• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Femmes au foyer …

Femmes au foyer …

JPEG

Les violences faites aux femmes.

Il n’est pas plus belle histoire macabre que celle des sorcières. Conteur, je n’hésite pas à faire appel à l’image de la Birette en prenant pour modèle Irène, personnage réel du département du Loiret qui a vécu en portant le lourd fardeau de cet anathème. Encore heureux pour elle que le XXème siècle n’était plus porteur d’inquisiteurs odieux. Cela pourtant n'empêcha nullement la malheureuse de vivre l’enfer et de mourir en martyre. Elle trouva une gloire posthume quand sa maison devint un lieu de culture, il était bien tard, la médisance avait fait son œuvre.

Plus connue et souvent emblématique notre Jeanne, la petite bergère connut les affres de l’impitoyable monstruosité des hommes. Elle rejoint là l’immense cohorte des dames qui finirent leur existence sur le bûcher, dans une Europe à feu et à sang, pourvu que ce fut le sexe faible qui en pâtisse. La Sorcière était alors le premier combustible d’affiliation à une société (terme évidemment machiste). La Fraternité du reste ne fera pas mieux, comme si une seule moitié de l’humanité permettait d’agréger une société.

Il est significatif de constater que le fait religieux contribua et contribue toujours à justifier la mise au ban de ce sexe qu’on prétend faible quand on évoque ses droits alors que c’est à elles que les hommes ont toujours confié les tâches les plus délicates, contraignantes, pénibles, rébarbatives. Celui qui a quelque chose qui pend entre ses cuisses devant, sans aucun doute, avoir besoin de se ménager pour permettre l’expansion de l’espèce.

Si les religieux de toute obédience aiment à porter une robe, c’est pour mieux réduire à néant la Femme. Le feu sacré fut certainement le moyen le plus radical pour maintenir l’hégémonie des mâles dont on peut ici apprécier le double sens de ce mot si ambigu. Rien n’a véritablement changé du reste dans cette effroyable main mise d’un sexe sur l’autre si ce n’est peut-être la reconversion des gens d’église vers les petits garçons pour assouvir leurs turpitudes.

Mais puisque le persifleur est également conteur, revenons à la grande histoire, pour offrir en ce jour de lutte et non de distribution souriante de roses et autres niaiseries commerciales, une histoire qui démontre l’iniquité des mots. Que les âmes sensibles, les adorateurs excessifs de la donzelle me pardonnent ce terrible pas de côté !

Il était une fois une petite bergère sentant en elle ce feu sacré qui déplace des montagnes et change la face du monde. Dans sa naïveté, la belle se pensa investie de la parole divine pour mener à bien son dessein. Elle enfourcha un destrier et se revêtit, faute suprême, de la tenue du combattant belliqueux.

Elle eut le mérite immense de convaincre le roi, ce pleutre incapable de mener la bataille contre l’envahisseur, tout autant que d’entraîner les gueux derrière elle. C’est ainsi qu’elle bouta l’odieux anglois de la bonne ville d’Orléans. Là fut son crime le plus terrible, celui qui allait provoquer sa chute quand le temps fut venu des trahisons de tous ceux qu’elle avait rétablis en dignité et en honneur.

Femme elle était, c’est en femme qu’elle serait jugée et condamnée à la pire des sentences : « Sorcière ! » Point n’est besoin d’un nez crochu, de quelques verrues bien placées et de cheveux longs et hirsutes, elle avait porté le pantalon à la place du roi, il convenait qu’elle périsse en suppôt de Satan.

L’église répond toujours présente quand il s’agit de montrer du doigt celle qui a fauté. Seule la Sainte Vierge échappe à la vindicte des hommes confits dans un célibat absurde, l’évêque Cauchon, lui joua un tour à sa façon, la menant sans coup férir vers une fin atroce. La pauvrette résista tant bien que mal, il n’est jamais plus délicat de clamer son innocence que lorsque celle-ci est réelle.

« Femme tu es, femme tu périras par le bûcher. » Il fallait frapper les esprits, leur apporter la lumière dans les ténèbres de leurs superpositions. La malheureuse serait brûlée en place publique. L’évêque dans un sursaut d’humanité lui demanda ce qu’elle désirait. La Pucelle éperdue eut la malencontreuse idée de lui avouer que son vœu le plus cher serait de finir son existence en humble et modeste Femme au Foyer !

En bon Cauchon qu’il était, le prélat comprit la requête comme tous ces hommes qui confondent leur bistouquette avec le glaive vengeur. Il viola la jeune fille afin qu’elle cessât d’être vierge et sans se soucier de ses larmes, la porta sur le bûcher. Il venait de satisfaire à la fois sa lubricité et l’ultime vœu de Jeanne. Elle monta sur le bûcher, n’étant plus pucelle, elle devenait dans l’instant Femme au foyer.

Elle s’éteint le 30 mai 1431. Elle fut et restera un symbole, non pas celui que tous ces hommes imbus de leur personne, s’empressent d’instrumentaliser pour défendre la Famille, le Travail et la Patrie en invoquant Dieu tout en défilant derrière son avatar mais bien celui de la femme humiliée, trahie, abandonnée, martyrisée. Que les flammes de l’enfer brûlent les arpions de tous ceux qui considèrent ainsi la Femme !

Paroboliquement vôtre.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 8 mars 11:17

    Ah... On savait provoquer des érections de qualité en ces temps-là, et rien de tel qu’une soutane pour les dissimuler...

    Les minutes du « procès » de Jeanne ont été intégralement consigné, elle s’est défendue bravement et on sent parfaitement le moment où elle comprend qu’elle sera exécutée quoi qu’elle dise.

    Dieu te garde, Jeanne !


    • C'est Nabum C’est Nabum 8 mars 19:36

      @Clocel

      Que le diable prenne en charge tous ses juges !


    • lala rhetorique lala rhetorique 8 mars 11:18

      Et si la femme se prenait enfin en main ? au lieu de céder, comme si elles étaient en minorité, à la victimisation ? Il faudrait aussi donner des cours de « civilisation » aux flics des commissariats, surtout dans cette zone de non droit qu’est le 9.3..... Je rappelle que la ratp a à sa direction, une femme, que chez coca cola france, il y a eu une pédégère, etc... et je suis pas certaine qu’elles aient couché pour en arriver là. C’est aux femmes de prendre leur destin en main. Quand les starlettes dénoncent actuellement des faits concernant leurs débuts, excusez-moi mais si elles ont préféré subir sexuellement pour y arriver professionnellement, ça devient vraiment autre chose. Boire ou conduire il faut choisir, dans tous les domaines il y a ainsi des choix à faire. De plus, en France et ailleurs, on n’a de cesse de lécher les bottes des islamistes, qui, sauf erreur ou omission, ne sont pas vraiment pour l’égalité hommes/femmes


      • C'est Nabum C’est Nabum 8 mars 19:37

        @lala rhetorique

        Si facile à dire !


      • Julien30 Julien30 8 mars 11:19

        « Rien n’a véritablement changé du reste dans cette effroyable main mise d’un sexe sur l’autre si ce n’est peut-être la reconversion des gens d’église vers les petits garçons pour assouvir leurs turpitudes.  »

        Toujours dans la caricature grotesque et le besoin de diaboliser, de salir des groupes entiers de personnes, de quelle constance vous faites preuve dans la laideur morale et intellectuelle, c’est impressionnant !


        • François Vesin François Vesin 8 mars 14:02

          @Julien30
          Toujours dans la caricature grotesque et le besoin de diaboliser, de salir des groupes entiers de personnes, de quelle constance vous faites preuve dans la laideur morale et intellectuelle,

          Regardez-vous dans un miroir et répétez après moi :
              personne dans la communauté catholique n’était au courant
                des actes pédophiles commis par le clergé.
          Tout le monde savait et, dans le meilleurs des cas détournait le regard
          et dans le pire faisait de l’humour !
          .
          Elle est là et nulle part ailleurs
          votre laideur morale et intellectuelle


        • lala rhetorique lala rhetorique 8 mars 14:15

          @François Vesin Disons que c’est étonnant de faire uniquement le procès de l’église, alors qu’on encense des types comme Dany Cohn Bendit et autres, dont la parole est devenue sacrée sur les médias. De même il ya une terrible omerta sur la pédophilie dans la classe politique, les stars et les médias.... car malheureusement ils ne sont pas vierges si je puis dire !


        • François Vesin François Vesin 8 mars 14:52

          @Julien30
          « Disons que c’est étonnant de faire uniquement le procès de l’église, »

          Il se trouve que c’était le sujet de l’article !
          J’ai vécu enfant l’impossibilité de pouvoir évoquer quoi que ce soit
          dans une famille chrétienne pour laquelle l’Eglise était le dernier rempart
          contre les turpitudes du monde et sa seule bouée salvatrice !
          C’est cette terreur infligée aux « âmes pures » qui explique pour beaucoup
          l’effondrement du catholicisme en tant que valeur morale !

          La symétrique est juste en ce qui concerne certaines de nos « élites »
          comme l’illustre leur collusion à l’égard des Gilets Jaunes !
          C’est aussi ce qui permet d’annoncer l’effondrement prochain du macronisme
          et, dans son sillon, celui de ses journalistes, ses stars et ses gourous


        • François Vesin François Vesin 8 mars 14:54

          @François Vesin
          Désolé, cette réponse s’adressait à @lala rethorique


        • C'est Nabum C’est Nabum 8 mars 19:37

          @Julien30

          Je le suis volontiers


        • juluch juluch 8 mars 11:24

          Une autre religion met la femme au pilori…... smiley

          journée de la femme...certes...et la journée de l’homme c’est pour quand ??

          On se sent bien seul….encore heureux j’ai mes filles !!!  smiley

          merci nabum pour ce billet et celui d’Irene.


          • C'est Nabum C’est Nabum 8 mars 19:38

            @juluch

            Vous me rassurez

            Je passe pour un imbécile auprès de ces doctes commentateurs zélés


          • sylviadandrieux 10 mars 15:05

            @juluch
            Mon fils m’a répondu exactement la même chose. Quelle journée vous conviendrait le mieux pour débattre de vos maux d’homme ? A qui doit-on s’adresser pour instituer cette journée mémorable ?
            Le 19 novembre est une bonne date. 

             



            • C'est Nabum C’est Nabum 8 mars 19:38

              @bouffon(s) du roi

              Merci


            • De nombreux livres ont été écrit sur Jehanne d’Arc. Pour certains, elle serait d’ascendance royale et ne pouvait être brûlée. Cauchon l’aurait remplacée par une pauvrette. Elle aurait survécu cachée et aurait même eu des enfants. Je ne trancherai pas,...


              • JC_Lavau JC_Lavau 8 mars 12:09

                @Mélusine ou la Robe de Saphir. Délire populaire.


              • Clocel Clocel 8 mars 12:12

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Cauchon qui s’en dédit ! smiley


              • C'est Nabum C’est Nabum 8 mars 19:39

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Je ne peux trancher puis qu’elle n’a pas été décapitée


              • Bonjour, j’ai souvent constaté que les femmes battues sont souvent soumises, contrairement aux femmes de caractère. Mais à d’autres époques les femmes de caractèrres étaient brûlées pour avoir oser défier le patriarcat et le catholicisme. A trois Simone Weil, Simone Veil, et Simone Weil (philosophe). Il y a une grande confusion entre femmes qui portent la culottes et femmes fémininement active ou de caractère.


                • . Les femmes qui portent la culottes choisissent généralement des hommes faibles et soumis. Les femmes de caractère des hommes qui sont leur égal et qu’elles peuvent admirer. Les premières sont dans des rapports de force. Les secondes dans la complémentarité des échanges (même si parfois ceux-ci sont un peu violents dans l’expression). Mais les réconciliations n’en sont que meilleures. Les femmes soumises et qui sont battues, en réalité n’ont jamais coupé le cordon ombilical avec,...leur mère. 


                • C'est Nabum C’est Nabum 8 mars 19:39

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Je ne pense pas qu’il y ait de généralités en ce domaine


                • nono le simplet nono le simplet 9 mars 06:39

                  @C’est Nabum
                  Je ne pense pas qu’il y ait de généralités en ce domaine

                  moi non plus ...
                  ma grand mère connaissait un couple, lui bucheron colosse de 1.90m et elle petit bout de femme de 1.50m ... le bucheron filait doux à la maison ...
                  et même mon grand père, grand bagarreur, champion de savate et fort comme un turc n’aurait jamais osé porter la main sur ma grand mère ...
                  mon père, un athlète aussi, a mis une calotte à ma mère, une fois ... en réplique, elle lui a mis un coup de poing sur la joue, lui faisant une balafre de 10 cm avec sa bague ... il n’a jamais recommencé smiley


                • On confond souvent femme passive-soumise et femme active-rebelle. De nombreuses femmes peut être activement féminine. J’ai une amie, la gentillesse et beauté faite femme. Quel ne fut mon étonnement de savoir (en faisant les gestes avec ses petits poignets) qu’elle était battue par son compagnon. Comme quoi, les apparences sont trompeuses. 


                  • C'est Nabum C’est Nabum 8 mars 19:40

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                    Ne me soumettez plus à votre tentation !


                  • cétacose2 8 mars 18:42

                    « Elle s’éteint le 30 mai 1431 ».....faute de combustible ....


                    • C'est Nabum C’est Nabum 8 mars 19:40

                      @cétacose2

                      Elle était à bout d’énergie


                    • eric 8 mars 19:11

                      On a du payer pour ne pas être plus bas dans le PISA ; A ce niveau d’inculture générale, on doit dépasser le Pakistan vers le bas.

                      Même sans avoir lu le bouquin de Trevor Ropert sur la question, n’importe qui qui a le niveau CE2 sait que l’église à toujours nié la possibilité d’existence de sorcières et même condamné l’exercice même de la chasse aux sorcières...

                      1) Aucun humain ne peut transcender les lois naturelles créées par Dieux, ce qui exclue toute magie, ou surnaturel.

                      2) L’auteur commet la même erreur que l’autrice de Hary Potter ( voir décision académie française récente) sur les brûlements. C’est de l’ethnocentrisme. En Angleterre, les sorcières n’ont jamais été brûlées. Elles étaient pendues...Elle, en fait il y avait autant d’homme que de femme le plus souvent...

                      3) L’église n’y est de toute façon pour rien puisque partout en occident, seul le bras séculier avait le droit de brûler ou pendre. Par ailleurs, la chasse aux sorcière et numériquement, un phénomène qui toucha d’abord les régions protestantes. L’inquisition n’y est doc pour rien.

                      4) Les statistiques les plus osées rapportent d l’ordre de quelques personnes par ans pendant un siècle pour un pays comme la France.

                      5) Les cas les plus nombreux de sorcellerie ont été découvert là ou le bras séculier avait le droit de recourir à la torture dans les procès en sorcellerie. Comme dans un vulgaire pays socialiste, dès lors que l’on torturait des gens, ils étaient prêt à dénoncer la cour et la ville pour qu’on abrège leurs souffrances. C’est exactement ce que l’on a pu constater au 20 ème siècle avec les socialismes nationalistes ou internationaliste.

                      Perso. je suis pour le droit de vote pour tous le monde ; mais lire des turcs comme ce texte laisse quand même pensif. Peut être devrait on exiger des gens qu’ils sachent faire trois clics sur internet avant d’écrire n’importe quoi ?


                      • C'est Nabum C’est Nabum 8 mars 19:41

                        @eric

                        Je fais des efforts tout comme TF1 pour participer au vide cérébrale

                        Hélas vous êtes là pour remonter le niveau


                      • Et hop ! Et hop ! 9 mars 10:59

                        @C’est Nabum

                        L’épopée de Jehanne d’Arc est au contraire la preuve que la femme jouissait à la fin du Moyen-äge d’une considération égale à l’homme, largement équivalente à celle d’aujourd’hui.
                        Sinon, comment aurait-il été possible qu’une fille de 16 ans issue d’une famille de gros paysans, parvienne à être reçue par le roi, qu’elle soit écoutée, qu’il lui soit confié le commandement d’une armées, et que ce commandement soit approuvé par un consensus général de la population, des militaires, des autorités.
                        Est-ce que en 1940, De Gaulle aurait-pu être une jeune fille de 17 ans ?

                        D’autre part l’Église catholique a été l’institution qui a fait depuis l’origine la promotion de l’égalité ontologique des hommes et des femmes, en opposition avec la tradition juive :
                         dans la tradition sémitique (juive et arabe) la femme est mineure toute sa vie, elle est mariée sans son consentement par un achat à son père, la famille est polygame, elle peut être répudiée unilatéralement, il n’y a pas une seule femme musulmane qui se soit distinguée dans les lettres ou la politique ou pour d’autres raisons,
                        il y a eu autant de saintes que de saints, donc de modèles féminins que masculins. Il y a eu pendant tout le Moyen-Âge un très grand nombre de femmes qui ont été des personnalités politiques, intellectuelles ou littéraires de premier plan : Galla Placida, Eléonore d’Aquitaine, Héloïse, Herrade de Landsberg, Marie de France, Christine de Pisan,... les abbayes étaient les entreprises les plus importantes de la société du Moyen-Âge, avec des milliers de personnes qui travaillent, elles étaient autant dirigées par des femmes que par des hommes.
                         l’instruction scolaire qui a été inventée par l’Église, était autant dispensée aux filles qu’aux garçons,
                        Cette égalité ontologique de l’homme est de la femme est dans la continuité de la conception celtique ou gauloise, et le clergé catholique a repris et continué les missions des druides.

                        Le procès de Jehanne d’Arc était purement politique, c’était un procès de Moscou.

                        D’abord, le tribunal qui l’a jugée a été créé spécialement par les Anglais et par Pierre Cauchon, il n’existait pas de façon ordinaire. Ensuite, les princes anglais avaient besoin de montrer aux Anglais que les succès de Jeanne d’Arc ne devaient rien à la volonté divine, parce que cela aurait voulu dire que la cause des Français était bonne, que Dieu était contre les Anglais, et que le roi d’Angleterre était illégitime, réprouvé par Dieu. Donc il fallait établir que Jeanne d’Arc était le contraire d’une sainte, du côté du Mal, dotée d’un pouvoir maléfique, et que Dieu n’était pas de son côté. Il fallait prouver qu’elle était au contraire une hérétique, animée et possédée par le Diable.

                        Et puis l’explication par la misogynie de l’évêque Cauchon est complètement fantaisiste : Pierre Cauchon qui n’était pas vraiment un homme d’église, c’était un homme politique très connu et très puissant, il avait été le recteur de l’Université de Paris, il avait été un des principaux soutiens de la Révolution cabochienne, il était un des principaux leaders du parti Bourguigon, en relation constante avec les princes anglais, il avait créé dans plusieurs villes des commissions pour épurer les notables soupçonnés d’appartenir au parti Armagnac, en confisquant leurs biens et en les condamnant à mort. Il accumulait les rentes et les bénéfices, il avait été excommunié deux fois, il s’était constitué une énorme fortune.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 9 mars 17:13

                        @Et hop !

                        La femme pourvu qu’elle fut d’extraction noble


                      • Et hop ! Et hop ! 10 mars 09:31

                        @C’est Nabum

                        Pas du tout, le mariage avec régime dotal et obligation du consentement libre de la fiancée concernait toutes les classes de la société. Il pose l’égalité ontologique des femmes et des hommes, car la femme possède des biens en propre, un patrimoine, des terres, des immeubles, elle a une pleine capacité juridique civile. Dès le Moyen-Âge on trouve des femmes qui sont marchandes publiques, qui possèdent en propre des terres ou des maisons, qui les achètent ou les vendent, les lèguent, exactement comme aujourd’hui. Elles votent dans les élections municipales lorsqu’elles sont chef de famille.

                        Le régime dotal monogame est gaulois, celtique, il a été conservé par l’Église catholique. Au XIXe siècle, avec l’accession au pouvoir de la bourgeoisie, notamment protestante, il y a eu une dégradation du droit des femmes qui sont devenues mineures dans le mariage, car les protestants régressaient vers les lois et usages juifs de l’Ancien Testament.

                        Et d’ailleurs Jeanne d’Arc n’était pas noble, quoiqu’en disent certains auteurs qui en font la batarde d’un prince.


                      • sylviadandrieux 10 mars 15:10

                        Raconter du « Jeanne d’Arc » le 8 mars ! L’ imagination ne vous fait guère défaut ! Que raconterez-vous le 8 mai ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès