• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Je me défile…

Je me défile…

JPEG

 

Nous n'y verrez jamais ma bobine.

 

Les uns défilent et moi je me défile. Est-ce là manière singulière d'affirmer une différence que d'aucuns compareront à de la lâcheté ou de l'indifférence ? Je ne puis me résoudre pourtant à exprimer mon désaccord, ma colère ou bien mon indignation en marchant à la queue-leu-leu derrière des banderoles et des drapeaux tout en faisant grande vocifération.

Jamais je n'ai compris l'intérêt de ces manifestations qui viennent bloquer les braves gens qui n'y sont pour rien, ennuyer ceux qui partagent les mêmes tourments tout en laissant bien tranquilles dans leur palais les véritables responsables des injustices et de la grande catastrophe à venir. Il y a là une énigme qui me sidère.

J'ai le sentiment que la manifestation est un réflexe, pas nécessairement unitaire du reste, une forme païenne de la procession dans laquelle le calicot remplace le Saint tandis que le service d'ordre fait office de clergé. L'une et l'autre expression de la nature fondamentalement moutonnière de l'humanité trouvent leur apogée dans le défilé militaire, sorte de répétition générale pour la grande lessive finale.

Il semble que les syndicats tout comme les organisations politiques soient incapables de penser une autre forme d'expression, révélant ici leur formidable conservatisme en réalité. « Nous avons toujours fait ainsi, et nous ne voyons pas pourquoi changer notre fusil d'épaule ! ». Le fusil en question étant des plus pacifique fort heureusement, des grandes banderoles qui donnent à nos insoumis des allures de supporters de football.

Il y a sans doute une analogie entre les deux activités à une petite nuance prêt. Les sportifs restent assis tandis que les militants aiment à tourner en rond. Les drapeaux permettent dans les deux cas de se distinguer entre supporters différents, d'établir des groupes homogènes et structurés défendant des champions différents.

Je me défie de ce rituel qui ne me dit rien qui vaille. Non seulement la foule m'effraie, dans un stade ou bien entre la République et la Concorde mais plus encore, ses comportements me sont insupportables. Il y a toujours une étincelle qui va mettre le feu aux poudres, un prétexte artificiel, sollicité ou non, qui donnera le feu vert aux CRS pour venir se mêler à la fête. Ceci pour assurer une couverture médiatique à la chose tout en lui conférant ses lettres de noblesse.

Devant pareilles absurdités, je me défile. Vous ne verrez jamais ma bobine dans cette mascarade qui tient plus de la fête des fous que de la grande conjuration des indignés. Le grand combat pour sauver ce qui peut l'être encore ne passera jamais par ces batailles de chiffonniers qui vont comptabiliser les nombres de tête de bétail, les vitrines cassées et les voitures brûlées, les blessés, les mains arrachées et le temps d'antenne dans les chaînes d'information.

Tout ceci est dénué de sens et plus encore de raison, d'efficacité et de pertinence. Il y a une multitude de moyens d'action qui passe toutes par des techniques de guérillas, des actions plus ou moins individuelles de harcèlement, des expressions plus élaborées qui font entendre le message. Le défilé est à ce titre la forme la plus inaudible de la contestation.

Il est certain que c'est naturellement la seule qui permette aux leaders, aux têtes de gondoles, aux meneurs, de justifier leur position, de garder la tête du cortège et de sourire aux caméras. De ceux-là, il n'est rien à attendre, ils sont manifestants patentés, garants de l'immobilisme général et surtout les défenseurs d'un rapport de force confortant à jamais leur position.

Je ne me défile pas, je viens mettre un grand coup de pied dans la fourmilière. L'insoumission a besoin d'imagination, d'inventivité, de dérision, d'irrespect, de créativité et que sais-je encore. Les vieux clichés de l'opposition permanente et déclarée en préfecture sont totalement obsolètes.

À contre-tout.

PNG


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 4 mai 12:57

    Bande à part, sacrebleu ! c’est ma règle et j’y tiens.

    Dans les noms des partants on n’verra pas le mien.


    • C'est Nabum C’est Nabum 4 mai 13:36

      @Séraphin Lampion

      Nous voilà mis au ban de concert 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 4 mai 14:06

      @C’est Nabum

      Oui, et plus le morceau est long, plus le concert dure…


    • Gégène Gégène 4 mai 14:22

      Là ça va mieux, je me sentais un peu contre nature de pas aimer les processions !


      • zygzornifle zygzornifle 5 mai 09:57

        Je ne manifesterai plus a coté de la gauche bramante et des écolos chialeurs qui ont appelés a voter Macron, ce sont des faux culs et ils ont ainsi approuvés ses réformes anti sociales, ce ne sont que des collabos, comme on a connu il y a quelques décennies ....

        On devrait leur raser la tête a ces faux culs pour avoir copulés avec Macron ....


        • juluch juluch 9 mai 12:26

          ca me rappelle des souvenirs de syndicalistes....les manifs ou il fallait impérativement y être pour se faire voir des dirigeants syndicaux....

          On y retrouvé toujours les memes habitués des defilés....marrant....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité