• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Ecole privée ou privé d’école ?

Ecole privée ou privé d’école ?

Si l’on se base sur les expérimentations en cours et les choix du gouvernement,
voici l’école de demain.
Mes quarante-deux élèves de cours préparatoire sont gentils.
Ils viennent de m’offrir une canne. Je ne sais pas où ils ont trouvé l’argent et j’aime mieux ne pas le savoir.
Pour beaucoup d’enfants, les parents ne peuvent plus payer la cantine et une canne comme celle-là, elle n’a pas dû leur coûter cher.
En tout cas, c’est bien pratique car, à 67 ans, c’est plus facile pour les suivre, quand on fait des rondes.
J’avais envie de les embrasser, hélas, une circulaire ministérielle me l’interdit : délit de pédophilie.
Quarante-deux élèves, c’est beaucoup, c’est vrai, mais il fallait bien compenser les départs en retraite non remplacés.
Une chance, c’est que l’école maternelle n’est plus obligatoire : ce sont les mairies qui décident.
Ici, le village est trop pauvre et la mairie ne peut plus payer.
Le petit Nicolas, lui, il a pu aller à la maternelle, ses parents ont les moyens. C’est une école privée, subventionnée par l’Etat.
Pas sûr que ce soit vraiment mieux, car les goûters ne sont plus au programme et la sieste est remplacée par des cours de morale.
Il doit dire « vous » aux adultes, obéir sans discuter.
Ses parents ne peuvent pas l’aider pour les devoirs, bien trop accaparés par les heures supplémentaires, ils lui payent des cours particuliers.
Kevin, lui, il est dans une école laïque, comme ils disent, avec un peu de mépris dans la voix.
A côté de lui, depuis quelques jours, une place est vide.
Ahmed qui l’occupait a été emmené dans un fourgon de police, à côté de son père, menotté : c’était un "sans-papiers".
Kevin se demande bien ce qu’il est devenu ?
Kevin ne voit plus bien clair dans cette affaire, et plus clair du tout, car il est myope et il est au fond de la classe.
Comme les lunettes ne sont plus remboursées, ses parents n’ont pas pu lui en payer une paire.
Alors, il ne progresse pas beaucoup.
Parti comme il est, il est destiné au centre de préformation, comme son grand frère.
Janine, sa mère, lui dit que c’est une chance, car il n’aura plus de leçons à apprendre par cœur et, par les temps qui courent, il a plus de chances de trouver plus tard du travail.
Ce ne sera peut-être pas en France.
Son père est parti bosser dans les pays de l’Est, au nom du profit maximum et de la délocalisation.
Ce qui l’ennuie le plus, c’est qu’il ne croisera plus de filles à l’école.
Dans son établissement public d’enseignement primaire, les filles sont séparées d’avec les garçons.
Il a eu l’autre jour une nouvelle maîtresse : elle a remplacé l’instituteur : celui-ci a été renvoyé, coupable d’avoir fait grève.
Mais celle qu’il regrette le plus, c’est Pauline.
Elle lui apprenait bénévolement à lire.
Mais à force de se faire engueuler par un inspecteur, elle a fini par partir.
Après la récréation, il y a « cours de religion et de morale » avec un abbé.
Il doit apprendre par cœur des passages de la Bible.
Kevin se demande ce qu’il fait là ?
Le ministre a trouvé la solution, il va distribuer des médailles.
L’autre jour, j’ai rencontré Christèle, dans un bistrot où elle servait des bières.
Elle a 30 ans et bac+6 comme ils disent.
Elle m’a dit qu’elle en avait marre d’être obligée de servir des bières le soir et de faire la classe la journée.
Alors elle a arrêté l’école et se cantonne à servir au bar.
Ce texte de fiction n’en est pas une, il est le reflet de l’école qui est en train de se mettre en place.
Il est étonnant que personne ne réagisse.
Car comme disait un vieil ami africain :
« Un morceau de bois a beau séjourner dans l’eau, il ne deviendra jamais un crocodile ».
PS : merci aux internautes qui m’ont envoyé des textes et des approches dont je me suis inspiré.
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (111 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 19 septembre 2008 12:44

    De là à vendre des bières , mais en réflechissant , j’avais un pote à Grande Synthe qui avait arrêté d’enseigner pour ouvrir une pizzeria ! smiley un précurseur !


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 13:52

      au Chat,
      çà ne m’étonne pas,
      quand on voit le salaire proposé aux "professeurs des écoles", on peut le comprendre,


    • morice morice 19 septembre 2008 13:18

       , j’avais un pote à Grande Synthe qui avait arrêté d’enseigner pour ouvrir une pizzeria !

      lino ?


      • LE CHAT LE CHAT 19 septembre 2008 13:24

        @momo

         non , il avait un prénom italien pas courant du tout , Auro !


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 13:54

        Morice,

        lino, je ne crois pas,
        il me semble qu’il s’était plutot lancé dans les livraisons de "pates express" ?
        tenez moi au courant,


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 13:59

        au Chat,
        dis donc, tu pourrais nous en dire un peu plus,
        on a l’impression d’etre laissé "du coté de la route",
        Auro ?
        je cherche et ne trouve.


      • gaelec 19 septembre 2008 16:45

        Et nous, on a un Président qu’arrête pas d’en saigner !


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 16:53

        Gaelec,

        très bon,
        d’en saigner.

        il est en train de mettre à sac la république.
        et quand ça se retourne contre lui, il s’en prend à ses ministres,

        cool.

        c’est marrant qu’il soit supris de son impopularité.


      • Befana 19 septembre 2008 13:49
        "Il doit dire « vous » aux adultes, obeïr sans discuter." = Euh c’est si grave que ça de devoir dire "vous" aux adultes ??? Ca risque de traumatiser les pauvres petits enfants-rois d’obéir ?

        • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 13:57

          Befana,

          "je dis tu à tous ceux que j’aime"
          disait Prévert,
          pourquoi ne pas imaginer que l’on puisse aimer celui qui nous enseigne ?

          vous préferez l’école du temps de Vichy ?
          avec distribution d’un verre de lait obligatoire ?
          racontez moi.


        • foufouille foufouille 19 septembre 2008 14:29

          le vous permet de garder une distance
          par contre le "obeir sans discuter" conduit direct au formatage


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 14:56

          Bonjour Foufouille,

          garder des distances, dites vous.
          pas sur.

          on peut dire des grossieretés à quelqu’un en utilisant le vous,
          et je pense même que ç’est encore plus "porteur".
          non ?

          je crois que l’un des problèmes majeurs des écoles d’aujourd’hui est le nombre d’élèves.
          des experts se sont penchés sur la question et pensent qu’au dela de 15 par classe, on laisse fatalement au "bord de la route" des élèves.

          impossible de mettre la barre très haut.
          et le résultat est celui que l’on connait aujourd’hui.

          j’ai une amie, institutrice, ravie d’avoir une classe de 17 élèves, et elle s’éclate.
          je vais d’ailleurs lui demander son témoignage en commentaire sur cet article,

          autant laisser la parole aux professionnels, non ?


        • Befana 19 septembre 2008 17:10

          Ah parce que vouvoyer son professeur c’est être un "facho" façon Vichy ??? Non mais vous êtes vraiment grave vous, ou bien vous êtes un troll... Pfffff affligeant.


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 17:41

          Beféna,

          oups,
          j’avoue avoir un peu grossi le trait, volontairement,
          bien sur, il ne m’a pas traversé l’esprit une seule fois que vouvoyer un prof était un "signe vichyste",
          c’était seulement que dans le fond, je ne crois pas que tutoyer, ou vouvoyer change grand chose,

          avez vous vu le cercle des poetes disparu ?
          j’imagine que oui,

          sinon, il faut réparer cet oubli au plus vite,

          désolé de vous avoir choqué, ce n’était pas mon intention.


        • foufouille foufouille 19 septembre 2008 18:35

          la taille de la classe depend du prof
          15 en latin. prof genial
          30 en latin prof de merde
          30 en physique. prof genial. no problemo


        • PUCK 19 septembre 2008 23:24

          J’ai fait pratiquement toute ma scolarité dans des classes de 30 élèves ,j’ai eu mon bac avec mention le jour de mes 16 ans .

          Ensuite ,pendant mes 2 années de prépa ,nous étions également une trentaine et ça a donné pas mal d’agrégés . A vous lire ,nous devions tous être de petits génies pour réussir si brillamment dans de si mauvaises conditions .


        • JL JL 20 septembre 2008 11:26

          @ Olivier Cabanel, bravo pour cet article réjouissant ou déprimant, c’est selon l’humeur.

          Pour le lait dans les écoles, sauf erreur n’était-ce pas plutôt Mendès France ? Sauf erreur là encore, rien à voir avec Vichy !


        • Traroth Traroth 20 septembre 2008 12:22

          Moi, ce qui mùe choque, c’est que concernant un article aussi dense, on puisse se concentrer sur un petit point de détail comme le vouvoyement.
          Avant, c’était le professeur qui décidait si les élèves devaient le tutoyer ou le vouvoyer, maintenant, c’est le président de la république. J’ai vraiment du mal à y voir un progrès ! Mais il y a des choses bien plus importantes dans cet excellent article, où on retrouve mises côtes à côtes tout un tas de mesures déjà décidées, et donc, ça n’a rien d’une fiction ou d’un avenir lointain, c’est l’école telle qu’elle sera dans un an, maximum deux ! C’est l’école qu’est en train de concocter pour nos enfants ce gouvernement meeeeerveilleux, sans que personne ne proteste, tout honteux que sont les électeurs d’avoir vraiment élus ces criminels, qui sont en train de vendre la France l’encan !
          Révoltez-vous, enfin ! Il est plus que temps !


        • pruliere pruliere 20 septembre 2008 12:49

          Oui c’est bien sous Mendes France....mais qui a subit le lobbying intense des gros producteurs de lait via un secrétaire d’état bien sûr intéressé qui n’était autre que Jean Raffarin, père de notre inénarrable Jean-Pierre !!


        • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2008 13:33

          merci Traroth
          en effet, il faut se battre,
          nous avons déjà marqué des points avec edvige, mais rien n’est fini, il faut aller manifester le 16 octobre pour faire une tete a cette sainte (?) et au dela, si ce decret n’est pas completement abandonné.
          ce decret de fin juin est du a notre prez, et il a beau tenter de faire porter le chapeau a MAM, personne (ou presque) n’est dupe,
          pour l’école, meme combat,
          je n’ai jamais compris que l’on reprenne pour l’école privée le terme de "libre",
          au nom de quoi cette école est-elle libre ?
          sous entendant au passage que l’école républicaine était "prisonnière",
          il faut sauver notre république citoyenne.
          il faut sauver l’école de la république.
          l’école laïque.


        • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2008 13:35

          Puck,

          ok vous etes un génie,
          et n’en parlons plus.
          satisfait ?


        • jeff jeff 19 septembre 2008 14:34

          même pas qu’au temps de Vichy ..

          après guerre ,dans les écoles ,tous les matins ,nous avions une brique de lait de 250cm3 ,un berlingot de confiture ,et des biscuits vitaminés ...pour requinquer la jeunesse mal nourrie du temps de la guerre ..

          la leçon de morale ,l’examen des mains des pieds ,des cheveux pour les poux ,des ongles et des oreilles ,du col de chemise et des chaussures cirées ,en école publique ....tous les matins !

          en rang en sortant et en rentrant de classe ,le coup de règle réglementaire sur les doigts si on n’avait pas bien bossé ,le piquet au fond de la classe mais sur la tête ,et le coup de pied au cul ou la baffe suivant la gravité de la connerie faite contre le bon fonctionnement de la classe

          et les chansons règlementaires à savoir ,la Marseillaise ,le Chant du départ ,Colchiques dans les prés ( qui m’a valu une branlée parce que j’avais chanté "Coliques dans les prés ") ensuite ,La main dans la main ,le vieux Pommier n’était pas mort ,et Jeannette !.....

          et classes mixtes ,rangée des filles ,rangée des garçons ...et les cancres au fond ,près du poêle à charbon ,la meilleure place en hiver quand on se les gelait ailleurs ......cette place bénite que je me faisais un plaisir de garder jalousement ,heureux de mon privilège de remettre du charbon dans ce poêle ,et de sortir en rechercher dehors ,un moment de liberté !


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 14:50

            Jeff,

            merci pour ce témoignage,
            on sent que c’est du vécu,

            est-ce cette école dont nous rêvons, ou plutôt d’une école de l’invention, de la découverte, de la citoyenneté.
            la Marseillaise n’a pas grand chose à faire là, n’est-ce pas,
            à la limite, je préfererais le temps des cerises,
            cette chanson de la commune.

            le plus triste de tout çà, c’est que l’école qu’on est en train de mettre en place va produire les enfants de demain, ceux qui vont devoir affronter quelques problèmes.
            et non des moindres.
            si on a éteint leur imagination, si on les a privé de connaissance, j’ai pas trop de peine à imaginer le résultat.


          • pseudo pseudo 19 septembre 2008 15:40

            @ Jeff

            Celui- ci a dû être écrit pour vous alors ?

            http://mortain.free.fr/Culture/Prevert/prevert6.htm

             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 16:00
            a Jeff et a Pseudo,
            (que je remercie pour ce magnifique texte de Prévert)

            une de mes dernières chansons,


            Voici le grand spectacle C’est celui de ta vie
            C’est parfois la débacle Parfois le paradis
            Parfois la débandade le grand n’importe quoi
            Pour pas rester en rade, fatalement on se bat
             
            Arriver le premier Le premier dans l’ovule
            Pour bien le féconder Tant pis si çà se bouscule
            Un seul but dans la tete Arriver le premier
            Eviter la défaite Tant pis pour le dernier
             
            Arriver le premier Le premier à l’école
            La tete bien rangée tu vises la coupole
            Etre champion des maths Et génial en francais
            Faut que çà les épates Tant pis pour le dernier
             
            Arriver le premier Le premier au boulot
            Estimé du patron Gravir les échelons
            Enfoncer tous les autres Trahir, et balancer
            Il faut franchir les portes Tant pis pour le dernier
             
            Le dernier est au fond, tout au fond de la classe
            Parfois il se morfond, mais donnerait pas sa place
            Contre tout l’or du monde, et un prix d’excellence
            Ou l’amour d’une blonde, qui ferait vœux de silence
             
            Pres du radiateur, il voit pousser les fleurs
            Et voler les oiseaux, il écoute son cœur
            Il regarde passer la vie qui se prélasse,
            Qu’il rejoindra bientôt, des la fin de la classe
            ,
            Moi j’aime les derniers Tout ceux que l’on dépasse
            Qui prennent le temps de réver Se promenent sans godasses
            Les pieds en éventails, a marcher dans le sable
            Et croquent dans la vie, comme des morts de faim
             
            Moi j’aime les derniers Pour qui le temps qui passe
            Passe plus lentement, passe plus tendrement
            Qui prenent tout leur temps, vivent chaque printemps
            et le premier qui court Arrive en meme temps,
             
            mais lui n’a rien compris,au vrai sens de sa vie
            il a juste couru pour etre le meilleur
            il s’est juste battu, il était dans l’erreur
            le dernier dans la vie, car il n’a rien compris
             
            et quand le rideau tombe, le rideau de sa vie
            il emporte dans sa tombe, ses succès de nanti
            ses complots ses magouilles, et ses prix d’excellence
            son magot ses embrouilles, dans le monde du silence


          • jeff jeff 19 septembre 2008 16:51

            bonjour Pseudo et Ollivier ...

            les enfants en fait ,sont malléables au début ,et enregistrent TOUT ! plus vite que les adultes dans leurs cerveaux neufs ,reproduisent ce qu’on leur a appris ,ce qui s’est passé chez eux ,ce qu’ils perçoivent du haut de leur mètre de haut ....
            la société actuelle n’a plus rien à voir avec ce que nous avons connu ,vouvoyer les adultes ,se tenir bien droit ,aussi bien et surtout à l’école ,bras croisés quand le maître parlait ,pas de mains dans les poches même dehors ,pas de bérêt ni casquette dans un lieu clos ,se moucher avant de dire bonjour à la dame ,répondre qui si on avait été interrogé ..

            idem dans les familles ! même populaires ,on avait de l’éducation ,et même de la religion,en banlieue Sud de Paris ,on était à la campagne ,le curé avait autant sa place que le directeur d’école ,et même les parents communistes envoyaient leurs gosses au cathéchisme ,peut être pour qu’ils n’aillent pas faire de conneries ailleurs ,pendant que les parents travaillaient ,souvent que l’homme ,la femme étant au foyer ,mais avec une tripotée de gamins à éléver ,et le môme dont les parents bouffaient du cureton faisaient faire la communion au moufflet ,parce que ça se faisait ,et que si on faisait pas sa communion ,on était montré du doigt !

             maintenant ,ce genre d’éducation horrifierait n’importe quelle mère de famille ,l’enfant est devenu sinon roi ,au moins considéré comme adulte beaucoup plus jeune ,ses parents ont connu l’après Mai 68 ,que les grands parents ont connu en pleine jeunesse ......maintenant on est en 2008 ,autres temps ,autres moeurs !

            bon alors l’école d’aujourd’hui ,à vrai dire ,je suis un peu paumé ,j’ai des petits enfants ,encore très jeunes mais je constate qu’ils savent lire ,bon ,ça me rassure dans un certain sens ,au moins la maîtresse à fait son boulot !


          • jeff jeff 19 septembre 2008 17:01

            oui ,Pseudo ,c’était un peu ça ....

            je m’emmerdais à l’école !!!!

            cancre en titre !

            premier près du chauffage et pas loin de la sortie ...

            le comble de l’ironie ,ma première épouse était prof d’histoire géo ,et j’avais vécu une liaison avec une enseignante avant de la connaitre ,

            mon épouse actuelle est fille d’enseignants .....



          • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 17:44

            Jeff,

            oui, heureusement il y a eu mai 68,
            quoiqu’en pense et dise le prez,

            çà été le début de quelque chose,
            ce qui m’inquiète c’est que la tendance actuelle du pouvoir semble s’orienter vers "un avant mai 68"

            ce serait une grossière erreur,
            tout comme edvige, et les autres énormités,


          • Traroth Traroth 20 septembre 2008 12:35

            En apparence seulement : la discipline, la morale, le vouvoyement, l’uniforme, la non-mixité... Mais pas sur le fond. Parce que le fond, c’est d’abord, avant 68 (et en ce sens, ça a été une régression, même si, sur le plan des moeurs, ça a été un progrès), un programme dense en connaissance, et des élèves qui quittaient l’école avec une cultutre générale digne de ce nom. Et ça, je ne pense pas qu’on y revienne. Bien trop dangereux...


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2008 13:39

            Traroth,

            vous avez bien fait le tour de la question,
            effectivement l’école prévue par sarko c’est ce que vous décrivez,
            qui veut faire un tel bond de 50 ans en arrière ?
            ni vous, ni moi.
            on est au moins deux.
            merci.


          • chmoll chmoll 19 septembre 2008 15:01

            xav a dit ,i en a qui ont l’bac +5 pour changer des couches

            xav i en qui font des hautes études, mème L’ENA (ecole nationale des arnaques) et ils finissent comme clowns


            • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 15:08

              chmoll,

              l’ena,
              une école de clown.
              a qui faites vous allusion ?
              un ministre ? un président de la république ?
              il est vrai que le numéro de clown que vient de nous faire le premier personnage de l’état est pas piqué des vers.
              il est a l’initiative de tout.
              chacun le sait.
              y compris du fichier edvige.
              et des que çà tourne au vinaigre, il engueule sa ministresse, comme si elle y était pour quelque chose,
              y a pas a dire, on passe des bons moments avec ce nouveau gouvernement,
              malheureusement le spectacle n’est pas gratuit,

              il va meme nous couter beaucoup plus cher qu’une place de cirque.


            • Traroth Traroth 20 septembre 2008 12:38

              Sarkozy n’a jamais fait l’ENA. Il a un DEA en droit, et il a fait Sciences Po, mais a échoué.


            • jak2pad 19 septembre 2008 15:33

              bonjour Monsieur Cabanel,

              un article de plus au répertoire de la banalité absolue....

              et toujours cet humour que vous auriez voulu grinçant, et qui n’est que sirupeux, cette revue des thèmes "dans l’air du temps", éculés, avachis,mille fois entendus....

              pourquoi ne pas écrire moins souvent, mais des choses un peu meilleures ?

              j’ai quand même fini par suivre votre conseil, et visiter votre site:eh bien, j’ai été surpris : vous êtes meilleur parolier que journaliste !

              cordialement


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 16:06

                Jak2

                vous avez le droit de ne pas être sensible à ce problème,
                bien plus préoccupant que vous semblez le dire,

                vous devriez essayer d’argumenter un peu mieux,
                en quoi ce problème est "éculé, dans l’air du temps, avachi..."
                je m’interroge.
                je respecte votre opinion, mais vous devriez développer un peu, non ?

                merci d’avoir au moins apprécié mes textes,
                au fait, je viens d’envoyer celui d’une chanson récente sur le commentaire précédent,
                espérant que vous l’apprécierez.

                cordialement


              • Traroth Traroth 20 septembre 2008 12:41

                Encore un sarkozyste primaire qui ne veut pas dire son nom. Un article qui critique le conducator est forcément, forcément, mauvais ! Quiitte à dire que l’école, ça n’a pas d’importance.


              • Ornithorynque Ornithorynque 19 septembre 2008 16:23

                Vous avez raison, il faut préserver l’école telle qu’elle est : les enfants sont naturellement avides d’apprendre les maths, la grammaire, et de posséder tous les outils de la pensée qui leur permettraient d’êtres libres plus tard !

                Cette école existe, vous en êtes les artisans.

                J’ai juste un doute en regardant le résultat : je ne trouve pas que les jeunes bacheliers soient particulièrement ni cultivés, ni capables d’un jugement hors des sentiers battus.

                Pouvons-nous vraiment être fiers de l’école telle qu’elle est aujourd’hui.

                Enfants, nous voulpns naturellement jouer, nous distraire, butiner... Apprendre, c’est dur.

                Et, le cerveau, c’est comme le reste : si vous laissez 15 enfants jouer sur le bord de la piscine pendant 10 ans, Jamais aucun d’entre eux ne deviendra laure manaudou ou alain bernard...


                • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 16:50

                  ornitorhynque,

                  c’est aussi ce que je pense,
                  l’école doit etre un lieu d’éveil, pas un lieu de punition, de morale,
                  pas un lieu de soumission,

                  mais pour réussir cette école là, il ne faut pas accepter ce qu’on est en train de mettre en place,
                  des classes surchargées,
                  des attributions de poste étranges.

                  un professeur estimé, avec de l’expérience, se voit attribué les collèges, lycées les plus "faciles", les plus interessants, et le débutant va se trouver dans un collège de banlieu, violence en prime.

                  l’inverse serait plus interessant pour tous, non ?


                • Traroth Traroth 20 septembre 2008 12:46

                  L’école ne devrait pas être une torture, et là, les enseignants ont une lourde resposabilité, mais aussi l’EN, qui ne devrait pas trop charger les classes, par exemple.
                  Mais, Ornithorynque, je ne suis pas sûr que l’allégement des programmes soit vraiment la meilleure solution pour que les élèves quittent l’école acvec une meilleure culture et un meilleur sens critique. Il reste d’ailleurs à démontrer que c’est bien là le but de ce gouvernement, qui aurait tout à perdre si la population avait un meilleur sens critique...
                  Je pense plutôt qu’ils envisagent l’école comme une usine à formatter des salariés soumis. Et pour ça, il faut d’abord apprendre la docilité aux enfants...


                • frédéric lyon 19 septembre 2008 17:20

                  40 % du budget de l’Etat pour payer le salaire de mecs comme Cabanel !!!!! Et qui prétend, le menteur, avoir des classes de 42 élèves, alors qu’il y a 50,000 profs sans affectation, qui sont payés pour restez chez eux !!! 

                  Il faut quand même qu’on soit riche. Et patient.


                  • frédéric lyon 19 septembre 2008 17:21

                    .......et le débutant va se trouver dans un collège de banlieu, violence en prime.

                    Raciste !


                  • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 17:54

                    Frederic Lyon,

                    vous semblez avoir facilement l’injure à la bouche,
                    vous devriez pourtant savoir que sur ce site, ce n’est pas la coutume, et c’est surtout déconseillé.
                    mais bon...c’"est vous qui voyez.

                    tout d’abord, je voudrais vous apprendre qu’a ma connaissance les auteurs compositeurs interprètes ne sont pas salariés par l’état...

                    vous avez fait un raccourci saisissant : le texte que j’ai proposé n’est qu’une fiction, et je ne suis ni prof, ni instit...

                    ensuite, dans le commentaire suivant, vous me traitez de "raciste"
                    c’est bien mal me connaitre, et aux antipodes de mes choix de société.

                    rien dans ce que j’ai écrit ne mérite ce qualificatif,
                    si vous avez un peu de jugeotte, vous devriez me proposer des excuses,

                    enfin, c’est vous qui voyez.


                  • frédéric lyon 19 septembre 2008 17:57

                    Tu dois être tombé sur la tête, non ?


                  • pseudo pseudo 19 septembre 2008 19:31

                    @Frédéric Lyon

                    Je ne sais pas si 50000 profs sont sans affectation. Si oui, ce n’est de toute façon pas de la faute des profs, ils ne décident pas de leur affectation que je sache, mais de celle du ministre de l’éducation qui, comme son nom l’indique, est en charge de l’éducation nationale !

                    Mais des classes surchargées, oui, cela existe. Ma fille en terminale S : 36 élèves. Ce qui est quand même beaucoup, surtout pour les cours de langues étrangères !


                  • olivier cabanel olivier cabanel 22 septembre 2008 22:37

                    frédéric Lyon
                    une lettre qui vient d’etre envoyée au ministre,
                    puisse-t-elle vous éclairer.

                    A Monsieur Darcos,
                    >
                    > Ministre de l’Education Nationale
                    >
                    >
                    >
                    > Monsieur le Ministre,
                    >
                    >
                    >
                    > Je suis très choquée par les propos méprisants que vous avez tenus lors
                    > de l’audition de la commission publique des finances au Sénat, le trois
                    > juillet dernier, vis-à-vis du travail des enseignants de petite section
                    > d’école maternelle, dont la=2
                    > 0fonction serait essentiellement de « faire faire des siestes à des
                    > enfants ou leur changer les couches ».
                    >
                    > Cette réflexion prouve votre ignorance totale de l’école maternelle, des
                    > enfants qui la fréquentent et du personnel qui y travaille. Elle n’a
                    > pour but que d’amuser la galerie sur le dos d’une institution publique
                    > (et de son personnel) dont votre souci essentiel est de convaincre l’élu
                    > et l’électeur qu’elle doit disparaître car trop coûteuse.
                    >
                    > Comme pour les nouveaux programmes et le reste des réformes que vous
                    > avez jusque là fait passer, vous n’argumentez pas, mais vous contentez
                    > de petites phrases, dignes du Café du Commerce, qui ont - hélas-
                    > beaucoup plus d’impact que les argumentations étayées.
                    >
                    >
                    >
                    > J’entends d’ici mes collègues de petite section justifier de leur réel
                    > travail (qui n’a, entre nous, jamais consisté à changer les couches
                    > puisque la condition d’accueil en maternelle est la « propreté »…) avec
                    > vingt-cinq à trente enfants par classe. Mais est-ce utile ? Vous la
                    > connaissez, la qualité de notre école maternelle… mais vous n’avez plus
                    > les moyens de l’entretenir : il est là, le fond du problème !
                    >
                    > « Quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu’il a la rage ! »
                    > N’est-ce pas votre maxime concernant l’école maternelle ?
                    >
                    >
                    >
                    > Et puis, pour évoquer cet od
                    > ieux parallèle hiérarchique que vous osez faire entre l’enseignante de
                    > petite section et celle de CM2, sachez qu’après trente ans
                    > d’enseignement en maternelle, j’ai intégré l’an dernier… un CM2, ravie
                    > que la profession m’offre cette possibilité de « reconversion », tout
                    > comme des collègues l’ont effectuée en sens inverse avec le même
                    > bonheur. Je peux vous assurer que nous exerçons le même métier, parce
                    > que nous avons affaire à des enfants... qui n’ont pas les mêmes besoins
                    > certes, mais ont tous la même soif d’apprendre et la même jubilation
                    > face à chaque pas franchi !
                    >
                    >
                    >
                    > Entre nous, à mes yeux : le plus difficile n’est pas l’enseignement en
                    > CM2 !
                    >
                    > Encore faut-il reconnaître qu’enseigner n’est pas dispenser une série de
                    > connaissances, mais maîtriser un savoir-faire : c’est un métier, cela
                    > s’apprend… et pour cela je suis allée à l’école normale, mes collègues à
                    > l’IUFM… mais - bon sang mais c’est bien sûr ! - cela ne sert plus à rien
                    > puisqu’il suffit d’avoir bac + 5 pour enseigner !
                    >
                    >
                    >
                    > Monsieur le Ministre, je suis triste et très en colère d’assister au
                    > dénigrement par les moyens les plus vils de cette institution qu’on nous
                    > enviait de par le monde : cette école maternelle qui permettait aux
                    > enfants d’être accueillis dès deux ans gratuitement, partout sur le
                    > territoire français, quelles que soient les conditions
                    > socio-professionnelles des parents, et qui plus est dispensait éducation
                    > et enseignement de qualité.
                    >
                    > Du dénigrement au désengagement, il n’y a qu’un pas… de la maternelle à
                    > l’élémentaire : ce sera le pas suivant ?
                    >
                    >
                    >
                    > Veuillez croire, Monsieur le Ministre, en mon dévouement pour l’école de
                    > la République.
                    >
                    >
                    >
                    > Muriel Quoniam
                    > Maîtresse d’école en CM2
                    > ROUEN


                  • Yannick Yannick 19 septembre 2008 17:31

                    On dirait du Zola...Du miserabilisme en tube...Risible !


                    • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 18:01

                      yannick

                      Zola, du misérabilisme en tube ?
                      comme vous y allez,

                      Zola, vous connaissez ?
                      celui qui a écrit "j’accuse"
                      çà vous dit quelque chose ?

                      dans un journal dirigé par Georges Clémenceau, l’un des premiers journalistes engagé.
                      pour défendre Dreyfuss.

                      enfin, chacun sa culture.
                      la votre semble connaitre quelques limites.

                      je comprend que vous ayez envie de défendre l’école "selon sarko", mais vous devriez etre plus prudent dans vos définitions,

                      Zola, ce n’est pas n’importe qui.


                    • Yannick Yannick 23 septembre 2008 13:25

                      Zola, n’etait pas n’importe qui, en effet, ... il y a 100 ans.
                      Cela fait plus de 100 ans qu’il a ecrit "J’accuse". Depuis, tout le monde se prend pour Zola. Tout le monde veut denoncer le mechant parton contre le gentil employe. Cela avait un sens evident de defendre les mineurs ou les juifs en 1895.
                      Depuis 100 ans, certaines choses ont change....
                      L’etat d’Israel a ete cree et le juifs ne sont plus necessairement en situation de faiblesse comme ils ont pu l’etre jusque dans les annees 1960.
                      Les syndicats aussi on totalement change. Ils sont devenu si puissants qu’ils sont devenus capables de casser des industries. Dans l’enseignement, ils ont cree des corporatismes.

                      Je trouve l’article ci-dessus ridicule. Tous les stereotypes miserabilistes y sont.
                      Le mechant Nicolas (fils de famille riche) et me gentil Kevin (issu de l’immigration).

                      On oublie continuellement que chaque individu a un choix. Nous sommes dans un monde ou chacun a le choix d’evoluer et de s’elever dans la societe (Lisez Voltaire). Ce choix implique du travail, de l’investissement en soi, le depassement de soi meme. C’est cela qui est interessant dans la vie... pas le miserabilisme lie a sa condition sociale. Tout le monde part dans la vie avec un handicape... soit physique, soit de sante, soit social, soit parental.... on a tous des problemes. Ce qui est interessant c’est de voir comment on peut le surmonter. Pas comme cet article miserabiliste qui pleure sur la condition du gentil Kevin.... Ridicule.


                    • frédéric lyon 19 septembre 2008 18:07

                      Olivier Cabanel, "passé de l’architecture à la chanson" !

                      Et c’est lui qui me parle de "jugeotte". Et qui nous parle de l’école et des classes de 42 élèves, dont les parents ne peuvent plus payer la cantine. Et des collèges de banlieue, "avec la violence en prime" !

                      On se croirait en Afrique, pas vrai mon vieux ?

                      On se marre bien sur Agoravox, on y rencontre des gens qu’on ne rencontre jamais dans la vie. Parce qu’on a justement passé son temps à les éviter !


                      • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 18:24

                        Frédéric Lyon,

                        je vous rappele que certains produits sont interdits à la consommation, (psychotropes etc...)
                        ils peuvent provoquer des états de délire, pour les personnes fragiles mentalement,

                        on commence a "péter les plombs", et on finit dans une camisole de force,

                        reprenez vos esprits.


                      • Traroth Traroth 20 septembre 2008 13:47

                        Ne vous préoccupez pas de Lyon, c’est l’un de ces réactionnaires extrêmes qui militent pour un monde plus horrible, allez savoir pourquoi. Ils veulent que les choses soient exactement comme vous les décrivez dans votre article, et niez les conséquences fait simplement partie de leur stratégie. Dans le style : ce n’est pas parce qu’on vire 30000 enseignants par an que le nombre d’élèves par classe va augmenter. Ou l’art de ier les évidences...


                      • jak2pad 19 septembre 2008 18:36

                        cher Cabanel,

                        je ne déteste pas vos chansons, par contre je crois que je n’aime pas votre chanson.....

                        cette chanson, tout le monde la connaît, c’est celle qui nous a amenés à cette grande dégringolade de notre système éducatif. Celui-ci, je le connais, j’y suis depuis trente ans, et même plus...

                        comment fonctionne-t-il ?

                        des enseignants très démotivés, pas trop bosseurs, abrités derrière un statut de fonctionnaires qui les protège de tout, impossibles à muter sauf s’ils le demandent eux-mêmes, arc- boutés sur leurs horaires( très confortables) , sur leurs congés, sur leur formation pas toujours très récente ( avec une licence passée à 23 ans, on peut enseigner jusqu’à 65 ans), qui racontent aux gogos que leur charge de travail dépasse les 50 heures/semaine, c’est à hurler de rire !

                        Là on approche du sujet de votre article précédent, c’est la dernière ligne droite avant le salaire sans aucun boulot....

                        ces profs peu diplômés, peu travailleurs, peu efficaces, coûtent une fortune dès leur entrée en formation : ces étudiants d’IUFM, ce sont les plus chers de tous, beaucoup plus que ceux des classes préparatoires

                        et qu’obtient-on au bout du compte ? 

                        une floppée d’analphabètes à l’entrée en 6°, où après 5ans d’école, 1/3 des gamins ne maitrise pas la lecture.

                        un pourcentage impressionnant de non-diplômés, non-employables par manque de formation ( entre
                        30 000 et 70 000 tous les ans suivant les sources)

                        ce sont des gosses qui ont passé 12ans au moins à l’école, qui n’ont pas appris à rien faire d’utile, qui n’ont ni culture, ni savoir, et qui même s’ils le souhaitent, ne trouveront pas facilement un emploi

                        et devant ce désastre, les profs français ( qui, je le rappelle, sont les plus nombreux d’Europe par rapport au nombre d’élèves) ont trouvé une explication géniale :

                        ILS MANQUENT DE MOYENS !

                         c’est une fois de plus la faute à qui ? ben, à la société, au ministre, à Sarko, à la météo, aux moustiques....

                        c’est quand même un Français qui a inventé la Méthode Coué, non ?


                        • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 19:11

                          Jak2Pad,

                          merci pour votre appréciation, heureux que mes chansons aient trouvé un écho favorable...(vous savez qu’elles sont téléchargeables gratuitement... au cas ou),

                          dommage que vous aimiez moins "ma chanson".

                          je trouve, et c’est normal dans un débat, que vous forcez un peu le trait,
                          j’ai une amie institutrice, et quand je lui ai lu tout à l’heure au téléphone ce que vous aviez écrit, elle a été choquée.

                          c’est trop caricatural, ce que vous écrivez, et ce n’est pas la vérité,
                          mais elle serait mieux placée pour en parler.
                          pas sur qu’elle en trouve le temps, malgré ce que vous en pensez.

                          c’est une idée fausse et largement répandue de dire que "les enseignants sont des feignants" (c’est ce que vous suggerez à demi mot),
                          ils ont un métier fabuleux, qu’ils font plus par vocation, que par interet.
                          avec bac +5 on peut gagner sa vie beaucoup mieux, dans d’autres secteurs...

                          j’aimerais bien qu’un prof, ou un instit puisse lire votre commentaire et y répondre, afin que vous ayez en face de vous un interlocuteur plus percutant,

                          je n’ai voulu faire dans cet article qu’une mise en garde,
                          l’école qu’ils sont en train de mettre en place est une vrai catastrophe...
                          et il faudrait bien s’en rendre compte, au lieu de tirer à boulets rouges contre les profs et les instits.
                          ne vous trompez pas de cible.

                          cordialement,


                        • olivier cabanel olivier cabanel 19 septembre 2008 19:13

                          PHilippe Reneve,

                          merci de votre commentaire,
                          et pour votre humour toujours apprécié,
                          sans flagornerie,
                          en toute sincérité,


                        • frédéric lyon 19 septembre 2008 19:40

                          "une floppée d’analphabètes à l’entrée en 6°, où après 5ans d’école, 1/3 des gamins ne maitrise pas la lecture.

                          un pourcentage impressionnant de non-diplômés, non-employables par manque de formation ( entre
                          30 000 et 70 000 tous les ans suivant les sources)

                          ce sont des gosses qui ont passé 12ans au moins à l’école, qui n’ont pas appris à rien faire d’utile, qui n’ont ni culture, ni savoir, et qui même s’ils le souhaitent, ne trouveront pas facilement un emploi

                          et devant ce désastre, les profs français ( qui, je le rappelle, sont les plus nombreux d’Europe par rapport au nombre d’élèves) ont trouvé une explication géniale :

                          ILS MANQUENT DE MOYENS !

                          ......................... ;

                          Eh oui, ils manquent de moyens !

                          Ils ont en fait organisé un gigantesque détournement de fonds publics à leur profit. Dans aucun autre pays civilisé on a assisté à un tel scandale. Il est temps de s’en apercevoir et de le dénoncer, sans se laisser émouvoir par ces salauds qui passent leur temps à pleurnicher.

                          N’est-il pas beau cet article de notre "architecte" imaginaire, tourné rimailleur de quat’sous ? 
                           
                          Derrière eux ce sont des Aristocrates qui sont à la manoeuvre, la "haute fonction publique", la noblesse de robe, qui se sont éxonérés eux-mêmes de tous impôts ou presque, et qui mettent en branle leur pietaille et leur valetaille, les instits et les employés de la Poste, à qui ils ont concédé le droit de vivoter sans trop se fouler et qui descendent dans la rue au coup de sifflet, pour brailler et agiter des banderolles et réclamer du pognon.

                          Il ne faut pas se contenter de citer tous les ânes, dont il ne vaut mieux pas citer les origines, qui sortent du système comme ils y sont entrés : analphabètes. Mais il faut aussi parler des 50,000 étudiants en sociologie, des dizaines de milliers d’étudiants en philosophie, géographie, histoire, psychologie, qui sont à l’université bien qu’ils ne sachent pas lire, ou à peine, et dont PERSONNE ne sait quoi faire.

                          Ce sont eux qui nous diront demain qu’ils sont "bac + 5" et qu’ils ne trouvent pas d’emploi à la mesure de leurs diplomes et de leur talent !

                          Le système éducatif français est un système soviétique, un des derniers qui subsitent encore sur Terre, avec Cuba et la Corée du Nord. C’est un système qu’il est impossible de réformer, les Russes en savent quelque chose, c’est pourquoi ils l’ont tout bonnement laissé tombé par terre.

                          Il faut faire la même chose avec l’Education Nationale.

                           


                          • perlin 20 septembre 2008 06:41

                            Excellent article

                            Dommage que la phrase écrite en gras, à la fin, vienne tout gâcher


                            • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2008 08:03

                              Perlin,

                              merci de votre appréciation,
                              au sujet de cette phrase, qui vous gène, il fallait déontologiquement dire d’ou venait une partie de mon inspiration, même si je ne connais pas les rédacteurs,

                              ne croyez vous pas ?


                            • Bof 20 septembre 2008 08:26

                              Ce que vous pouvez nous faire c. avec vos conneries d’école maternelle ! je me permets de vous en indiquer la raison : 22 % de Français ne savent ni lire, ni écrire , ni compter selon une enquête des années 1993 . Ce chiffre horrible est réduit à 10% dans Agoravox ...alors, avant de penser à toutes ces conneries, il faudrait trouver un moyen d’ apprendre à lire, à écrire, à compter comme de pauvres troufions bien turbulents mais dévoués au bien de leurs semblables le faisaient plus ou moins officiellement , plus ou moins à coups de mandales, dans les casernes à la place de ces pédagogues, spécialistes, auto-hyperdiplômés mais complètement incompétents. Comment travailler sur des machines sans savoir lire et conserver ses membres et ceux des voisins ? comment travailler dans une ferme sans tuer toutes les vies de la rivière voisine en plus de la sienne ? comment remplir les papiers de notre administration quand on veut s’établir à son compte ? Et, oui.... !!!! il suffit de ’regarder’, dans yahoo finance, les grands pdg qui quittent leurs entreprises ou bien ils sont diplômés et ont su faire travailler les autres ou bien ils ont réussi d’eux mêmes et leurs diplômes sont du niveau apprenti cap, "niveau ! "....mais, notre pays vit grâce à leur abnégation et aux impots et taxes et amendes qu’ils doivent payer pour leurs papiers mal remplis.... ! Mais, il faut faire vite car ils ont été chassé de France par l’isf et autres vexations ( parait-il ) . En tout cas, ils forment des rues à ’sdf’ selon nos amis Belges ( Sans Difficultés Financières).

                               Alors, pour les écoles maternelles... ???....!!!!!! J’ai eu l’école de la vie jusque mes six ans et j’ y bien plus appris ! Pour le résultat des élèves qui ont été ’ dé ’ formés dans les maternelles, donc qui sont hyper-super-diplômés en ce moment ...il suffit de voir l’état financier de notre pays ainsi que l’état de mentalité de chacun pour soi qui traine ! il a même réussi à enfermer 30% de sa population dans des zup et à l’y maintenir grâce aux oboles , et à divers lois qui obligent adroitement à les y contraindre.

                               Il serait temps de comprendre qu’un être Humain n’est pas une machine ! mais, les pédagogues en sont très loin si l’on se fit aux résultats. La force d’un pays réside en sa diversité mais la diversité doit être gérée par une administration compétente afin que les forces s’ajoutent et ne se retranchent pas. Alors, tout unifier depuis la maternelle....que ça ma parait bien dégueulasse pour les laisser pour compte qui représentent plus de 30% de notre population..

                               


                              • Bof 20 septembre 2008 09:36

                                 Vous constatez...je remets en cause la compétence des experts en pédagogie . Et , je viens vous donner des nouvelles d’une des institutrices qui est dans votre phrase : "Elle lui apprenait bénévolement à lire. Mais à force de se faire engueuler par un inspecteur, elle a fini par partir ". Elle sait qu’elle a raison contre ces connards qui participent aux 30 % d’exclus ...elle en est désolée et se remet très difficilement. " Son" élève , car elle ne s’est fait prendre qu’une seule fois ! , travaille dans une entreprise qui fut dans les "actions" de yahoo finance et y est toujours mais rachetée par des actionnaires dont le fondateur responsable était de ce "niveau" . Je ne peux plus le voir, il a été chassé de France par les impôts et l’isf et...mais...j’en ai une très grande admiration ! quand je le compare avec ces imbus de leur propre personne hyper-super-diplômés et auto-hyper-super diplômés et complètement inutiles à la société ...j’en suis très triste pour eux surtout quand leurs derniers jours approchent et qu’ils refont leur "’ absence "’ de vie .....
                                 Alors, école privée ou publique donc privé d’école...ce n’est et ce n’a jamais été l’ école qui a formé les Hommes ; nous sommes " un pays sans le sous" a eu le courage de nous dire Monsieur Hollande et nous ne pouvons plus compter que sur de bonnes volontés, des personnes qui veulent s’en sortir malgrè et non avec notre administration...ces Hommes ont toujours et de tout temps existés mais quand il n’y a plus qu’eux qui restent debout, le sort du pays est bien triste. Quel en est le pourcentage après ces discours d’Hommes politiques destructeurs ? C’est je crois l’unique question que l’on a à se poser. Des entrepreneurs, des personnes qui travaillent dans le privé mais aussi dans le public car ils en ont ’ honte’ sont là pour relever la France mais...pas pendant que d’autres la vide à leur profit. Il n’ a pas fallu trois ans pour vider notre fleuron ’elf’ ’ et pas beaucoup plus pour vider le Crédit Lyonnais qui devait être la banque de l’Europe et nous en aurions bien besoin actuellement ! .....


                              • 5A3N5D 20 septembre 2008 12:05

                                @ Bof,

                                il faudrait trouver un moyen d’ apprendre à lire, à écrire, à compter comme de pauvres troufions bien turbulents mais dévoués au bien de leurs semblables le faisaient plus ou moins officiellement , plus ou moins à coups de mandales, dans les casernes à la place de ces pédagogues, spécialistes, auto-hyperdiplômés mais complètement incompétents. 


                                Il serait temps de comprendre qu’un être Humain n’est pas une machine ! mais, les pédagogues en sont très loin si l’on se fit aux résultats.

                                Je me demande si vous voyez bien l’imbécilité de votre réquisitoire, qui dit une chose et son contraire, sans que cela vous choque. 
                                A se demander si vous savez lire et si vous pourriez transmettre votre "savoir" aux générations futures, même "à coups de mandales." 


                                • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2008 13:47

                                  5A3N5D,

                                  vous l’avez dit,
                                  et bien dit,
                                  j’approuve, et merci.
                                  il ne faut pas permettre la braderie du service public organisée par le prez,
                                  école, médias, la poste...
                                  il est gourmand.
                                  peut etre qu’il va en faire une indigestion ?


                                • Flo Flo 20 septembre 2008 12:43

                                  Un petit texte amusant, peut-être visionnaire, mais vous avez oublié un détail d’importance :
                                  Depuis 2005, l’école publique est tenue d’acceuillir dans les classes des enfants considérés comme déficients ou inadaptés, que le problème soit mental ou moteur. Cette mesure est appliquée progressivement, à mesure que ferment les centres éducatifs médicalisés qui les prenaient en charge jusque-là.
                                  Cette mesure est destinée à économiser sur le dos des enfants handicapés ( et de la qualité de l’enseignement public ).
                                  Pour faire passer la pilule, le ministre de l’époque, Robien, a fait miroiter aux associations de parents d’enfants handicapés la possibilité d’une meilleure intégration, et les syndicats enseignants n’ont pas voulu aggraver leur impopularité en s’opposant frontalement à elles. Ce sujet préçis est revenu sur le tapis lors du débat de l’entre-deux tours, en 2007, déclenchant une grosse colère de Royal en direct.
                                  De nombreux journalistes ont commenté cette "perte de self-control" sans même écrire un mot sur ce qui l’avait provoquée.
                                  Dans les écoles, de nombreuses expériences d’intégration dans des classes d’élèves handicapés ont lieu en ce moment même. Il n’est plus question, en haut lieu, de revenir sur ce principe. Des enseignants non formés se voient contraints d’effectuer des actes médicaux quotidiens, en l’absence de tout cadre légal et malgré les hurlements d’une hiérarchie pourtant plutôt à droite.
                                  Dans votre CP de 42 élèves, il y aura 3 trisomiques, 2 autistes, 4 épileptiques et un ou deux enfants en fauteuil.
                                  Sans personnel, sans matériel, sans locaux, sans formation spécifique pour leurs professeurs.


                                  • olivier cabanel olivier cabanel 20 septembre 2008 13:52

                                    FLO,

                                    amusant, merci..
                                    visionnaire, non.
                                    il s’agit de l’école telle qu’elle est conçue aujourd’hui par le gouvernement,
                                    ni plus ni moins que l’application des textes votés et en place.

                                    pour le reste, je souscris total,
                                    une amie institutrice m’a dit hier la même chose.
                                    ils n’ont aucune formation pour gérer des élèves handicapés, et ils doivent faire avec.

                                    on appelle çà un scandale,
                                    ce choix va faire des dégats, chez les handicapés, chez les élèves qui ne le sont pas, et chez les instits.

                                    merci encore de votre commentaire,


                                  • jak2pad 21 septembre 2008 11:27

                                    à Flo : je pense que vous n’êtes pas bien, avec vos autistes et vos trisomiques......

                                    à tous les lecteurs passionnés par cet intéressant débat :

                                    l’économie d’un pays comme la France, moyenne puissance en régression, nécessite à peu près 80 000
                                    diplômés à bac +5 tous les ans, pour remplacer les départs à la retraite

                                    nous en formons entre 200 et 220 000

                                    vous allez me dire : tout va bien, il y en a un peu beaucoup, mais bon, il y en a assez pour nous, et les autres iront travailler un peu à l’" étranger", puisque ces nullards n’arrivent pas comme nous à former suffisamment de diplômés pour leurs besoins.

                                    Génial COCORICO, une fois de plus !

                                    La vérité est malheureusement un peu moins souriante :

                                    parmi ceux que nous formons, il n’y en a que 50 000 à peu près qui peuvent espérer un avenir professionnel réel, parce que leur formations sont solides et vendables, le reste ( donc 170 000 !), ce sont des inutilisables, "diplômés à l’ancienneté "dans des filières très estimables, mais sans aucun rapport avec un quelconque emploi.

                                    Ces flières, je ne les nommerai pas, pour ne pas attrister ceux qui ont encore de grandes illusions....

                                    Tout le monde le comprend, on peut sélectionner par le niveau, ou par l’argent, ou les deux, mais par aucun des deux, cela ne marche pas trop bien : quand une étudiante, charmante par ailleurs, décide de consacrer deux ans de sa vie à étudier le rapport entre le livret d’opéra et la musique qu’on colle dessus, on se dit que le travail sera dur à trouver.... mais quand il y en 28, de ces adorables jeunes gens qui étudient le libretto, on a quand même le droit de les plaindre.....

                                     et quand le même système, à l’autre bout, produit bon an mal an, entre 70 000 et 130 000 non-diplômés de quoi que ce soit, puisque ces malheureux n’ont même pas un CAP en poche, on se dit que l’addition commence à devenir salée...

                                     et au bout de quelques années, vous obtenez le pays où nous sommes, croulant sous les dettes, avec un bon paquet de nationaux qui ne veulent travailler à aucun prix dans les emplois qui leur seraient accessibles, et plein de sans-papiers qui viennent par vagues régulières occuper ces emplois délaissés.

                                    Après tout, pourquoi quelqu’un qui a usé des années à étudier le livret d’opéra n’irait pas bosser comme serveuse ? cela vous choque ?

                                    Moi pas....

                                    Mais par chance, il y a encore une autre solution, bien plus humaine :

                                    qu’ils fassent tous comme O.Cabanel, qu’ils se mettent à écrire des chansons, parole et musique !


                                    • olivier cabanel olivier cabanel 21 septembre 2008 15:15

                                      Jakpad

                                      je ne met pas en doute votre sincérité,
                                      mais je crois franchement que vos jugements à "l’emporte pièce" sont beaucoup trop caricaturaux, et je vous invite a vous rendre dans une école pour juger sur place le travail formidable que font nos instits, pour des salaires indignes,
                                      la vérité a un prix, et elle doit passer par la case "investigation" pour être crédible.
                                      je ne pense pas que vous y soyez passé.
                                      cordialement.


                                    • enzoM enzoM 13 novembre 2008 09:55

                                      Très bon article, expliqué simplement, mais mettant à l’avant plan "les faits" comme ils sont (malheureusement !).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès