• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Banlieues : l’éducation en question / N°50

Banlieues : l’éducation en question / N°50

Mon copain Mohammed a toujours été un peu jaloux de moi. J’ai toujours senti que son amitié n’était pas complètement désintéressée, qu’elle était mêlée d’envie, d’admiration et que nous n’étions pas sur un pied d’égalité. J’ai l’habitude de fasciner les gens, notamment les gens féminins, alors ça ne me gêne pas trop mais, avec les amis, c’est embêtant.

Momo enviait particulièrement ma capacité à dire tout l’alphabet en rotant à l’envers et aussi mon incroyable succès auprès des jeunes femmes saoules qui viennent de se faire quitter. Et puis surtout, ce qui le fascinait, c’était mon éducation.
bling_21.jpgMomo souffrait d’une sorte de complexe quant à son milieu social et à ses origines. Il en avait honte et compensait ses supposées lacunes par des excès de vantardises et de brusques sautes d’humeur.

« Tu vois, me disait-il, dans ma famille, en banlieue, mes parents ne m’ont jamais appris la moindre chose qui vaille. Ils étaient complètement largués, tournés vers le passé. Mon père est un raté, il n’a jamais réussi à dépasser sa culture et ses origines, il est toujours resté crispé sur ses histoires de traditions débiles. Et je ne te parle même pas de Fatima, ma sœur. Que veux-tu ? Ce sont de pauvres gens mal élevés, sans éducation, incapables de s’adapter à la modernité : mes parents sont des cons. »

Je ne connaissais pas les parents de Mohammed (je n’aime pas les pauvres) mais j’avais bien conscience, effectivement, qu’il n’avait pas bénéficié des mêmes chances que moi au départ. Afin que Mohammed sente bien que ses problèmes d’éducation n’était pas un tabou pour moi, je veillais à me moquer fréquemment de lui devant un public féminin en insistant bien sur ses capacités limitées à rendre une femme heureuse, c’est à dire sur la petite taille de son - comment vous dire ? - la petite taille de son pouvoir d’achat car enfin, Momo n’avait jamais réussi à occuper que de modestes emplois sous-payés.

Je ne vous raconterais pas cette histoire si, un jour, elle n’avait pas fini par mal tourner : la semaine dernière, Mohammed, en pleine affaire Bettencourt – Woerth - Sarkozy, excédé par une humiliation de trop, est retourné chez ses parents. Et il s’en est violemment pris à son père.

 « Tu es un nul, lui a -t-il dit, tu ne m’as jamais enseigné que des idées de merde dont je n’arrive plus à me sortir aujourd’hui ; je me retrouve à moitié inadapté à la société française. Je porte le poids de tes traditions moyenâgeuses et grotesques au mépris du pays dans lequel je vis et de ses valeurs. Tu as fait de moi une sorte d’handicapé culturel, un homme qui n’est chez lui nulle part car tu n’as jamais su prendre la mesure de la société dans laquelle tu as élevé tes enfants. Tu es toujours resté figé, aveuglé par tes certitudes et ne t’es jamais adapté. Je te hais : c’est à cause de toi que je n’arrive pas à m’en sortir. »

Je dois avouer que Mohammed n’a pas tout à fait tort : s’il est aujourd’hui un raté, c’est que son con de père n’a jamais cessé de lui prêcher de sinistres âneries : simplicité, générosité, modestie, politesse, abnégation dans le travail, respect des autres et de la parole donnée, courage, honnêteté. Il lui a même parlé d’honneur, vous vous rendez compte ? en 2010 !

Il faut dire que son père est professeur de lettres (quand je vous dit qu’il ne faut jamais faire confiance à l’éducation nationale). Il lui a bourré le crâne avec la liberté, l’égalité, la fraternité et la démocratie. Comment vouliez-vous que Mohammed s’en sorte avec ça ?

Mon éducation à moi a été beaucoup plus simple. Toute mon enfance, mon père m’a dit : ne crois pas à toutes ces salades, elles ont été inventées pour handicaper les cons ; profites-en plutôt pour les écraser et sers-toi de mon réseau pour bâtir le tien : regarde en haut, au sommet, comment ils font. Il doit être là, ton modèle. N’oublie jamais : pas de scrupules - et un seul principe : tout pour ta gueule.

C’est pour ça que je suis fascinant.
Et puis moi, il me fait bien marrer, Mohammed.

http://la.blanche.over-blog.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • King Al Batar King Al Batar 9 septembre 2010 17:10

    Un peu dure, mais j’aime bien cette histoire !


    • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 10 septembre 2010 09:28

      je ne pense pas que l’humour soit le catalyseur parfait pour faire passer votre message


      • ploubi 10 septembre 2010 11:16

        Un rien caustique en effet, mais ça touche du doigt là où ça fait mal.


        • Kalki Kalki 10 septembre 2010 11:37

          • zackgg zackgg 10 septembre 2010 11:41

            Rien de neuf.
            Toutefois les gentils l’emportent toujours à la fin. Mais entre le début et la fin, il peut s’écouler beaucoup de temps, voir toute une vie. Morale ? Faut être un salop toute sa vie et en profiter un max et devenir gentil et montrer des scrupules juste avant de mourir. L’onneur sera sauf.


            • zackgg zackgg 10 septembre 2010 11:42

              Honneur pardon....


            • Clojea CLOJEA 10 septembre 2010 13:51

              Tout le problème est que beaucoup de gens sont persuadés que par un affichage de biens, de belles voitures, de bijoux, ou de belles nanas (pour un mec) = une réussite sociale, quoi !
              Mais, car il y a un gros mais, y’a pas que ça. Ca aide très certainement d’avoir du pognon, mais ce n’est pas une fin en soi, tout comme d’avoir la dernière BMW. Tout ça c’est du paraître, mais la vrai recherche, est spirituelle. Ca c’est oublié de beaucoup. La naissance, la vie, la mort, et les 95% des gens ne se posent pas de questions. Je suis toujours surpris, à moins qu’ils ne s’en posent mais qu’ils préfèrent s’intéresser à la matière. C’est un choix que je ne partage pas, et pourtant j’ai connu la pauvreté. Je n’ai jamais envié les riches ni les trop riches. En général ca leur monte à la tête et c’est pas bon. 
              C’est pas bon non plus de ne lorgner les riches que pour leur ressembler. Pour le reste, un peu caustique comme humour.


              • morice morice 10 septembre 2010 13:53

                aucun rapport encore une fois.. ce texte est INVENTE complétement et ça se LI :


                 « Tu es un nul, lui a -t-il dit, tu ne m’as jamais enseigné que des idées de merde dont je n’arrive plus à me sortir aujourd’hui ; je me retrouve à moitié inadapté à la société française. Je porte le poids de tes traditions moyenâgeuses et grotesques au mépris du pays dans lequel je vis et de ses valeurs. Tu as fait de moi une sorte d’handicapé culturel, un homme qui n’est chez lui nulle part car tu n’as jamais su prendre la mesure de la société dans laquelle tu as élevé tes enfants. Tu es toujours resté figé, aveuglé par tes certitudes et ne t’es jamais adapté. Je te hais : c’est à cause de toi que je n’arrive pas à m’en sortir. »

                un mec de banlieue ne dit plus nul depuis les années 60 : c’est rédigé par un mec en retraite et c’est fabriqué de toutes pièces  !

                texte émanant d’un des racistes habituels ici...

                • galien 10 septembre 2010 16:00

                  Ne te sens pas visé morice, tu n’es pas le seul prof de lettres en France !


                • kiouty 10 septembre 2010 13:53


                  Moui, apologie du parasitisme, de l’opportunisme, tendance adolescent-qui-découvre-la-life... Le problème c’est que ces comportements ne sont possible que parce que la société est suffisamment stable parce que la plupart des autres, eux, ne recourent pas à l’écrasement des autres à n’importe quel prix pour s’en sortir...

                  Sans plein de gens comme Mohammed, la Blanche ne pourrait même pas réfléchir deux secondes à sa progression au sommet de l’échelle sociale, vu qu’il n’y aurait pas d’échelle.

                  [Mode café du commerce] Mais bon, faut de tout pour faire un monde. [\Mode café du commerce]


                  • Martin D 10 septembre 2010 15:36

                    blanche,

                    tu me fais penser à notre cher président et son gvnmt...


                    • tourn en ron 10 septembre 2010 23:26

                      MOUHER PAS CI BLANCHE LA GOURGANDINE 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires