• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > L’exil fiscal de Johnny : rendez l’argent aux collectivités (...)

L’exil fiscal de Johnny : rendez l’argent aux collectivités locales !

L’impôt : l’acquitter tard fait mal.

Le titre de ce billet peut vous paraître incongru, mais lisez à cet égard l’article Hallyday, sur l’air de l’ingratitude publié par l’avocat Bruno Kern, Le Monde, édition datée du 23 décembre 2006, extrait : “Rappelons-nous : rien n’était trop beau pour la “tournée des stades”. Johnny a ainsi chanté en 2003 dans vingt-trois des plus beaux stades de football, dont vingt et un en France : sait-on qu’il a reçu, pour ce faire, plus de sept millions d’euros (7 millions €) payés, d’une manière ou d’une autre, par le contribuable de chacune des villes traversées ? [...] Alors, au moment où il décide de s’expatrier en Suisse, il serait peut être utile que les collectivités lui rappellent ce qu’elles lui ont généreusement versé sur des fonds publics...”

Pensez aussi à cette maxime de Jules Renard : "Si l’argent ne fait pas le bonheur, rendez-le !"

L’actualité budgétaire m’a donné l’idée de ce pastiche d’une chanson de Johnny :

Toute la vie il a chanté avec sa guitare
Parfois simplement au fond d’un vieux café
Ici bien peu de soleil, la Suisse... c’est mouillé
De France, les riches, patriotes, s’en vont ; lui va un’ nouvel’ fois se déclarer

C’est la dernière déclaration d’un contribuable blessé,
Etre là à Gstaadt (1) loin de Jean-François Copé,
Ce type bizarre qui ne veut jamais dégrever,
Tout ça n’est pas normal, la France : la quitter tard fait... mal

La France qui taff’ dur le soir mêm’ si c’est parfois au noir
Elle sourit mais Johnny, lui, a le blues,
On lui demande chaque année la même déclaration
La même déclaration qui est toute son histoire

Son dernier redressement traîne sur la table du jardin,
Le fisc empile tous ces contrats pour mieux les balayer
C’est toute une histoire qu’il voudrait oublier
Tout ça n’est pas normal, l’impôt : l’acquitter tard fait... mal (2)

Il y a pas si longtemps, pas très longtemps
Il raquait sans pouvoir s’en exonérer
Malgré les journées où il perdait sa vie
Pour voir arriver les polyvalents (3) quand venait la nuit

Sa femme il attend qu’elle se vête,
Qu’elle couvre son arrière-train avant qu’le dernier TGV
N’les emporte vers leur paradis helvète,
Tout ça n’est pas normal, la France : la quitter tard fait mal

Johnny a le moral et le portefeuille en berne (4)
L’impôt : l’acquitter tard fait mal

Michel Frontère

(libre adaptation d’après Etienne Roda-Gil - Tony Joe White de La Guitare fait mal [5])

Notes

(1) nom de la station de Suisse où Johnny a choisi de s’installer

(2) en cas de retard de paiement l’impôt peut être majoré de 10 %

(3) agent des impôts

(4) Gstaadt appartient au canton de Berne

(5) cette chanson a une longue histoire : en 1979, Claude Lemesle écrit Le Marché aux puces pour Joe Dassin, qui, la même année, part aux Etats-Unis enregistrer l’album Blue country ; parmi les musiciens qu’il rencontre figure Tony Joe White qui décide d’adapter Le Marché aux puces qui devient The Guitar don’t Lie ; dans la foulée Joe Dassin l’enregistre aussi, toujours en anglais. Enfin, en 1991, Etienne Roda-Gil traduit ce titre en français, La Guitare fait mal, pour Johnny Hallyday, qui le reprendra sur scène en 1992 à Bercy (décidément on n’en finit pas avec les impôts !) accompagné de Luther Allison un formidable bluesman américain disparu en 1997


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • mandrier 19 juillet 2007 12:45

    Il n’y a pas pire gaspilleur qu’une collectivité locale ! Vous le savez très bien !


    • Leonard 19 juillet 2007 13:00

      C’est debile ce truc !

      Ces collectivitees l’ont paye pour une prestation qu’il a donner. Tout le monde est carre les uns envers les autres, c’est quoi le probleme ?


      • nessoux 19 juillet 2007 14:32

        Autant jeter l’argent à la poubelle... Pauvre petit fonctionnaire territorial sans affectation cherche pognon. Organisons une collecte !


        • Garp Garp 19 juillet 2007 15:43

          « Sa femme il attend qu’elle se vête, »

          Je ne connaissais pas le verbe véter !! Ca ira si c’est pour la rime.


          • Avatar 19 juillet 2007 16:26

            Ca serait pas « vêtisse » par hasard ????

             smiley


          • Djanel 20 juillet 2007 00:21

            au subjonctif imparfait : vétussimasse. Comme ceci. Il aurait fallu que je me vétussimasse. C’est-y bon comme çà ?


          • Marc Bruxman 19 juillet 2007 20:37

            Ces collectivités l’ont payés pour jouer, il a joué !

            Il y a des tas de villes qui ne voient jamais un artiste car ce n’est pas forcément rentable pour un orga de s’y produire. Les raisons sont diverses : Parfois le stade de foot du coin a fait pression pour que la location du stade coute un prix exorbitant. Comme ca personne ne s’en sert. Parfois la ville est trop petite. Parfois c’est l’infrastructure du stade qui ne permet pas de monter la scéne rapidemnt. (La durée et le cout du montage varie beaucoup d’un stade à l’autre).

            Bref, la ville a utilisé son budget animation pour que Johnny se raméne. Et Johnny a certainement payé une fortune en charges sociales pour pouvoir monter et démonter ces scénes, payer les chauffeurs, la sécurité, etc, etc...

            Et vu que l’impot sur le revenu plus l’ISF ont du le traire a 70% je ne lui reprocherai pas d’être parti sous d’autres cieux. Il y a une différence entre de la solidarité et du racket.


            • karg se 19 juillet 2007 21:29

              70% de 8M... reste de quoi vivre quand même, il avait qu’a mieux placer sont argent qu’en moto, alcool, cocaïne, pension alimentaire pour ses ex femmes etc...


            • Barbathoustra Barbathoustra 19 juillet 2007 23:55

              70% d’impôts ? Il devrait commencer par changer de conseiller fiscal avant de se barrer en suisse.


            • Algunet 19 juillet 2007 20:51

              Cela me rapelle le soit disant « cadeau » fait aux riches avec le paquet fiscal... Ce n’est pas un cadeau, c’est juste que l’état pique moins d’argent aux riches... 70% du revenu cela devenait indécent et surtout contre productif (évasion de nos fortunes à l’étranger)... dans cet article on retrouve le même raisonnement.

              Pendant qu’on y est on pourrait réclamer aux footballers de haut niveau de « rendre à l’état » l’argent qu’ils ont gagné en jouant ! smiley


              • Battement d’elle 19 juillet 2007 22:54

                @avatar ....et il en rajoute encore une couche !


                • Michel Frontère Michel Frontere 19 juillet 2007 23:35

                  A Mandrier : « Il n’y a pas pire gaspilleur qu’une collectivité locale ! », mon expérience professionnelle m’a pourtant démontré le contraire : l’immense majorité des collectivités fait un gros effort sur son budget de fonctionnement de manière à pouvoir dégager un excédent suffisant pour équilibrer sa section d’investissement (ce que l’on appelle l’autofinancement, c’est-à-dire : excédent de fonctionnement - remboursement du capital de la dette) ;

                  A Marc Bruxman : votre argumentation est intéressante, et mérite d’être prise en compte ; disons que mon sentiment personnel c’est qu’une collectivité locale ne devrait pas intervenir dans l’équilibre financier d’un spectacle (hormis la mise à disposition à titre gracieux d’une salle) quand il atteint la dimension d’un concert comme celui de Johnny Hallyday ;

                  Quant aux “charges sociales” payées par le producteur de Johnny, Jean-Claude Camus, je préfère utiliser l’expression “cotisations sociales”, puisqu’il s’agit de produits pour les organismes de protection sociale ;

                  A Nessoux : que voulez-vous que je réponde à ce genre de propos ?


                  • joel 20 juillet 2007 01:25

                    Michel

                    juste une question débile, comme ça, en passant :

                    comment que ça se fait-il que les rond-points fleurissent tous les 100 mètres dans nos villes de provinces alors qu’il n’y a plus de bureaux d’études pour décider de leurs emplacement ? smiley

                    Damned ! encore un investissement. smiley


                  • mandrier 21 juillet 2007 10:08

                    Quand on examine par le détail,les dépenses d’une collectivité territoriale locale, on s’interroge trop souvent sur le sens de telle ou telle dépense : rond-points, bitumages, aménagement urbains, subventions multiples aux associations, embauches de personnels, achats divers d’équipements, etc.. Je ne parle même pas de l’efficience des organisations municipales !.... Ni de l’utilité ou non de l’empilement des couches organisationnelles ! Quand on examine encore les comptes administratifs, on ne peut que « rigoler » sur leur aspect cosmétique : tableaux comptables « en équilibre ».... Pas plus tard que cette semaine, dans un tableau à l’équilbre, apparaissait des emprunts sans lesquels le budget etait très fortement déficitaire... Des emprunts pour couvrir des déficits ! Ca me fait doucement rigoler ! et après on vous démontre doctement que les finances locales sont bien gérées car on a fait un gros emprunt, parcequ’on n’avait pas l’argent !....

                    Et le pire c’est lorsqu’il y a des SEM.... J’en connais quelques unes, et je connais leurs interactions.... Le plus souvent malfaisantes pour l’économie et les libertés publiques (services informatiques, société à vocation touristique, vidéo surveillances et mêmes milices privées....). Il est grand temps de mettre le hola, car il y a de très sérieuses dérives. Il y a trop de parasites et de commencaux qui tournent telles des guêpes autour des des collectivités territoriales (services de)s eaux, des ordures ménagères, des transports..... Je ne parle même pas de l’application du code des marchés publics , et des niveaux d’afacturation.... Quant aux « ASF » c’est encore pire....

                    Le résultat de cela c’est un appauvrissement des payeurs (citoyens) et un enrichissement indu des parasites !.... Et cela vous le savez très bien !

                    La Cour des comptes, et les cours régionales des comptes devraient être munies de pouvoir de coercition....


                  • lyago2003 lyago2003 19 juillet 2007 23:53

                    Quand on voit qu’un Sarko invite un autre éxilé fiscal le sieur polnareff de mes fesses.

                    Décidément l’argent rend fou.


                    • haddock 20 juillet 2007 08:00

                      Bonjour Monsieur Frontere ,

                      J’ ai plaisir de parler à un confrère ,

                      Comme vous je suis gradué en diplome ( remarquez le singulier ) en effet me rendant à un endroit pour être engagé , le recruteur lance ’ diplome ’ ? j’ ai pas perdu mes moyens , du tac au tac j’ ai répondu ’ plome ’

                      Transitoirement . .

                      Mille yéyés .


                      • Bof 20 juillet 2007 10:15

                        Après lecture de vos titres , et bien, les diplomes sont donnés par des gens qui ne sont pas dignes de les distribuer !!! Votre article indique qu’en France ,il y a un très grand problème avec les «  »experts « . Ils enseignent des connaissances qui sont à revoir de font en comble. Ils donnent »quitus« à des élèves qui feront parfois avec toute leur bonne conscience ce qui a été enseigné et le sort de la France devient ce qu’il est : >>la France est sans le sous << comme l’a clamé Monsieur Hollande . Ceci est arrivé en moins de trente ans car Le Général De Gaulle l’avait rendu avec des finances saines.Sous Pompidou l’état des finances de la France était équilibré. Les » SDF Belges « enrichissent ce pays comme aiment me le rappeler mes »amis de Belgique« , ils remplissent des rues entières maintenant ( SDF= Sans Difficultés Financières : chaque pays fait avec ses sdf !)mais, les sdf ont été chassés par les Français avec leurs prélèvements taxés sur des prélèvements qui étaient eux_mêmes imposés !!! Il faut quand même comprendre un jour que des  »fonctionnaires« se cachent derrière un état qui se conduit comme un monstre vis à vis des individus . Or, seuls les individus devraient être le soucis d’un état. En France, la veuve et l’orphelin ne sont plus défendus correctement et personne ne semble s’en soucier !! certainement pas les collectivités !!! Il en va de même pour ces personnes »casées« dans ces immeubles, sans aucune perspective d’avenir , certes vous payez zvec l’argent des autres des femmes de ménage pour éviter une contagion qui d’éventuelle devient possible ... mais, je ne suis pas fier de »mes" collectivités vous pouvez en être certain et encore moins de ceux qui ont prodigué de tels enseignements.


                        • Bof 20 juillet 2007 12:19

                          Après lecture de vos titres , et bien, les diplomes sont donnés par des gens qui ne sont pas dignes de les distribuer !!! Votre article indique qu’en France ,il y a un très grand problème avec les «  »experts « . Ils enseignent des connaissances qui sont à revoir de font en comble. Ils donnent »quitus« à des élèves qui feront parfois avec toute leur bonne conscience ce qui a été enseigné et le sort de la France devient ce qu’il est : >>la France est sans le sous << comme l’a clamé Monsieur Hollande . Ceci est arrivé en moins de trente ans car Le Général De Gaulle l’avait rendu avec des finances saines.Sous Pompidou l’état des finances de la France était équilibré. Les » SDF Belges « enrichissent ce pays comme aiment me le rappeler mes »amis de Belgique« , ils remplissent des rues entières maintenant ( SDF= Sans Difficultés Financières : chaque pays fait avec ses sdf !)mais, les sdf ont été chassés par les Français avec leurs prélèvements taxés sur des prélèvements qui étaient eux_mêmes imposés !!! Il faut quand même comprendre un jour que des  »fonctionnaires« se cachent derrière un état qui se conduit comme un monstre vis à vis des individus . Or, seuls les individus devraient être le soucis d’un état. En France, la veuve et l’orphelin ne sont plus défendus correctement et personne ne semble s’en soucier !! certainement pas les collectivités !!! Il en va de même pour ces personnes »casées« dans ces immeubles, sans aucune perspective d’avenir , certes vous payez zvec l’argent des autres des femmes de ménage pour éviter une contagion qui d’éventuelle devient possible ... mais, je ne suis pas fier de »mes" collectivités vous pouvez en être certain et encore moins de ceux qui ont prodigué de tels enseignements.


                          • moebius 21 juillet 2007 00:57

                            Johnny c’est cadeau du maire avec nos sous ? merci monsieur le maire ceux qui détestent johnny vont voter pour toi


                            • aanuk 21 juillet 2007 11:03

                              L’auteur de l’article se plaint de 7 millions d’euros que Johnny a touché en faisant des prestations. Mais que dire d’ici (suisse) de ce personnage qui aurait eu un revenu de 14 millions d’euros l’année dernière et qui est taxé sur ce revenu comme éxilé (réfugié) fiscal à la somme impressionnante de 300’000 euros avec comme seul devoir de rester 6 mois et 1 jour sans travailler. Le pauvre, il doit être vraiment très fatigué. Le pire c’est que si un suisse gagnait cette somme il devrait payer 4,2 millions d’euros. Tout le monde est perdant dans cette histoire. Alors SVP amis français, faites que Sarko passe sa loi sur le bouclier fiscal comme cela vous pourrez reprendre ce demandeur d’asile économique qui n’est pas obligatoirement le bienvenu ici.


                              • perlin 22 juillet 2007 05:50

                                @ AANUK

                                Bien vu le Suisse. Dans cette histoire qui commencait à tourner franco-française, ça fait plaisir d’avoir l’avis d’un autre concerné. Vous nous rappelez que les Suisses ont aussi leurs problèmes et que surtout ils n’ont pas invité notre « Jauni »

                                Bon, ceci dit, si vous décidez de revoir votre règlement fiscal à la hausse pour les réfugiés économiques, on ne s’en plaindra pas. Promis, juré.


                              • moebius 21 juillet 2007 23:26

                                Trés bien comme vous voulez, on va essayer de le refiler aux monégasques, on a une offre interessante


                                • Michel Frontère Michel Frontere 22 juillet 2007 16:28

                                  Je souhaite répondre à Mandrier qui a écrit, je cite : « Pas plus tard que cette semaine, dans un tableau à l’équilbre, apparaissait des emprunts sans lesquels le budget etait très fortement déficitaire... Des emprunts pour couvrir des déficits ! Ca me fait doucement rigoler ! et après on vous démontre doctement que les finances locales sont bien gérées car on a fait un gros emprunt, parcequ’on n’avait pas l’argent !.... ».

                                  La plupart des communes n’ont pas vraiment de trésorerie (d’argent disponible à court terme) ; d’ailleurs quel intérêt de disposer d’une trésorerie pléthorique alors que la loi oblige les communes à déposer leurs fonds auprès du Trésor Public qui ne les rémunère pas, ou très faiblement ?

                                  D’où parfois des difficultés conjoncturelles à faire face aux dépenses courantes.

                                  Pour autant, l’emprunt fait partie des recettes auxquelles les collectivités peuvent recourir. En période de taux faibles comme il y a un an cela peut être intéressant. Il ne s’agit pas de recourir à l’emprunt pour couvrir des déficits mais d’équilibrer un budget - la loi en fait l’obligation aux communes - avec des recettes extérieures qui viennent en complément des subventions de l’Etat ou des autres collectivités locales et, le cas échéant, de l’autofinancement (pour partie).

                                  Lorsqu’une commune décide de rénover son réseau d’adduction d’eau potable (directement ou via son fermier), elle a intérêt à emprunter et à rembourser l’emprunt sur une longue durée (20 ou 30 ans) en adéquation avec la durée de vie prévisible de l’investissement.

                                  Par contre emprunter pour rembourser des emprunts est à proscrire absolument (je distingue bien entendu le cas d’une renégociation de la dette destinée, elle, à diminuer le taux d’endettement).

                                  Je résume : 1/ les communes ont l’obligation de présenter leurs budgets en équilibre ; 2/ l’emprunt est l’une des recettes légales (ordinaires) auxquelles elles peuvent recourir ; 3/ l’emprunt est une recette affectée : il doit servir à payer des dépenses induites par l’investissement qu’il finance ; 4/ les maires, les élus, doivent veiller à garder un taux d’endettement raisonnable, en général de l’ordre de 25% des recettes de la section de fonctionnement (fiscalité locale, dotation de l’Etat, etc...).

                                  J’aimerais vous avoir convaincu, l’ai-je fait ?


                                  • mandrier 22 juillet 2007 20:23

                                    Je ne suis pas d’accord pour les emprunts même s’il s’agit d’un errement habituel. En effet, j’ai une très mauvaise impression de « cavalerie » ! Pourquoi ? Tout simplement si j’examine dix années successives de comptes administratifs en les examinant et en rapprochant les rubriques, et les articles, je vois très bien les ventilations justificatives d’emprunt.... Je ne suis pas du tout étonné après de l’ampleur de l’endettement global....


                                    • haddock 23 juillet 2007 08:29

                                      Sujet : L’économie expliquée simplement

                                      Supposons que tous les jours 10 hommes se retrouvent pour boire une bière et que l’addition se monte à 100 $ (normalement 10 $ chacun). S’ils payaient la note de la façon que l’on paye les impôts cela donnerait à peu près ceci : Les 4 premiers (les plus pauvres ?), ne paieraient rien. Le cinquième paierait 1 $. Le sixième paierait 3 $. Le septième paierait 7 $. Le huitième paierait 12 $. Le neuvième paierait 18 $. Le dernier (le plus riche ?) devrait payer 59 $.

                                      Ils décidèrent de procéder comme décrit. Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour pour boire leur bière et semblèrent assez contents de leur arrangement. Jusqu’au jour ou le tenancier les plaça devant un dilemme : __ Comme vous êtes de bons clients j’ai décidé de vous faire une remise de 20$. Vous ne payerez donc vos 10 bières que 80$ !

                                      Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu’ils auraient payé leurs taxes. Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais comment les six autres, (les clients payants), allaient diviser les 20$ de remise de façon équitable ?

                                      Ils réalisèrent que 20$ divisé par 6 faisaient 3,33$. Mais s’ils soustrayaient cette somme de leur partage alors le 5e et 6e homme devrait être payé pour boire leur bière. Le tenancier du bar suggéra qu’il serait équitable de réduire l’addition de chacun du même montant, donc il fit les calculs.

                                      Alors ? Le 5e homme, comme les 4 premiers ne paya plus rien. (Un pauvre de plus ?) Le 6e paya 2 $ au lieu de 3 (33% de réduction) Le 7e paya 5 $ au lieu de 7 (28% de réduction) Le 8e paya 9 $ au lieu de 12 (25% de réduction) Le 9e paya 14 $ au lieu de 18 (22% de réduction) Le 10e paya 49 $ au lieu de 59 $ (16% de réduction)

                                      Chacun des six « payants » paya moins qu’avant et les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement.

                                      Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie : __ J’ai seulement eu 1 $ sur les 20 $ de remise (dit le 6e) (il désigna le 10e) Lui il a eu 10 $. __ Ouais ! (dit le 5e) j’ai seulement eu 1 $ d’économie aussi ! __ C’est vrai ! (s’exclama le 7e) pourquoi aurait-il 10 $ alors que je n’en ai eu que 2 $ ? Le plus riche a eu le plus gros de la réduction !! __ Attendez une minute (cria le 1er homme à l’unisson) Nous quatre n’avons rien eu du tout nous. Le système exploite les pauvres !!!

                                      Les 9 hommes cernèrent le 10e et l’insultèrent !...

                                      La nuit suivante le 10e homme (le plus riche) ne vint pas. Les neuf autres s’assirent et burent leur bière sans lui. Mais quand vint le moment de payer leur note ils découvrirent quelque chose d’important : ils n’avaient pas assez d’argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l’addition.

                                      Et cela, garçons et filles, journalistes et collègues professeurs est le reflet de notre système d’imposition. Les gens qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d’une réduction de taxe.

                                      Taxez les plus fort, accusez-les d’être riches et ils risquent de ne plus se montrer désormais. En fait ils pourraient commencer à aller boire à l’étranger où l’atmosphère est, comment dire, plus amicale.

                                      Pour ceux qui ont compris, aucune explication n’est nécessaire.

                                      Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication n’est possible.

                                      Mille sabords


                                      • dperez dperez 23 juillet 2007 13:23

                                        C’est honteux les articles sur ce site nauséabond et de gauche. Johnny a-t-il volé les contribuables ? J’ai l’impression que oui d’après vous. C’est « un sale riche » comme dirait Hollande. Beurk !

                                        Johnny il a vendu des disques, il a fait des concerts, il s’est toujours battu pour avoir ce qu’il a, alors les jaloux comme vous, allez pointer à Emmaüs, le peu de riches qu’on a en France, vous voulez les faire fuire, vous voulez un pays de pauvres, bande de smicards incapables !


                                        • dperez dperez 23 juillet 2007 16:52

                                          C’est la quantité d’argent qui vous donne des boutons au visage ? Vous êtes jaloux de son pactole mais vous êtes pas jaloux du travail qu’il a fourni tous les jours pendant des décénies pour y arriver. C’est toujours la même histoire, on est jaloux des autres mais pas de leur travail. C’est un riche qui doit cracher dans le bassinet. Bravo la mentalité ! Putain... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires