• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Eustache et Phaloppe

Eustache et Phaloppe

Conte vestibulaire.

Ce qu'il advint en cet avant au-delà d'auparavant n'est certes pas à mettre entre toutes les oreilles. Que les plus chastes s'éloignent dans l'instant avant que de me reprocher de vous les casser ou bien pire encore, de vous les briser par le menu. Quant aux autres, tendez-moi vos deux oreilles si vous voulez bien pénétrer plus avant dans le pavillon de dame Phaloppe.

Occupant un délicieuse petite maison dans une banlieue tranquille, la dame coulait des jours heureux, produisant des bougies avec de la cire d'abeille. Elle avait de maigres besoins, se satisfaisait des modestes subsides de son petit artisanat. Sans faire grand bruit, elle avait fait son trou dans le voisinage, étant appréciée de tous. Elle n'en demeurait pas moins vielle fille quoiqu'elle fut porteuse d'un curieux prénom que ses géniteurs avaient souhaité écrire ainsi et qui aurait du la prédestiner à des aventures amoureuses.

Ce soir-là pourtant, tout bascula pour elle. Un rôdeur en quête de quelques mauvais coups vint à passer par là. Il s'introduisit par effraction chez la dame, conduit en ce lieu par un curieux pressentiment. Son petit doigt lui avait soufflé qu'il y avait là, une belle occasion de se remettre le pied à l'étrier, de changer le cours de son existence.

Eustache, puisque c'est ainsi que ses parents l'avaient prénommé, n'avait pas bonne réputation. Les uns le disaient marteau, prétendant qu'il y avait plus de folie que de raison dans les agissements de ce farfadet. Les autres, plus sévères encore, jugeaient qu'il serait nécessaire de l'interner. Personne en tout cas dans le pays, lui prêtait l'oreille ni la plus petite attention.

Il brisa une fenêtre ovale et s'y glissa avant que de se retrouver nuitamment dans le vestibule du pavillon de Phaloppe. Voilà entrée en matière condamnable, je vous l'avoue, pour une romance qui débute de fort mauvaise manière. Nous ne pouvons jamais préjuger des conséquences de nos actes. Rien dans son entreprise ne pouvait mettre la puce à l'oreille à ce célibataire par la force des choses, ce vieux gars qui n'avait d'autres expédients que les mauvaises actions.

Marchant à tâtons, tendant l'oreille pour guetter la moindre alarme, il ne savait pas au juste ce qu'il venait chercher dans cette modeste demeure. Il marchait sur des œufs quand son pied gauche rencontra une enclume, abandonnée au milieu du vestibule. Sa chute fit grand bruit comme un roulement d'osselets, une cascade dans un torrent en colimaçon. Il en perdit conscience dans l'instant ce qui attestait malgré tout qu’il lui en restait un peu.

Phaloppe, alarmée par le vacarme, se précipita, à la lueur d'une bougie, déformation professionnelle. Elle découvrit son visiteur inanimé, un garçon dont elle connaissait la sulfureuse réputation. Loin d'elle l'idée de prévenir la police, la dame avait toujours eu pitié de ce pauvre diable. Tout au contraire, elle se pencha vers lui pour lui glisser dans l'oreille des mots prévenants.

Constatant qu'il saignait abondamment d'une narine, elle y glissa une mèche pour interrompre l’hémorragie. C'est ce qui mit le feu, non pas aux poudres comme nous aurions pu nous y attendre, mais à leurs cœurs. Eustache ouvrit un œil, sa prévenante secouriste le gratifia d'un doux regard, plein de bienveillance. L'amour ne se ferait plus tirer l'oreille pour ces deux-là !

L'intrus avait les jambes en coton, il ne put se relever sans l'aide de la dame. Elle le soutint pour le conduire dans son alcôve. La suite échappe à la morale, ils venaient tous deux de mettre l'auriculaire dans un curieux engrenage. Mais il ne m'appartient pas d'en dire davantage. Si des bruits étranges parviennent à vos tympans, laissez-les entrer par une oreille et sortir par l'autre. Ce qui se tisse entre eux n'est pas de notre ressort. Phaloppe ouïe de tendres paroles de son amant tandis qu'Eustache ne la trompa jamais. Voilà qui devrait suffire pour satisfaire la morale.

Auriculairement leur.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Voilà qui me rappelle un moment un peu difficile de ma vie. Voulant retrouvant le parfum enivrant d’un premier amour (Jeux interdits avec Brigitte Fossey. Ayant justement quelques problèmes au fosses nasales : des polypes. Pas bien grave, mais occasion d’un bol d’air en AUVERGNE à quatre ans. En 1998, voulant sentir ma Madelaine de Proust dans les Côtes d’OR en Auvergne, m’étant retrouvée seule avec le fils des logeur : un Michel (on oublie pas,...), il nous avait mis dans le même lit.... Hum. Jeux innocents, dormant seulement dans les bras l’un de l’autre, jouant sous les PINS, je retourne sur les lieu du premier pécher d’amour...Et de me coucher sous les pinèdes et leur entêtantes résine (cire d’abeille). Vacances plutôt pluvieuse et tempêtueuses (les hauts du Hurlevents)... Juste le dernier jour : SOLEIL. Et de nous préciter vers un lac. et manger l’aligot. Retour : le drame : me réveillant : un vertige épouvantable : Tout ce mis à tourner.... Passons les détail... A l’époque problème assez méconnu des médecins. Diagnostic : vertige vagual... NON, non. Et un médecin un mois après de me dire de revenir à un RDV ; il avait compris. Je vous jure, la rencontre. Imaginez un médecin qui devant vous ouvre un livre de médecine et vous dit : cupulo lithiase cuticulaire. Késako ???? Allez debout : sur la table. Et de me balancer de droite à gauche comme un sumo. Volià, cela ira bien mieux. Ouaih, mais comme pour les vaccins : une séance pas suffisant. Vais voir une autre médecin : oh c’est rien : le vertige vous savez ce que c’est avec un clin d’oeil vaguement troublé. Style : depuis combien de temps n’avez-vous pas... Bon passons... et de me renseigner (bizarre, il y eut une épidémie du même trouble). Oreille interne : pour diverses raisons (encore peu connues), de micro-organismes franchissent une barrière et se dispersent dans un liquide. Maintenant on parle de vertige positionnel (idem que les nausées sur un bateau ou dans un bus avec une descente plein de tournants).... Un peu grâce à moi et d’autres qui ont vécu la même chose : Des centres du vertiges se sont ouverts. C’est très troublant le OREILLES ;... Les murs ont des oreilles...Le gars aurait pu s’appeler Eustache ou GABRIEL... Un mot qui commence par OR ne peut que receler des trésors.... entre le marteau et l’enclume Héphaistos forgeait ou ciselait des bijoux. A taper trop fort : des cristaux sont sortis au delà de leurs frontières dans un éclat vertigineux. C’est joli une oreille interne. Comme les coquillages : elle est certainement élaborée selon le nombre d’OR : https://www.google.com/search?q=oreille+interne&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=icRTrCcPRIO45M%252CtQH6-IYr0aUZdM%252C_&vet=1&usg=AI4_-kQwXJVn53K1UCibvK7zNj-oiFPJzQ&sa=X&ved=2ahUKEwjT98zjp7rxAhU5_7sIHcdVAr8Q_h16BAgQEAE#imgrc=icRTrCcPRIO45M. L’enfant d’or et dormira bientôt. Bonne nuit les petits https://www.youtube.com/watch?v=kcJmN1TVx0I


    • C'est Nabum C’est Nabum 28 juin 18:48

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      merci


    • juluch juluch 28 juin 14:50

      Oups !!

      Les prénoms !!

      vous vous êtes surpassé !!


      • C'est Nabum C’est Nabum 28 juin 18:48

        @juluch

        un simple pari tenu


      • mosel 28 juin 18:53

         L’auriculaire dans l’oreille ont ils bien oui. l’honneur est sauf


        • C'est Nabum C’est Nabum 28 juin 19:41

          @mosel

          j’espère qu’ils ne m’ont pas menti


        • Vivre est un village Vivre est un village 29 juin 08:58

          Phaloppe, alarmée par le vacarme, se précipita, à la lueur d’une bougie, déformation professionnelle. Elle découvrit son visiteur inanimé, un garçon dont elle connaissait la sulfureuse réputation. Loin d’elle l’idée de prévenir la police, la dame avait toujours eu pitié de ce pauvre diable. Tout au contraire, elle se pencha vers lui pour lui glisser dans l’oreille des mots prévenants.

          Constatant qu’il saignait abondamment d’une narine, elle y glissa une mèche pour interrompre l’hémorragie. C’est ce qui mit le feu, non pas aux poudres comme nous aurions pu nous y attendre, mais à leurs cœurs. Eustache ouvrit un œil, sa prévenante secouriste le gratifia d’un doux regard, plein de bienveillance. L’amour ne se ferait plus tirer l’oreille pour ces deux-là !

          Quel merveilleux bonheur sublime que de lire ce texte

           https://www.youtube.com/watch?v=PCf7pCL1eWY ... !!!

          A bientôt.

          Amitié.


          • C'est Nabum C’est Nabum 29 juin 20:37

            @Vivre est un village

            N’exagérons pas

            Juste n bon moment pour le plaisir de ceux qui prennent le temps de me prêter l’oreille


          • eau-pression eau-pression 29 juin 09:14

            Grâce au ciel, Phaloppe n’était pas adepte de la boule Quiès.

            Et admirons la cohérence : le marteau rencontre une enclume (à pilonner ?)


            • C'est Nabum C’est Nabum 29 juin 20:38

              @eau-pression

              La cohérence n’est que fortuite


            • troletbuse troletbuse 30 juin 21:47

              Si elle vous trompe, c’est une phaloppe.


              • C'est Nabum C’est Nabum 1er juillet 06:09

                @troletbuse

                N’extrapolons pas


              • tobor tobor 1er juillet 17:26

                Je me suis toujours dit que si j’avais deux éléphants je les appellerais comme ça...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité