• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Il a tempêté

Mais personne ne s’est embêté à l’écouter tant pesté. Pourtant l’odeur annonçait la catastrophe et les petits vents t’ont fait marrer. Quoi que le sujet soit excrément grave, ne tombons pas dans la scatologie.

Un homme a eu raison, non pas en météo, mais en politique. Et ce, contre vents et marées.

 Définition de l’expression : contre vents et marées. Cette expression qui date du début du XVIIe siècle est une métaphore qui symbolise la lutte contre les obstacles qui peuvent entraver un projet ou l'obstination de celui qui décide de mener une action à son terme, malgré les bâtons que certains lui glissent dans les roues, les peaux de banane que d'autres jettent sur son trajet ou plus simplement les problèmes qu'il peut rencontrer.

Sur l’échelle de vigilance de Météo-France, il y a quatre niveaux : 

NIVEAU 1 : Pas de vigilance particulière (vert)

NIVEAU 2 : Soyez attentif en cas d’activités sensible au risque météo. (jaune)

NIVEAU 3 : Soyer très vigilant (orange)

NIVEAU 4 : Une vigilance absolue s’impose (rouge)

En 2007, nous avions une Alerte Orange. Ce genre d’alerte prévient la population des risques pour l’humain et pour ses biens. Dans d'autres, les autorités vont les utiliser comme informations pour décider des mesures appropriées.

Pourtant les médias n’ont pas relayés l’information avec le sérieux nécessaire. Depuis, nous survivons dans les décombres de notre beau pays. Des pans entiers de notre économie s’écroulent chaque jour, des familles se retrouvent sans toit, les hôpitaux accueillent de plus en plus de nécessiteux. L’organisation du pays se désagrège. L’incivilité est une nouvelle forme de lutte pour la survie (crime et pillage) et l’enseignement passe au second plan.

Avant de rejoindre la préhistoire de la civilisation, celle ou l’homme n’est qu’un loup pour l’homme, il nous reste une dernière chance. N’écoutons pas que les distractions pour les cerveaux vides, informons nous sur les risques pour notre avenir et pour la survie de nos enfants et petits enfants.

Le ciel n’est pas que Bleu UMP ou Rose Socialiste, l’alerte Orange doit nous réveiller.

Le Béarnais (ce benêt) avait le premier fait une campagne en 2007 sur la thématique de la nécessaire réduction des déficits et des dangers de d’une dette devenue abyssale. Cinq ans après, la crise lui a donné raison et François Bayrou espère bien que les Français en tiendront compte au moment de mettre leur bulletin dans l’urne.

Parfois je me demande ce qui justifie ce rejet viscéral de ce qui n’est pas le fameux bipartisme. L’histoire et l’actualité nous prouve chaque jour que ces deux blocs travaillent uniquement pour eux, pas pour nous.

Pour le couler une fois de plus, la presse aux ordres, nous le présente seul sur le quai, son bateau de sauvetage enlisé dans les méandres marécageux de la politique. Il doit rejoindre un équipage de droite ou de gauche, seul planche de salut pour ce troublions du politiquent correct.

Roi des fous, mais jamais encore fou du Roi, ma prose est libre. Nullement inféodé, n’ayant rien à vous vendre, que chacun fasse son choix. 

Il existe une autre alerte : Vigicrues. Libre à nous de croire en cette solution, mais avant l’inondation (de mensonges) un gilet de sauvetage orange semble une solution plus sage.

Illustration : site www fr.dreamstime.com

  


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • La râleuse La râleuse 16 décembre 2011 14:34

    Bonjour (enfin, si j’ose dire) Papybom,

    « Le Béarnais (ce benêt) avait le premier fait une campagne en 2007 sur la thématique de la nécessaire réduction des déficits et des dangers de d’une dette devenue abyssale. »

    Comme quoi il n’était pas si benêt ce béarnais pour lequel j’avais voté.
    Dommage que la sauce béarnaise ait légèrement perdu de sa fraîcheur ces dernières années parce que la cuisine qui s’offre à nous pour 2012 m’apparaît indigeste dans son ensemble.
    J’ajouterai, puisque le sujet portait sur la météo, que la France m’apparaît comme une plage bretonne polluée par la marée noire après le passage taquin de Joachim.
    Cordialement,


    • easy easy 16 décembre 2011 14:57

      Si nous avons l’impression que la crise a quelque chose à voir avec l’européanisation -trop poussée ou au contraire insuffisamment accomplie- elle a en réalité bien plus à voir avec une décadence des valeurs morales qui se sont cristallisées autour du principe de l’endettement (privé et public, faut pas les opposer)

      Qu’un peuple soit circonscrit par un hexagone de 1000 km, par un continent pour par la Planète entière, à partir du moment où il trouve logique de jouir de bien aujourd’hui et de les payer plus tard, peut-être plus tard, peut-être par on ne sait qui, il est délirant et décadent.
      Tout juste, mais je pense que c’est déjà trop, pourrait-on admettre l’endettement privé et à très court terme. Au-delà de 3 ans de crédit et au-delà de 4% par an, on bascule dans une mentalité en « Après moi le déluge ».

      Et s’il y a un vieux sanglier qui n’a jamais versé dans l’endettement, c’est bien le bénêt de Béarnais.


      Ne nous reprochons pas d’avoir tous cru à la martingale de l’endettement. Nous avons succombé à la mécanique de l’entraînement collectif. Comment être hyper lucide et frugal lorsque des fortunes se font réellement sous nos yeux sur la base de l’endettement pyramidal ? Le plus sage d’entre nous ne pouvait que douter de sa sagesse tant le Monde flamboyait de ses Concordes.

      Mais aujourd’hui, d’abord les plus sages, ensuite les moins sages, tous, nous devrions admettre que nous avons déliré d’endettisme et nous regrouper autour de cette conviction douloureuse qu’il n’est logique de vivre que de ce qu’on peut produire de cash, à un an près (le cycle annuel des récoltes amène assez naturellement au crédit sur un an).


      • L'enfoiré L’enfoiré 16 décembre 2011 15:55

        Nous étions aussi avertis, mais il était dit que nous étions dans l’œil du cyclone et que c’est la France vendéenne qui allait « déguster ».
        Joachim nous a épargné en définitive.
        Partie remise.


        • Constant danslayreur 17 décembre 2011 12:47

          Bijour

          Il est très sérieux ce billet, c’est AV qui l’a mis en parodie ?


          • Papybom Papybom 17 décembre 2011 13:00

            Bonjour Constant danslayreur.

            Non, je suis le seul responsable du choix de la rubrique. Mais l’humour n’est pas une référence. Alors j’assume mes délires et si quelques nuages de vérités distillés sont remarqués, c’est un bonus.

            Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires