• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > France Télécom Bonjour !!

France Télécom Bonjour !!

Didier Lombard a été mis en examen la semaine dernière pour harcèlement moral.

Pour ceux qui l’auraient déjà oublié, Didier Lombard était le Big Boss de France Télécom.

Espérons que le jury sera clément avec ce grand chef d’entreprise et saura prendre en compte son enfance difficile.

En effet, alors qu’il était encore en culottes courtes (confectionnées dans la cave familiale par ses copains d’école chinois) le petit Didier montrait déjà des signes évidents de ce que les spécialistes appellent aujourd’hui ‘Psychopathie managériale’.

A l’école, dès le CE2, il dénonce au rectorat, les instituteurs trop cléments pour les retards des élèves, il propose de raccourcir de 70 % les récréations, et il demande à supprimer le goûter de 4h afin d’améliorer la productivité du groupe scolaire.

Les murs de sa chambre sont couverts de posters de Jean-Marie Messier et de Ernest-Antoine Sellière en tenue d’Adam, ces deux philosophes deviendront ses guides spirituels en matière d’humanisme et de philanthropie.

A 17 ans il fera d’ailleurs la connaissance de ce dernier dans une boîte échangiste (Une boite réservée aux cadres supérieurs où l’on s’échange les cartes de visite et où on mate fiévreusement les courbes de croissance des femmes d’affaire) Ce soir-là il feront l’amour dans un terrain vague mais rien de concret ne ressortira de cette OPA.

Souffrant d’une forme rare de grave allergie aux jours fériés, il se couvre de pustules tous les 8 mai et rentre dans une sorte de transe apoplectique chaque veille de lundi de pentecôte, il se transforme alors en manager-garou en poussant des hurlements horribles et poursuit les personnes en congé maladie dans les rues.

Il s’est fait tatouer sur le biceps gauche ‘Un bon syndicaliste est un syndicaliste mort’ et est également l’auteur de deux ouvrages remarquables : « Le licenciement dans la joie : Clé de voûte de l’entreprise moderne. » ainsi que « Les employés ont-ils une âme ? » qui reçut le prix Nobel du Management Supérieur décernée par le G20.

Mais cet homme a également un grand cœur, il a adopté 4 petits ordinateurs portables Taïwanais et a financé la construction d’un monument gigantesque en l’honneur de l’inventeur de la pointeuse horodatrice (Qu’il collectionne affectueusement).

Voilà, devant un tel parcours, on ne peut que s’indigner du traitement qui lui est infligé en ce moment, tout ça pour quelques suicides anodins de fonctionnaires pourtant pléthoriques.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • chapoutier 10 juillet 2012 11:27

    la privatisation de France Telecom a été un laboratoire de la casse et de la privatisation des services publics.
    les lombard, breton et michel bon n’ont été que les toutous obéissants des pouvoirs politiques aux ordres du capital financier. toutes les méthodes étaient bonnes pour bâillonner les syndicalistes trop anti-privatisation.

    le harcèlement érigé comme méthode managériale n’est pas de la seule responsabilité de lombart, ses prédécesseurs ont pas mal de suicidés à leur actif, rien que pour l’année 2000 ou 2001, environ 80 suicides à FT recensés au CHSCT national, on est très loin des 30 qui ont fait la une de l’actualité dernièrement.


    • Annie 10 juillet 2012 13:11

      Voici un commentaire écrit en 2009 à propos des suicides à FT, par quelqu’un appelé Ampère sur le site de Libération. J’espère qu’il ne m’en voudra pas de le reproduire mais ce commentaire est très intéressant

      "Un peu d’histoire que les internautes ne connaissent pas forcément.

      Lombard n’est qu’un lampiste qui de tout façon va partir en retraite.
      Il faut se souvenir qu’après les investissements hasardeux de Michel Bon, à la suite de l’effondrement de la bulle Internet c’est Breton qui a été nommé à la tête de France Telecom. Or Breton a emmené dans ses bagages Wenes et Barberot qui sont désormais Directeur pour la France et DRH respectivement. Breton a mis en place une vaste politique de restructuration pour récupérer du cash et désendetter la maison à tel point qu’on a vendu les voitures, les bâtiments et généralisé la sous-traitance. A la faveur d’un remaniement ministériel Breton devient ministre des finances et il doit abandonner la direction de France Telecom. L’homme es un fin calculateur, il sait bien que le poste qu’on lui offre n’est qu’un contrat à durée déterminée. Il prévoit donc son retour dans l’entreprise et met en place Lombard qui offre de nombreuses garanties. Tout d’abord c’est un personnage sans relief, plutôt bonhomme qui ne pourra pas faire un sale coup en douce. Ensuite, il est déjà âgé et devra rapidement partir en retraite. Enfin il connaît bien la maison, c’est un polytechnicien. Il apparaît a l’opposé des vendeurs de supermarché qui ont dirigé la boutique et qui, au passage, l’ont menée à la faillite. Le personnel pourrait donc être rassuré. Pour assurer ses arrières, Breton donne aussi les vrais pouvoirs à Louis-Pierre Wenes qui passe du poste de directeur des achats à celui de directeur France et son collègue Barberot se trouve conforté au poste de DRH. Ce scénario devait permettre à Breton de retrouver son poste après l’élection présidentielle de 2007. Sauf que Breton est une nouille en politique, il joue Villepin – Chirac contre Sarkozy et il perd. Non seulement il perd son poste de ministre mais en plus comme il n’est pas en odeur de sainteté et parce l’Etat est au conseil de France Telecom (et l’Etat c’est Sarko) il perd définitivement son fauteuil de PDG. On ne va pas le plaindre, il réussira peut-être en vendant des chaussettes sur les marchés mais franchement son passage à la tête du groupe n’a laissé que haine et désolation… A l’inverse de nos collègues disparus personne ne le pleure celui là.
      Lombard est donc resté PDG.
      A dire vrai je ne sais pas s’il a pris la grosse tête, lui qui depuis des dizaines d’années était resté dans l’ombre, mais une chose me parait certaine c’est qu’il s’est appuyé comme prévu sur Barberot et Wenes pour restructurer la maison. On pourrait même parler de restructuration permanente comme un mode de fornctionnement normal. Lombard traçait les grandes lignes du plan Next en s’inspirant de la technologie et les deux affidés de Breton se chargeaient de « motiver » le personnel. Mais le choix qui a été commis c’est celui du bâton plutôt que de la carotte. Il faut savoir qu’un fonctionnaire peut-être muté n’importe où pour raison service. Autrement dit si un poste de technicien disparaît à Marseille on peut très bien se voir proposer un poste identique à Lyon, voire très différent ailleurs. Le lecteur qui appartient à la maison sait très bien que des techniciens se sont retrouvés à vendre de la daube estampillée Orange sur des plateaux téléphoniques avec comme seule solution d’accepter ou de démissionner. A tous les petits malins qui crachent sur les fonctionnaires de Ft-Orange je leur souhaite le même destin arrivé à la cinquantaine… Il est évident qu’on ne peut pas démissionner, ne serait ce que parce le boulot est désormais rare et recherché. Les gens s’accrochent et ils craquent. Ce fut le cas sans aucun doute de notre collègue d’Annecy. Les chiens, il ne me vient pas d’autre mot, qui ont mise en œuvre avec brutalité ces restructurations en s’appuyant sur la faiblesse du statut de fonctionnaire qui est moins contraignant que le code du travail en matière de mobilité géographique ou fonctionnelle, ces chiens se sont Barberot et Wenes ! Si Lombard saute et qu’eux restent, il ne se passera rien. Il faut les dégager !
      «  Demain Ft-Orange ne sera pas comme avant » lance un brin solennel Lombard. Il serait bien inspiré de se taire parce au prochain suicide la violence risque de se déchainer et il ne fera pas bon aller faire l’humaniste désolé, le père de famille épleuré devant les collègues d’un suicidé de France Telecom"


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 10 juillet 2012 18:41

        France Telecom est l’exemple parfait du mélange des genres public/privé avec à sa tête un énarque, c’est à dire, une personne formée non pour manager, ni pour entreprendre, mais uniquement pour optimiser.

        Le résultat est ce que l’on sait : Dans une administration, l’humain n’est qu’un pion, et avec son status bâtard, France Telecom fonctionne toujours comme une administration.

        Il est urgent que l’état se désengage complètement de toutes ces activités qui ne relèvent pas de sa compétence. Il assurera ainsi mieux sa mission, qui est de protéger les individus.

        *** Pour couper le lien entre le monde de la finance et l’état : Votez Libéral ! ***


        • blablablietblabla espritsubversif 10 juillet 2012 18:44

          En plus je sais pas qui a dit à l’époque pour F.T « je veux un tueur » et bien ils l’ont eu leur killer.


          • BOBW BOBW 15 juillet 2012 15:19

            En tant que Responsable d’une entreprise ne devrait-il pas être poursuivi pour le délit de Non assistance de personne en danger ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires