• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Filer un mauvais coton

Filer un mauvais coton

​ 

À trop tirer sur l’élastique

 

Le temps est venu de se voiler la face sans trop chercher à comprendre de quoi il en retourne. La diversité des masques posés sur nos faces de carême n’est pas sans étonner l’observateur attentif qui reste malgré tout les yeux ouverts dans ce carnaval généralisé. Avançons donc dans ce maquis de protections hétéroclites pour tenter de tirer le fil de cette histoire.

Tout a commencé, il est vrai, par une pénurie savamment dissimulée par une somptueuse série de mensonges, d’arguties éculées et de volte-faces. La nation devait poser un voile sur la vérité tandis que l’on finissait par nous avouer que les stocks de masques s’étaient mystérieusement envolés. L’explication était somme toute assez logique car ils avaient été constitués pour une menace de grippe aviaire…

 

Puis vint enfin l’appel aux petites mains. Prenez du fil et une aiguille, en référence à une expression aux conséquences souvent désastreuses afin de fabriquer vous-même ce que l’état ne peut vous fournir. C’est alors que sont sortis des placards torchons et serviettes dans un joyeux mélange, pourvu qu’ils soient en coton, pour réaliser cette protection de tissu.

Nous revenions ainsi aux origines de l’expression : « Filer un mauvais coton ! ». Dès qu’un vêtement ou un linge commençait à boulocher, à montrer des signes de fatigue, il allait passer sous la coupe, pour retrouver une nouvelle existence susceptible de sauver des vies. Les couturières firent des merveilles à l’esthétique parfois contestable. La mode était née du masque personnalisé. La rue devint le théâtre du grand défilé de mode.

 

Dans le même temps, des protections professionnelles ont fait leur apparition. Le coton s’effilochait tandis que de solides masques de chantier semblaient placer une coquille de noix devant la figure de ceux qui s’en couvraient. Ce fut le grand signal de la course à l’armement. C’était à qui allait faire preuve de la plus grande imagination pour se constituer un bouclier facial.

Visières, heaumes moyenâgeux, niqab reconverti au risque de l’apostasie, cagoules il y a peu prohibées couvrirent à nouveau des têtes qui se payaient joyeusement la loi qui avait fait couler beaucoup d’encre. Le pays filait un mauvais coton, sa santé mentale en prenait un coup dans l’aile. Il n’en fallut pas plus pour voir le retour au gouvernement de dame Roselyne.

 

Le pays manquait d’air. La lassitude gagna les déguisés. C’est alors que surgirent de nouvelles manières de porter la chose. Le masque tombait sous un nez qui réclamait son droit à pointer le bout de son appendice hors de la chose. Ce fut le signal d’une lente descente aux enfers pour ce bout de tissu ou de matières composites puisque le bon peuple pouvait enfin s’équiper de masques chirurgicaux.

Petit à petit, l’élastique se tendit pour permettre le glissement sous le menton. C’est ainsi que le masque devint le réceptacle de toutes nos humeurs avant que de venir se reposer sur la face à l’approche d’une escouade répressive. Quand le danger était passé, beaucoup retrouvèrent alors l’expression ancienne et méconnue « Jeter un mauvais coton » qui signifiait alors qu’on avait des ennuis de santé. Pour illustrer à merveille cet idiome, des imbéciles, des malotrus jetèrent l’insupportable compagnon dans le caniveau.

 

C’est toute la planète qui filera à son tour un mauvais coton. La pollution s’ajoutera à la pandémie, l’incivisme à la stupidité ! Nous ignorons ce que deviendront ces monceaux de tissus imbibés de tous nos miasmes. Une autre manière de semer la mort parmi une faune qui n’avait rien demandé.

Les mots et les maux font bon ménage. La farce et la face jettent un voile sur cette société qui court à sa perte. Nous avons perdu le fil de la raison.

Masquaradement vôtre.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 10:10

    Bonjour Nabum, je lisais hier un livre de Luc Bigé (écrit en 1996) sur les conjonction de pluton et saturne qui rythmaient la constitution du bébé ISRAEL. Il cite comme dattes marquantes : 1851-1883-1914-1947-1982  et 2020. Nous y sommes. Il dit aussi que la conjonction est liée à un état d’agoraphobie (Israel n’est pas plus grande que la Beelgique et doit se défendre de tous les côté pour survivre,...). Quelle pré VOYANCE. il ne parlair pas de COVID,... mais le co-VIDE est bien d’actualité. L’angoisse vis à vis de l’autre. Nous sommes chacun un peu comme ISRAEL. En « état » individuel de survie. J’ai aussi appris qu’ISRAEL signifie : celui qui lutte avec DIEU. 

    Jacob lutte avec Dieu - son nom est changé en Israël


    • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 11:03

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      à titre personnel je n’évoque jamais Israël

      C’est plus prudent


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 11:49

      @C’est Nabum C’était aussi une manière d’imager l’« AGORAPHOBIE » qui gagne l’inconscient collectif.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 12:01

      Ancienne tisserande je sais l’importance de ce qui fait lien. Ne parle-t-on pas de tissu social. Mais quand la pièce est mal tissée, le mieux est encore de tout recommencer, en choisissant un fil de meilleure nature. Et la qualité se construit rarement dans des contacts de caractère médiocre (mieux vaut être seul que mal accompagné). Et la solitude qui commence comme soleil est encore la meilleure façon de concentrer notre lumière intérieure. Avec un bon livre on n’est jamais seul. Merci pour vos écrits.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 12:04

      je viens de remarquer mon lapsus calami : dattes pour date. 


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 12:15

      Et d’ailleurs, le masque en lin (lien) est meilleurs. Il chauffe moins vite et laisse respirer. Avec le coton on est à la bourre


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 13:05

      Ne pas confondre agoraphobie et ochlophobie. Agora, c’est la peur des grands espaces, l’ochlophobie, c’est la peur de la foule, d’être oppressé. La peur de la maladie et de mourir est la nosophobie (peur de mourir). La peur de l’étranger est la xénophobie.Ce qui est intéressant c’est que xéno signifie à la fois étranger et hôte. Ce qui signifie en fait que la xénophobie est la peur de se reconnaître dans l’autre...


    • Super Cochon 17 septembre 22:32

      .
      .
      Le chiffre des morts du Covid donné par le Gouvernement est FAUX ! 
      .
      .
      Le Professeur Toussaint nous informe que L’Institut National des Études Démographique divise par deux le nombre de décès dû au Covid (voir plus) , les véritables chiffres sont de 12 000 à 15 000 victimes du virus , et non pas 30 000 morts comme essaie de le faire croire le Système Politico-Médiatique .
      .
      .

      VIDEO — à partir de 22,28 minutes
      .
      https://www.youtube.com/watch?time_continue=1383&v=413PqjIMNWQ&feature=emb_title
      .
      .
      .


    • Super Cochon 17 septembre 22:37

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      .
      .
      Selon le Nouveau Testament , Dieu maudit le Peuple Juif !

      .

      Selon le Nouveau Testament , les Juifs ne sont plus le Peuple Élu de Dieu car ils se sont rendu coupable d’avoir persécuter et TUER le Christ , cet héritage est maintenant donné à une nouvelle NATION qui se trouve être la fille ainée de l’église car le a dit Seigneur :

      .

      — Mathieu — chapitre 21 , verset 43-46 ....... « le royaume de Dieu vous sera enlevé , et sera donné à une NATION qui en rendra les fruits. »

       

      — 1 Thessaloniciens — Chapitre 2 , verset 14-16 ....... « Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu , et QUI SONT ENNEMIS DE TOUS LES HOMMES , nous empêchant de parler aux païens pour qu’ils soient sauvés, en sorte qu’ils ne cessent de mettre le comble à leurs péchés. Mais la colère a fini par les atteindre. »

      .
      .
      .



    • Super Cochon 17 septembre 22:38

      .
      .
      Amérique - Le Lobby PRO-israélien qui manipule la politique américaine
      .
      .

      VIDÉO — Documentaire — durée 50 minutes
      .

      https://www.youtube.com/watch?v=p9lICmOQgZM

      .
      .
      .


    • Super Cochon 17 septembre 22:39

      .
      .

      — HISTOIRE de la LICRA .... par Anne Kling
      .

      .
      VIDEO — durée 27 minutes
      .
      https://www.youtube.com/watch?v=Czu_gZ5ejls

      .
      .
      .


    • Ruut Ruut 17 septembre 10:21

      coin coin.

      Une société de canards, remplaçons le premier A de Canard par un O.....


      • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 11:04

        Un canard en queue de pie.
        Cacophonie et cancanage

          Un gentil canard, palmé comme il se doit, se mit dans la tête de diriger un orchestre à mille cordes. On ne mesure jamais les dégâts que font certaines paroles de chanson dans des esprits simples. Pour réaliser son rêve, le palmipède se dota d’une queue de pie, pensant bien naïvement que l’habit faisait le faucon pèlerin à défaut de moine. Pour la baguette, son bec plat ferait bien l’affaire, c’est du moins ainsi qu’il comptait mener la troupe.

          Il arriva de sa démarche claudicante quand derrière les pupitres, un clarinettiste narquois s’écria : « Ça nous fait une belle jambe, il a un rhume de hanche ». La remarque eut son effet et le pauvre animal sentit qu’il lui faudrait reprendre en main au plus vite cette troupe dissipée. Mais voilà, à l’impossible nul n’est tenu, le canard en la matière était fort dépourvu.

          Il passa outre et réclama le silence quand un rossignol émit un bémol : « Je suis plus qualifié que vous pour prendre la direction. Mon ramage est connu de tous tandis que le vôtre a fâcheuse réputation ! » Les musiciens prirent partie, les uns pour le chef, les autres pour le dissident. La cacophonie menaçait dans les travées quand un colibri vint éteindre la querelle de quelques gouttes d’eau.

          Les esprits calmés, la question du répertoire se posa à tous. Les uns voulaient des marches, les autres des symphonies, certains réclamaient des concertos quand beaucoup penchaient pour une petite ballade. Le canard n’entendait rien à toutes ces classifications, il réclama un petit air pour se faire une idée … Les oiseaux siffleurs lui volèrent dans les plumes, le tintamarre reprit de plus belle.

          Comment leur couper le bec ? La question s’imposait au chef menacé de sédition. Le temps allait lui manquer pour réaliser son rêve. Il se résolut à prendre une clef qui traînait sur le sol. Il voulut la glisser dans une serrure pour remonter le temps. La chose s’avérait impossible, la fuite inexorable du temps s’imposa à lui. Une cane blanche vint à son secours, prenant les oiseaux à témoin, elle leur demanda de suivre aveuglement son ami et de cesser toutes querelles dans l’instant.

          Un accord se fit, hélas il était mineur. Le canard le voulait majeur quand un rouge gorge fut pris d’une quinte de toux. Ce fut le signal de la débandade. Les oiseaux s’envolèrent de toutes parts, laissant le canard et sa cane seuls devant la fosse d’orchestre. Au loin, un coq chanta, un chien aboya, un âne hennit. Rien de mélodieux hélas dans ce réveil de la nature. Un urbain, nouveau résident dans le pays, ouvrit ses volets en colère. Tout ce bruit lui était intolérable.

          La reprise de l’économie avait coupé le sifflet des oiseaux, il convenait de bâillonner les autres animaux. Sans plus tarder, il saisit la justice pour obtenir son droit au silence. Les juges lui accordèrent une oreille bienveillante, c’était un député de la majorité qui venait d’acquérir une belle propriété en bordure de forêt. Le canard fut condamné au bannissement, le coq se retrouva juché sur un clocher et figé à tout jamais dans le plomb, le chien reçut une muselière et l’âne fut copieusement bastonné.

          La sentence déplut au fier ongulé qui d’un fabuleux coup de sabot botta les fesses de l’irascible plaignant et des juges complaisants. Devant ce spectacle plaisant, tous les oiseaux du point du jour revinrent à tire d’aile pour chanter l’amour de la nature. Le canard réhabilité promit de ne plus jamais se mettre de telles sornettes en tête, il rendit sa queue à la pie. Le coq retrouva la terre ferme, le chien profita de sa nouvelle liberté pour mordre le mollet des hommes en robe. Quant à l’âne, il se fit un plaisir de raconter cette histoire sans queue ni tête.

          Stupidement sien.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 10:22

        1851 (bélier) : premier village agricole dans la Palestine turque-1883 (gémeaux) : l’Hébreu comme langue officielle-1914 (cancer) 1ère guerre mondiale - 1947 (Lion) naissance de l’ETAT d’Israel. 1982 i(Balance) invasion israélienne au Liban.  2020 (capricorne-la castration)......... Fliess l’ami de Freud associait le NEZ à l’organe sexuel masculin.  Il n’avait pas tout à fait tort en fait. PINOCCHIO.


        • Francis Francis 17 septembre 10:32

          Le masque est le symbole de notre servitude volontaire.

           

          Le masque est un confinement individuel. Tous les confinements sont mortifères.

           

          Pourquoi les virus « aérosols » font-ils des dégâts en hiver et pas en été ? Simple question de bon sens : en hiver nous sommes confinés à cause du froid, et l’air des locaux confinés est rempli de particules aérosols contaminées. Nous sommes onfectés par de fortes charges virales, et tombons malades pour nous en défaire.

           

           En revanche, en été nous vivons au grand air, un air contenant de très faibles concentrations de virus, grands espaces obligent. Comme nous acquerrons l’immunité sous faible charge virale, les virus qui ne distinguent pas le froid du chaud, mutent pendant la belle saison pour tenter le coup la saison suivante.

           

           Pourquoi nous oblige-t-on à porter ces masques mortifères ?

           

          Peut-être parce que les fabricants de vaccins ne veulent pas qu’il mute, afin que leurs vaccins n’aient pas comme d’hab, une guerre de retard ?

           


          • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 11:04

            @Francis

            Merci


          • Francis Francis 17 septembre 12:25

            @Ruut
             
             cette courbe est sciemment trompeuse, comme toute la com de pemile pacem


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 15:17

            Je pense que le monde évoluerait plus vite si au lieu d’écrire partout : LABEL BIO. On écrivait : c’est de la me..e sur tous ce qui est de mauvaise qualité.


            • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 15:29

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              C’est évident


            • Le421 Le421 18 septembre 10:02

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Surtout que l’appellation « bio » a été détournée par le marketing.
              J’ai bien vu à un moment de l’eau minérale « 0% matières grasses » !!
              Sans déconner...


            • juluch juluch 17 septembre 15:24

              Une mascarade masquée façon venise, mais en moins beau.


              • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 15:29

                @juluch

                Nettement moins beau c’est sûr


              • Septime Sévère 17 septembre 18:32

                @ Nabum

                .

                De peur d’être tenté de le commenter je n’ai pas lu votre article. 

                Je souhaite attirer votre attention sur celui de Daniel Martin de ce jour. Nous y apprenons que les incendies de forêt détruisent dans le monde 1350 mètres carrés de bois par seconde. 

                En sorte que l’aviatrice qui s’écrasant dans son Jodel a mis le feu autour d’elle sur cinq mille mètres carrés ne compte que pour 4 secondes de destruction ! 4 secondes par rapport à une année entière !

                Alors ? Réconcilié avec les aéro-clubs ? 


                • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 19:34

                  @Septime Sévère

                  Chut


                • I.A. 17 septembre 20:28

                  La vérité sortirait de la bouche des Nabums ?

                  Bien écrite, donc agréable à lire.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 18 septembre 07:12

                    @I.A.

                    Je n’ai pour seule prétention de décrire mes impressions

                    La vérité c’est bien trop complexe pour un bonimenteur


                  • Occitan Occitan 18 septembre 07:01

                    C’est Nabum,

                    Avec ce titre « à trop tirer sur l’élastique », j’ai cru un instant que vous parliez de Grivaux !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité