• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Bras long et idées courtes

Bras long et idées courtes

JPEG

Séculier mais pas régulier.

À force de se moucher du coude, certains personnages aux facultés de raisonnement limitées se sentent au-dessus des règles communes. Ils exigent des passe-droits, tendance qui semble leur offrir un sentiment de puissance sur le commun des mortels. La chose tourne au ridicule le plus souvent, le malotru se fait remarquer, affirme avoir des relations haut-placées qui seront prêtes à se mettre à son service pour punir l’affront qui lui est fait.

L’individu monte sur ses grands chevaux, certainement pour que son bras justement ne touche pas à terre. Il le tend d’une main rigide gantée de fer devant lui, évoquant ainsi de terribles images. Il appartient à la bourgeoisie locale, ou du moins le laisse supposer pour se donner cette importance que sa prestance naturelle et sa conversation ordinaire ne peuvent lui conférer.

Il toise, c’est à cela qu’on mesure du reste son infinie bassesse. Il ne limite paradoxalement pas ses propos qui rapidement tournent au vinaigre, à la menace, à l’injure. Le bras long n’assure pas la modération du langage. C’est un fait indéniable quand on observe attentivement le courroux scénarisé de ce triste personnage. Car bien sûr, tout cela n’est que comédie pitoyable pour se la jouer un peu et apporter de l’eau à son moulin de séducteur de bas étage.

Le bras long vitupère. C’est d’ailleurs fort dommage qu’il ne se mette pas à la langue des signes. Il pourrait passer son tour, libérer la parole et ficher la paix aux gens qui ne demanderaient pas mieux. Tout au contraire, il bat l’air avec son autre bras, le plus court, souvent le gauche dont il fait apparemment un usage très modéré.

Le bras long donne ce bras justement à une compagne qui se plaît elle aussi à se placer au-dessus de la mêlée, en appelant à ses relations pour enfoncer le clou de son héraut. Ce preux chevalier à la triste figure, beugle plus qu’il ne parle pour intimider le commun et imposer ses vues et ses caprices. Ce gougnafier n’a aucune pudeur, il convoque symboliquement le ban et l’arrière ban des notables locaux pour justifier son attitude. Il serait sûrement bien attrapé si l’un de ses prétendus amis assistait à la scène.

Le bras long affirme avoir de l’entregent, manière fréquente pour ce genre d’individu d’exister par procuration ce qui curieusement lui procure une jouissance maladive. Il en abuse jusqu’à faire fondre en larmes ses malheureuses victimes qui ne savent plus à quel saint se vouer. Car voyez-vous les menaces de l’odieux sont précises : « je peux vous faire fermer dans l’heure qui vient ! » Il ne recule devant aucune infamie pour obtenir gain de cause.

Le bras long veut enfreindre la règle commune. C’est là un privilège si répandu chez ceux de sa caste qu’il se scandalise quand un quidam quelconque vient lui rappeler que les principes sont incontournables et s’appliquent à tous. Voilà réponse qui le fait sortir de ses gongs puisque justement il est de la haute, cette sphère héritée de l’ancien régime qui vit à l’écart des codes de la plèbe.

L’esclandre est son royaume, lui qui appartient soi-disant à la noblesse de la cité. C’est ainsi qu’il dispose du droit d’humiliation sur le petit peuple des humbles. Pire encore, les témoins de la scène n’osent pas lever le petit doigt pour l’empêcher de nuire, des fois que ce qu’il dit s’avérerait exact. Ce sont ses deux cibles qui se trouvent en larmes, deux dames dont le seul péché aura été de lui demander de mettre un masque pour respecter la consigne, afin de venir commander une consommation.

L’autre, impitoyable, profite de sa position dominante pour les humilier plus encore, jouissant de cette faiblesse qu’il perçoit sur ses proies. Charognard honteux, monstre de suffisance et de morgue, il en rajoute encore et encore jusqu’à ce qu’il contraigne ses cibles à abdiquer en fermant l’établissement. Ceux qui n’avaient rien dit furent par là même payés de leur indifférence, ce qui n’est que justice.

Le pire dans cette sordide altercation, c’est que la loi impose de faire respecter des obligations à des personnes qui ne sont pas dépositaires du pouvoir, sous la menace de sanctions tournées contre elles. C’est l’absurdité de cette période délirante. Comment s’opposer à des abrutis, qu’ils soient des tenants de la loi de la jungle ou comme celui-ci, des représentants de la société huppée ? Dans une société où plus rien ne tient, ce n’est pas au simple citoyen, fut-il commerçant, responsable d’association ou chauffeur de bus de se dresser face à la transgression. Ceux qui ont osé cette délégation factice du pouvoir de police sont plus coupables encore que ce pitoyable et misérable représentant de nos « m’as-tu-vu » locaux.

Irrégulièrement sien.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • juluch juluch 28 septembre 2020 11:15

    Quelqu’un de connu de part chez vous ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 28 septembre 2020 12:28

      @juluch

      Un de ces pauvres personnages qui prennent prétexte de connaître personnellement le maire pour abuser d’un pouvoir qu’ils n’ont pas
      Une baudruche qui finira par se dégonfler


    • Octave Lebel Octave Lebel 28 septembre 2020 13:00

      Le ridicule ne tue pas (surtout pas la bêtise ni la méchanceté, c’est dire) mais rendre à sa nature un petit coq et sa poule en esquissant le fonctionnement de la basse-cour nous apprend ce qu’il faut pour nous déciller.Merci.


      Mauvaise nouvelle, ce genre de basse-cour, il y en a un peu partout mais vous le saviez déjà.

      Bonne nouvelle, le regard vif, l’esprit frondeur et impertinent, le goût de la justice et du respect ne sont pas près de disparaître dans notre beau pays même si quelquefois les temps sont durs comme vous le savez aussi.


      • C'est Nabum C’est Nabum 28 septembre 2020 13:22

        @Octave Lebel

        Les temps sont effectivement compliqués pour les persiffleurs et ceux qui regardent et dépeignent avec ironie et sarcasme les travers des fats et des sots qui s’arrogent un pouvoir trompeur Il y a du pain sur la planche qu’ils peuvent bien savonner si ça leur fait plaisir


      • Shaw 28 septembre 2020 13:30

        @C’est Nabum

        C’est exact, Berger de NOS Étoiles !

        Ne me fais pas regretter cette sentence inclusive, Bernard !

        @+ Na Boom !


      • C'est Nabum C’est Nabum 28 septembre 2020 13:33

        @Shaw

        Je ne compte pas déplaire


      • Shaw 28 septembre 2020 13:37

        @C’est Nabum

        C’est évident l’ami, t’es au delà du neurone, parfaitement dans la vibe, un vrai captain de Mare Nostra ! smiley


      • C'est Nabum C’est Nabum 28 septembre 2020 15:04

        @Shaw

        Je n’en ai guère à ma disposition mais je les utilise à plein


      • marmor 28 septembre 2020 17:43

        @Shaw
        tremblez, tremblez, la menace est reelle, le pouvoir de shaw est surprenant, la preuve, il a même votre prénom !!!


      • Shaw 28 septembre 2020 17:50

        @marmor

        Ainsi que son mail, son compte fb, et un contrat jusqu’ici avorté de prestation de comtes ligériens en nord Gironde à un prix défiant toute concurrence !


      • marmor 29 septembre 2020 11:46

        @Shaw
        Super ! Attention tout de même, le business et l’amitié ne s’accordent pas trop.
        A ce propos, j’ai une série de comtes sur les tribulations d’un imam en pays gardois si cela vous interesse. C’est l’histoire d’un imam qui est tellement laid qu’il ne trouve pas d’épouse et qui choisit donc d’adopter une chatte, mais cette salope se fait choper par le chat du rabbin..... terrible.... Bonjour à Bernard R

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité