• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > La baguette ou la miche
#56 des Tendances

La baguette ou la miche

Question de saveurs ou de valeurs ?

Un gentil député éminemment naïf qui en dépit des tourments qui agitent la nation continue malgré tout de soutenir indirectement le pouvoir en place, se lance dans une grande opération de communication afin de brouiller les pistes, occuper les plateaux et sans doute éviter de faire un four aux prochaines élections législatives. Son cheval de bataille : la baguette de pain qu’il entend élever au rang de patrimoine mondial de l’humanité.

On pourrait en rire, d’autant que cet homme sandwich de la Macronie en déliquescence est le pourfendeur officiel et toléré de la grande distribution. Un bouffon dans les rangs, ça permet toujours d’amuser le bon peuple tout en lui évitant de rester sur sa faim. On ne donnera pas un os à ronger aux râleurs mais une bonne baguette industrielle afin de les préparer au pain sec des prochaines gardes à vue.

L’homme profite de son exposition médiatique pour distribuer des miettes aux pigeons. C’est une intention louable, il continuera son opération de propagande en envoyant des croûtons aux oies et aux dindons, oubliant que ce n’est pas leur rendre service puisqu’ils sont granivores. C’est justement ce que souhaiterait faire le bon peuple : casser la graine au lieu de se la péter. Je n’emploie d’ailleurs pas ce verbe en pensant à ce député qui en la circonstance est parfaitement sincère.

Qu’il veuille élever la baguette au rang de trésor national sans s’affubler d’un béret me semble quelque peu cavalier et de plus c’est faire oubli de la véritable histoire du pain. La miche a précédé la baguette qui est l’expression même d’une nation qui bascula dans une autre époque. On devine qu’en bon libéral, notre législateur mitron pense devenir le chef d’orchestre d’une partition qu’il entend jouer sans fausse note.

Je perçois cependant tous les écueils qui l’attendent tant sa tendre baguette est le plus souvent incapable de supporter les variations du temps. Elle ramollit ou elle durcit, elle se fait insipide et sans coloration. La demande de la clientèle penche désormais vers ce fameux : « Pas trop cuit » qui sonne le glas des fours à bois. Encore heureux si elle ne provient pas d’un pâton congelé. La baguette est devenue magique dans toutes ces chaînes de boulangerie industrielle qui font leur beurre sans en mettre beaucoup dans leurs fadasses productions.

Est-ce ce que souhaite mettre en avant l’arpette qui pense qu’en agissant ainsi il sortira le pays du pétrin ? On peut lui faire crédit de sa crédulité alors que nous devrions attendre de lui la réhabilitation de la belle miche. Imaginez alors combien son combat prendrait de volume, obtiendrait l’adhésion de tous les gros bonnets, recevrait le soutien de Margot et de toutes les charmantes boulangères.

Oui, c’est la miche qu’il convient de mettre en avant, de porter sur son cœur auprès des instances internationales. La miche et rien d’autre, un cri de ralliement qui ferait de notre trublion la vedette des prochains débats de l’assemblée. Ils ne manqueraient d’être croustillants, de craquer sous la langue et d’avoir sous une croûte épaisse, une mie dense et goûteuse.

Allons mon cher Richard, ressaisissez-vous. Oubliez cette baguette, ce pain en forme de bâton dont il conviendrait d’éviter le retour. Elle fut un temps le symbole du sandwich avant que celui-ci se mette au triangle afin de démontrer sa dangerosité. Et puis j’y pense, il ne serait pas bon de faire une scène ni même un coup de sang à propos de pain, un exemple précédent incite à la prudence. Laissons donc notre ami le député s’agiter une baguette sous le bras. Je ne serai pas son Judas !

Michement sien.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Septime Sévère 16 septembre 10:03

    Attendons le commentaire astrologico-freudien de la Robe de Saphir qui établira un lien troublant entre baguette et braguette. 


    • Clocel Clocel 16 septembre 10:11

      @Septime Sévère

      Et les miches ! smiley


    • Gollum Gollum 16 septembre 10:23

      @Septime Sévère

      Et de la braguette aux miches il n’y a qu’un pas... smiley


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 septembre 12:59

      @Gollum et de la pigne de pin de Pinocchio qui se rallongeait pour des raisons que les contes pour enfants sage ne peuvent ouïr.... 


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 14:18

      @Septime Sévère

      Le gluten s’écoule


    • Loatse Loatse 16 septembre 10:28

      La miche est certes bonne, mais bordu, Nabum, j’ai encore la nostalgie de la baguette de mon enfance, de la place maubert (paris), croustillante (dorée à point) dehors et tendre dedans.... la meilleure que j’ai jamais mangé. introuvable ailleurs, soit carbo, soit blanche et bourrative, soit sèche comme si la mie s’était evaporée pendant la cuisson.

       Savez vous d’ou est venue l’idée de nous représenter nous français avec un bérêt, un camembert et une baguette sous le bras ????


      • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 14:19

        @Loatse

        Je vous laisse à votre nostalgie, elle est mienne également


      • zygzornifle zygzornifle 16 septembre 10:41

        Avec Macron c’est la baguette pour fouetter l’Amish ....


        • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 14:20

          @zygzornifle

          Macron n’est pas mon Amish, je ne compte pas partager le pain avec lui


        • juluch juluch 16 septembre 10:50

          Entre la miche de pain et les miches de la Boulangère...ma baguette hésite.....

          oups....pardon....je sors nabum....je sors... smiley


          • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 14:20

            @juluch

            Tant que la pâte lève ...

            Restez


          • Clocel Clocel 16 septembre 11:23

            Nabum, ça vous apprendra à nous tendre la verge ! smiley


            • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 14:20

              @Clocel

              J’en salive


            • Septime Sévère 16 septembre 11:58

              Bon, allez, au prochain article de Cenabum je ne commenterai pas (sauf si c’est sur le nucléaire, genre Loire empoisonnée par cinquante becquerels de tritium au litre, ou encore une charge contre les réacteurs graphite-gaz arrêtés depuis trente ans). 


              • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 14:21

                @Septime Sévère

                Chut


              • oncle archibald 16 septembre 12:12

                Pendant plusieurs années après la fin de la guerre 39/45 le prix du pain au kg était règlementé tandis que pour les baguettes dites « pain fantaisie » il était libre. Je revois la boulangère et sa balance sur le comptoir vérifiant que le pouids du « gros pain » de 1kg érait bien atteint sinon elle découpait un morceau dans une autre flute pour compléter les quelques dizaines de grammes qui parfois pouvaient manquer au « kilo de pain ».

                La baguette et la flute, respectivement 250 et 450 grammes « environ », c’était pour les bourges. Du pain un filet d’huile d’olive et quelques tomates du jardin restaient la base de l’alimentation pour les plus démunis. Et le pain quelle que soit sa forme et son poids était très bon.

                Maintenant il est quasiment impossible de manger du bon pain sans choisir dans les « rustique » ou « tradition » sur lesquels le boulanger se gave de bénéfices.

                Anecdote à ce sujet : sur un apéro offert par le maitre d’ouvrage à la fin d’un chantier ou nous avions complètement refait une vielle boulangerie, le boulanger avait très bien fait les choses : des boissons alcoolisées mais aussi des jus de fruits et du coca pour ceux qui ne boivent pas d’alcool, avec un tas d’amuse gueules salés qu’il avait confectionnés et les conversations allaient sur la marche de son commerce.

                Heureusement que j’ai les à cotés dit-il, les quiches, les pizzas, les sandwiches, les viennoiseries et les pâtisseries pour arriver à vivre parce que sur le pain on ne gagne rien. L’entrepreneur de gros œuvre lui répond : Monsieur mon grand père était boulanger, et je sais combien coutent la farine le sel et l’eau ...... en suivant il y eut un grand silence gêné d’un coté et amusé de l’autre avant que les conversations reprennent !


                • foufouille foufouille 16 septembre 12:27

                  @oncle archibald

                  certaines boulangeries étaient très crados sans wc ni eau courante et tu étais jeune ............

                  le gros pain pas cher existe toujours dans certaines boulangeries.


                • oncle archibald 16 septembre 13:02

                  @foufouille

                  Dans le village de ma grand-mère maternelle c’était plutot propre mais il n’y avait pas de séparation entre la zone de cuisson et la zone de vente qui s’opérait sur un comptoir en bois très rustique avec le « tiroir caisse » en dessous et l’indispensable balance au dessus ! Le gros four en briques réfractaires avec sa lourde porte en fonte montée sur un système à contrepoids pour être manipulée sans efforts étaient à vue des clients.

                  Les pains étaient mis dans des panières en osier à la sortie du four et quelques mères de famille attendaient avec impatience la sortie de la dernière fournée pour confier au boulanger le soin de leur faire cuire le repas dans le four qui restait très chaud pendant des heures ...

                  Certaines affirmaient que le cassoulet n’était vraiment bon que s’il avait cuit dans le four du boulanger, d’autres portaient carrément un poulet à rôtir dans une cocotte en fonte mais le plus souvent c’étaient de gros plats rustiques à cuisson longue, de la daube, du civet .... L’enfant de la ville que j’étais était subjugué par ces mœurs rustiques ! Bien entendu ce service était gratuit et un « merci Marcel » suffisait à payer le boulanger compréhensif quand la cuisinière venait récupérer son plat.


                • foufouille foufouille 16 septembre 13:14

                  @oncle archibald

                  effectivement, le truc que j’avais lu était surtout pour paris et les grandes villes avec les employés qui utilisaient l’eau pour laver la sueur puis ensuite dans la pâte à pain .....

                  sympa ton boulanger.


                • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 14:21

                  @oncle archibald

                  C’est le nouvel Eldorao du commerce et paradoxalement la baguette est de plus en plus pâle


                • oncle archibald 17 septembre 11:17

                  @C’est Nabum : « C’est le nouvel Eldorao du commerce » ...

                  Oui, les boulangers ne perdent pas leur temps et font des benefices énormes. Quand je fais la queue je regarde le prix des « à coté » dans les vitrines réfrigérées ... par exemple 2,50 Euros une portion de « pizza » traduisez un peu de pate à pain avec une cuillèrée de sauce tomate industrielle par dessus ... ça doit lui revenir à 0,20 € de fournitures ....

                  J’ai même connu un anesthésiste qui était jaloux parce que le boulanger en face de chez lui gagnait plus que lui ... mais je me suis retenu de lui dire mais vas y coco, lève toi toutes les nuits à trois heures pour aller préparer la première fournée, tape toi des journées de 14 heures de boulot, travaille le dimanche, passe la serpillère dans la boutique avant de fermer à 20 heures le soir, ... etc etc ..

                  Oui ils s’en foutent plein les poches, et alors ? Ils le volent le pognon qu’ils gagnent ? Vous trouvez le prix de la pr de pizza honteux ? Moi aussi ! Du coup je n’en achète jamais et je me les fais moi même ! Par contre je lui achète son pain « grand siècle » (putain, quelle prétention !), juste parce que je le trouve très bon.


                • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 13:27

                  @oncle archibald

                  Les nouveaux rois du pétrole en somme


                • Clocel Clocel 16 septembre 12:40

                  Quand j’étais gamin (début des années 70), j’allais chercher le pain.

                  En demandant un pain, on obtenait un pain de 700 grammes, il coûtait 65 centimes de Franc...

                  J’abandonne ça à la rêverie de nos progressistes.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 14:22

                    @Clocel

                    Mais nous rêvons

                    L’euro n’a provoqué aucune augmentation desprix


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 septembre 13:18

                    Il n’y a pas mots aussi riche en sein bol de lait chaud du matin avant de mater les miches ou la baguette. Enfourner, gonfler, levain,. En Belgique le symbole est même plus explicite. On a le fameux : cougnou : http://tartine-et-boterham.be/cougnou-les-origines/. . De la proximité du vin (ou divin) avec le pain. Le blé est associé au signe de la vierge (avant l’ensemencement en balance,...). On trie le bon grain de l’ivraie car l’ivresse n’est pas bonne pour la fécondation. L’alcool diminue la quantité de sperme et la pine peine à gagner l’autre rive.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 14:23

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                      Gourmande et croustillante je vous devine


                    • Pere Plexe Pere Plexe 16 septembre 15:32

                      Quelle déception...

                      J’étais persuadé qu’avec un titre pareil il était question de Darmanin.

                      Amateur immodéré de belles miches rêvant d’une société qui marche à la baguette ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité