• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Comment vous tutoyer quand je vous vois !

Comment vous tutoyer quand je vous vois !

J’aime le vous, je vous l’avoue ! Vouvoyer est un reflexe envers mon prochain. Sans être vielle France, je déplore l’abandon de cette marque de respect. Derrière cette barricade, je peux observer mon interlocuteur. Ensuite je m’adapte en fonction. Vous voyez, (en deux mots) c’est une défense  !

A un militant de base qui lui demandait : « Je peux te tutoyer ? », François Mitterrand aurait répondu : « Si vous voulez ! », raconte la journaliste Claude Aubry dans Dites-moi tu ! (Horay, 1999). Aucun risque de subir un tel affront pour un Anglo-Saxon : de l’autre côté du Channel et Outre-Atlantique, pas d’ambiguïté ni d’alternative, il n’existe qu’un seul pronom, « you ». En Afrique du Nord, en revanche, le tutoiement est de rigueur, le Berbère n’a pas de mot pour dire « vous ».

Cela commence à l’école. Le premier jour de la rentrée scolaire, l’enseignant doit faire connaissance avec ses élèves. Deux formulations possibles :

- « Et toi, c’est quoi ton nom ? »

- « Comment vous appelez-vous ? ». Ce qui serait au moins du bon français.

Vient ensuite la religion majoritaire en France (pour l’instant), le catholicisme.

Dieu s’adresse aux hommes en les tutoyant : « Tu ne tueras point, tu ne commettras pas l’adultère, tu quitteras ton père et ta mère. » Mais ce tutoiement-là n’admet pas la réplique. Mais, en retour et depuis le concile Vatican II (1962-1965), les fidèles ont l’autorisation de tutoyer l’Eternel dans leurs prières : « Donne-nous chaque jour notre pain quotidien. » Lorsqu’il convoque ce concile, le pape Jean XXIII est mû par la volonté de moderniser l’Eglise et d’unifier la communauté chrétienne. Dans ce contexte, ce tutoiement inédit place chaque chrétien à égalité devant Dieu. C’est dire que, ce passage du « vous » au « tu », s’il ne nous apprend rien sur la nature divine, en dit long sur le désir de l’Eglise de ne pas paraître trop anachronique. Par contre, un curé de campagne peut il tutoyer le Pape ?

Il en sera de même pour notre dernière représentation sur terre. Un ami, nommons le Claude Vigneron, est décédé. Il avait, avec l’église, les mêmes rapports que Brassens. Mais sa veuve décida de lui offrir une messe. (Cela ne pouvait pas lui faire de tord, dans son état !). Assistant aux obsèques, j’étais partagé entre le fou rire et la honte pendant son oraison funèbre : 

Eh bien, le prêtre, qui l’avait jamais vu de son vivant, qui ne l’avait même jamais vu du tout, le trairait à tu et à toi, selon les piètres dispositions du nouvel office des morts : « Claude, toi qui... Claude, toi que... Claude avec Dieu tu as... et ta famille... ».

Au sein du parti communiste et du parti socialiste, dans la « République des camarades », le tutoiement est de rigueur. On peut y ajouter le parti de Dieu !

Pour la jeunesse et une bonne partie des adultes, le tutoiement est nettement plus convivial. De la convivialité à la vulgarité, le pas est vite franchi.

Le célèbre « T’as de beaux yeux, tu sais » pulvérise la distance entre amoureux. Plus vite, toujours plus proche et un texto rapide pour confirmer : « J’ai envie de toi ».

Je serais plus proche de Monsieur Jourdain dans le Bourgeois Gentilhomme :

« Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d'amour »

Illustration :http://www.teamalexandriz.org/dardfrederic-san-antonio-020a-tue-et-a-toi1956-french-ebook-alexandriz/


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 29 septembre 2012 13:13

    Bonjour, Papybom.

    Peut-être évoluerons-nous en France comme ont évolué d’autres pays ?

    Une évolution opposée. C’est ainsi que les Anglais ne tutoient plus depuis des siècles, mais que les Suédois ont, eux, adopté le tutoiement quasi généralisé depuis les années 70.

    Tout cela pour dire que la vérité d’une époque n’est pas forcément celle des suivantes, y compris dans l’usage de la langue.

    Cordialement


    • Clojea Clojea 29 septembre 2012 16:23

      Sauf qu’avec les anglos saxons on ne sait jamais quand ils tutoient ou vouvoient puisque le you s’emploi au singulier comme au pluriel.....


    • jef88 jef88 29 septembre 2012 15:53

      j’ai eu un patron très poli .... il me disait « salut m’sieur »


      • curieux curieux 29 septembre 2012 18:02

        Exact. Dans les entreprises, quand ils faisaient leur grand-messe, on pouvait entendre :« Je passe la parole à Pierre, Paul ou Jacques sans donner le nom même si plusieurs personnes portaient le même prénom. Je n’ai jamais aimé cette nouvelle façon car on pouvait vous dire :’Je t’ai compris, mais je t’emm... . On acceptait mieux de la part d’un »ami"..


        • OMAR 29 septembre 2012 18:46

          Omar 33

          Salut Papy..

          Notre excellent instituteur pieds-noirs, envers qui j’avais commis la maladresse de lui dire ;« tu », me rétorqua sèchement : « Je n’ai pas gardé les cochons avec toi... ».

          Depuis ce jour, j’ai vouvoyé...

          Mais un jour je fis la même réplique que mon instituteur, à un gamin qui m’avait tutoyé.
           Celui, stoïque, me répondit : "Non, tu les as gardé tout seul...

          Alors, avec ces nouvelles générations, je suis quelque peu désemparé..

          Slts


          • alinea Alinea 29 septembre 2012 19:05

            Papybom : je peux te tutoyer alors puisque je ne vous vois pas ?


            • Papybom Papybom 29 septembre 2012 22:15

              Bonsoir Alinea et aux autres intervenants.

              Continuez vous êtes sur la bonne voie. Ce que j’accepte avec plaisir, je ne me permettrais pas d’en user. Sur ce site, je crois que je n’ai jamais tutoyé que Fergus. Pourquoi  ? J’avoue ne plus savoir. Mais mon estime n’en est pas moindre pour les autres.

              J’aurais du être couvreur, j’aurais parlé de toit en permanence.( Coluche, je crois).

              Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires