• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Mode & tendances > Tu t’es vue quand t’as bu ? Une socio-sémiologie de la (...)

Tu t’es vue quand t’as bu ? Une socio-sémiologie de la biture

C'est l'un des marronniers de la presse tabloïd (mais pas que) anglaise. Dès qu'il fait un peu chaud et qu'il ne pleut pas - ce qui semble arriver de plus en plus souvent - on a droit à un reportage richement illustré sur le binge drinking. C'est un peu l'équivalent d'une beuverie, sauf qu'ils picolent en anglais. Là, c'est le Mirror qui s'y colle avec des photos prises fin juin dans les rues de Blackpool.

JPEG

C'est sans intérêt, tant ce sujet et ces photos sont banals. Surtout quand on n'a pas vocation à enfoncer des portes ouvertes ou à tartiner des sermons moralisants au km : Faut pas trop picoler surtout à jeun, faut pas prendre le volant après, faut rester sous la surveillance des copines, où qu'ils sont le prince et la princesse, faut pas mélanger, c'est une honte de se comporter de la sorte, c'était mieux avant, il y a quand même des choses plus importantes dans la vie, faut pas s'étonner qu'ils aient voté pour le Brexit, y a plus de jeunesse, c'était pire de mon temps, ces Anglais n'ont aucun savoir-vivre, faut pas envoyer les selfies sur les réseaux sociaux, au prix où est la pinte c'est du gâchis, pas étonnant qu'ils aient brûlé Jeanne d'Arc, je l'avais bien dit mais on ne m'a pas écouté, etc.

 
C'est d'autant plus sans intérêt que C. Patterson, C. Emslie, O. Mason, G. Fergie et S. Hulton, une brochette de chercheurs des universités de Glasgow et de Durham, qui visiblement n'ont pas fait que sucer des glaçons dans les pubs écossais ou sur les berges de la Wear, ont publié l'article définitif sur ce sujet, sous le titre poétique de : Content analysis of UK newpapers and online news representations of women's and men's 'binge' drinking : a challenge of communicating evidence-based message about single-episodic drinking ?
 
Comme ils ont poussé le vice jusqu'à publier cette étude en anglais dans une revue scientifique médicale, ce n'est pas étonnant que leurs conclusions aient échappé à quelques rares francophones.
 
Je n'ai pas tout compris, mais j'en résume l'essentiel pour les lecteurs pressés de passer aux photos.
 
Ces chercheurs ont passé au crible 308 articles publiés entre le 1er janvier 2012 et le 31 décembre 2013 dans la presse anglaise et sur le site de la BBC - soit en moyenne, presque un article sur ce sujet tous les 2 jours. Ils en concluent que ces articles associent plus souvent les femmes que les hommes au binge drinking et que les femmes y sont présentées comme plus problématiques que les hommes. Dans l'article de Patterson et al., il est question d'idéalisation de la féminité, de normes sociales, de l'influence des médias de masse, du regard et de sa portée, d'un manque d'objectivité et d'une évidente sous-représentation des hommes par rapport à leur poids réel dans les pratiques en question ; statistiques, graphiques et imposante bibliographie à l'appui de leurs thèses, comme il se doit dans tout travail universitaire sérieux.

Contrairement à une idée reçue, ce ne serait donc pas parce qu'elles tiennent moins bien l'alcool qu'on voit plus souvent des femmes sur les photos. Bref, les photos qui suivent sont des représentations sexistes, misogynes ou machistes.

En conclusion, Patterson et al. préconisent que les médias cessent de se focaliser sur les jeunes femmes qui s'alcoolisent en public et qu'ils traitent plutôt des ravages de l'alcool dans leur globalité.
 
Perchés dans leur tour d'ivoire, ces universitaires académiquement corrects, n'ont oublié qu'une chose :
Les ravages de l'alcool, c'est pas très photogénique ; alors que des nanas bourrées, ça fera toujours de l'audience dans la presse de caniveau. CQFD !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Credit photos : NB Press

 

Merci à :

 

- C. Patterson, C. Emslie, O. Mason, G. Fergie et S. Hulton des Universités de Glasgow et de Durham pour leur article : Content analysis of UK newpapers and online news representations of women's and men's 'binge' drinking : a challenge of communicating evidence-based message about single-episodic drinking ?

Même si j'ai abordé leur travail par le tout petit bout de ma lorgnette et d'une manière parfois irrespectueuse, ce merci est sincère. D'autant plus qu'ils ont publié leur article dans BMJ Open, une revue scientifique en libre accès.

- William Haydock, pour son billet paru dans l'excellent blog Thinking to some purpose en février 2014, sous le titre : Binge drinking as a 21th century phenomenon.
Compte tenu de son ancienneté, je suppose que tout le monde le connait depuis plus longtemps que moi. Je ne l'ai donc pas utilisé pour la rédaction de cet article, mais sa lecture s'impose.

- Et bien entendu, le site du Mirror pour son traitement so british de l'information.


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 09:32
    Article très bien écrit, avec un zeste de cynisme blasé qui sied au sujet ma foi.
    Sinon, outre les ravages de l’alcool, j’ai surtout remarqué sur les photos les ragaves d’un excès de fish & chips. Où sont passées les fameuses « roses anglaises » ?

    • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 09:34

      @ZenZoe

      ragaves - ...ravages - les spectacles désolants me rendent dyslexique.

    • FotoFan FotoFan 5 juillet 11:53

      @ZenZoe

      Merci.
      Il y a du Rubens dans ces photos de roses anglaises.


    • Agafia Agafia 6 juillet 00:36

      @ZenZoe

      Ravages, gavages... ^^ La rose anglaise s’est étoffée de quelques pétales... Encore une histoire d’OGM ^^

    • njama njama 5 juillet 09:35

      ça fait un peu look Gay Pride...


      • njama njama 5 juillet 09:48
        Est-ce qu’elles sont grassouillettes parce qu’elles picolent, ou elles picolent parce qu’elles complexent de se trouver fort enveloppées ?

        enfin c’est fort charnel toussa toussa

        Y a du business à faire pour les Weight Watchers ...

        overdoses de shitty nuggets ?

        Jamie Oliver Shows School Kids How Chicken Nuggets are made

        • aimable 5 juillet 13:27

          @njama

           les Rubens sont certainement dans une grande solitude ,mais au moins la , elles attirent les regards .
          quel gâchis !

        • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 5 juillet 10:24
          C’est dommage de ne s’arrêter qu’a l’aspect médical/sexiste/révolté/amusé

          - Noel, jour de congé, début des études, fin des études... On retrouve exactement les mêmes photos trash lors de toute occasion. Cela ressemble à un jeu avec toujours le même résultat et les mêmes angles et les mêmes commentaires.

          - On remarque après les désastre que les femmes ont toutes fait un effort pour s’habiller. Elégant ou déguisement, jamais de tenues standard. Etant donné que tout le monde sait comment cela se finit à chaque fois à ces dates précises, on peut supposer qu’il s’agit d’un acte plus ou moins conscient de destruction de cette société posh et guindée dans laquelle les classes sociales sont très nettement marquées jusqu’à la prononciation des mots. (La classe haute s’adonne d’ailleurs avec joie à ce type d’évènements)

          On dit que les anglais n’ont pas fait la révolution. En fait ils la font à chaque veille de jour de congé sans vraiment vouloir aller jusqu’au bout.
          NO FUTURE !

          • FotoFan FotoFan 5 juillet 12:00

            @La Voix De Ton Maître

            Merci.
            Je n’avais que l’article du Mirror et celui de Patterson et al. et j’ai fait avec ce que j’avais sous la main.
            Mais, chacun peut les enrichir de son grain de sel. C’est un peu le but du jeu ici.

            Le binge drinking une forme de punk soft  ? Une piste à labourer pour les sociologues des sous-cultures (c’est pas péjoratif).


          • Fergus Fergus 5 juillet 13:45

            Bonjour, FotoFan

            Le binge drinking, je l’ai évoqué dans un article de 2010 consacré à l’alcoolisation dans les rues du centre historique de Rennes : Shoes tossing, alccolisation et hurlementsExtrait :

            "À 1 heure du matin, les bars ferment, comme le veut le règlement municipal, appliqué drastiquement dans la métropole bretonne depuis quelques années, et tout le monde se disperse lentement dans la ville d’un pas parfois mal assuré. Un exploit pour certains, telles ces deux filles ivres rencontrées un jour affalées sur le pavé malodorant de la rue de la Soif, au risque de se blesser sur des tessons de verre, et prises en charge par des camarades compatissants un peu moins imbibés qu’elles. Ou bien décidés à tirer parti de la situation… Ainsi va la fête !« 

            Depuis, le shoes tossing a régressé, mais pas le binge drinking qui continue encore de faire des dégâts, à Rennes comme dans d’autres villes universitaires.

            Mais il y a pire, et notamment dans les villes de Scandinavie ou du Royaume-Uni. Impressionnant à cet égard de voir les quantités de vin (les filles sont plus branchées Bacchus que Gambrinus) que descendent les londoniennes, parfois dès la sortie du bureau le vendredi soir ! Avec pour résultat des spectacles très conformes ce qui est montré ici sur les photos. Personnellement, cela me met très mal à l’aise, moins pour les effets directs des cuites que pour les risques encourus pas ces filles et ces femmes dont les défenses sont pour le moins amoindries, voire inexistantes.


          • FotoFan FotoFan 5 juillet 15:58

            @Fergus

            Merci.
            J’ignorais l’existence de votre article et je l’ai lu avec beaucoup d’intérêt. J’avais fait une recherche sur le site, mais le votre ne sortait pas dans les premiers résultats, ce qui m’aurait évité de proposer ce doublon à la publication. A ce propos, les modérateurs auraient pu me prévenir ou refuser l’article.

            C’est évident, mon article est bien moins ambitieux et moins fouillé que le votre, mais j’ai fait avec ce que j’avais trouvé ailleurs, l’article du Mirror de ces derniers jours, celui des universitaires et quelques photos pour illustrer. C’est l’avantage quand on est limité au côté anecdotique de la chose.

            J’ignorais l’existence de la coutume bretonne du lancer de chaussures. C’est amusant.


          • Fergus Fergus 5 juillet 16:17

            @ FotoFan

            Je ne suis pas d’accord avec vous : votre article est très intéressant, et c’est pourquoi je l’ai soutenu en modération. Qui plus est, il ne constitue pas du tout un doublon avec le mien, mais le complète utilement et surtout l’enrichit d’observations récentes. Enfin, il est centré sur le Royaume-Uni, ce qui n’était pas le cas du mien.

            Pour ce qui est du « lancer de chaussures », il ne fait plus vraiment recette ; sans doute les étudiants rennais - cela vaut également pour les Nantais - n’ont-ils plus de vieilles baskets à sacrifier à cette mode ! smiley


          • Méduse Méduse 5 juillet 11:14
            Sur ces photos, rien ne prouve que ces gens soient défoncés. Le binge drinking est un truc particulier ; il s’agit de se défoncer le plus rapidement possible et à un niveau ultime, limite coma éthylique ; dans ces conditions, on ne converse plus, on ne mate pas son phone, etc. J’ai observé ça de visu à Montpellier avec des groupes d’étudiants qui dorment en meute comme des bêtes, allongés dans l’urine et le vomi. Bref, des zombies qui cherchent un moyen de sortir de leur état. Et la violence du faux remède qu’ils élisent n’est jamais que le reflet de la violence qu’ils vivent dans leur intimité individuelle.

            Mon cher Ouam, si tu passes, tu observeras l’état propret des rues et la présence ultra étouffante du grand Remplaçant.




            • FotoFan FotoFan 5 juillet 12:04

              @Méduse

              Merci.
              Défoncées peut-être pas, mais ces jeunes femmes ne semblent pas avoir carburé au coca light.
              Ces photos ont été publiées dans le Mirror. Il y a des limites qu’ils ne peuvent pas se permettre de dépasser trop souvent.

              (Si Ouam passe par ici, il sera le bienvenu)


            • Méduse Méduse 5 juillet 12:34
              @ FotoFan

              L’objet du binge drinking est d’arriver à un état second, à une sorte de dépersonnalisation ; dans cet état, vous n’arrivez plus à marcher, vous tombez par terre, vous gerbez partout, vous vous pissez sur vous-même, vous perdez vos affaires, vous n’avez pas même conscience que votre accoutrement se fait la malle, vous n’arrivez quasi plus à parler mais criez beaucoup, etc. Ca n’a donc rien à voir avec le fait de faire la fête, de s’enivrer, il s’agit en fait de ’tuer’ le Moi. L’alcool n’est ici qu’un moyen.
              Cette pratique fait des dégâts collatéraux considérables, en particulier elle cause des lésions cérébrales. C’est une très mauvaise politique que d’enfourcher la morale, l’alcool c’est pas bien, tu t’es vu quand tu as bu puisque justement le but est d’être ainsi. Quand à l’alcool, si bouffer des chips menait au m^me résultat, ils s’empiffreraient de chips.

              J’ai fait une vague recherche et ai eu étrangement du mal à trouver des photos parlantes. Serait-ce parce qu’au delà de son aspect détestable, cette pratique est éminemment politique/philosophique et constitue une remise en cause radicale, profondément nihiliste de cette société du Bonheur qu’est indéniablement la nôtre ?



            • Fergus Fergus 5 juillet 16:23

              Bonjour, Méduse

              Je ne partage pas totalement vos observations. Certes, ce que vous dites est vrai pour une minorité de binge drinkers qui recherche un dépassement de l’état de conscience. Mais tous n’ont pas la même motivation destructrice, la plupart étant, à mon avis, en situation de suiveurs inconscients des effets et des risques associés à cette pratique.


            • kalachnikov kalachnikov 6 juillet 01:05
              @ Fergus

              Salut Fergus. Je vous dis la pratique, ce que c’est que le binge drinking qui n’est pas prendre une biture comme on en a toujours pris. Et bref, c’est pas parce qu’on voit un salaud de jeune, surtout une gonzesse, pétée comme un coing ou un verre à la main, qu’elle fait du binge drinking.

              Définition exacte :




              • FotoFan FotoFan 5 juillet 12:07

                @Cadoudal

                Merci.
                La preuve qu’il n’y a pas que le presse de caniveau et les universitaires qui s’intéressent au sujet.


              • njama njama 5 juillet 14:47
                « Bref, les photos qui suivent sont des représentations sexistes, misogynes ou machistes. »

                Credit photos : NB Press

                Ces universitaires de Glasgow et de Durham ont-il pris la peine de noter si les auteurs de ces photos étaient des mecs, ou des nanas ?
                Bref, si le shooting a été fait par des mecs il ne faut peut-être pas être étonné de l’orientation sexiste des images
                Ceci dit indépendamment de cette orientation, le fait sociologique est là...


                • FotoFan FotoFan 5 juillet 16:10

                  @njama

                  Merci.
                  Les universitaires ont traité plus de 300 articles et ils ont fait un traitement statistique. Les photographes et les journalistes sont-ils très majoritairement masculins ? Je n’en sais rien. Ça pourrait effectivement être un biais méthodologique.

                  Ces photos sont-elles sexistes ? Peut-être. C’est du moins ce que laissent entendre les universitaires.
                  Mais, ça dépend peut-être aussi du contexte dans lequel elles sont publiées ou vues. Auraient-elles la même signification dans une galerie d’art que dans le Mirror ? Un sociologue voit-il la même chose qu’un autre sociologue ?


                • Fergus Fergus 5 juillet 16:30

                  @ FotoFan

                  Je pense que, plus ou moins consciemment, les photographes s’attachent plus à montrer des filles bourrées car ce spectacle focalise et heurte nettement plus leur regard que des images mille fois vues de mecs ivres, tant ces derniers pullulent dans les documents photographiés ou filmés, y compris les fictions.

                  Autrement dit, les mecs bourrés, c’est culturel et admis comme une sorte de fatalité, les filles pas encore tout à fait !


                • njama njama 5 juillet 16:33

                  @FotoFan


                  Très juste
                  mais en même temps, les nanas s’attifent un poil « sexy » ... et si c’est pas pour attirer le regard, c’est quoi le code ?
                  C’est sûr, que bourrées des quatre pattes, elles perdent de leur superbe smiley

                • njama njama 5 juillet 18:19

                  @Fergus

                  Autrement dit, les mecs bourrés, c’est culturel...

                  de la culture, bof, de casernes surtout, (perso c’est là que j’ai vu les pires cuites chez des jeunes, mâles forcément) et puis aussi, dans les coins où on distillait qui, la pomme, la poire, la mirabelle, ... de l’alcool à pas cher !
                  parce que avec de la binouze, faut en écumer quelques litres avant d’être rincé
                  sinon, les bretons ont une vielle réputation dans le domaine ...
                  un lien génétique avec les anglais ?

                • Cadoudal Cadoudal 5 juillet 18:35

                  @njama

                  L’écrivain Emile Souvestre a écrit dans « Les derniers Bretons » : « Le paysan breton boit en signe de réjouissance aux jours d’abondance. Il boit pour se consoler aux jours de disette. Il a deux consolations : l’église et le cabaret, Dieu et l’eau de vie ».

                  Heureusement, tout ça va bientôt changer :


                • FotoFan FotoFan 5 juillet 19:33

                  @Cadoudal

                  Merci.
                  Je ne sais pas ce qu’il en est réellement, mais les Bretons et l’alcoolisme, ça m’a l’air d’être une vieille histoire d’amour.
                  Peut-être que cette réputation est largement usurpée ?


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 juillet 19:48

                  @FotoFan

                  Non...pas du tout usurpée ;Sauf que nous les chtis ,quant les arbitres sont là pour constater, ont est déjà barrés sur les afters .


                • Cadoudal Cadoudal 5 juillet 20:01

                  @FotoFan

                  Ça pourrait être une explication des événements récents..
                  Il me semble que Tariq Ramadan avait proposé à Jean Louis Borloo un moratoire sur la vente d’alcool aux Bretons pour éviter les frictions entre les jeunes prolos Bretons et les forces de l’ordre...
                  L’université du droit des peuples indigènes du Caire s’est saisi du dossier et la récente nomination du pote à Fergus comme chef du bureau des affaires indigènes de la Wilaya Ouest devrait permettre une application ferme mais humaniste de cette avancée sociétale salutaire.


                • Fergus Fergus 5 juillet 20:12

                  @ FotoFan

                  Les Bretons et les Nordistes ont été en pointe de la consommation d’alcool, mais ce n’est plus le cas.

                  Désormais, c’est - et de loin - Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées qui tient la corde. Les deux anciennes régions qui composent cette nouvelle entité occupaient d’ailleurs les 2 premières places avant la réforme régionale !


                • Cadoudal Cadoudal 5 juillet 20:17
                  @Aita Pea Pea
                  Va pas l’enduire d’erreur...

                  Les chtis, que des petite bites de buveurs d’eau, pas mieux que des Concarnois..




                • Agafia Agafia 5 juillet 21:47

                  @njama

                  les bretons ont une vielle réputation dans le domaine ... 
                  un lien génétique avec les anglais ?

                  Plutôt avec les normands.... Grâce à Guillaume, depuis la bataille de Hastings ^^

                • njama njama 5 juillet 22:06

                  @Agafia
                  bretons, normands, la frontière est ténue... surtout quand il s’agissait de combattre les anglais


                • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 5 juillet 22:10

                  @Fergus

                  J’étais resté sur la Bretagne championne de France.
                  Une courte e-recherche m’indique qu’elle l’était toujours en 2010 avec + 28% par rapport au reste de la France.

                  Bevet Breizh !

                • pallas 5 juillet 16:34
                  FotoFan

                  Bonjour,

                  Qu’elles soient Française ou Anglaise, Allemande aussi, c’est le manque d’empathie qui courent chez elles, n’ayant pas de culture général.


                  Beaucoup préfèrent les hommes violents.

                  D’un autre coté, il y a beaucoup d’hommes violents.

                  J’ai toujours été surpris par la philosophie des femmes venant d’Afrique du Nord ou venant de L’Est.

                  Ayant un minimum de culture général, faites discutions avec une Algérienne ou Marocaine, c’est un niveau autre que la Française de base.

                  Ce schéma est la signature de la fin de notre civilisation.

                  Salut

                  • aimable 5 juillet 18:28

                    @pallas

                    niveau haut ou niveau bas  ?
                    j’ai eu l’occasion de discuter avec une Française de parents ou de grands parents Algériens non voilée , je peux vous dire que question culture générale elle tenait la route la petite ( elle était âgée d’une vingtaine a l’époque )

                  • FotoFan FotoFan 5 juillet 19:34

                    @pallas

                    Merci.
                    Je ne suis pas certain d’avoir tout compris.


                  • pallas 5 juillet 19:51

                    @FotoFan


                    C’est pourtant simple pourtant,

                    J’ai de l’argent, je suis un homme, je peut manipuler autrui.

                    Sa en devient indécent,

                    Mes deux apprentis(e)e, vous ferons leçons.

                    Pour l’heure vous êtes mon objet.


                    Salut



                  • Wildbill 5 juillet 20:53
                    Je trouve ça très bien de montrer des femmes bourrées dans les médias.Question d’égalité des sexes.
                    D’abords ça banalise l’alcoolisme féminin et donc ça fait de la femme « un homme comme les autres ».Pas meilleur,pas pire.
                    La femme française est tellement snob qu’elle a tendance à croire qu’il n’y a que les hommes qui picolent et à prendre n’importe quel type qui boit une bière dans un bar ou même qui se tape une biture un soir pour un affreux alcoolique.
                    Il n’y a qu’en France que les femmes ont se rapport hypocrite avec l’alcool.


                    • Wildbill 6 juillet 00:00

                      @Wildbill

                      Imaginez un instant que les médias français montrent des femmes bourées.Quel scandale !
                      Marlène Schiappa direct pour beugler devant les caméras entre deux permanentes pour dire que c’est un scandale de traiter la femme de cette façon et c’est bien une nouvelle preuve de la société patriarcale...« TU VAS LA FERMER TA GUEULE ! »Pfff,quel boulet !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès