:57

      * que ça ne vous dérange ...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 septembre 14:54

      C’est comme la dépression. Le temps se fige pour éviter l’effondrement. Effondrement qui augmente à proportion que rien ne se passe vraiment. Comment vivre en étant mort.


      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 8 septembre 17:00

        Oui, justement : La Suppressivité française : faites une dépression, ne vous supprimez pas, mais survivez dans ce climat. Certes, la France n’est pas exactement seule dans ce cas-là. Mais, puisqu’on parle d’elle, un autre phénomène qu’elle n’est certes pas seule à vivre, mais qui la marque dans son genre : Les Français sont cupides (ce qui peut être de maniaco-dépression)



        • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 8 septembre 17:00

          On dirait les Mitterand.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 septembre 15:36

          En fait, la société est déjà en train de s’effondrer et le dernier rempart avant la mort est le totalitarisme (ou camisole de force).


          • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 8 septembre 17:02

            Parfois, on pourrait croire que ce serait la solution pour expurger le monothéisme en catharsis, ce totalitarisme/suprémacisme/universalisme spirituel qui nous instigue encore.


          • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 8 septembre 17:05

            Bien que, comme dirait Marx, il ne soit que la farce rejouant l’ancienne tragédie.


          • binary 8 septembre 16:19

            Vous pouvez nous rappelez laquelle des années 80 a vu sa population muselée se voir interdir de bouger pendant des mois ?


            • Septime Sévère 8 septembre 16:58

              @binary

              Forcément, dans les années 80 c’étaient les zazous qui étaient aux manettes, alors que maintenant ce sont les gosses détraqués par leurs parents boomers. 


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 8 septembre 17:03

              Le covidisme est surfait.


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 8 septembre 17:05

              En fait, dans la veine des propos de Mélusin ou la robe de saphir, c’est dans la veine maniaco-dépressive « totalitaire ». Néanmoins, ce « totalitarisme » n’en est qu’une farce (comme dirait l’autre au sujet de l’Histoire qui se répète une première fois comme tragédie, une deuxième fois comme farce).


            • binary 8 septembre 22:09

              @Mervis Nocteau
              Pour moi les années 80, c est la Mitt, ses copains, et ses conséquences immédiates.
              Je vais vous dire un souvenir. Quand en 82, j étais étudiant, pour aller à l école, je passais en bus avant 7 heures, à la confluence à Lyon. Tous les lundi matin, il y avait des voitures qui fumaient encore des rodéos de la nuit, en caisses volées, sous le pont de l autoroute. ET TOUT LE MONDE S EN FOUTAIT DÉJÀ !


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:25

              Vous comprenez enfin la réalité de l’article.


            • Francis Francis29 9 septembre 11:59

              @Mervis Nocteau
               
              Vous utilisez souvent des poncifs pour soutenir vos s ?
               
              Á tout hasard, je vous signale que des farces comme WW1 se sont déjà répétées, et qui étaient de véritables tragédies.


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 12:37

              Qu’appelez-vous un S ?

              La WW2 n’est pas une redite de la WW1, même si les termes trompent. Les enjeux sont totalement différents. De plus, « World » War, c’est trop dire. Enfin, la première moitié du XXème siècle n’est qu’une vaste guerre civile européenne engendrée effectivement par les délires nationalistes (les délires selon lesquels, la citoyenneté administrative se confond avec l’ethnicité culturelle et je dis cela en territorialiste d’extrême-droite pourtant, mais le nationalisme ne fait que rendre le territorialisme susceptible).


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 septembre 17:16

              L’inconscient ne supporte pas la liberté car il n’a plus la possibilité de se libérer. Je me souviens d’un ami qui me disait, si je ne souffre pas à un endroit de mon corps, je me sens mal. Dit autrement, c’est l’excès de vie ou de liberté qui attise la pulsion de mort. Raison pour laquelle, le dernier rempart franchi (Zuiderzee digue, aurait dit Freud) avec le mariage homosexuel, la pulsion de mort arriverait au pas de l’OIE. L’OIE ou la LOI.


              • binary 8 septembre 22:15

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                Pour notre corps, seul le « mal » existe par la sensation de douleur. Le « bien », n’est que l’absence de mal. Et l absence de sensations rend fou.


              • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:29

                Une remarque épicurienne au sens strict, Epicure qui n’était pas un hédoniste fini.

                Quant à livrer l’homme et son inconscient à eux-mêmes : perdu dans la nature, je comprendrais. Mais de nos jours avant tout, c’est parce que l’autorité ne s’assume plus. Situation de misarchisme, dirait Nietzsche, où Freud ajoute donc l’idée de Surmoi incestuel. Voilà l’horreur. Lacan, lui, analyse le discours du capitaliste pour un discours du maître dévoyé.


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 septembre 10:48

                @Mervis Nocteau Le néo-libéralisme relève bien d’une dynamique perverse mégalomane. Freud parlait de Zuyderzee comme rempart contre la barbarie (la mer étant associée à l’inconscient à l’état brut). Pour faire civilisation il faut une loi. Dans la mythologie, c’est Sarurne qui castre son père Uranus qui ne respectait pas les loi s naturelles et engrossait GAÏA dans un rapport incestuel perpétuel. Le néo-libéral est associé en astrologie à la conjonction URANUS-JUPITER (l’état maniaque psychotique élation sans limite). 


              • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 11:06

                On ne peut donc pas parler de liberté au sens réel du terme. Est libre celui qui n’est pas soumis à la nécessité.


              • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 11:07

                Et pour ne pas y être soumis, il faut une règle.


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 septembre 11:09

                @Mervis Nocteau la règle me rappelle un peu trop : ARBEIT MACHT FREI. Je préfère : limite


              • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 12:38

                On peut jou(i/e)r sur les mots ...


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 septembre 17:28

                Le mouvement LGBT date bien des années 80 (81). Revoir le film : CABARET : qui annonçait parfaitement le nazisme. Tous les tabous devaient sauter. https://www.youtube.com/watch?v=I8P80A8vy9I&liRDlxmz3RcNNBE&index=2st= Remarquons qu’il s’agit chaque fois de cycles de quarante ans. 


                • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:30

                  Sur les cycles je ne sais pas, mais vous comprenez la réalité de l’article.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 septembre 17:38

                  J’ai lu hier un excellent article sur les conjonctions planétaires importantes dans l’histoire. Et les conjonctions jupiter-saturne sont très importantes. Comme actuellement et à nouveau le 21 décembre (MACRON). Tiens, dit au passage, le film Cabaret est sorti en Belgique le lendemain de la naissance de Macron. 1981 : conjonction jupiter-saturne (je me souviens de cette époque comme si c’était hier). Surtout AOUT 1981.


                  • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:32

                    Si c’est réel, à la fin, sur la croûte terrestre, de toutes façons ça nous fait une belle jambe. L’astrologie ne dit pas « ce qui va precisement arriver », il faut l’identifier. Or cette recherche fonctionne elle-même au biais de confirmation, qui pourrait aussi bien trouver son pain si la conjonction avait lieu dans une autre période.


                  • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:42

                    Il y a assez d’événements tout autour de la Terre pour cela.


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 septembre 17:45

                    La Grande conjonction est le rapprochement maximal apparent des planètes Jupiter et Saturne sur la voûte céleste. Ce phénomène astronomique se produit environ tous les 20 ans.

                    La grande conjonction est un phénomène remarquable que les anciens observateurs du ciel ont étudié assez tôt. Une interprétation astrologique souvent catastrophiste liée à leur périodicité s’est répandue en Europe pendant le Haut Moyen Âge et l’on y retrouve des allusions dans un grand nombre de textes non seulement à prétention savante mais aussi littéraires ou populaires.

                    Johannes Kepler est l’un des premiers astronomes qui a défendu la thèse selon laquelle l’Étoile de Bethléem était une grande conjonction ; Autant dire que conjoint à PLUTON, c’est une TRES GRANDE CONJONCTION. UN SAUT QUANTIQUE.


                    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 10:34

                      Même remarque que précédemment.


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 septembre 11:07

                      C’est la lecture de Christian Nots qui m’a ouvert les yeux. Depuis lors, je fais des recherches pour comprendre le mécanisme sous-jacent de destruction de notre « civilisation ». J’ai lu aussi Laura KNIGHT JADCZICK (l’histoire secrète du monde aux Pilules Rouges). J’espère que ses conclusions ne se réaliseront pas. En gros : notre civilisation est arrivée en bout de course...


                      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 12:39

                        Le déclinisme est courant, et il est vrai que la pulsion de mort travaille ... l’industrialisme. Notre civilisation s’y résume beaucoup dans la démarche, mais elle ne s’y résume pas.


                      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 13:01

                        En fait, nous vivons le nihilisme post-chrétien dont parlait Nietzsche, et vous en êtes une agente, aussi.


                      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 13:02

                        Naturellement, le retour au monothéisme n’est pas la solution nietzschéenne, non plus.


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 septembre 13:06

                        @Mervis Nocteau Je vais écrire quelque chose d’horrible mais que je pense hélas vrai. L’humain n’est pas capable d’améliorer le monde. Je prendrai l’exemple d’une relation proche. Celle-ci vivait en couple dans une relation mortifère, narcissique et fusionnelle. Mais cela tenait plus ou moins bien débout (pensez à la fable du chêne et du roseau,...). Il a fallut le drame du Covid pour que la limite soit atteinte (cohabitation forcée) et qu’elle décidé enfin à voir clair (moment difficile du style : comment ai-je pu accepter cela...j’ai du mal à me regarder dans une glace). C’est la même chose pour les humains. Ils acceptent leur esclavage, leur vie de merde, l’éternel retour du même (même si celui-ci nous enfonce de plus en plus) plutôt que de tout remettre en question et d’ouvrir les yeux. Le déni reste une solution de facilité. En fait, pour reprendre la bonne direction (les névrotiques oedipiens en haut de la pyramide et les pervers narcissiques en dessous (alors qu’actuellement c’est l’inverse), il faudrait un énorme CATACLYSME. C’est le fil rouge des romans de Simenon. Un individu moyen, apparemment « normal » auquel il arrive une catastrophe et voit sa vie s’effondrer. Ce n’est qu’à partir de ce moment qu’il peut ou a envie de se reconstruire. L’effondrement en fait serait une bonne nouvelle ;


                      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 15:15

                        Tout va bien pour moi. « L’humain n’est pas capable d’améliorer le monde. » est une remarque nietzschéenne.


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 septembre 13:15

                        Il y a une autre fin à la fable du Chêne et du roseau : Face à un ouragan, ni les roseaux, ni le chêne ne résistent. 


                        • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 9 septembre 15:16

                          Vous oubliez les rocs.


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 septembre 16:19

                          Le néo-libéralisme, c’est la forclusion de la castration. Le Covid (le vide, le trou) ou la revange : L’enfant de la latence : Phillippe Bettenfeld. https://www.cairn.info/revue-cahiers-de-psychologie-clinique-2015-2-page-193.htm



                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 09:51

                            @Mervis Nocteau Très intéressant. Ma bible c’est le livre de Kabaleb : Kabaleb, de son vrai nom, Enrique Llop, est un journaliste, astrologue, kabbaliste, ami de Mikhaël Aïvanhov (1900-1986). Il s’intéresse très tôt à tous les courants ésotériques de l’époque et commence l’étude en autodidacte, de l’Astrologie et de la Kabbale


                          • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 10 septembre 12:11

                            Nietzsche reconnaissait que tout grand maître, à commencer par Platon dans sa discipline, dispensait un savoir exotérique (les dialogues socratiques) et un savoir ésotérique, jusqu’aux mystères initiatiques (la question étant de connaître la nature réelle d’un mystère, et si le mystérisme contemporain ne se paye pas de petits cénacles avant tout).


                          • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 10 septembre 12:13

                            Il faut néanmoins comprendre, aussi, que de tous temps l’ésotérisme et le mystérisme ont servi de « sélection à l’entrée », parfois jusqu’à l’absurde, parfois (qui peuvent se recouper avec l’absurde) jusqu’au charlatanisme. Il y a beaucoup de simagrées que je ne conspuerai pas, dans la mesure où, en fait, ces palabres font communauté : c’est toute leur portée, avant tout.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité