• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Mode & tendances > Formes des femmes et taille des vêtements : une inadéquation (...)

Formes des femmes et taille des vêtements : une inadéquation manifeste

Grâce à l'étude de 2006 réalisé sur plus de 10 000 Français par l'Institut Français du textile et de l'habillement (IFTH) nous connaissons pour la première fois depuis 1970 (date de la précédente et plus modeste étude), avec l'aide de la technologie du scanner 3D, les formes, la taille, le poids des Français.

En croisant ces données avec les données d'un célèbre vendeur de vêtements et d'accessoires en ligne (Zalando) qui présente l'avantage d'avoir un des plus grands choix du marché, j'ai pu mesurer précisément l'adéquation, ou plutôt l'inadéquation, entre les morphologies féminines et le choix de vêtements disponibles.

Voici le graphique :

Comme vous le voyez les courbes sont loin d'être totalement superposées.

Dans les exemples les plus frappants, la taille 34, que seuls 0.7% des femmes font, offre 13,7% du choix de robes disponibles (soit 1470 modèles).

Dans un miroir quasi parfait la taille 46, que 9% des femmes font, offre seulement 0.6% du choix de robes disponibles (soit 65 modèles).

Théoriquement les courbes devraient être parfaitement superposées.

Néanmoins, voici les quelques biais qui peuvent expliquer une partie de leur inadéquation :

- Il y aura plus de femmes qui porterait des vêtements trop serrés pour leurs formes que de femmes qui porteraient des vêtements trop amples pour leurs formes. (Possibilité à vérifier, non certaine et pouvant être induite par le manque de choix).

- Plus une femme est mince, plus elle achète de vêtements. (Possibilité à vérifier, non certaine, mais assez probable pour expliquer des différences d'un ordre de 10 à 30%.)

- Des femmes (ou filles) de moins de 18 ans achètent des vêtements au rayon femmes adultes. Comme on commence notre vie à environ 50 cm et 4kg, chaque fille fera un jour du 32. Si on regarde le guide des tailles enfants de Zalando et que l'on le compare avec les mensurations données pour faire du 32 on peut voir que le 32 correspond à une enfant de :

- 11-12 ans au niveau de la poitrine

- 10-11 ans au niveau de la taille (nombril)

- 12- 13 ans au niveau des hanches

Ce qui explique donc qu'une jeune fille, à partir de 10 ans environ peut acheter ses vêtements au rayon femme ce qui est assez courant, surtout à l'adolescence (13-16 ans environ). (Pratique avérée, proportions inconnues)

- Certaines marques étiquette leur vêtements en sous-estimant la taille pour flatter leur clientèle. (Pratique avérée, proportions inconnues.)

- Le choix des robes comme étalon de cette étude a été fait c'est le seul vêtements féminin (à part la salopette, heureusement assez rare de nos jours) qui doit prendre en compte la morphologie féminine du haut et du bas en même temps. La robe semble donc le meilleur vêtement pour analyser les tailles. Bien que probablement le choix le plus adéquat pour cette étude il pourrait néanmoins être également un biais : c’est un vêtement considéré comme féminin, les femmes ne correspondant pas aux critères de beauté féminin actuel (notamment, une certaine minceur) pourrait être moins portée sur l’achat des robes.(Possibilité à vérifier, proportions inconnues) 

Le site Zalando propose des vêtements de centaines de marques dans presque toutes les gammes de prix (les robes vont actuellement de 9 à 861 euros). Le choix du site a été effectué car il offre le plus grand choix de modèles sur internet. La plupart (toutes ?) de ces marques sont disponibles également dans des boutiques traditionnelles, les particularités du marché internet (consommateurs plus jeunes notamment) ne semblent donc pas être un biais.

Ces biais peuvent expliquer une partie des différences entre les deux courbes, mais certainement pas toutes. L'IFTH, cité précédemment, indique en fin de rapport qu'une femme sur 3 a du mal à trouver des vêtements qui correspondent à ses mensurations, dont plus de la moitié (donc 1/6) a un indice de masse corporelle normal (IMC

Ces biais analysés est-il économiquement logique, stylistiquement normale, moralement acceptable que les femmes faisant du 34 ait un choix de vêtements 20 fois supérieur à leur "poids" dans la société Française ?

L'avantage en terme de choix persiste jusqu'au 40, les courbes se croisent entre le 40 et le 42 pour devenir franchement défavorable à partir du 44.Les femmes faisant du 44 ont 3 fois moins de choix de modèles que leur "poids dans la société Française.

Les femmes faisant du 46 ont 15 fois moins de choix.Les femmes faisant du 48 ont 71 fois moins de choix.

Finalement les 5% (précisément 5,94%) des femmes les plus fines / minces / maigres (tailles 32, 34, 36) ont 35% de choix de modèles de robes à leur portée sur le site internet Zalando.Et les 5% (précisément 5,77%) des femmes les plus fortes / rondes / grosses (tailles 54, 56, 58, 60, 62, 64, 66, 68, 70) ont 0.2% de choix de modèles de robes à leur portée sur le site internet Zalando.

Ma question finale est simple : POURQUOI ?

Margaux Gandelon

(Le tableau excel complet, les sources et le pdf de l'IFTH sont disponibles sur demande à margaux.gandelon@gmail.com)

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 12 février 2013 10:47

    il y a aussi des femmes de petite corpulence qui vont s’habiller au rayon enfants , ça fout encore plus la merde dans les stats ! smiley


    • lulupipistrelle 12 février 2013 15:23

      Exactement. Une culotte en 14 ans de bonne qualité coûte le tiers d’une merde en dentelle synthétique, taille 36... et un jean taille 14 ans , coûte entre 20 et 30 euros contre plus de 80 en taille femme. 


    • Margaux Gandelon 13 février 2013 02:03

      C’est juste : mais je n’ai parlé que des biais sucéptibles d’expliquer l’inadéquation, par ceux qui l’augmente ! 


    • voxagora voxagora 12 février 2013 11:42

      Contrairement à ce que vous pensez, 

      c’est une adéquation parfaite à .... la marchandisation du corps des femmes :

      les femmes de la réalité n’ont rien à voir avec l’image de femme vendue par les décideurs.
      Mais les êtres humains en général, et les femmes en particulier, 
      se construisant psychiquement à partir de l’image de l’autre, puis d’identification en identification,
      l’image imposée par les décideurs et renvoyée par les médias agit comme un miroir.
      L’image et l’imaginaire et ce qu’on veut voir sont si prégnants qu’ils contraignent et aliènent les corps eux-mêmes.
      Résultat ? les décideurs vont continuer à renvoyer aux femmes une image « normée » sans tenir compte de la réalité, pour que les femmes contraignent leur corps, le triturent, tentent par tous les moyens de l’adapter à la « norme » imposée, qui en fait est hors-norme.
      Vous connaissez le chiffre d’affaire des amaigrisseurs patentés ?
      Le chiffre d’affaire des diaffoirus de la chirurgie esthétique qui greffent des seins et des fesses, des Knock qui prescrivent des pilules à celles que cette folie rend folles ?

      Supprimer le décalage entre la réalité et la norme, artificielle, imposée ? vous rêvez ?




      • lulupipistrelle 12 février 2013 15:30

        Les femmes de la réalité ont le morphotype de leur origine (c’est politiquement correct ? ). On peut faire une taille 34 ou 36 et avoir les proportions gréco-romaines... Et c’est là que les ennuis commence, parce qu’en prêt-àporter, tout est taillé pour une morphotype... nordiste : longues jambes, hanches droites (contre évasées) pas de taille, poitrine peu profonde avec dos large, et épaules ... carrées. 

        La seule bonne découverte, c’est qu’en réalité, ce qui s’approche le plus du modèle gréco-romain, c’est la chinoise...donc on ne se trompe jamais en achetant des modèles asiatiques, conçus pour des chinoises. 

      • Nanoub Nanoub 13 février 2013 19:24

        Bonjour,
        Effectivement, on nous vend les tailles qu’on voudrait que nous fassions.
        Ben, c’est raté, on ne va pas toutes se mettre au régime pour ceux qui commandent, bêtement, des vêtements pour mannequins.
        Déjà, nous n’avons que peu de choix, mais au moment des soldes, allez trouver une taille 42 ou 44 !!!


      • foufouille foufouille 12 février 2013 14:32

        plus on est « gros » et plus on manges
        ca laisse moins d’argent pour les fringues
        les pauvres sont peut etre plus grosse aussi


        • lulupipistrelle 12 février 2013 15:24

          Non, c’est faux... je connais des très grosses qui mangent moins que moi. 


        • foufouille foufouille 12 février 2013 15:33

          avec ou sans activitee sportives ou pas, c’est different
          petite et mince, aussi


        • lulupipistrelle 12 février 2013 15:44

          Non, malheureusement, c’est métabolique. J’ai vraiment pitié de certaines femmes, parce qu’en plus, elles font régime sur régime, et chaque fois stockent des kgs en plus... il faudrait des consultations dès l’adolescence pour que les filles évitent tous les pièges des journaux féminins. 


          Un autre exemple de métabolismes différents : une grippe fera perdre 3 kg à certain(e)s et rien du tout à d’autres. 

        • foufouille foufouille 12 février 2013 16:27

          pas pour tous
          j’en connais qui mangent beaucoup et sont grosse


        • Margaux Gandelon 13 février 2013 02:04

          C’est juste. 

          Les populations à faible pouvoir d’achat sont actuellement les plus touchés par l’obésité. 

          Les populations à fort pouvoir d’achat sont en moyenne plus minces. 


        • Folacha Folacha 7 juillet 2013 08:28

          et mes filles, qui sont minces, mangent comme des déménageurs ! même à leur age, j’aurais ressemblé à une obèse américaine si j’avais enfourné autant de nourriture qu’elles . Nous n’avons pas tous le même métabolisme, il faut se faire une raison et arrêter de se torturer.




        • Esprit Critique 12 février 2013 16:21

          Une explication possible ?

          Les petites tailles peuvent aussi etre ecoulées auprs des « grands » enfants et ados.

          Les prix pratiqués, sont différents pour un meme article suivant qu’il est prorpsé a une femme ou une jeune fille !

          Autre explication, une femme de taille « standard » a une garde robes beaucoup plus importante qu’une femme qui, dans son iimgimaire est complexée par le fait qu’elle n’est pas conforme aux statistiques.

          Les fabricants ne sont pas fous s’ils fabriquent c’est que ça se vend.

           


          • Inquiet 12 février 2013 16:41

            « Les fabricants ne sont pas fous s’ils fabriquent c’est que ça se vend. »


            Esprit Critique, je comprends votre erreur, beaucoup ferait la même :

            le monde capitaliste n’est pas un monde de commerçants mais un monde de financiers.

            Ce qu’il faut comprendre, c’est que la survie d’un type d’économie peut se faire à perte si la finance le décide.

            Pourquoi le ferait-elle ?

            Voir le commentaire de voxagora, vous comprendrez mieux :
            un financier possède un panel d’actions qui sont judicieusement agencées de manière qu’à charge ou à décharge cela lui rapporte,
            en l’occurrence pour le monde de la mode, rien de mieux que d’aiguiller mentalement les jeunes filles à la maigreur excessive pour essayer à tout prix de l’obtenir,
            faute de quoi, une entreprise (dont le financier possédera des actions) lui vendra les produits amaigrissants (qui sont inefficaces sinon il ne pourrait plus en vendre hein) nécessaires.

            Il faut analyser la financiarisation de l’économie dans son ensemble et pas seulement au travers du prisme d’un seul secteur d’activité.


          • Margaux Gandelon 13 février 2013 02:09

            Votre première explication (grands enfants et ados) correspond à mon biais N°3


            Votre dernière explication (complexe) correspond à mes biais n°2 et 5.

            Vous avez lu l’article en entier ou vous avez réagis à la vue du titre ? smiley

            Vous dîtes « Les fabricants ne sont pas fous s’ils fabriquent c’est que ça se vend. » : 


            Je vous répond que mon interogation est plutôt au niveau de ce qui n’est PAS fabriqué...

          • Esclarmonde Esclarmonde 12 février 2013 17:16

            Merci pour cet article ! Le monde de la mode me fait carrément gerber... Ca fait au moins 25 ans que je ne met plus les pieds dans des boutiques, préférant me rabattre sur les grandes surfaces de vêtement ou internet pour ne plus avoir de réflexion à deux balles sur ma ligne (taille 44) et pourtant il y a vingt cinq ans, je n’étais pas obèse, loin de là, mais grande avec des épaules de... nordique.... Evidemment, les choses ne sont pas arrangé depuis, ma taille et les délires des stylistes, en pantalon je ne rentre que dans des jeans de certaines marques....


            Pour les hommes ce n’est guère mieux : selon les dires de mon compagnon, les T.shirts deviennent de plus en plus courts alors qu’il n’a pas grandi depuis fort longtemps !

            Pour les enfants et les ados, le standard taille n’a pas du changer aussi depuis les années 30 en particulier pour les chaussures, la taille ado pour garçon va du 34 au 39 !! 

            Bref, pour rester poli, je trouve que le milieu de la fringue est un milieu de décadents qui vivent sur une tour d’ivoire



            • paco 12 février 2013 18:30

               Ah les boutiques c’est bien pourtant.....on y est bien au chaud pour zieuter les vendeuses et dragouiller la chalande qui se cogne chaque rayon les pupilles dilatées par la fièvre acheteuse. Mention spéciale pour les boutiques type Zara en période de soldes ou les fringues trainent par terre dans un désordre indescriptible. Je n’y ai jamais vu de bonne vieille vendeuse ( vendeur ) quadra ou quinqua ou plus qui d’un coup d’oeil connait votre taille et vous guide à souhait.
               Les essayages sont droles. Qui peut vouloir d’un polo qui dévoile le nombril avec des manches descendant aux genoux ?


              • Nangala 13 février 2013 00:20

                Vous ne parlez que de la taille hanches/fesses, pas de la taille hauteur. Je suis plutôt mince (38) et pas particulièrement grande (1m74). Je l’étais il y a 20 ans mais aujourd’hui beaucoup de jeunes femmes me dépassent en taille. Pourtant, je n’arrive pas à trouver un putain de pull à ma taille, un tee-shirt qui me couvre le nombril, un sweat qui m’aille jusque sur les hanches. Trop courts ! Tous les vêtements sont trop courts !!! Pourquoi ????


                En regardant une robe sur Zalando (justement), je crois que j’ai compris la nature du problème. Cette robe paraissait magnifique, style année 50, serrée en haut, plis à la taille. Sauf que la photo de la robe ne correspond pas du tout à la robe photographiée sur le mannequin : sur la jeune femme, les plis, qui doivent normalement tomber sur les hanches, partent du milieu du ventre, quasiment sous les aisselles : il manque 30 centimètres de tissus pour que la coupe soit conforme au modèle !!

                La vérité, c’est qu’aucune marque occidentale ne produit ses propres patrons aujourd’hui : elles se contentent d’aller acheter des modèles en Chine... Tous les vêtements féminins vendus en Europe sont made in China et sont adaptés aux morphologies asiatiques... J’ai eu exactement le même problème à Tokyo : impossible d’acheter quoi que ce soit, tout est trop petit, trop court, mal taillé pour mes formes, pourtant loin d’être généreuses...



                • Margaux Gandelon 13 février 2013 02:13

                  En réalité vous êtes particulièrement grande ! 

                  La moyenne actuelle de la taille des femmes est de 1m62. Dire qu’à 1m74 vous n’êtes « pas particulièrement grande » ce serait exactement comme une femme d’1m50 qui dirait qu’elle n’est « pas particulièrement petite ». 

                  A 1m50 on est particulièrement petite mais pas naine. 

                  A 1m74 on est particulièrement grande mais pas géante. 



                  Sur les sites de vente en ligne les mannequins sont « particulièrement grandes » (enfin normales pour des mannequins c’est à dire à peu près votre taille voire plus), ce qui fait que l’effet ne sera pas le même sur une femme de taille moyenne. 

                  En un sens vous avez de la chance : avec une « taille mannequin » vous avez des vêtements trop courts pour vous MAIS vous pouvez le voir sur les photos !


                • Ronny Ronny 13 février 2013 10:09


                  Et en plus pour les hommes, il existe au moins une demi douzaine de tailles pour chemises, vestes et pantalons, qui font que perso, je ne m’y retrouve plus ! En plus, on trouve maintenant des tailles incluant la longeur pour les pantalons, c’est un vrai merdier.

                  De plus, selon les magasins et les fabricants, ma taille varie du 46 au 50 ! Il faut essayer 6 ou 7 pantalons avant d’’ne trouver un qui ailler. Pareil pour les chemises et les pulls !

                  Du coup, aller acheter des fringues est pour moi un vrai cauchemar. Je n’y vais que contraint et forcé, par la nécessité, et je m’avale 1/4 de lexomyl avant tellement c’est stressant !


                  • Nicolas Marchal 28 novembre 2013 17:14

                    Les boutiques ne s’occupent pas des femmes qui font plus que du 42, heureusement que des sites comme ma grande taille qui parlent de tous les vêtements existent.


                    • Ruut Ruut 13 novembre 2014 14:59

                      Bizarre ma femme qui taille du 32 ne trouve presque rien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires