• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > L’infarctus et les flatulences !

L’infarctus et les flatulences !

Certains hygiénistes, écolos, naturologues, zélateurs du mieux vivre et de la prévention brandissent en toute occasion des études scientifiques pour nous prouver que nous courons des risques en permanence avec la nourriture, les emballages, les pesticides, les jouets, le tabac, mais aussi avec les voisins, les jeunes, les émigrés et pourquoi pas la police, les enseignants et les pots de fleurs au balcon. Or, on ne publie jamais la totalité des études, leur méthodologie, les protocoles mis en oeuvre et les échantillons étudiés. On se contente souvent des conclusions, qui sorties de leurs contextes, peuvent être très aléatoires. Je pense pouvoir prouver que le lâcher de gaz intestinaux est prémonitoire de l’infarctus du myocarde si on me donne les moyens d’une étude se voulant scientifique.

Ce que je vais écrire, vous ne le trouverez dans aucune revue médicale française et encore moins anglo-saxonne, et pourtant, en investissant un peu de temps, d’énergie et de moyens sur ce thème, il est possible de prouver que les victimes d’infarctus ont plus souvent lâché un pet dans les deux heures précédant la crise que les représentants d’un échantillon moyen de la population française. Je vais m’efforcer de l’expliquer.

Prenons 1000 cas d’infarctus et interrogeons les malades une fois hospitalisés. Posons leur la question : « Avez vous eu des gaz dans les deux heures précédant la crise ? »

Je vais donner des pourcentages fictifs pour être plus explicite.

Nous pouvons obtenir :

- Oui : 42%

- Non : 25%

- Je ne me souviens pas : 28%

- Pas de réponse interprétable : 5%

Prenons ensuite un échantillon de la population, de plus de 50 ans, âge minimal de la majorité des infarctus. Posons la même question. Les résultats seront probablement :

- Oui : 22%

- Non : 38%

- Je ne me souviens pas : 33%

- Pas de réponse interprétable : 7%

Sans truquer les résultats, je peux avancer l’hypothèse que l’infarctus du myocarde est précédée de gaz intestinaux.

Que le pet est un signe avant-coureur de la maladie.

Comment j’en suis si sûr, même si je n’ai aucun support scientifique et médical connu allant dans le sens de cette hypothèse ?

Facile !

D’abord, les malades seront interrogés au calme par un médecin qui les mettra en confiance et respectera leur intimité.

Deuxièmement, quand un fait grave survient dans la vie d’un individu, cela entraîne une hypermnésie des événements qui ont eu lieu précédemment (sauf quelques rares cas d’amnésie rétrograde post traumatique, mais plus souvent retrouvée après un viol, une agression ou un accident avec perte de connaissance).

Troisièmement, les pets sont assez fréquents pour que statistiquement on en ait émis quelques-uns avant un infarctus.

Concernant l’échantillon pris dans la population, on peut obtenir aisément des résultats inverses en interrogeant les sujets de l’étude en public, sur le lieu de travail et en présence de tiers. La pudeur aidant, on aura moins de réponses positives. Si on utilise un ratio1 homme / 1 femme, les femmes avoueront moins facilement leur émission de gaz, or on sait que l’infarctus est plus fréquent chez l’homme. De plus, les personnes de plus de 50 ans ont moins tendance à valoriser le pet que des adolescents qui sont exclus de l’enquête (n’oublions pas que les malades de l’échantillon sont interrogés par un médecin qui peut plus facilement poser ce genre de question qu’un enquêteur de la SOFRES). Enfin, beaucoup ne se souviendront plus à une heure précise au cours d’une journée normale s’ils ont pété ou non.

Avec cette étude aux allures scientifiques, en publiant une vague méthodologie, je peux prouver un lien inexistant entre pet et infarctus ce qu’aucun chercheur n’a réussi à prouver jusqu’à ce jour. Pire, je peux utiliser cette enquête comme un support ayant tout du sérieux et publier des résultats qui seront confirmés par une autre étude avec un autre échantillon sans grand risque de contradiction si j’utilise une méthodologie similaire.

Après publication de ma pseudo analyse scientifique, il est certain que je vais créer un « vent de panique » chez tous les hommes de 50 ans et plus qui auront lâché un peu trop souvent des gaz, que je vais augmenter l’angoisse de la mort et in fine obtenir un résultat confirmant mon hypothèse par de vrais infarctus « a posteriori » si je peux me permettre ce rapprochement. Il est donc très facile de créer la panique en utilisant des arguments se voulant scientifiques, c’est hélas le rôle que joue une certaine presse et un groupe d’exaltés de la sécurité.

Mon propos est de montrer qu’avec des études tronquées et orientées vers le résultat escompté, on peut toujours obtenir ce que l’on veut prouver en se drapant dans une couverture scientifique souvent erronée. Ce que nous voyons de nos jours concernant les OGM, le réchauffement climatique, le tabagisme passif, les risques de grippe aviaire ou de maladie de la vache folle ressort souvent de ce genre de procédé. Il existe bien sûr des études sérieuses, mais on n’en publie que des fragments allant dans le sens recherché. La véritable information scientifique se trouve dans des publications du même nom, ce qui n’empêche qu’il s’y glisse quelquefois des erreurs de bonne foi, des manipulations et des résultats trop hâtifs.

Dans vulgarisation, il y a la racine vulgaire, il ne faut pas l’oublier. Ce que nous lisons dans la presse quotidienne, voyons au journal de 20 heures et encore plus au 13 heures de TF1 n’est souvent que fariboles du type de ma démonstration prise comme exemple en cet article. Tous ces Cassandre de la fin du monde, de l’hygiénisme forcené, du principe de précaution ne sont que des oiseaux de mauvais augure qui n’engendrent que la peur et attentent aux libertés, à la créativité et à la recherche, en un mot au progrès.

En suivant leur raisonnement, il faudrait interdire les géraniums en pots et encore plus en jardinières au balcon à partir du premier étage. En fait, par temps de grand vent, il est possible de recevoir des fleurs en pot sur le coin de la tronche. Et là, il existe au moins trois parades.

La première est d’interdire les fleurs au balcon, mais c’est s’exposer à la fureur des fleuristes. Attali a déjà excité les taxis, il ne faut pas exagérer. Autre solution, construire un petit toit au-dessus des premiers étages, on appelle ça canopée en anglais, cela a l’avantage de relancer le bâtiment et en plus, ça protège de la pluie ! On peut enfin obliger le port du casque par les piétons en ville.

Nous sommes de plus en plus envahis par les bonnes idées de ces professeurs Nimbus de la sécurité et de l’écologie qui veulent notre bien malgré nous et qui de fait nous rendent la vie impossible.

Quand va-t-on revenir à plus de sagesse ?

P.S. pour ceux qui souvent lisent trop vite et c’est souvent le cas sur ce forum !

Je me suis servi d’une supercherie pour démontrer qu’avec une approche pseudo scientifique, on peut prouver quasiment n’importe quoi !

Beaucoup ne s’en privent pas, mais n’avertissent pas leurs lecteurs ou leurs auditeurs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • jako jako 1er février 2008 11:34

    C’est bien tourné et bien raisonné merci


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 1er février 2008 11:52

      @l’auteur,

      Bonne ordonance. Vous devriez nous en faire plus souvent.


      • anamo 1er février 2008 12:34

        Une solution contre l’infarctus : pisser

        Ne dit-on pas "Petite pluie calme grand vent".


        • etonne 1er février 2008 13:03

          Vous trahissez un secret d’etat ! Mais vous avez raison. preuves :

          tous les médicaments mis sur le marché ont normalement été passés dans les moulinettes de l’évaluation et ont donc été reconnus OK. Or on constate depuis quelques temps des retraits intempestifs du marché (viox, Melagatran AstraZeneca® , Silomat (clobutinol), néfazodone etc...), après bien sur avoir récupéré un bon paquet de dollars). La question est : qui est responsable ? la statistique ou la méthodologie des essais . Par expérience professionnelle, je puis dire que c’est la seconde proposition qui est la bonne (pourquoi sinon les stat seraient fiables dans tous les autres domaines SAUF en médecine !).

          Ce phénomène des pseudo études sur de pseudo maladies a même donné lieu a un congrès sur les "mongering diseases" (promotion - au sens de création- de maladies pour vendre des médicaments)

          1) sur PUBMED (www.ncbi.nlm.nih.gov/sites/entrez ) 28 papiers interessants sur (mongering AND disease)

          2) Inaugural Conference on Disease Mongering
          April 11-13, 2006
          Newcastle, Australia
          www.diseasemongering.org

          3) une belle collection d’études sur les mongering diseases sur PLOS :

          collections.plos.org/plosmedicine/diseasemongering-2006.php

          4) un lien en français :

          ethicaceutic.wordpress.com/2007/04/02/disease-mongering-de-quoi-sera-fait-demain/

           


          • Adama Adama 1er février 2008 13:06

            Curieux article , au départ, je l’ai pris au sérieux !!

            Bravo et merci.


            • JoëlP JoëlP 1er février 2008 13:59

              Merci pour cette preuve scientifique de l’influence des pets sur les problèmes de coeur. Vous auriez d’ailleurs, dans la même élan pétomaniaque et moyennant une petite bourse de recherche supplémentaire, pu prouver très facilement l’influence des flatulences au lit sur la statistique des divorces.

              Il y a un autre truc qui m’agace, c’et quand on nous annonce tout à trac dans Yahoo actualités sciences, un truc du style : "Chute probable d’un météorite qui devrait partiellement détruire la terre dans les deux prochains milliard d’années."


              • geo63 1er février 2008 14:05

                Je suis en total accord avec cet article. Dans tous les domaines où il y a débat (souvent justifié) ce sont les scientifiques autoproclamés (naturologues...) qui sont les plus virulents et brandissent des arguments "scientifiques", comme si la "nature" était au service de l’homme.


                • Avatar 1er février 2008 18:13

                   Article nécessaire et bien écrit.

                  Utile pour ceux qui ignorent le danger des corrélations illusoires (Chapman, 1967).

                  Je me souviens de l’avoir appris pour la première fois (à la fac) d’un prof de Ψ sociale qui arrivait à démontrer que les cigognes apportaient les bébés en Alsace comme raconté dans les contes. En effet, les chiffres des naissances sur l’année montrait une hausse importante des naissances à la même saison que celle de la migration annuelle de ces grands oiseaux

                  "Bien souvent les gens exagèrent ou même inventent la fréquence des relations qui existent entre les événements qui se produisent ensemble. Par exemple : "c’est normal qu’il m’a parlé froidement, c’est un Nordique","à chaque fois que je lave ma voiture, il pleut dans l’heure" ,"les antibiotiques, ça fatigue"...etc....

                   

                  Merci et bravo pour votre démonstration,

                  Cordialement

                  Avatar.

                  Nous exagérons parfois tellement l’impact d’une cause probable que sa simple évocation peut aller bien au-delà du jugement et influencer directement nos comportements. C’est le cas de l’effet placebo qui désigne la légère amélioration (2) que produit un médicament qui ne contient pourtant aucune substance pharmacologique (farine, par exemple), mais qui a été présenté au malade comme un traitement réel. Si un tel médicament vous est prescrit, et même s’il ne contient que de l’eau (sans que vous le sachiez), il se pourrait fort bien que vous vous sentiez légèrement mieux. L’effet placebo repose sur une illusion de corrélation, car les sujets exagèrent la fréquence qui existe entre la prise d’un médicament et le fait de se sentir mieux, au point qu’ils se sentent eux-mêmes réellement mieux après la prise d’une poudre de perlimpinpin...

                  L’illusion que l’on peut entretenir entre nos croyances et nos propres comportements est attestée par l’expérience suivante :

                  Des chercheurs ont comparé trois groupes de personnes. Certains buvaient de la vodka-tonic, d’autres croyaient en boire, alors qu’il s’agissait en réalité d’eau gazeuse additionnée de jus de limette, et enfin un autre groupe n’absorbait que de l’eau gazeuse, en toute connaissance de cause (Marlatt et Rohsenow, 1 980).

                   

                  Les résultats furent surprenants. Les hommes qui croyaient avoir bu de l’alcool se comportèrent de façon beaucoup plus agressive que ceux qui n’avaient bu que de l’eau. Dans une autre expérience, les hommes et les femmes se disaient également davantage excités sexuellement (Abrams et Wilson, 1983).

                   

                  Ces personnes ont été victimes d’une illusion de corrélation. Ils ont surestimé la fréquence des comportements agressifs et sexuels lors de la prise d’alcool, au point de s’imaginer eux-mêmes dans ce cas-là, alors qu’ils ne buvaient que de l’eau..."

                  http://www.charlatans.info/correlations.shtml

                • Arno_ Arno_ 1er février 2008 14:07

                  Concernant les OGM, le tabagisme passif ou le rechauffement climatique, il me semble que vous tombez exactement dans ce que vous denoncez vous-meme.

                  En effet, si tant est que votre demonstration soit acceptable sur le plan logique - car il me semble qu’elle oublie un peu la correlation statistique lorsqu’on observe une serie de deux variables statistiques, il est un fait tres connu de tout scientifique qu’une correlation statistique n’entraine pas necessairement un lien direct de causalite - votre propos est de dire : "puisque j’ai demontre qu’une etude PEUT potentiellement etre faussee et orientee, alors elles le sont toutes necessairement".

                  Si l’on peut vous suivre, avec le simple bon sens, sur le fait que des etudes ou recherches puissent eventuellement orientees (volontairement ou non d’ailleurs, on sait que l’inconscient d’un chercheur a prouver son intuition peut le mener a faire des erreurs / approximations / oubli), je ne vois pas ce qui vous permet d’en deduire et de decreter de maniere peremptoire : "c’est donc la meme chose pour les OGM etc....". Je m’en tiendrais plutot a une position de scepticisme...

                  Le fait est qu’une erreur aussi grossiere d’interpretation d’une correlation statistique pourrait eventuellement etre le fait d’une personne ou d’une equipe de scientifique ayant eu le nez dans le guidon un peu trop longtemps... mais passerait plus difficilement la critique, le recul (tant sur la methode que les resultats) de plusieurs autres equipes de scientifiques tentant d’en verifier la veracite.

                  Ainsi, certaines theories scientifiques tiennent plus la route que d’autre, d’autant plus quand le temps et les faits leur donnent de plus en plus raison...


                  • Arno_ Arno_ 1er février 2008 14:26

                    Cela dit, j’approuve tout a fait cet article sur son fond : la caution scientifique est brandie de maniere bien frequente par certaines disciplines douteuses, sans pour autant que la demarche scientifique (description precise du protocole - verification de sa validite - repetibilite des resultats en utilisant le protocole une fois valide etc...) ne soit, elle, parfaitement suivie.

                    Sur ce point, nombreux sont ceux qui s’y sont casse les dents (homeopathie et autre truc-o-pathe...)

                    Et les medias s’engouffrent, comme a leur habitude, dans le sensationnel (sur ce point - rien de bien nouveau), le mystique...

                     


                  • Marc 1er février 2008 22:38

                    "puisque j’ai demontre qu’une etude PEUT potentiellement etre faussee et orientee, alors elles le sont toutes necessairement".

                    Voilà un procédé malheureusement fort utilisé dans les débats : interpréter un propos à sa manière et prétendre que cette interprétation exprime la pensée de l’auteur des propos. Monsieur Arno, pouvez vous, sans troncature, citer le passage de l’article de M. Yang où ce dernier prétendrait comme vous le dites que "TOUTES" les études sont nécessairement faussées. J’ai beau lire et relire l’article de M. Yang, je ne vois cette affirmation nulle part. Ce manichéisme consistant à "extrémiser" (pardon pour ce néologisme) systématiquement un propos qui n’est pas dans la droite ligne du politiquement correct, se généralise et fait recette. Ne pas oublier qu’entre le zéro et l’infini, il y a tout le domaine réel. Et l’on rencontre malheureusement de plus en plus d’argumentations ignorant le domaine réel, ne sachant opposer que l’infini au zéro et réciproquement. Différence n’est pas qu’opposition d’extrêmes.

                    A contrario, il est tout aussi regrettable d’opposer des résultats d’études tout aussi opaques quand à leur méthodologies et à leurs critères, pour cautionner certains produits, notamment dans le domaine médical. On en trouve une illustration dans le débat "vaccin hépatite B - Sclérose en plaques" qui ressurgit aujourd’hui. On oppose le fait qu’aucune étude n’a démontré de façon formelle de corrélation. Quelles études ? Menées par qui ? selon quels critères ? On donne l’information brute à l’opinion publique et puis ça s’arrête là. Je pense que le propos de M. Yang s’applique aussi bien pour dénoncer le principe de précaution que pour le soutenir.

                    Bravo M. Yang pour avoir osé, avec humour, mettre en évidence les écueils d’une vulgarisation habillée d’oripeaux pseudo-scientifiques, qui ne sont trop souvent que des instruments de manipulation du public.


                  • Arno_ Arno_ 2 février 2008 01:03

                    Remplacez le mot "TOUTE" par "celles qui arrangent Mr Yang".

                    N’esperez pas rendre le propos de Yang plus valide en pointant une exagération de ma part (que je reconnais volontier).

                    A votre tour faites preuve d’honneté intellectuelle : expliquez moi par quel enchainement logique Yang saute de sa démonstration sur les pets à une extension naturelle et évidente sur les OGM, pollution et réchauffement climatique. Ca doit être dans le "c’est comme pour...", un peu léger non ?

                    Il ne s’applique pas à lui même la conclusion de sa propre démonstration.


                  • Savignol 1er février 2008 14:07

                    Ce n’est pas une supercherie c’est une démonstration par l’exemple, avec un beau paradoxe à la clé.

                    Ce qui aurait été plus fort, c’aurait été de ne pas démontrer avec une approche pseudo scientifique qu’avec une approche pseudo scientifique on ne prouve rien.

                     


                    • Arno_ Arno_ 1er février 2008 14:32

                      Je ne vois pas ou est le paradoxe. On est quand meme plus proche de Lapalisse que de Zenon d’Elee : en substance cet article dit qu’en ne respectant pas une methode rigoureuse on peut se planter dans ses conclusions... je ne vois pas de paradoxe, mais plutot une evidence. 


                    • iomej 1er février 2008 14:30

                      Je confirme  : j’ai fait un infarctus et je me souviens avoir eu des flatulences pendant les deux heures qui on précédé. Depuis que je suis sorti de l’hôpital, cela a recommencé : les flatulences du moins !

                      A part ça, c’est vrai que l’on peut s’interroger sur la pertinence de certaines études et sur la validité du lien de cause à effet que les auteurs de ces études essaient de nous vendre. C’est particulièrement vrai dans le domaine du cancer à propos du quel on lit souvent n’importe quoi sur le lien entre l’absorption de telle ou telle substance et la survenue de tel cancer, sachant que de multiples facteurs peuvent interférer entre eux pour démultiplier les effets de la substance mise en cause ou l’annihiler.

                      Merci en tout cas pour ce papier. Je me suis bien marré en le lisant. Il a le mérite de nous rappeler qu’en toute chose il faut savoir raison garder et que tout ce qui est publié n’est pas parole d’évangile.


                      • eugène wermelinger eugène wermelinger 1er février 2008 14:49

                        "Un type ne sent mauvais que lorsqu’il a pèté"

                        Et en ces temps bénis on "pète plus haut que notre cul".

                        Conclusion : cela va pèter et ce sera l’infracture de toutes les carpes.

                        Pardon, je viens de me lâcher.

                        Vous reniflez ?


                        • snoopy86 1er février 2008 15:00

                          @ l’auteur

                          J’ai immédiatement contacté le syndicat professionnel des producteurs de flageolets qui a accepté de me financer une contre-étude .

                          Un résultat complémentaire étonnant : Il semblerait en première analyse que 88% des sujets mâles aient une érection dans la semaine qui suit l’ingestion de flageolets.


                          • Yohan Yohan 1er février 2008 15:10

                            Je me souviens d’une émission très sérieuse d’une heure sur le pet passée à France culture ou France Inter l’été dernier, je ne sais plus, écoutée en faisant de la route. Une chose est sûre, mes filles étaient mortes de rire, au bord de l’infarctus...

                            Si le pet est un symptôme, le rire qui l’entoure est un excellent remède à tout. 


                            • kiouty 1er février 2008 15:36

                              Jolie démonstration, pleine d’esprit et qui plaît à la majorité des lecteurs qui ont commenté, les français étant très sensibles à la réthorique et aux traits d’esprits subtils. Comme quoi, un peu de talent réthorique suffit à annihiler l’esprit critique des gens.

                              C’est assez désespérant. La forme prime sur le fond, même sur agoravox dit donc...

                              La dénonciation d’une certaine forme de manipulation qui est faite ici (et bien faite, et à juste titre, il n’y a rien à dire, à part saluer un talent d’écriture et de conscience du pseudo-scientisme et de ses dérives), cette dénonciation utilise elle-même la mianipulation en fin d’article, en flattant le côté "je-ne-me-fais-pas-avoir-comme-le-reste-du-troupeau-et-je-vois-clair-dans-leur-jeu", et ça passe comme une lettre à la poste.

                              Dire que "on peut prouver n’importe quoi avec une approche pseudo scientifique" n’entraîne pas forcément que le principe de précaution est a jeter à la poubelle ou que la volonté d’hygienisme est stupide et que la prudence est un frein au progrès.

                              On peut même se servir de cet argument pour dire l’inverse !!! En effet, ce n’est pas parce que les fabricants d’OGM nous montrent des études paraissant conclure que les OGM ne présentent pas de dangers que c’est vrai ! Idem pour le réchauffement climatique : ce n’est pas parce que les fabricants de 4x4 montrent des études qui prouvent qu’ils ne polluent que très peu et "dans la limite des normes internationales" que les 4x4 sont bons et qu’on peut les acheter sans se soucier de l’environnement.

                              Dénoncer le pseudo-scientisme, OUI, conclure sur l’inanité du principe de précaution, NON !

                              Il me fout en rogne cet article, et la majorité des commentaires encore plus. Pfffff.


                              • Arno_ Arno_ 1er février 2008 15:53

                                Le probleme de cet article est sa dualite :

                                Il denonce les pseudo-sciences, mais en usant d’une pseudo-demonstration que les pseudo-scientifiques eux-meme ne desavouraient pas (puisque fausse sur le plan statistique : correlation != causalite). En soit, je note l’erreur dans la demonstration (mais elle etait de pure forme humoristique de toute facon) et approuve la denonciation des pseudo-sciences.

                                Mais tout de suite apres, il s’en sert pour jeter le bebe avec l’eau du bain, en mettant dans le meme panier les etudes sur les OGM etc... ce que je n’approuve pas du tout, ne serait-ce que sur le plan logique (comme explique dans mon premier commentaire).

                                Du coup cet article se tire une balle dans le pied... mais reste drole pour ceux qui sauront cultiver le doute et la demarche scientifique...


                              • geko 1er février 2008 16:31

                                Même conclusion que Kiouty et Arno

                                Pour vous en convaincre il suffit de lire l’article précédent de l’auteur. Il utilise les mêmes procédés qu’il dénonce pour embrumer le lecteur sur le principe de précaution !


                              • Savignol 1er février 2008 17:09

                                Copieur !


                              • SciFi SciFi 1er février 2008 17:26

                                @Arno_

                                Bravo pour l’ensemble de vos interventions, l’article ayant suscité chez moi les mêmes réactions...en première lecture rapide de l’article.

                                MAIS : Je crois que l’auteur a vraiment bien mené sa démonstration. Relisez la fin de l’article :

                                "P.S. pour ceux qui souvent lisent trop vite et c’est souvent le cas sur ce forum ! Je me suis servi d’une supercherie pour démontrer qu’avec une approche pseudo scientifique, on peut prouver quasiment n’importe quoi"

                                 


                              • Georges Yang 1er février 2008 17:33

                                Dans le même sens , mais en plus sérieux, pour combattre les fanatiques sans support scientifique :

                                Concernant la chute de la mortalité sur la route. On veut nous faire croire que ce résultat est du à la répression, à l’alcootest, aux radars, au permis à point. Cela n’est vrai qu’à environ 20% ! Le reste est le fait de :

                                - L’amélioration du réseau routier (rond points, éclairage, asphaltage de qualité etc.…)

                                - L’amélioration des secours (ambulance, hélicoptère, matériel de réa, informatisation des secours etc.…) - Les progrès de la chirurgie des polytraumatisés, le matériel de réa, assistance respiratoire, cardiovasculaire etc.)

                                - Certains polytraumatisés comme les touristes étrangers rentre quelquefois chez eux avant de mourir alors qu’il y a30 ans ils mouraient chez nous

                                - Amélioration des véhicules, chassis, air bags, prime à la casse(intéret de relance de l’industrie automobile)

                                Il faut aussi tenir compte du fait qu’on peut comptabiliser les morts soit immédiatement sur la route, soit après 24 h ou 7 jours ou 1 mois et cela peut faire varier le total d’un certain pourcentage Enfin, on peut considérer non le nombre de morts mais celui des morts + les IPP à plus de 80% qui seraient décédés en 1972 et sont infirmes à vie aujourd’hui. En comptant tous ces facteurs, on peut extrapoler que la prévention répression, peur du gendarme a « sauvé » environ 2300 vies + ou 10%. Ce qui veut dire que sans les progrès cités, les chiffres de 1972 seraient en 2007 du niveau de 14000 et quelques ! La question se pose alors, doit on ou non emmerder les automobilistes pour un gain de 2300 vies dans un pays de 63 millions d’habitants ! Ce n’est pas à moi d’y répondre et en plus, je n’ai pas de véhicule !

                                Mais la réponse est avant tout fiscale Il en va de même pour le cancer, ou plutôt, les cancers qui sont tous très différents. Prenons l’exemple du fameux nuage de Tchernobyl qui aurait entraîné une explosion des cancers de la thyroïde. D’abord, il y a plusieurs types de tumeurs de la thyroïde, certaines ne sont pas dues aux radiations. Ensuite, certaines tumeurs sont d’évolution très lente et on peut mourir d’autre chose avant. Et puis, le dépistage est nettement meilleur depuis 30ans, donc on en diagnostique plus. C’est sans tenir compte de tous ces paramètres que certains veulent nous faire croire que la Corse est en train de crever à cause de cette pathologie d’après Tchernobyl. Je ne nie pas quelques cas, mais pas tous. On veut faire peur et AUSSI toucher des indemnités !


                              • geko 1er février 2008 17:34

                                Tiens sur l’article précédent de l’auteur , les compteurs des notations de commentaires sont remis à zéro ! J’y vois une corrélation avec l’objectivité de l’auteur mais cela ne démontre pas la relation causale


                              • Arno_ Arno_ 1er février 2008 17:57

                                @Kiouty

                                Effectivement, vous avez raison, ce qui annule une partie de mon commentaire : l’auteur était bien conscient de l’erreur de logique justement utilisée pour faire croire à un raisonnement valide (ca me rappelle le coup de la division par 0 qui mène à 1=2).


                              • maxim maxim 1er février 2008 16:24

                                il est fortement déconseillé de se retenir de péter ...

                                en effet,

                                les gaz s’accumulent ,grimpent le long de la colonne vertébrale,atteignent le cerveau ,et finissent par donner des idées de merde ......


                                • Savignol 1er février 2008 16:45

                                  Sauf que la démonstration proposée est elle-même pseudo scientifique. Reprend l’argumentaire du début avec les chiffres c’est à mourir de rire. J’aimerais savoir comment les gens qui n’ont pas eu d’infarctus peuvent répondre à la question ? Ca ne t’auras pas échappé.

                                  Ca y est ? tu vois le paradoxe ?


                                  • Georges Yang 1er février 2008 17:39

                                    Je n’ai peut-être pas été assez clair :

                                    La question à poser à l’échantillon témoin est bien sûr :

                                    Avez vous eu des gaz dans les deux heures précedant cette interview


                                  • Arno_ Arno_ 1er février 2008 17:53

                                    Non, toujours pas. La pseudo-étude proposée parle de 1000 cas de gens ayant eu un infarctus (sans pour autant, evidemment, en mourir). De toute facon, discuter des prémisses de la démonstration de ne sert à rien puisque le raisonnement est faux. L’auteur lui même parle de pseudo-démonstration, don’t act.

                                    Je penche de plus en plus pour l’inutilité de cette démonstration, fût-elle sur le ton humoristique, (en plus de son caractère statistiquement faux) : si la conclusion de tout ça est de dire qu’une méthode non valide amène à des resultats faux... bof...

                                    J’ai initialement plutôt ri de cette démonstration, avant de lire le passage sur "OGM etc..." ou je me suis dit qu’on essayé de tout mettre dans le même panier, ce qui me parait malhonnête.


                                  • Georges Yang 1er février 2008 18:04

                                    Si je n’avais pas pris le ton humoristique mais avais affirmé que le pet est un signe avant coureur d’infarctus, avec mes faux chiffres présentés avec bibliographie, je pense que beaucoup de ceux qui gobent tout ce qui s’écrit sur les OGM ? la pollution et le réchaufement climatique y aurait cru !

                                    Et puis, bien sûr, il y a des gens qui survivent à l’infarctus, on ne peut tout de même pas demander à ceux qui en sont morts s’ils avaient pété. Quoiqu’avec le spiritisme !


                                  • Arno_ Arno_ 1er février 2008 18:10

                                    Peu importe ce que pensent les gens ".

                                    Il m’importe plus de savoir et de distinguer ce qui est plausible de ce qui ne l’est pas, ce qui est sérieux de ce qui ne l’est pas.

                                    De grâce, arrêtez de mélanger vos histoires de pets ou le spiritisme, avec le rechauffement climatique et la pollution. Je crois que la qualité et la quantité des études à ces sujets n’est vraiment pas comparables.


                                  • logic 1er février 2008 16:46

                                    Eh oui c’est un peu comme la finance plus ils cherchent à raisonner et à echaffauder sur des bases hypothétiques ou aléatoires plus ils "s’emberlificotent" dans leur raisonnement essayant de nous faire croire qu’ils détiennent la clef du probléme Ca existe aussi en politique et le plus fort c’est qu’il y a tjtrs des gogos pour les écouter beatement

                                     pour ce qui des médecins , tant qu’ils n’auront pas compris que c’est le cerveau qui commandent nos organes et non l’inverse les vétérinaires seront meilleurs que eux


                                    • Takkie Cardie 1er février 2008 16:59

                                      Permettez......

                                      Compte-tenu de mon pseudo, je ne permettrais pas de faire de commentaires, mais, là, je me sens un peu sur la scellette....

                                      je vous envoie mes amitiés à tous, et, quand même, à l’auteur !...


                                      • Takkie Cardie 1er février 2008 17:01

                                        ....compte-tenu de mon pseudo.... et de mon grand âge !!!!!!

                                        Amitiés Takkie Cardie

                                         

                                         

                                         

                                         


                                      • Georges Yang 1er février 2008 18:33

                                        Dans le même sens mais en plus sérieux pour combattre les propagateurs de la peur et du sécuritarisme :

                                        Concernant la chute de la mortalité sur la route. On veut nous faire croire que ce résultat est du à la répression, à l’alcootest, aux radars, au permis à point. Cela n’est vrai qu’à environ 20% ! Le reste est le fait de :

                                        - L’amélioration du réseau routier (rond points, éclairage, asphaltage de qualité etc.…)

                                        - L’amélioration des secours (ambulance, hélicoptère, matériel de réa, informatisation des secours etc.…) - Les progrès de la chirurgie des polytraumatisés, le matériel de réa, assistance respiratoire, cardiovasculaire etc.)

                                        - Certains polytraumatisés comme les touristes étrangers rentre quelquefois chez eux avant de mourir alors qu’il y a 30 ans ils mouraient chez nous

                                        - Amélioration des véhicules, chassis, air bags, prime à la casse(intéret de relance de l’industrie automobile)

                                        Il faut aussi tenir compte du fait qu’on peut comptabiliser les morts soit immédiatement sur la route, soit après 24 h ou 7 jours ou 1 mois et cela peut faire varier le total d’un certain pourcentage Enfin, on peut considérer non le nombre de morts mais celui des morts + les IPP à plus de 80% qui seraient décédés en 1972 et sont infirmes à vie aujourd’hui. En comptant tous ces facteurs, on peut extrapoler que la prévention répression, peur du gendarme a « sauvé » environ 2300 vies + ou 10%. Ce qui veut dire que sans les progrès cités, les chiffres de 1972 seraient en 2007 du niveau de 14000 et quelques ! La question se pose alors, doit on ou non emmerder les automobilistes pour un gain de 2300 vies dans un pays de 63 millions d’habitants !

                                        Ce n’est pas à moi d’y répondre et en plus, je n’ai pas de véhicule ! Mais la réponse est avant tout fiscale , la sécurité routière fait rentrer de l’argent. Et puis, allez me dire quelrisque on fait courir en stationant sur un trottoir !

                                        Il en va de même pour le cancer, ou plutôt, les cancers qui sont tous très différents. Prenons l’exemple du fameux nuage de Tchernobyl qui aurait entraîné une explosion des cancers de la thyroïde. D’abord, il y a plusieurs types de tumeurs de la thyroïde, certaines ne sont pas dues aux radiations. Ensuite, certaines tumeurs sont d’évolution très lente et on peut mourir d’autre chose avant. Et puis, le dépistage est nettement meilleur depuis 30ans, donc on en diagnostique plus. C’est sans tenir compte de tous ces paramètres que certains veulent nous faire croire que la Corse est en train de crever à cause de cette pathologie d’après Tchernobyl. Je ne nie pas quelques cas, mais pas tous. On veut faire peur et AUSSI toucher des indemnités !


                                      • Arno_ Arno_ 1er février 2008 19:07

                                        Concernant les accidents de la route :

                                        Vous ne citez pas vos sources, mais admettons que vous ayez raison. J’imagine volontier que les effets d’annonce du gouvernement existent, et que nos politiques n’hésitent pas à s’attribuer plus que de raison des résultats en amélioration.

                                        Cela étant dit : 20% d’amélioration dûe à la répression, c’est toujours ca de pris et ca me parait même trés bon. De plus, d’aprés vous , vaut-il mieux :

                                        1. Que les gens continuent à avoir autant d’accidents qu’avant mais que, grâce à l’amélioration des soins et de la sécurité des voitures, ils ne se tuent finalement pas (voir ils se tuent mais pas chez nous).

                                        ou

                                        2. Que le nombre d’accidents diminuent quoiqu’il en soit et que cette raison deviennent la raison principale de la diminution des morts.

                                        Je ne suis absolument pas pour le répressif, mais je constate avec aigreur que c’est malheureusement la seule chose qui marche vraiment (comme pour le tabac d’ailleurs).

                                        En conséquence : que les soins et la sécurité des voitures s’améliorent, c’est bien, mais si l’on pouvait carrément éviter l’accident et la conduite dangeureuse, ca serait encore mieux. Et donc, si les radars et la répression sont le seul moyen d’y parvenir, j’en bouffe mon chapeau, mais tant pis...

                                        Je vous rejoins sur l’amélioration des infrastructures qu’il faudrait continuer... ainsi qu’une formation meilleure et surtout plus accessible financièrement.

                                        Autre point :

                                        Vous n’avez toujours pas répondu (mais rien de vous y oblige) à ma question de pure logique : qu’est-ce qui vous permet de penser que : "puisque certaines études sont fausses ou orientées, alors elles le sont toutes  ?"  (parce que c’est quand votre fond de commerce là)


                                      • Georges Yang 1er février 2008 19:30

                                        D’abord, cet article se voulait humoristique, tout en faisant passer un message.

                                        Non, je ne dis pas que TOUTES les études scientifiques sont fausses.

                                        Mais la vulgarisation, le fragmentaire, le sensatonnel priment sur le réel et le pondéré.

                                        Il y a des groupes de pseudo penseurs , dont certains influencent les décideurs, en jouant sur les peurs et le désir de ne plus prendre aucun risque, ce qui est à la fois impossible , mais aussi coûte très cher. Les industriels , les commerçants, les producteurs ne sont pas des philanthropes, quand on leur impose une mesure, une contrainte ils le répercutent sur le prix de revient et/ou sur les salariés. Le tout sécuritaire, le risque zéro, l’hygiénisme coûtent d’abord aux plus pauvres.

                                        C’est pourquoi il ne faut pas gober n’importe quel propos alarmiste et non fondé sur une véritable approche scientifique et laiser le temps aux spécialistes pour se prononcer. Dans certains cas il y a polémique, cela veut dire que rien est sûr et que le problème est complexe. Il faut donc attendre, ce que ne font pas les idéologues de la prévention à tout prix qui sont plus incantatoitres que crédibles.

                                        Et puis, on vit de mieux en mieux en France, même si les plus pauvres souffrent des inégalités en cas de crise économique.

                                        Mais je refuse de bêler avec les écolos, les naturologues, les Messie de l’Apocalypse

                                        La vie peut être belle, même si on peut l’améliorer

                                         


                                      • Sébastien Sébastien 1er février 2008 18:27

                                        J’ai bien ri, merci !

                                        Cela dit la ficelle est un peu grosse pour de vraies etudes scientifiques mais pour certains articles du site, je vous rejoins completement.


                                        • elric 1er février 2008 18:49

                                          Article qui a un ton humoristique et parodique,mais qui fait réflechir.On ne peut être que d’accord avec la conclusion :« avec une approche pseudo-scientifique,on peut prouver n’importe quoi ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires