• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Mode & tendances > Le boom du disque vinyle va-t-il durer  ?

Le boom du disque vinyle va-t-il durer  ?

On le pensait mort, il nous a prouvé que non. Le disque 33 tours revient dans les bacs. Les ventes de vinyles augmentent régulièrement, contrairement à celles de CD. Pourquoi un tel engouement  ? Est-il à la hauteur des attentes des audiophiles  ?

 

Quelles sont les raisons de cet engouement du public pour le 33 tours  ?

Une émotion retrouvée

Le disque vinyle est un bel objet. Il y a comme un rituel à prendre sa pochette, sortir le disque délicatement pour le poser sur la platine, et poser doucement le bras sur le premier sillon. C’est un rapport quasi charnel.

La nostalgie d’une époque

Les personnes ayant grandi avec n’ont souvent pas pu se résoudre à s’en débarrasser. Il est le témoin d’une époque. L’ouverture de nouveaux magasins leur permet de retrouver leur jeunesse en fouillant dans les bacs à la recherche d’un album.

La nouvelle génération

La jeune génération le découvre grâce aux DJ ou par l’intermédiaire de leurs parents qui les ont conservés au fil des années. La tendance actuelle pour tout ce qui est vintage le rend attrayant à leurs yeux.

 

La qualité du disque vinyle est-elle toujours au rendez-vous  ?

Une réputation surfaite  ?

Le disque microsillon est réputé pour sa qualité sonore, souvent qualifiée de supérieure car plus authentique, plus chaleureuse que celle du CD.

De nombreux spécialistes tendent aujourd’hui à contredire ce fait, signalant que cela pouvait être vrai aux débuts du CD, mais ne l’est plus aujourd’hui. Même le petit crépitement caractéristique du vinyle peut être reproduit sur numérique.

Les nouvelles méthodes de fabrication

Pour des raisons économiques, beaucoup de disques actuels sont pressés à partir de fichiers numériques directement gravés. Le prix plus élevé par rapport aux autres supports a plus de mal à être justifié.

 

Le vinyle est-il là pour rester  ?

Notre époque croule sous la technologie : images haute définition, sons numériques, et autres produits électroniques. Tout est plus rapide, il suffit d’appuyer sur un bouton.

Le toucher, le rituel avec un disque vinyle fait de l’écoute un moment privilégié, qui met au second plan une réelle ou supposée supériorité sonore.

C’est ce qui fait sa force, et devrait lui présager encore de beaux jours à l’avenir.

Alors, asseyez-vous dans un bon fauteuil et laissez-vous emporter par le son d’un bon vieux disque.

Si ce n’est pas déjà fait, qu’attendez-vous pour essayer  ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • cassini cassini 13 octobre 16:48

    Je fais tourner le vinyle sans le son, et le CD à côté...


    • Dom66 Dom66 13 octobre 19:46

      @cassini

      Ouai moi avec mon logiciel SounBlaster je mets des crachotis dans mes enregistrement sur CD pour faire plus vinyle.

      Quelle rigolade comparer de l’analogique avec du numérique il y a des connaisseurs sur ce sujet je vois.


    • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 10:09

      @Dom66


       moi je met des insectes dans mes oreilles ....

    • Garibaldi2 16 octobre 06:06
      @Dom66

      Avant, il y a trèèèèès longtemps, on enregistrait en analogique sur une bande magnétique (2 pouces de large pour un 24 pistes !), puis on allait faire graver, chez un graveur, une matrice, qu’on transmettait au presseur pour presser des vinyls.

      Presser des vinyls à partir d’enregistrements numériques (le numérique utilise beaucoup la statistique pour que les fichiers ne soient pas trop lourds) c’est prendre les gens pour des couillons !

      Et un bon vinyl sera toujours lisible dans 100 ans !

    • Piere CHALORY Piere CHALORY 13 octobre 16:50

      Bonjour Chantig, 


      Et bienvenue ici... Je connais très bien ce sujet car je me ré-intéresse au disque vinyl et à ses platines tournantes depuis le milieu des année 90, après avoir complètement abandonné ce support pour le cd, c’est un ami qui m’avait fait redécouvrir ce son particulier. depuis j’ai démonté remonté réparé des dizaines de ces machines, et m^me construit une platine ’’extrême’’ pesant plus de cinquante kilos.

      Je compte aussi faire un article sur le sujet. En tout cas, à ma connaissance, c’est la première fois qu’une technologie ancienne, même si c’est pour un objectif commercial ; renaît de ses cendres. Vers la fin des années 90 les platines et les disques vinyls avaient complètement disparus, sauf en occasion évidemment.

      Aujourd’hui, toutes les plus grandes marques de hifi re-proposent des platines disques ! Et surtout, on retrouve même dans des endroits reculés des magasins parfois très bien fournis, des rééditions de disques en tout genre et même des disques récents en petite série. Et le vinyl se vend très bien...

      Attention à certaines rééditions bâclées au son irrécupérable, incomparables aux disques originaux, en neuf préférer des labels connus, Verve, Sony, Dmm (direct metal mastering), etc...

      Question qualité de son, le vinyl peut dépasser en qualité sonore le cd, mais malheureusement, il faut utiliser du matériel également de qualité ; prépréampli, le signal de la cellule étant très faible il doit être boosté, et la qualité du cicuit amplificateur est déterminante, puis préampli, ampli et enceintes évidemment, tout doit être au ’top’, après quoi on peut obtenir des résultats sonores impressionnants, voire sidérants...

      Bref une qualité minimale s’impose, sur une platine gadget avec une mini chaine à circuits intégrés, le vinyl ne présentera que des désavantages par rapport au cd ou m^me au mp3, craquements, bruit de fond, manque de dynamique, tous ces défauts ayant failli perdre ce support redevenu, heureusement accessible à tout un chacun.

      Nous en reparlons...

      Cordialement



      • Rincevent Rincevent 13 octobre 17:12

        @Piere CHALORY


        ... il faut utiliser du matériel également de qualité... Eh oui, tout est là. La génération actuelle, quand elle possède une chaine hifi, donne dans le mini, because petits appartements. Néanmoins, là aussi, on peut trouver de la qualité. Je pense à une marque (pas de pub…) qui fabrique aussi des motos, des piano, des moteurs de bateaux, etc, dont certaines mini-chaines m’ont carrément bluffé en CD. Reste à savoir ce que ça donnerait en y branchant une platine vinyle si c’est possible.

      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 octobre 21:53

        @Piere CHALORY

        Le son est une chaîne...et qu’il y ait un maillon faible ...tout lampes, enregistrement ,preamp et puissance. Faire ressortir les harmoniques binaires.


      • Alren Alren 14 octobre 19:25
        @Piere CHALORY

        Le gros inconvénient du disque vinyle est que plus on l’écoute plus le saphir l’use.

        Je pense que pour les vieux vinyles rares qui n’ont aucune chance d’être réédités, une tête de lecture des oscillations du sillon, sans contact avec le support, aurait l’avantage de les laisser intacts.

        On pourrait aussi lire les 78 tours. Les enregistrements anciens de jazz ont une « sincérité » qu’on ne trouve plus aujourd’hui où il faut faire « sophistiqué ».

        Qu’en pensez-vous ?

      • Alren Alren 14 octobre 19:28
        @Alren

        J’oubliais : une partie des crachotements du vinyle sont dus à l’électrostatique d’un matériau très isolant.
        Une tête de lecture optique serait insensible à ce parasitage.

      • Piere CHALORY Piere CHALORY 15 octobre 08:52

        @Alren est 


        Bonjour Alren, vous dites ;

        ’’Le gros inconvénient du disque vinyle est que plus on l’écoute plus le saphir l’use.’’

        c’est effectivement le plus gros défaut de ce support, la solution est d’utiliser une cellule dont le poids recommandé pour le diamant est faible, autour d’1 gramme. Même avec ça le disque s’use mais c’est infime. Il ne faut pas non plus oublier de le dépoussiérer avant chaque passage même si on ne voit pas les poussières, avec une brosse à fibres de carbone si possible...

        Pour une lecture optique, ça doit être possible, mais comme l’interface serait forcément numérisé, on perdrait en naturel, ce qui différencie le son analogique du numérique justement .

        Il existe m^me aujourd’hui des prototypes d’enregistrements gravés avec une tête laser sur du vinyl, mais en conservant la lecture avec le tandem cellule/diamant, comme le laser est beaucoup plus précis que tout autre gravure analogique (burin graveur puis matrice en métal et pressage) les inventeurs annoncent une ’’révolution’’ mais là encore, comme le guidage du laser est numérique... 

        Ce système devrait être bientôt commercialisé ; wait & see, attendons et voyons...

        Pour les anciens disques tout à fait d’accord je possède des enregistrements mono des années 50 qui surclassent certaines prises de son stéréo, on perçoit la réverbération, le placement des musiciens, et ces disques sont faits avec un matériau beaucoup plus solide que les vinyls récents, il faut dire qu’à l’époque la t^te de lecture pesait dix à 20 plus qu’aujourd’hui...








      • foufouille foufouille 15 octobre 09:56

        @Piere CHALORY

        pour la poussière, le mieux est le liquide spécial et la petite brosse avec du velours.


      • foufouille foufouille 15 octobre 09:57

        @Piere CHALORY

        et le bras supplémentaire avec brosses fixé sur la platine.


      • Desmaretz Gérard Desmaretz Gérard 15 octobre 11:25

        @Rincevent
        Bjr, pour relier ancien pickup à un ampli ou une chaîne hifi, il faut souder câble blindé deux conducteurs au potentiomètre de volume du tourne disque, terminer avec prise cinch ou autre, et la relier sur entrée auxiliaire.


      • Alren Alren 15 octobre 16:22
        @Piere CHALORY

        Je pense qu’on pourrait garder l’analogique avec un laser dont l’intensité de la lumière reflétée sur un capteur serait variable comme dans le système piézo-électrique.
        La variation de l’intensité de la lumière, comme dans la bande son des anciens films de cinéma parlant, serait traduite instantanément en variation de courant électrique, amplifié et envoyé aux hauts-parleurs.

        Malheureusement on ne peut pas joindre des dessins à un commentaire pour une meilleure explication.

      • Rincevent Rincevent 13 octobre 16:55

        J’’ai toujours une Thorens, achetée il y a 40 ans, et qui fonctionne parfaitement. Reste à changer la tête, aujourd’hui plus chère que la platine à l’époque… Depuis le temps, tout le reste de la chaine a été changé, pas elle.

        La qualité des vinyles dépend avant tout des moyens employés pour la prise de son, bien sûr. Entre un enregistrement de classique façon Deutsche Grammophon et un groupe pop à la mode, on n’y mettait pas le même matériel. De toute façon, vu les tourne-disques qu’on avait, ça n’était pas grave. Qui se souvient de ceux là ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Teppaz


        • mmbbb 13 octobre 17:11

          @Rincevent Qu avez vous en enceintes et ampli ?


        • Rincevent Rincevent 13 octobre 17:44

          @mmbbb


          La composition d’une chaine est chose délicate. Vous pouvez prendre du meilleur dans chaque élément mais qui, une fois branchés ensemble, pourra être décevant à l’écoute. Lors du dernier changement d’ampli, je suis parti sur des enceintes Triangle Altea et j’ai fait défiler plusieurs modèles. Comme on écoute des musiques très différentes, ma compagne et moi (classique, rock, blues, jazz, variétés) il en fallait un plutôt ’’généraliste’’, pas trop typé. On en a écouté plusieurs dans la même gamme de prix et les différences étaient nettes. Au final, c’est un NAD qui était le meilleur. Pour le reste, lecteur CD Marrantz et un vieux tuner Kenwood qui fait encore bien son boulot.

        • mmbbb 13 octobre 17:10

          j ecoute beaucoup de musique et j ai beaucoup visite les salons et magasin audiophile Il faut noter que beaucoup de constructeur produise des platines vinyles , des bijoux de mocromecanique notamment le bras de lecture Mais le prix est la aussi, il est exorbitant . Par ailleurs le pressage du disque est aussi essentiel , IL y a maints labels notamment en musique claissique et jazz qui produisent de bon disque Quant a moi j ecoute de la musique CD sur une platine TEAC ( achete d aoccasion ) dont une mise a jour par enchassement par une mini carte electronique Cela sonne bien son neutre et aucun bruit parasite Difference noable avec l ancienne platine Sony , le violon est en effet metalique Pour un prix raisonnable j ai de la qualite Rien ne vaut le haut rendement et des electroniques a tubes - j ai monte le tout J ai ecoute dans un studio une ecinte MAGICO amplfie par un MARANTZ le prix 35 000 € , c ’est cher et le son de bonne qualite quoique un peu clinique et manquant de chaleur La spatialisation etait imparfaite, il manquait cette aisance sonore A ce prix on peut etre plus critique L avenir c est le son dematerialise , serveur musicaux , Ce sera le mieux en rapport qualite prix La frequence d échantillonage eleve et la musique non compresse donne une bonne qualite d ecoute


          • Fergus Fergus 13 octobre 17:37

            Bonjour, Chantig

            J’ai encore pas mal de vinyles chez moi - notamment en classique et pop-rock - et si j’éprouve du plaisir à les écouter, c’est également le cas avec les CD qui, désormais, sont le plus souvent d’excellente qualité.

            Cela dit, les deux supports posent des problèmes : les vinyles parce qu’ils s’usent malgré le remplacement régulier du diamant de la platine ; les CD parce qu’ils peuvent devenir inaudibles du jour au lendemain, ce qui m’est déjà arrivé à plusieurs reprises.

            D’où mon conseil en ce qui concerne les enregistrements auxquels on tient le plus : les CD pour la facilité d’écoute, et les vinyles pour la pérennité du support.


            • Aristide Aristide 13 octobre 20:07

              @Fergus


              les CD parce qu’ils peuvent devenir inaudibles du jour au lendemain, ce qui m’est déjà arrivé à plusieurs reprises.

              Après la rédaction de votre article hebdomadaire sur AV, vous pouvez utiliser votre PC pour numériser en MP3 vos CD, assez facile. De nombreux logiciels, même le Windows Media Player sait faire, et de plus c’est autorisé puisque vous possédez le CD. 

              La qualité ? Il suffit de choisir un MP3 en 320 Kb/s. Des études en aveugle avec des professionnels du son ont démontrés que le MP3 en 320 est équivalent a la qualité CD. 

              Avantage ? Toute votre bibliothèque musicale sur une clé USB : un CD c’est 170 Méga en MP3/320. Sur une clé USB, en gros 6 CD par GB, pour une clé de 64 GB (15€) : équivalent à 384 CDs.




            • sls0 sls0 13 octobre 22:24

              @Aristide

              Malgré mes oreilles de plus de 60 ans, j’arrive encore à faire la différence entre du flac et du mp3 en 320. Oui ça prend plus de place mais la qualité est au rendez vous. Mes oreilles montent encore à 13.000hz. Le flac monte beaucoup plus haut donc je ne devrais pas entendre pourtant il y a des harmoniques qui viennent enrichir le son.

              Pour ce qui est des études en aveugles, j’ai quelques doutes, j’ai gravé un CD pour tester les oreilles, 10-15% des gens trouvent le flac.

              On parle de matériel, de support, rarement on parle de la pièce d’écoute. Même avec une bonne oreille c’est pas trop fameux, on passe par des appareils de mesure et un bon logiciel. C’est parfois le plus cher dans le budget la pièce.

              Pour un studio d’enregistrement il vaut mieux éviter les pièges et réfléchir avant de faire les plans.

            • Aristide Aristide 14 octobre 13:39

              @sls0

              Attention, je ne connais aucunement vos compétences en ce domaine, je n’ai fait que rapporter ce qui est établi par de nombreuses études menées ici et là : tests en aveugle auprès de professionnels du son. 

              Que ce son en MP3/320 ne satisfasse tout le monde n’est aucunement étonnant.

            • sls0 sls0 14 octobre 14:45

              @Aristide
              A force d’écouter du mp3 compressé, la plupart on pris l’habitude de ce son.

              Ou je réside ce sont de bon musiciens mais coté sont c’est pas trop ça. J’ai aidé à la conception d’un studio et j’aide parfois pour le mastering.
              Plutôt que d’écrire un roman je vous propose cette page internet qui en parle le mieux.
              Ici il y a beaucoup de jeunes aux oreilles défoncées, pour juger d’une musique en studio, ça pose problème. La solution c’est le contrôle par audiogramme et le CD avec les différentes qualités d’enregistrement. Ca évite les discussions.
              En discothèque ici ça se ballade dans les 110db et encore plus en voiture, ça fait du dégât.
              Personnellement en mastering de musique urban je tiens 3h coté définition. Ensuite un peu de calme et du Haydn pour ré-étalonner les oreilles. Il y a une dérive d’appareils de mesure, mes oreilles aussi. Chaque fois avec du Haydn je redécouvre la richesse de la palette sonore, en flac bien sûr.

            • pemile pemile 14 octobre 16:36
              @Aristide « Des études en aveugle avec des professionnels du son ont démontrés que le MP3 en 320 est équivalent a la qualité CD. »

              Vous faites référence aux tests mis en ligne en 2015 par la radio NPR et à quelle autre étude ?

              La qualité ne sera jamais équivalente, elle sera au mieux non différenciée par une majorité de la population (sur leur matériel audio de qualité variable)

            • Aristide Aristide 15 octobre 12:15

              @pemile

              Équivalent techniquement, bien sur que non, puisqu’il s’agit de compressions différentes. Équivalent par contre à l’écoute pour la quasi totalité de la population. Quand à la qualité du matériel de reproduction, il constitue bien évidement le point le plus critique et il n’est pas le seul. 

              A l’image d’un chaîne, comme dans la sécurité, la qualité est celle du plus faible maillon.


            • Aristide Aristide 15 octobre 12:29

              @Aristide

              Conclusion d’une étude


              - Trained listeners can hear differences between CD quality and mp3 compression (96-192 kb/s) and prefer CD quality.
              - Trained listeners can not discriminate between CD quality and mp3 compression (256-320 kb/s) while expert listeners could.
              - Ability to discriminate depends on listeners’expertise and musical genre
              - Artifacts can be verbalized and do not depend on musical genre






            • pemile pemile 16 octobre 09:50
              @Aristide « Équivalent par contre à l’écoute pour la quasi totalité de la population. »

              Oui, mais vu que même les PC bas de gamme sont équipés de disques d’un To, il vaut mieux, sur le long terme, stocker sa musique en compressé sans perte (FLAC) et augmenter la compression pour les transfert sur les périphériques d’écoute (en OGG pour les puristes du libre, sinon en AAC ou MP3)

            • Aristide Aristide 16 octobre 13:57

              @pemile


              Encore un fois, vous avez raison pour l’infime part de personnes qui font la différence. Pour les autres soit la quasi totalité de la population, un format unique MP3/320 est bien commode et convient quelque soit le moyen de reproduction.



            • PiXels PiXels 13 octobre 17:55

              On dirait du rosemar, vous ne trouvez pas ?


              « Il y a comme un rituel à prendre sa pochette, sortir le disque délicatement pour le poser sur la platine, et poser doucement le bras sur le premier sillon. »

              Quand madame l’auteure aura terminé d’écrire pour ne rien dire (à part quelques conneries), elle pourra s’essayer à poser le bras (sic) sur le second sillon (ou le deuxième).

              Ne me répondez pas qu’il existe des disques spéciaux avec plusieurs sillons sur une même face.
              L’auteure l’ignorait.

              • Maitre Ratatouille Maitre Ratatouille 13 octobre 19:32

                 L’analogique n’a pas été exploité dans toutes ses possibilités à priori ,le son numérique peut être rendu moins sec par des amplis hybride classe A +ab (pour la patate ex ampli Vincent) ou a tube class A ,c’est pas simple et il faut l’oreille qui va avec ,c’est pas le matos qui fait tout .


                • Aristide Aristide 13 octobre 20:18

                  @Maitre Ratatouille


                  Même les spécialistes du son, mis dans les mêmes conditions d’écoute en MP3/320 et CD n’ont réussi à faire la différence.

                • mmbbb 13 octobre 22:21

                  @Maitre Ratatouille Je ne veux pas jouer les snobs le marketing etant present dans ce secteur certains materiels ont des prix rédhibitoires Mais entre l entree de gamme et un materiel plus sophistique notamment les enceintes , vous avez une différence d ecoute C est indéniable . Mais construire une bonne enceinte revient plus chere notamment par les materiaux et les hauts parleurs employes Jean Hiraga qui a ete redacteur de la revue helas disparue la nouvelle revue du son pourrait vous le dire Il est une oreille d or C ’est un ingenieur qui a donne a la hi fi francaise ses lettres de noblesse , Une grosse tete mais qui sait faire partager sa passion. 


                • foufouille foufouille 13 octobre 20:11
                  le vieux matériel se trouve encore certainement comme une platine dual. mais trouvé un diamant reste compliqué. l’idéal est un ampli à tubes mais c’est pas donné.


                  • mmbbb 13 octobre 22:11

                    @foufouille Pour un ampli a tubes il faut des enceintes haut rendement superieur a 95 db Difficile a trouver sur le marche hormis dans les boutique spécialisée Les japonais qui ne sont pas nul en electronique ( les transistors dans les appareils haut de gamme sont les HITACHI TOSHIBA OU SANKEN ) , les audiophiles montent leur maison autour de leur autitoriam , Ils ont des enceintes a tres haut rendement avec des amplis a triode qui ne delivrent que quelques que watts en classe A . Le son est c ’est tres naturel a l ecoute J ai ecoute cela dans un auditorium c est suprenant de qualite Les amareicains ont des marques fetiches en ampli tubes mais c ’est hors de prix


                  • Maitre Ratatouille Maitre Ratatouille 14 octobre 00:56
                    @foufouille
                    3 amps en pré ampli c’est déja un bras
                    pour les tubes haut de game ça monte à 700 800 euros le tube
                    .
                    .
                    il me semble que le calables des transfo son en argent (+ de 20 kilos)


                  • Maitre Ratatouille Maitre Ratatouille 14 octobre 01:05
                    @mmbbb
                    Tannoy
                     Il ne faut pas oublier de les retourner ,vu le poids de l’aimant ,les membranes se décentrent et se déglinguent ,elles ont un son stupéfiant ,même les anciennes .

                  • mmbbb 14 octobre 08:53

                    @Maitre Ratatouille Je connais cette marque Anglaise Elle a fait faillite malheureusement . La pulpe de cellulose est une matiere utilisee dans le large bande Une marque francaise EMS
                     dont la dirigeante est la fille de M FERTIN. C ’est vrai ce n ’est pas pour ecouter du RAP mais quelle son . Le choix de ce materiaux a ete selectionné apres le test d autre materiaux moderne . J ai ecoute des enceintes anglaise B & W dont le medium est en Kevlar , c ’est bien mai j ai trouve quelque fois les voix notamment feminine un peu seche , raide . Si on est un bon bricoleur, on peut se monter des enceintes de bonne qualite avec de bons hauts pârleurs pour un prix raisonnable C ’est ce que j ai fait les miennes sont en beton moule . J ai fait une enceinte tres etroites avec un support du baffle chene couple avec contreplaquée , elles ont le dos arrondies Elles sortent des entiers battues du parallélépipède et évite de facto la generation d ondes stationnaires Aucun bruit parasite utilisation d un HP d une marque francaise PHL Audio. Cette marque est vendue au USA et equipe les enceintes monitoring de studio. La membrane est en pulpe de cellulose et haut rendement, classee utilisation tropical avec une sensibilite en continue de 116 DB Honnetement elle remlace avanteugement les Cabasses Caravelle , le medium de celle ci est un peut dur et mis en avant. Avec les PHL , il y a une aisance sonore stupefiante , ces HP sont capables de donner beaucoup de volume sonore . Par ailleurs ils ont une tres bonne reponse transitoire Ils remplissent naturellement la pièce C ’est ce qui manque a beaucoup d enceintes du commerce pourtant classees haut de gamme. 


                  • foufouille foufouille 14 octobre 09:23

                    @Maitre Ratatouille

                    ça sert à rien où il faut les oreilles qui vont avec.


                  • Christian Labrune Christian Labrune 14 octobre 12:53
                    @mmbbb

                    Si on veut avoir de bonnes enceintes acoustiques, Il suffit d’utiliser pour le medium un haut-parleur de basse d’enceinte close qui monte jusqu’à cinq ou six mille hertz, dans un caisson séparé de très petites dimensions puisque l’amplitude de vibration de la membrane sera très faible. Peu importe la fréquence de coupure du boomer d’enceinte close. Pour les aigus, on utilisera un tweeter piezo qui descende très bas dans le medium, muni obligatoirement d’un atténuateur réglable. Partant de là, on peut utiliser à peu près n’importe quel filtre à trois voies : la linéarité de la courbe de réponse sera toujours satisfaisante.
                    En utilisant des haut-parleurs banals et assez bon marché, par ce procédé, j’obtiens la même qualité de restitution qu’avec les systèmes Bose dans une autre partie de la pièce. Mais en plus encombrant !

                  • Christian Labrune Christian Labrune 13 octobre 23:05

                    On trouvera, en cliquant sur ce lien, des images des premiers systèmes d’enregistrement du son à l’époque d’Edison, dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

                    Bien avant le disque microsillon dont le signal est électroniquement amplifié et diffusé par des haut-parleurs, il y avait eu le cornet acoustique mécaniquement lié à la pointe de lecture, et le cylindre gravé bien avant les premiers disques.

                    C’est au cylindre d’Edison qu’il faudrait retourner. La vitesse d’entraînement par un moteur mécanique à ressort n’était pas aussi régulière qu’on pourrait le souhaiter, mais avec les moteurs électroniquement asservis à la fréquence d’un quartz qui sont aujourd’hui une banalité, on pourrait enfin avoir de la vraie musique pour ces vrais mélomanes que le côté « binaire » du codage numérique doit un peu défriser. Le mieux serait peut-être quand même qu’ils apprissent à se contenter de l’antique flûte de Pan formée d’un simple assemblage de roseaux, ou du sistre de la déesse Hathor.

                    Il restera toujours dans nos sociétés, en dépit des progrès techniques, une immense place pour la connerie pure.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Chantig

Chantig
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès