• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > La grande marche

La grande marche

 

Du guide suprême.

 

JPEG

Il nous avait promis de nous remettre en marche. Guide de haute montagne, aucun terrain ne lui faisait peur, ignorant les pièges et les chausse-trappes, il prétendait qu'il suffit d'être bien chaussé pour avaler les obstacles et les kilomètres. Beaucoup l'avaient cru, le suivant aveuglement dans une randonnée qui devait être une partie de plaisir.

Notre guide s'entoura d'une première vague de marcheurs pour aplanir les difficultés, éviter les nids de poule et les dos d'âne, franchir les obstacles qui ne manqueraient pas de se dresser sur le trajet. Ceux-là s'équipèrent de godillots et bandèrent leurs yeux, pour montrer à tous que celui qui traçait la route était le seul à savoir où il allait.

Derrière ceux-là, beaucoup traînèrent bien vite les pieds, découvrant rapidement que ce voyage ne serait pas de tout repos. Il semblait même que l'équité n'était pas de la partie. Les uns marchaient sur coussin d'air, bénéficiant de privilèges et d'une voie totalement exempte de contraintes tandis que pour tous les autres, plus l'aventure se déroulait, plus la pente était rude, le sentier escarpé et les surprises détestables.

Tout commença bien vite par une erreur d'aiguillage que sa troupe d'éclaireurs ne voulut pas comprendre. Alors que le guide allait d'un bon pas, le regard hautain et le pas allègre, il se mit étrangement à tourner en rond autour d'un immense massif de genêts en fleurs. Ce fut le début des récriminations parmi les suiveurs. Beaucoup d'ailleurs n'avaient plus de quoi s'alimenter, les réserves venaient à manquer, la randonnée virait à la galère.

Il fallut user du bâton bien plus que de la carotte pour se remettre à marcher droit. Les genêts furent promptement rasés, le guide se rappelant que c'est de ceux-ci dont on fait des balais. Il confia le soin à ses zélés compagnons de route, de balayer devant nos pas en soulevant un nuage de poussière afin de ne pas voir où il voulait nous conduire. Nous marchions ainsi dans un épais nuage qui irritait la gorge et les yeux.

Les traînards, impitoyablement laissés sur le bord de la route, devinrent des proies idéales pour les charognards qui allaient s'en repaître. La marche en avant au pas de l'oie pouvait reprendre après cet épisode qui laissait un goût amer à nombre d'entre nous. Décidément, l'aventure n'était pas semée de roses.

Puis un vent mauvais se mit à souffler, venant de l'Est. Il y eut soudain la panique dans les rangs qui s'éclaircirent plus encore. Les suiveurs tombaient les uns après les autres. Non, pas tous ! Surtout les plus âgés qui s'étaient enthousiasmés au départ de suivre un guide aussi jeune qui leur avait fait la démonstration qu'il avait une grande affection pour les gens d'un grand-âge.

Ce n'était qu'une illusion. Ce fut l'hécatombe des têtes blanches, emportées par un mal sournois qui leur coupait le souffle. Il fallut prendre des mesures radicales tandis que dans l'air, on soupçonnait la présence d'un mal sournois. Pour le combattre, le guide nous mit tous à l'arrêt, il immobilisa son vaste convoi en attendant qu'un miracle ait lieu.

Puis, de la nue, survint un signe du très grand. Il envoya sur le peuple à l'arrêt une potion magique. L'espoir revint, la marche reprit pour ceux qui avaient bu ce merveilleux élixir. Les autres, devaient suivre à cloche-pied, encore heureux qu'on leur accorde la possibilité de participer au ravitaillement. Puis les cieux se déchirèrent à nouveau pour qu'un deuxième élixir de vie redonne force et courage au peuple en marche.

Cependant, le chemin devenait de plus en plus pénible. Certains traînaient la patte. Ils refusaient de mettre les lèvres dans ces fioles douteuses. Il convenait désormais de les abandonner sur le bord du chemin. Les bêtes sauvages se chargeraient de les éliminer puisque la troupe refusait désormais de partager l'aventure avec eux.

Il y eut encore un signe du tout puissant. Pour cette immensité éprouvée, l'éprouvette miraculeuse apporta une nouvelle contribution, un regain d'énergie pour quelques pas seulement. Le guide en était désormais certain, il faudrait user régulièrement de ce petit coup de pouce, de cette mixture mystérieuse pour faire avancer ce qui n'était plus qu'un troupeau humain apeuré.

Des chiens d'ailleurs s'étaient mêlés à la grande marche, ils aboyaient, ils montraient des dents, ils mordaient aux mollets ceux qui boîtaient bas ou manquaient d'air. Il n'y avait plus de pitié. Marche ou crève était la nouvelle formule de cette expédition devenue folle.

Le temps approchait où le contrat du guide arrivait à expiration. Au lieu de mettre du baume sur les plaies, de calmer le pas ou même de lever le pied, il choisit tout au contraire de forcer l'allure, de pousser plus avant encore sa folle épopée. Dans la tourmente, dans l'effroi, dans la tempête et le désespoir, il compte sur le renoncement de tous pour garder la tête de cet exode qui ne mène nulle part.

À contre-pied.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • juluch juluch 14 février 11:12

    L actualité sous fond d’allégorie.... smiley


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 février 12:06

      Maintenant, ce sont les CHARS, les camions portés par une plume, celles des amérindiens. Sait-on que la seule régions au monde où l’on rêve encore, c’est chez les Amérindiens. Le veillées, ils se racontent leur rêves et les interprétent.... Alors, plutôt que de vous accrocher à un attrape-coeur, acheter vous un bel attrape rêves. Certains sont superbes. Car sur la balance du Maât, tu ne dois peser plus qu’une plume.... https://ambiance-bouddha.com/products/copie-de-attrape-reves-artisanal-4-modeles?variant=39401884876882¤cy=EUR&utm_medium=product_sync&utm_source=google&utm_content=sag_organic&utm_campaign=sag_organic. Mais tu ne rêves..... 


      • Lynwec 14 février 12:07

        Bien vu, mais l’ironie fut-elle fine et intelligente ne peut pénétrer l’esprit des malfaisants (naturellement immunisés contre tout examen de conscience), des psychosés (au-delà de tout raisonnement logique) et par dessus tout des trolls ( même immunité que pour la première catégorie citée).

        J’aurais éventuellement suggéré l’ajout d’un paragraphe mettant en évidence le bout du chemin ( une falaise ?) et les pas de côté judicieux du guide marcheur ( malveillant mais pas fou ).


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 février 12:57

          Nous sommes enfin mûrs pour revenir au rêves des artisans qui furent aussi celui de mai 68.... Mais auparavant, il faut détruires les anciennes idoles. ou icones des ces quarante années de désert spirituel, celle de l’errance dans les allées des supermarchés du néant au neon blaffards. Le café, c’est ici... Même l’odorat ne nous guide plus, les bananes aux normes de la Communauté européenne, la caissières plombées par l’ennui de clients désireux de fuir ces lieux de Sépulcre blanchi. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 février 13:25

            Les enfants du futur. Sachez que ce n’est pas ce monde que nous rêvions pour vous. Enfin pour une minorité.... mais toujours vivantes...


            • Trelawney 15 février 07:49

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Ne vous inquiétez pas pour les enfants du futur, il ne connaitront pas ce monde. L’humanité sera détruite avant.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité