• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Ils nous font tourner en bourrique

Ils nous font tourner en bourrique

En direct de ma SEgpa

Courteline et Kafka sont dans un bateau …

Je viens d'en terminer avec les bulletins scolaires, cet exercice absurde dont on se demande quelle est sa logique puisque nous sommes sensés travailler sur des compétences qui rendent caduques les odieuses notes. Mais voyez-vous, au pays de Courteline, l'hydre administrative n'est jamais rassasiée de demandes contradictoires, de travaux inutiles et de tâches absconses.

Reprenons calmement et tentons une explication rationnelle pour essayer d'être compris par des esprits non pervertis par la stupidité de notre système. Les directives ministérielles sont formelles, nous devons remplir des petites cases avec un manichéisme qui ne doit exister que dans notre bonne maison. Un élève a acquis ou n'a pas acquis une compétence. Il n'y a pas de juste milieu ni d'autre possibilité. C'est le miracle de la cérémonie des prix, on remet à vie un certificat de maîtrise de la langue à celui-ci quand on le refuse à cet autre !

Pourtant dans le même temps, la note, cette sanction absurde et dénuée de sens demeure la seule référence reconnue par nos chers logiciels qui vont permettre d'orienter les élèves suivant des systèmes complexes de péréquation et de modération des écarts entre les systèmes de notation d'un professeur et d'un établissement à un autre. Vous continuez à me suivre ?

La note est encore l'outil qui permet de comparer, de calculer la moyenne, de juger et d'encourager ou bien de tancer les élèves au sein d'une même classe lors d'un conseil éponyme. Bien souvent, l'appréciation finale du chef d'établissement ne se fonde que sur cet outil qui ne devrait plus exister. Au pays de Descartes, on s'arrache les cheveux.

Donc, le professeur doit noter tout en évaluant. Il doit user du fouet tout en promettant la carotte. Il y perd son latin et sa crédibilité. D'autant plus lorsqu'il travaille dans l'enseignement spécialisé où la note est toujours positive pour encourager l'élève et rester dans une logique de réactivation des savoirs. Pour ce faire, il ne note pas les uns et les autres selon les mêmes critères, demandant plus à celle-ci et beaucoup moins à celui-ci !

Mais au bout du compte, l'ordinateur central va tout avaler selon le même barème, se moquant éperdument du contexte et des variables internes. J'ai renoncé depuis belle lurette à expliquer à mes chers supérieurs que la note ne veut rien dire dans de telles conditions. La machinerie administrative se moque de la réalité comme de sa dernière chemise à soufflets...

J'espère que vous n'avez pas décroché. J'en ai donc terminé de cette étape laborieuse sans pouvoir compenser l'effet réducteur de la note par un long commentaire. Les signes me sont comptés, je ne peux détailler tout à loisir les conditions et les observations. Nous sommes dans un monde rationnel où la communication tue la réalité. Il me faut donc faire court, ce qui n'a jamais été mon fort !

Pour faire plus court encore, on me demande dans le même temps de remplir les livrets de compétences, de faire des croix quand les compétences sont acquises. Je livre à la vacuité absolue ce travail que personne ne lira et dont tout le monde se moque. Nous savons tous qu'au moment de l'examen, de toute manière, il faudra se montrer généreux et compléter les cases manquantes. Sinon, vous savez, les statistiques ne seraient pas bonnes ….

Pour achever le pauvre enseignant qui aurait sans doute beaucoup mieux à faire que des bilans inutiles pour une administration gourmande à l'excès de formulaires dignes du centralisme démocratique, on me demande encore de remplir une fiche bilan, sans fournir d'ailleurs la moindre explication, sur un format A5 miséreux, avec trois cases à remplir : Savoir, Savoir-faire, Savoir-Être avec pour compléter le tableau une rubrique complémentaire : « Observations particulières ».

Tout ce joli fatras va s'entasser dans un bureau, dormir dans un classeur sans que personne ne le lise. C'est du grand n'importe quoi, de la dispersion d'énergie, du harcèlement textuel, de l'humour noir et parfaitement involontaire. Rien de ce qui est écrit n'est assez précis pour donner un vrai portrait de l'élève et d'ailleurs tout le monde s'en fiche parmi les furieux qui nous demandent ce travail. C'est Kafka au pays du Mammouth, c'est le requiem de l'éducation nationale qui pendant que le navire sombre, demande à son équipage de remplir des fiches et des cases sans s'occuper des passagers à la dérive.

Titaniquement vôtre

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 25 juin 2013 11:33

    Quel talent, le boni-pas-menteur-du-tout !
    Quel désastre !
    Bon courage pour ramer à contre-courant !


    • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2013 11:43

      ZEn


      Pas de talent
      Ce sont les circonstances qui sont si fortes qu’elles forcent la plume !

    • tf1Goupie 25 juin 2013 12:06

      Je ne comprends pas comment vous considérez une note comme « une sanction absurde et dénuée de sens » ?
      Que proposez-vous pour évaluer, mesurer ?

      On peut remettre en cause les barêmes et la manière dont la notation est exploitée, éventuellement manipulée.

      Mais jusque-là, même si c’est un outil imparfait, je trouve qu’il est utile et en général assez révélateur.
      Et la majorité des systèmes l’utilisent, ce n’est pas une « absurdité française ».


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2013 12:13

        tf1Goupie


        L’absurdité française est de réclamer désormais des cases pour finalement demander au bout du parcours des notes !

        Les notes sont toujours individuelles quand dans la vie réelle, beaucoup de travaux sont collectifs. IL faut penser autrement ...

        C’est ce que j’ai voulu dire et vue votre réaction, je l’ai fort mal dit. Ce n’est d’ailleurs pas étonnant, vous n’êtes jamais d’accord avec moi ...

      • tf1Goupie 25 juin 2013 12:41

        Quand vous dites : « la note, cette sanction absurde et dénuée de sens », c’est assez explicite, ça laisse peu de place à l’interprétation il me semble.

        Je suis effectivement rarement d’accord avec votre manière assez systématique de critiquer de fond en comble le système scolaire, en associant des jugements sociaux et politiques assez représentatifs d’un système de pensée courant chez nombre d’enseignants.

        Vous-même dites souvent que l’éducation n’est pas simple, alors il faut etre tolérant envers les enfants, mais également tolérant avec les adultes qui essaient d’organiser le système.

        Car penser autrement c’est bien, mais vous proposez quoi ?


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2013 13:50

        TF1Goupie


        Il n’y a pas à réflechir bien longtemps. des modèles alternatifs existent.

        Si je suis si critique c’est que ceux qui pensent le système actuel le font en ce mettant entièrement au service d’un modèle social et économique lié au capitalisme.

        L’enseignement doit échapper aux lois de la rentabilité et du marché. La culture, l’imagination, la capacité à inventer sont des données qui ne rentrent pas dans ce domaine.

        À vouloir se mettre au service d’une idéologie, l’école perd son âme 

      • tf1Goupie 25 juin 2013 14:40

        @Nabum,

        Quand vous dites : « le système actuel le font en ce mettant entièrement au service d’un modèle social et économique lié au capitalisme. », vous êtes dans l’affirmation gratuite que rien ne confirme !
        Là c’est vous qui faite de l’ideologie, voire de la politique. Et c’est d’ailleurs bien ce que je vous reproche : vous avez un comportement éducatif qui n’est pas neutre.

        C’est comme dire que « L’enseignement doit échapper aux lois de la rentabilité et du marché » c’est de l’ideologie pure et ce n’est pas très « raisonnable » de la part de quelqu’un qui porte la connaissance :
        D’abord l’éducation ne peut être dissociée de la notion économique, à moins que vous-même ne travaillez gratuitement et ayez aussi du plaisir à voir vos élèves au chomâge.

        Enfin c’est très facile de dire que dire que des modèles alternatifs existe, sans même les évoquer !
        N’importe qui peut s’amuser à ça.

        @ Selena,
         La note n’a rien à voir avec la compétition, c’est l’utilisation qu’on en fait qui peut créer la compétition.
        Votre commentaire n’est pas vraiment réaliste. Une éducation nationale naïve et immature ne m’intéresse pas.

        @ Démosthène :
        Caca prout !! (et encore je fais un effort).


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2013 14:58

        TF1Goupie


        Mais c’est normal d’opposer à des mesures structement de nature politique des convictions également politiques.

        Que voulez vous faire contre ça ?

        Votre point de vue est également idéologique sinon il n’aurait aucun sens !

        Ce n’est pas pour autant que je fais de la politique en classe mon cher. La politique est toujours un gros mot quand elle vient d’idées qui ne sont pas les siennes ...

      • tf1Goupie 25 juin 2013 15:28

        Non, ça c’est votre conviction, ou bien votre volonté, d’y voir de la politique.

        Quelle confiance peut-on faire à votre regard de pédagogue s’il est à ce point polarisé par vos arrières-pensées politiques/ideologiques ?
        où est le recul là-dedans ?


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2013 16:05

        TF1Groupie


        Dénoncez-moi Je suis un pédagogue dangeruex qui agit par conviction quand tant d’autres viennent pointer et demander leu du en fin de moi.

        La motivation vous ennuie quand elle ne va pas dans votre sens.

        Je suis certain qu’on vous écoutera et qu’on me brûlera ! 

      • tf1Goupie 25 juin 2013 19:33

        Il y a aussi ceux qui ont pour conviction le bien des enfants et pas leur gri-gri politique.

        Parce que des gens « motivés » qui bloquent toute avancée pour des motifs ideologiques y en a plein les syndicats et ils font parfois partie de ceux qui n’aident pas à l’amélioration du système.

        Sont-ils alors plus utiles que ceux qui viennent juste toucher leur paient à la fin du mois, ?
        ça reste à voir ?

        Mais moi le capitalisme ou le communisme sont des outils qui me servent assez peu dans ma reflexion pédagogique.


      • tf1Goupie 25 juin 2013 19:44

        @ Selena,

        Bien sûr que l’école n’est absolument pas indispensable pour apprendre.

        Et la plupart des Prix Nobel n’ont aucunement besoin de bons professeurs : au départ ils ont des qualités exceptionnelles qui leur permettent d’apprendre très bien par eux-même.
        L’école est surtout utile pour des élèves « normaux ».
        Donc votre argument est relativement pauvre, voire indécent.

        Quant à vos fadaises sur la soif de pouvoir ou autre, ça montre que vous n’aimez pas la connaissance.

        Une pratique professionnelle, qu’il s’agisse d’éduquer des enfants ou de cultiver des plantes, ou de construire des vaisseaux spatiaux, a besoin de méthodes et d’indicateurs.

        La note qu’elle soit chiffrée, soit une lettre, ou une couleur est un indicateur, aussi imparfait soit-il.
        On a besoin d’indicateurs quand on gère des centaines (prof), des milliers (école) des millions (pays ) d’élèves.
        Les notes, comme les statistiques, sont des outils qui bien sûr peuvent également être mal utilisés.

        Mais un professeur qui n’aime pas les outils n’a pas grand chose à faire une classe.


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2013 13:53

        SelenaOndirignee


        Merci beaucoup

        Ce texte est réjouissant ! Je le copie !

      • béatrice 27 juin 2013 18:38

        J’ADORE !


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2013 13:54

        Selena


        Que l’eur importe de nous donner des moins alorsqu’eux ne proposent jamais rien ?

        Est-ce de la jalousie ?

      • TSS 25 juin 2013 21:04

        Le premier point c’est l’arnaque des rythmes scolaires qui ne sont absolument pas faits pour

        les enfants mais pour les parents

        quand j’etais scolarisé ,il y a fort longtemps ,nous étions en vacances du 14 Juillet au 1er

        Octobre tout simplement parce que la France etant rurale cela correspondait au debut des

        moissons et la fin des travaux d’Automne aux champs .

        A l’heure actuelle nous avons des vacances en Janvier,Fev/Mars,Avril ,c’est la saison de ski

        heureux que nous ne soyons pas en Norvège !!

        Comme dans tout travail il faut commencer par la base ... !!


        • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2013 21:22

          TSS


          L’hypocrisie se poursuit en libérant le samedi pour permettre aux couples divorcés (la norme d’après les gens des ministères) de pouvoir s’occuper de leurs demis enfants.

          Et tout va ainsi pour quelques niches : ceux qui font du ski, ceux qui partent en vacances en location (semaine de vacances du vendredi au lundi obligatoirement même si les dates ne sont pas de nature à permettre aux enfants de se reposer.

          Le grand n’importe quoi est la règle !

        • Phi ka Sō Phi ka Sō 25 juin 2013 22:14

          Nabum

          « Au fond, je me donne des règles pour être totalement libre.
           »

          Auteur bien connu


        • C'est Nabum C’est Nabum 26 juin 2013 05:38

          Phi ka Sō


          Liberté j’écris ton Nom et je le souligne çà la règle ...

        • Phi ka Sō Phi ka Sō 26 juin 2013 18:12

          Nabum

          Demain peut-être alors, ce serait un jeudi dangereux, sombre annonce...
          Mais si vous dites ça comme celà, je ne saurais douter.
          Pour l’heure, 45 items se profilent sur un autre fil...


          • C'est Nabum C’est Nabum 27 juin 2013 06:24

             Phi ka Sō


            J’en suis ravi !

            Vous me ferez signe ...

          • Phi ka Sō Phi ka Sō 27 juin 2013 23:37

            Juste un signe avant coureur, sans courir.
            Je ne vous cache pas l’œuf loup depuis mon port d’attache.

            Le nom dans son non, semble refléter 16.
            Initie, hâle, comme vous l’avez fait homme,
            et que choise ire ! Le nom ou l’étroit ?
            L’être oui, cent doutes se fondent et soudent un.
            Un nom persiste au non de rien,
            mais ile iliatil un risque Formit  ?

            Vous savez, là j’enfante un que j’ai contre La. Jeu de là, sage est-ce ?
            Besoin, s’il en est, d’un conseil à l’autodeskision...
            Je m’en Ré, fer avoue, contrôle A, vide autre. Qu"1 porte,
            l’aime hors et vêle et d’eau nœud vie, d’une certaine façon,

            « Tout portrait se situe au confluent d’un rêve et d’une réalité. »

            Modèle commun signe, dont l’or As disait autre chose à propos du nom, mène où aillons le poids son... ...dans la mesure dupe aussi bleue.


          • C'est Nabum C’est Nabum 28 juin 2013 06:21

             Phi ka Sō


            Vous me faites tourner en barrique et mon vin sera vinaigre avant que de comprendre tout ceci ! 

          • Phi ka Sō Phi ka Sō 28 juin 2013 11:44

            Nabum

            Là n’était pas l’intention, juste un signe avant coureur.
            Le jeudi fut sans krach mais de plume retrouvée.
            Ni vinaigre ni eau, votre vin doit garder sa saveur.
            Vos connaissez trop ma lacune des travaux bâclés,
            alors je m’efforce d’y apporter une touche millésimée,
            quitte à m’assurer que la lagune ne soit vasée.

            Point d’humour noir ni blague à part,
            le vin se veut juste décanté.
            Surtout ne pas faire tourner ce vin de Loire,
            maintenant que le bouchon à décamper.

            D’autant que le vin en bourrique ou en barrique,
            ne donne pas une belle couronne une fois en verre,
            pas plus que s’il sort d’un cubis ou d’un bouchon en plastique.

            J’imagine le votre carafé, couler entre de jolis vers,
            je n’oserais donc le boire dans une théière.

            Un peu d’humour des plus sincère
            pour commencer cette journée,
            je ne doute pas que celui-ci fasse votre affaire,
            avant de trinquer à point nommé.

            A la bonne heure c’est bien plus chic,
            vu que le terrain n’est pas synthétique,

            quand bien même bien peu comprendrons,
            comprendra celui qui voudra.

            Votre esprit est assez fin loin d’être rond,
            mais jamais je ne dirais qu’il est à ses fins, cela va de soi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires