• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > L’« Annus franciae », ou l’insignifiance de notre (...)

L’« Annus franciae », ou l’insignifiance de notre temps

A l'approche de Pâques, cette année un poisson d'avril, et alors qu'anciennement quelques chrétiens faisaient débuter l'année à cette date ... il n'est pas insensé de remarquer de quoi est faite l'« annus franciae », l'année française - et probablement européenne, voire euro-américaine. Mais restons modestes, et voyez cette parodie d'éternel retour à l'oeuvre « médiaconomique ». Chronologie.

 

A l'approche de Pâques. C'est évidemment l'heure de vendre des chocolats, où nos grandes enseignes vont placer judicieusement des lapins et autres oeufs, à des endroits statégiques (l'entrée) afin de vous rappeler à l'impératif de célébrer vaguement quelque chose dont on ne connaît pas l'origine, sauf judéo-chrétienne - et ça, c'est pénible, de toutes façons rares seront ceux à communier dans un lieu de culte le dimanche fatidique.

A ne pas oublier : les régimes miracles pour l'été, ça commence à urger.

 

Viennent les jours fériés de mai. Tout le monde réfléchit évidemment à voir si ça ne tombe pas le week-end (ô rage !), et de préférence un jeudi ou un mardi, afin de faire le pont vendredi ou lundi. C'est qu'un week-end prolongé ne fait jamais de mal, ou bien ? aussi ira-t-on peut-être au resto, ou dans une station de vacances - quand on en a les moyens - en regrettant à peine que « ces gens-là » doivent travailler quand même, dans l'hôtellerie-loisir-restauration. Heureusement ! ... Et puis tant pis pour le souvenir français.

A ne pas oublier : les régimes miracles pour l'été, ça urge vraiment.

 

Voici venir l'été. De deux choses l'une : on va vous serniner avec le bac philo dont personne n'a quelque chose à carrer. De loin en loin, une problématique fera réagir sommairement, et puis on l'oubliera.

Si vous n'avez pas entrepris de régime miracle à ce stade, vous êtes un·e looser·euse. Et puis, d'ailleurs, comment se fait-il que vous n'ayez pas déjà entrepris un bronzage ? ... ça sent la loose.

Chose importante : on vous serine évidemment, progressivement, avec des reportages sur les dangers du soleil, par contre il faut absolument vous présenter la météo des plages sous peu. Vigilance orange : c'est déjà dangereux !

On fera éventuellement un saut à la Fête de la Musique, histoire de prendre un bain de foule en ville, entre des groupes sympatiques qu'on ne veut pas connaître au-delà.

Ah et : c'est les soldes. Ruez-vous à l'entrée des magasins après avoir attendu toute la nuit pour être filmés et raillés par les téléspectateurs lambda. C'est important qu'on puisse se moquer de vous. Tout était prévu.

 

L'été, enfin. Le mois de juillet reste ouvré, parce que faut pas déconner. On glosera autour du défilé militaire du 14 juillet, tout en adorant le feu d'artifice. Par contre, en août, même à la Défense, c'est marre. Et qu'il fait chaud à Paris, bon sang, et puis la pollution : le mieux est de ne jamais lui trouver de solution, sinon on ne saura plus de quoi parler.

Dans l'idéal, un transport en commun réputé infaillible fait un accident. Les avions tiennent la palme, suivis des trains. Puis viennent les cars de colonie de vacances (enfoirés de chauffeurs qui ne respectent pas les pauses !). Avec un peu de chance, des vacanciers n'auront pas de chance, et on pourra parler de la mauvaise météo ou d'un autre accident.

Vigilance, aussi, aux incendies. Ca fait de belles images, et c'est toujours intéressant de voir des gens se plaindre, alors qu'on se dore la pillule à Biscarosse.A ce stade, une absence de bronzage est un péché contre l'espèce humaine - mais vigilance toujours, le cancer de la peau vous guette.

 

Fin de l'été. Qu'il est bon d'entendre parler des achats pour la rentrée. Pensez-y impérativement. Et puis, aussi, pensez aux réformes scolaires, on essaie un truc tout nouveau vous verrez - même si vous ne verrez rien.

Bah, vous vous rassurerez avec l'été indien, etc. De toutes façons i' a plus de saisons, et heureusement qu'on ne fait rien pour les préserver, sinon on ne pourrait pas s'en plaindre à la télé.

Remarquez, aussi, que le gouvernement se prépare, même s'il a fait passer en toute confidentialité des lois et autres ordonnances pendant vos vacances, et qu'il s'agit plus certainement de se donner des airs affectés, sérieux, prêts à travailler. C'est que, vous comprenez, « il faut bien montrer l'exemple » : on a une économie à faire tourner, sinon ça ne va pas.

 

Automne. Si Halloween n'existait pas entre les pays anglo-saxons, il aurait fallu l'inventer. Enfin, heureusement qu'on l'a importé, même si ça fonctionne couci-couça.

Mais d'abord, tout de même, un reste de noblesse : les vendanges, le vin nouveau, les noix, le lard. Ce n'est pas négligeable.

Reste qu'il est important de signaler rapidement la venue du père Noël. Par ailleurs, tous les pères sont plus ou moins détestés comme fatalement violeurs incestueux incapables de garder des enfants (en dehors des nouveaux pères, évidemment !) par contre, le père Noël, c'est pas pareil. Non, c'est pas pareil : les autres pères rapportent moins, surtout en période de chômage. Donc bon.

Vivent les illuminations de Noël ! sur des airs crooners droits tirés du music hall étasunien.

 

Hiver. Voilà, c'était déjà Noël, on ne sait pas comment on a pu acheter tout cela, d'autant plus qu'on ne savait pas comment faire plaisir, et que ça nous faisait tous suer, mais bon. Les plus habitués d'entre nous auront encore mis une crêche sous le sapin, sans plus la regarder après l'avoir entreposée, sachant qu'elle restera entreposée à la cave, en haut d'une armoire ou au grenier le restant de l'année. Les enfants se seront peut-être réjouis, et tant mieux, mais c'est bien tout. Bon : il faut bien les entraîner à faire comme nous, adultes.

Vient nouvel an, et au fait vous le fêtez où ? ... Si vous ne savez pas, peut-être - comme pour Noël - envisagerez-vous avec plus d'enthousiasme le suicide, rapport à une autre période de l'année. Il ne faut pas : vous savez bien que tous les gens heureux ont une pensée pour vous. C'est évident, puisqu'on en a évidemment pour les SDF : le froid arrive ! après un coup en octobre-novembre.

Et puis donc, bonne année, la galette c'est sûr - les rois mages, c'est quand même l'élément païen qui fait plaisir, dans la religion chrétienne ou ce qu'il nous en reste, surtout qu'un français sur six consulte de la voyance, etc.

Mais surtout : les soldes ! pardi. Il faut impérativement y claquer votre budget. C'est essentiel.

Bien entendu, tous les médias sont à l'affût de la neige, surtout dans les stations de ski. L'essentiel étant que Marseille et Paris se sentent bloquées par une fine pellicule, car i' a plus de saisons.

 

Le printemps approche. Et Pâques avec. Mais, aussi, les mouvements sociaux. Avec, notoirement, de gros plans sur la frange extrémiste en tout mouvement, et les complaintes des bons usagers, car faut pas déconner : c'est plus important que le fond du message.

Un peu comme le restant de l'année, quoi.

La belle insignifiance de l'« annus franciae », « annus europae » - et surtout « annus mundi ».

 

Pardon pour tout ce que j'ai omis. Aussi, voici un petit jeu : compléter ce calendrier dans les commentaires, et on se dit aux prochaines calendes.

C'est à vous.

 

(Image : vanité de Philippe de Champaigne)


Moyenne des avis sur cet article :  1.83/5   (23 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès