• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Elle assure

Ceci n'est pas une publicité !

Le fond du gouffre !

Si vous cherchez une assurance qui couvre les risques extrêmes, les catastrophes naturelles, les séismes en tous genres, les naufrages les plus pathétiques, à n'en point douter, elle existe ! et j'ai la douleur de croiser son chemin et surtout sa réclame à longueur d'années. Portée à bout de bras et de cerveaux disponibles par un inénarrable duo, cette société se vautre dans toutes les platitudes, tous les jeux de mots douteux qui ont échappé aux blagues d'un caramel dur.

Permettez-moi de ne pas citer la société ni ce couple infernal. J'ai mal rien que d'entendre ces voix exagérées, caricatures d'elles-mêmes, paradigmes de la bêtise revendiquée. C'est insupportable, j'en ai des frissons d'exaspération à chaque fois que ma radio publique diffuse ces slogans insipides et vulgaires.

Je ne doute pas qu'il n'y ait des intentions cachées dans ce bombardement outrancier fait de jeux de mots vaseux, de références douteuses et parfois graveleuses. Il y a certainement de la dérision, du second ou du troisième degré, de la distance et naturellement une stratégie savamment élaborée par des spécialistes de la communication, des psychologues et des experts en dysfonctionnement mental. Mais je ne parviens pas à percevoir la plus petite parcelle de pertinence, la plus infime marque d'intelligence dans cette rase campagne publicitaire sans fin.

Que dire aussi de ces deux personnages, prétendument comiques, qui se donnent (le terme est assez mal choisi je sais) en spectacle ainsi ? Il faut aimer l'argent bien plus que soi-même pour ainsi montrer une telle représentation vaseuse de sa personnalité. La réitération jusqu'à la nausée de ces répliques absurdes nous incite à penser que, derrière le masque, les individus ne se cachent même plus. Ils sont ainsi, désespérément ainsi.

C'est leur problème et si l'argent justifie à leurs yeux cette déchéance fatale, je ne peux m'immiscer dans leur quête d'infortune. Mais que dire alors des intentions de leurs employeurs ? Quels sont les buts inavoués de cette société d'assurance ? Est-ce cela l'opinion que ces gens ont de leurs clients ? Je ne peux le croire.

Pourtant, depuis le temps que dure cette pitoyable rengaine, il doit bien y avoir des retombées économiques tangibles, des résultats si satisfaisants que l'assureur trouve opportun de continuer ainsi à se vautrer dans la boue. C'est bien là le point le plus intrigant dans cette affaire : des gens aiment ça, se reconnaissent dans ce portrait du français si moyen qu'il vole au ras des pâquerettes. Pire même, cette image motive des adhésions et des dépenses.

J'en suis atterré et sidéré. Nous avons manqué quelque chose ; l'école a failli dans l'éducation des masses pour que ce modèle désastreux du consommateur franchouillard puisse servir de repère efficace dans la population. Pire même, je sais que des lecteurs vont prendre plaisir à regarder les illustrations qui vont accompagner ce coup de gueule inutile. Le mal est profond et au pays des gogos, l'arnaque est facile.

Puisqu'il n'y a rien à faire pour arrêter le rouleau compresseur de l'abrutissement des masses, pourrions-nous au minimum créer une réserve, un sanctuaire de l'intelligence relative ? Le service public de la radio diffusion française et de la télévision ne devrait pas se commettre à cette bassesse. Le CSA, toujours si prompt à défendre les valeurs déontologiques, devrait, il me semble, sévir sans nuance contre ce virus cérébral si insidieux.

Oui, il faut éradiquer cette publicité honteuse, cesser de montrer cette image avilissante de l'homme. Ces deux-là sont une honte absolue, un repoussoir infâme. Ils n'ont pas leur place sur des supports financés en partie par le redevance. Hélas, voilà encore un vœu pieu : nul ne se soucie désormais de l'intelligence collective. Seul l'argent dirige cette société.

Je peux vous assurer que jamais, cette société n'aura ma clientèle. Elle représente à mes yeux le mal absolu, la bêtise la plus crasse, le néant de l'être. Je pourrais même exiger de ses odieux dirigeants des dommages et intérêts pour toutes les souffrances occasionnées, les désespoirs provoqués. Oui, chaque fois que j'entends ce maudit slogan, j'ai mal, vraiment mal à l'idée que je me fais de notre culture !

Assurément leur.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • oncle archibald 21 mars 2014 15:01

    O rage, O désespoir, n’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ...

    Essayez plutôt le double effet « Keep cool » et laissez ces saltimbanques sortir leur numéro de duettistes idiots seulement en apparence et sans doute bien « dans l’air du temps ». 

    C’est finalement cet air là qui ne vous plait pas. Il ne me plait pas davantage, mais je me force par la nécessité de sept petits enfants .. pour le moment. Ma descendance, elle assure, et le moment venu elle assurera le paiement de votre retraite ....

    • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 2014 17:53

      oncle archibald


      J’aspire à plus d’intelligence dans ce Monde
      L’argent se vautre dans la stupidité, tant pis pour lui

    • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 2014 17:54

      Démosthène


      Ce ne sont pas ces deux imébéciles qui m’interrogent mais leur succès qui atteste de la dégradation de l’esprit national

    • Hermes Hermes 21 mars 2014 16:52

      Houla houlaaaa.

      Attention à la spirale de négativité dépressive.

      Il y en a qui ont essayé ! Ils ont eu des problèmes. smiley

      Le message du système raillé par ce sketche mémorable est simple (surement pas consciemment d’ailleurs) : il n’est pas possible d’avoir confiance en soi-même. L’institution seule a la connaissance. L’assurance vient toujours de l’extérieur, en monnaie sonnante et trébuchante, et la garantie est une tentation qui se vend bien ! La boucle est bouclée.

      Revenez aux basiques, charité bien ordonnée commence par soi-même et pas d’amour de l’autre si on ne s’aime pas. Que se passe t-il réellement à maintenant chez moi ?

      Ces deux loustics ont le mérite d’avoir eu quelques bon sketches et offert de bons moments. Je vous en souhaite pléthore. Bonne soirée.


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 2014 17:55

         Hermes


        Riez avec eux s’ils vous enchantent
        Soyez positif et tendance, vous avez raison

        Pour moi, c’est impossible.

        Mais il est désormais mal venu de pointer du doigt les sots qui regardent la Lune

      • Hermes Hermes 24 mars 2014 15:36

        Non, ce n’est pas tendance d’être positif, de le dire peut-être , et encore ....

        L’être humain est attiré par le négatif, et le système en distille énormément : celà donne du carburant à la peur, l’avidité et la possession .....

        Il finit aussi parfois par décourager les ames qui aspirent à autre chose. Il utilise les croyances ou les broie quand elles ne vont plus dans le sens qui convient. En face du système on est d’une façon ou d’une autre toujours victime de ses propres croyances.

        La ressource qui donne une liberté ne peut être qu’en soi-même, au delà de toutes les croyances. C’est un chemin ardu que de prendre ce chemin, ce n’est pas du tout tendance. Il y a un endroit en nous qui restera toujours libre...

        Parfois les humoristent le touchent du doigt... car le rire libère. Celà qui ne signifient pas qu’ils y habitent ! Ce qu’ils ont fait après, m’importe peu.

        Tournons nous vers notre propre lumière, qu’lle soir sur la Loire ou ailleurs.

        Amicalement. smiley


      • C'est Nabum C’est Nabum 24 mars 2014 16:52

        Hermes


        Alors soyons positif et n’écrivons que des contes ...

      • Hermes Hermes 27 mars 2014 14:45

        Pourquoi pas ? Ce n’est pas si absurde que ça, puisque c’est ce que nous imageons qui guide nos actions. Il n’y a rien de plus difficile que d’éviter ce qu’un VEUT éviter.

        Faites une expérience : ne pensez PAS à un ours ! smiley

        Il y a surement beaucoup de contes à écrire pour donner un futur positif à nos enfants.


      • L'enfoiré L’enfoiré 21 mars 2014 17:58

        Il n’y a rien qui m’énerve plus que cette pub qui dit « Tous unis contre la vie chère ».

        C’est à double tranchant, mais personne ne s’en rend compte.

        • C'est Nabum C’est Nabum 22 mars 2014 07:56

          L’enfoiré


          D’une manière générale la PUB est une belle saloperie

        • Le421 Le421 22 mars 2014 14:19

          Allez...
          Quelque part, je me dis que c’est un mal pour un bien.
          La mort du con-sommateur par la bêtise.
          La chance, pour ceux qui ne veulent pas se vautrer dans la connerie de sortir du lot et de refuser une bonne foi pour toute ces messages stupides et sans intérêt.
          Bien sûr, il faut savoir dire non. Mais ça s’apprend.
          Que je sache, la bêtise ou le fait d’être abruti n’est pas encore répréhensible.
          Bien que, si j’étais au gouvernement, je créerais une taxe sur la connerie, ça rapporterai sûrement plus que la TVA et tout le reste ajouté...  smiley
          Personnellement, je zappe instinctivement toute forme de publicité sonore ou visuelle. Mon cerveau est devenu totalement étanche à tous ces messages.
          Rassurez-vous, je ne m’en porte pas plus mal jusqu’à présent.
          Savez-vous qu’il y a une inquiétude chez TF1 par exemple ??
          Ils se sont rendu compte qu’à force de saturer toutes les émissions de publicités, ils perdent de plus en plus d’audience. Même les enquêtes affreusement truquées le montre.
          Or, ils sont pris au piège.
          Ils ont choisi un mode de fonctionnement basé sur ces recettes... Merde !! Coincés !!
          Et moi, je me marre comme pas possible.
          Mourir par là ou on a péché... Excellent !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires