• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Admission en médocologie

Admission en médocologie

Tout comme l'addict au tabac à l'alcool ou à l'herbe ne se rend plus compte de l'effet, puisque la dopamine n'agit plus, pour l'addict à la pharmacopée, il doit en être de même. N'ayant avalé que deux ou trois boites de dolyprane ou d'eferalgan en vingt ans, je ne connais aucune accoutumance. Depuis peu sous traitements divers, et pendant deux mois coincé entre la tnt et ses guerres, dans une chambre double, ce qui fait le plus mal, c'est le cooktail avec l'info via la tnt répondant parfaitement à la strategie du choc de Naomi Klein. Voici ce que m'a inspiré cette épreuve médicale

Je les entends, ils arrivent, les premiers me survolent en longs cortèges d'escadrilles de transall, leurs moteurs produisent comme des longues respirations, de puissants souffles progressifs. Je suppose qu'ils larguent des commandos parachutistes, je me terre dans mon lit et veille à percevoir le moindre mouvement furtif. L'absence totale de lumière et de perception olfactive facilitent l'exploitation totale de mes organes auditifs. Je fais le mort complet dans un noir absolu. Il n'y a donc aucune raison qu'ils me débusquent dans cette chambre entièrement isolée et perdue au centre de cet énorme immeuble, Et pourtant ...

...Après quelques glissements, je distingue très bien de l'autre côté de ce mur le bruit d'une perforeuse à béton. Elle effectue consciencieusement ces courts coups de butoirs absolument réguliers, engageant un long chapelet d'orifices de profondeurs égales. Je suppose que cette stratégie permet de délimiter un passage permettant à un combattant de franchir l'obstacle, une fois enfoncé, en position roulé boulé dessus et accroupie, son arme en avant. J'ai affaire à un soldat parfaitement équipé qui semble avoir déterminé l'épaisseur exacte du mur pour laisser les deux derniers millimètres intacts. Ceci afin de ne pas m'autoriser à connaître l'endroit exact qu'il attaque ni me donner les moyens de faire usage d'un seul petit trou pour lui larguer un gaz asphyxiant.

Patiemment, indéfiniment, notre homme poursuit sa tâche avec aptitude, deux heures durant. Je n'arrive pas à déterminer pourquoi je ne fuis pas illico cet endroit. D'abord l'attaque m'a pétrifiée, et ma seule stratégie consiste à mettre ma couverture en vrac au milieu du lit et me recroqueviller en dessous. A chaque fois qu'il termine un tour complet d'une centaine d'impact, je sens bien qu'il fait une pause pour faire refroidir son appareil, voire changer son foret. Les accoups réguliers du système de perforation à percuteur résonnent presque comme des salves de mitraillettes. Cela participe pleinement à cet ambiance lugubre où l'on sent que la mort rode et va tomber brutalement comme un couperet tranchant. Il ne se donne pas toute cette peine pour rien et ne va sûrement pas me passer sous le nez sans me détecter. Je suis donc condamné. Mais la question idiote que je me pose dans un moment pareil est pourquoi n'est-il pas plutôt passé directement par la porte ?...

...Je suis d'ailleurs subitement tétanisé par le fait qu'elle vient de s'ouvrir, et m'attends à voir débouler mon homme me menaçant de son arme, ou l'ennemi qu'il débusque. Je ne suis peut-être pas la cible du combat mais simple témoin privilégié. Me voilà donc pris entre deux feux puisque j'entends encore le marteau piqueur dans mon dos. Avec un seul doigt, je soulève le coin du drap qui me couvre l'œil, et là, s'offre à moi, le spectacle d'une femme en blouse légère, joliment mise en valeur par le lai de lumière et le contre-jour favorable. Me revient la vision de la fiancée du vampire qui vient prélever son petit déjeuner dans mes veines, comme tous les matins depuis peu...

Elle s'approche prestement, m'appelle par mon nom et me dit, « Il est cinq heures et demie, c'est l'heure de la prise de sang » J'émerge en pleine crise d'érectomie peut-être vient elle pour une ponction. Cette sirène venue de nulle part me sauve la vie m'extrayant de mon enfer et me ramène sur terre...

... puis je réalise lentement que l'armée en manœuvre est mon voisin de chambrée qui ronfle.

...


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 juin 2011 13:15

    mercci Amaury de Chelles pour l’accord « lu et accordé de bon cœur ».


  • cevennevive cevennevive 21 juin 2011 18:52

    Bonjour Lisa SION2

    Bel article, n’appelant aucun commentaire. Merci.

    Et... Puis-je ajouter : bon rétablissement !


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 juin 2011 13:22

      C’est vrai, c’est juste une vision personnelle que personne d’autre n’est censée être obligée de ressentir. C’est bon merci, quand on m’a relevé du sol où j’étais affalé, je suis immédiatement parti à pied vers les toilettes. je suis en fait juste tombé dans les pommes, ils me faudra six mois pour retrouver la moitié de mes facultés. C’est comme la demie vie radioactive...logarithmique.

      merci cevennelibre .


    • aloha aloha 21 juin 2011 22:07

      Pardon Lisa, mais c’est à mourir de rire... smiley


      Seulement au moment de la chute inattendue, excellentissime !

      Je cherchais je cherchais dans ta souffrance ce qui avait bien pu apporter une telle sensation d’horreur... Quel soulagement de ne s’apercevoir finalement qu’il ne s’agissait « que » de ça !

      C’est glauque l’hôpital n’est-ce pas ? smiley

      Je t’embrasse tendrement.

      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 juin 2011 18:09

        Enchanté Aloha ha ha de t’avoir faite rire,

        tu sais, ma souffrance n’est rien à coté de ces milliers de libyens qui meurent sous les bombes de l’otan, je pourrais en plus être japonais et irradié, donc je n’ai pas à me plaindre.

        C’est vrai, le cocktell hosto, médoc en gros, tnt avec ses guerres en direct et la pub pour les financer, ajouté au ronflage intensif, c’est détonnant, mais heureusement, il y a tous les jours des escadrilles de filles et femmes d’immense bonne volonté et quelque soit le temps, C’est pas un métier, c’est une vocation, elles sont le rayon de soleil qui égaye les journées de ceux qui souffrent et méritent tout mon respect et ma gratitude. Et puis il y a toi ma ptite soeur de cœur toujours fidèle au pote.

        Glauque, ça s’écrit pas GLLOQ « j’ai deux ailes au cul » ?

        Ch’te bise.


      • njama njama 21 juin 2011 22:49

        Bonjour Lisa Sion2

        J’espère pour toi un rapide rétablissement ...
        C quoi au juste des traitements « divers » ? ... qui durent deux mois ! Ils ont l’air de faire de drôles d’effets !!!!!!!!
        Et puis, C quoi au juste « l’érectomie » ? (j’suis p’être bête mais je ne suis pas le seul, Google aussi).

        Sinon merci pour le récit. Non pas que j’aurais aimé être à ta place, mais ça me rappelle de façon si pénétrante d’autres mauvais sommeils. Non les miens, mais ceux de ma reine de cœur (celle avec ki ke j’vis depuis bientôt 30 ans - j’aime pas dire ma femme -) qui s’était plus un temps à lire thriller sur thriller, au point de tomber dans une réelle addiction de cette prose bien loin de la Littérature qui a la vertu ou la perversité de faire exploser le taux d’adrénaline. Elle m’a réveillé maintes fois en hurlant de terreur comme si on était sur le point de l’égorger, ou je ne sais quoi, la couper en morceaux ou qu’elle allait subir quelques horreurs effroyables, ... On sait vers quels fantasmes mènent les transferts, du rêve à la réalité, la frontière n’est jamais loin ...
        ça a duré plus d’un an, heureusement ce n’était pas chaque nuit !
        Au sursaut d’un de ces mauvais rêves, j’ai fini par me fâcher sur elle, mon verbe lui enjoignant impérieusement d’arrêter de lire ces méphitiques histoires qui lui pourrissaient l’esprit, l’âme peut-être ... et lui gâchaient ses nuits ... et les miennes !
        Nourris-toi de « belles » choses, nourris-toi du beau ! lui ai-je dit pour conclure ...
        Confuse, elle s’est inclinée à ma verte prescription ... et s’en fût fini de ses cauchemars.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 juin 2011 18:17

          Bonjour n’jama,

          « C quoi au juste des traitements »divers«  ? ... qui durent deux mois ! Ils ont l’air de faire de drôles d’effets !!!!!!!!  » je ne suis pas herboriste et ces décideurs peuvent mettre ce qu’ils veulent dans leurs pilules, mais c’est surtout le coktell qui est space...

          Et puis, C quoi au juste « l’érectomie » ?, c’est une crampe qui te réveille le matin et dont tu espère que l’infirmière viendra te la masser ... !!!!!!

          « Nourris-toi de »belles« choses, nourris-toi du beau ! lui ai-je dit pour conclure ... » pas besoin d’être médecin pour comprendre ça, il suffit de faire appel à son bon sens naturel et de laisser tomber tout ce commerce de sensations factices et anxiogènes qui nuisent à ses propres intérêts. Simple, le bonheur est dans l’herbe n’est ce pas ?


        • slipenL’air 22 juin 2011 10:07

          bonjours Lisa²

          j’espère que tu as pas eu trop mal  smiley


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 juin 2011 18:21

            Bonjour slipenvrac,

            ça va c’est pas pire que recevoir un obus de tungstène ou d’uranium enrichi à l’appauvrissement mondial. Merci d’être passé ainsi qu’à touss... à vos souhaits L.S.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires