• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > La NSA et Sergeï Ivanov Stradivarius

La NSA et Sergeï Ivanov Stradivarius

1984, Moscou, 27 juin, 09h00. Comme tous les matins, Sergeï Ivanov Stradivarius, officier chargé de la centralisation des écoutes au sein du KGB se rend à son bureau, au 2 place Félix Dzerjinski. Mais depuis quelques temps déjà, Sergeï Ivanov Stradivarius a une mine inquiète. Ses yeux ne sont plus rieurs comme par le passé. Son sourire lorsqu’il salue ses supérieurs ou ses collaborateurs ne barre plus toute la largeur de son visage. Quelques rides à peine visibles ont commencé à buriner son front, marque d’une préoccupation permanente.

A la fin de cette matinée du 27 juin, comme il le faisait souvent à l’heure du déjeuner, Sergeï Ivanov Stradivarius s’en va rendre visite à son frère jumeau, Boris Ivanov Stradivarius, joueur émérite de l’équipe nationale de Hockey sur glace de l’URSS, en partance pour le Canada, où vont se tenir les championnats du monde.

14h14, Boris Ivanov Stradivarius quitte sa demeure familiale en embrassant son épouse sur le devant de la porte de sa datcha et monte dans sa Lada de service pour se rendre directement à l'aéroport Domodedovo pour embarquer dans un Iliouchine Il-62 de l’Aeroflot qui doit décoller à 16 heures, direction Paris, puis Montréal.

14h30, Sergeï Ivanov Stradivarius n’a toujours pas regagné ses bureaux du KGB à la Place Félix Dzerjinski.

20h15, aéroport d’Orly, France. L’équipe nationale de Hockey sur glace de l’URSS descend de l’Iliouchine Il-62, direction la salle de transit, le temps que l’avion fasse le plein de carburant.

20h45, aéroport d’Orly, France. De la délégation soviétique, un homme en survêtement rouge se détache brusquement et court en direction d’un policier français en uniforme. Il ne prononce qu’une phrase, dans un français de bonne tenue : « Bonsoir. Je m’appelle Sergeï Ivanov Stradivarius. Je suis un officier du Komitet gossoudarstvennoï bezopasnosti, le KGB. Je demande l’asile politique à votre pays. Conduisez-moi au service compétent. »

20h48, aéroport d’Orly, France. Un membre de la délégation de l’équipe nationale de Hockey sur glace de l’URSS se lève à son tour et se précipite en direction de Sergeï Ivanov Stradivarius.

Il ne peut qu’entendre cette seconde phrase : « J’ai des révélations d’une extrême gravité à faire aux services d’espionnage des puissances occidentales. »

Trop tard. Trop tard pour le KGB. Trop tard pour l’équipe nationale de Hockey sur glace de l’URSS qui ne participera pas aux jeux de Montréal …

1984, Paris, 28 juin, 15h05. Sergeï Ivanov Stradivarius, toujours en survêtement rouge, s’apprête à recevoir dans le petit salon vieillot de l’hôtel de Monségur à Bagnolet où la police française l’a placé sous surveillance une dizaine de journalistes français et de diverses nationalités.

En 30 minutes, Sergeï Ivanov Stradivarius révèle l’impensable : depuis 8 ans, l’URSS écoute, surveille et enregistre la quasi totalité des communications téléphoniques internationales dans le monde entier grâce à des avancées technologiques tenues secrètes. Le KGB est capable d’enregistrer ce que se disent au téléphone les présidents François Mitterrand et Ronald Reagan.

Pas un mot de ce que réclame Margaret Thatcher au secrétaire général de l’ONU Javier de Perez de Cuellar n’échappe aux soviétiques.

1984, Paris, 29 juin, 08h00. Lorraine Millot, correspondante du quotidien Libération à Moscou, apprend de la bouche même de son directeur de publication, Serge July, qu’elle est virée. Motif ? Le titre de son article sur les révélations de Sergeï Ivanov Stradivarius, un titre désuet et à mille lieues de la gravité de l’affaire. La pauvre Lorraine n’avait trouvé rien d’autre que « Espionnage : les soviétiques prennent des libertés en ligne ». Serge July est fou furieux. Comment peut-on blaguer de manière aussi anodine sur un tel scandale qui démontre le caractère totalitaire intrinsèque de tout régime communiste ?

1984, Moscou, 30 juin, 12h06. L’agence TASS annonce dans une dépêche que le camarade Sergeï Ivanov Stradivarius est déchu de son passeport. Les autorités soviétiques font savoir qu’elles demandent à la France d’arrêter le citoyen Sergeï Ivanov Stradivarius et de le renvoyer dans son pays d’origine, l’URSS, sous escorte de l’ambassadeur de l’Union soviétique en poste à Paris.

1984, New York, 30 juin, 14h00. Dans un communiqué, le secrétaire général de l’ONU, Javier de Perez de Cuellar, demande à toutes les nations « bienveillantes, d’accueillir sur leur territoire le citoyen soviétique Sergeï Ivanov Stradivarius et de lui accorder l’asile politique et toute la protection dont il aura besoin ».

Londres, 14h01 : Margaret Thatcher déclare que la Grande Bretagne est prête à accueillir sur son territoire Sergeï Ivanov Stradivarius et lui accordera l’asile politique.

Washington, 14h08 : Ronald Reagan, président des États-Unis convoque en réunion d’urgence les directeurs des services d’espionnage et de contrespionnage américains, demande au commandant en chef de l’OTAN de mettre ses forces en alerte maximum et ordonne au 5e corps d'armée américain basé à Wiesbaden en Allemagne de se tenir prêt à toute opération de protection du citoyen russe Sergeï Ivanov Stradivarius.

Paris, 15h30 : laissant du temps au temps, le président français François Mitterrand fait annoncer par le secrétaire général de l’Élysée que la France accorde l’asile politique à Sergeï Ivanov Stradivarius.

1992, Berlin, 27 juin, 14h00. Inauguration d’une plaque en l’honneur de Sergeï Ivanov Stradivarius, plaque apposée au bas du pilier gauche de la Porte de Brandebourg à Berlin. Sont présents : Sergeï Ivanov Stradivarius, citoyen français, disposant de passeports américain, britannique, italien, suédois, danois et suisse ; François Mitterrand, président français ; John Major, le nouveau premier ministre britannique, Bill Clinton, le nouveau président des États-Unis d’Amérique ; Giulio Andreotti, président du Conseil italien, qui sera renversé le lendemain ; l’Égyptien Boutros Boutros-Ghali, nouveau secrétaire général de l’ONU ; Helmut Kohl, chancelier allemand.

Le même jour, Amnesty international déclarera Sergeï Ivanov Stradivarius, citoyen du Monde.

Aux dernières nouvelles, Lorraine Millot, l’ancienne correspondante de Libération à Moscou a été vue en déshérence sur les remparts de la ville d’Aigues-Mortes, répétant à mi-voix : « Mais quelle conne je suis ! Mais quelle conne je suis !…  »


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2013 11:49

    Valls a justifié l’ignominie du refus d’accorder l’asile politique par des arguments iniques.

    « Les américains sont nos amis. »

    Il ne doit pas lire les articles de commandes dénigrant systématiquement la France par des mensonges et des amalgames qui paraissent tous les jours. Le Financial Time s’en est fait une spécialité.

    « Les USA sont une démocratie. »

    Le sens de ce mot doit échapper au ministre de l’intérieur. Les libertés civiques sont pratiquement réduites à néant sous prétexte de terrorisme. N’importe qui peut-êre arrêté et détenu sans mandat et sans avocat. Guantanamo est une base américaine sauvage sur territoire cubain et une prison sans foi ni loi.

    Sans oublier les meurtres par drones, sans jugement, sur simple soupçon, ni les milliers de victimes civiles dues aux dommages collatéraux.

    « Le système judiciaire est indépendant. »

    Les personnes arrêtées sont pratiquement obligées de plaider « coupable » sous peine de lourdes sanctions.
    L’affaire DSK a démontré que la justice était aux ordres de l’exécutif. Il est resté en prison jusqu’à ce qu’il démissionne de la direction du FMI. Son crime ? Vouloir remettre en cause le dollar comme monnaie internationale.
    Il y a tellement d’erreurs judiciaires dues aux dissimulations ou à l’arrangement de preuves, que certains états ont décidé d’un moratoire sur les exécutions.

    Valls aurait été plus crédible s’il avait dit : Les américains décident et nous exécutons.


    • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2013 14:15

      Aux lecteurs :

      Attention cet article est exemplaire. Il s’agit probablement d’une tentative d’enfumage et fait l’objet d’une curieuse manipulation. Il serait intéressant de connaitre les tenants et les aboutissants.

      Lisez tous les commentaires - Affaire à suivre.


    • Hermes Hermes 5 juillet 2013 14:45

      C’est dommage qu’on ne voite pas plus clairement que l’article a été rangé par son auteur dans la catégrorie « Parodie ». Un peu plus de lisibilité sur les catégories éviterait bien des prises de tête.
      A vos claviers les techniciens du site !


    • LeGus LeGus 5 juillet 2013 14:59

      l’article était initialement en « tribune libre », DR et moi même le prouvons plus bas dans les commentaires.


    • Hermes Hermes 5 juillet 2013 15:38

      OK, je comprend mieux les réactions.......


    • Deneb Deneb 5 juillet 2013 12:04

      Tiens, un article de qualité sur Agoravox. C’est Noël, ma parole.

      J’espère que les cocos qui défendent Snowden avec un telle verve se rendent compte du ridicule auquel ils s’exposent. Au lieu de nous jouer des violons soviétiques, ils feraient mieux de se souvenir de ce stradivarius. Des amis de ce genre, Snowden devrait fuir comme la peste.

      J’espère toujours qu’une démocratie européenne aura des c**lles pour accueillir Snowden. Sinon, bien que pro-européen pour l’instant, je risque d’adopter un paradigme radicalement différent. Je pense ne pas être le seul.


      • wesson wesson 6 juillet 2013 04:05

        Bonsoir Deneb,


        « J’espère que les cocos qui défendent Snowden avec un telle verve se rendent compte du ridicule auquel ils s’exposent. Au lieu de nous jouer des violons soviétiques, ils feraient mieux de se souvenir de ce stradivarius. »

        Vous savez Deneb, la culture générale c’est comme avec les parachutes. Si on se lance dans le vide lorsque on en est dépourvu, on s’écrase.

        Sergei Ivanov Stradivarius, ça ne vous as pas mis la puce à l’oreille ???

      • Deneb Deneb 5 juillet 2013 12:15

        Je ne sais pas si j’ai rêvé, mais j’avais cru entrapercevoir un commentaire de l’islamiste LeGus tout à l’heure sous cet article. Il a disparu. Signalé, j’imagine. Agréablement surpris qu’Agoravox s’assainit de sorte. Cependant, n’étant pas partisan de la censure, je trouve que l’on devrait le laisser, comme preuve de l’incivilité de ce sinistre personnage.


        • LeGus LeGus 5 juillet 2013 12:24

          Gardez vos insultes, cet article est un faux et la teneur de votre précédent commentaire ( et les coco avec leur violons,... feraient bien de voir ce stradivarius ) m’incite à croire que vous êtes de mèche.


        • Serpico Serpico 6 juillet 2013 01:04

          L’article n’est pas un « faux » : c’est une parodie.

          Et c’était évident, merde.


        • LeGus LeGus 5 juillet 2013 12:17

          Bonjour Agoravox,

          Bien que vous m’ayez sucré mon commentaire précédent je persiste

          Plusieurs points concernant cet article :

          -Il n’y a pas de championnat du monde de hockey en 1984, pour cause de jeux olympique.
          http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_IIHF_World_Championship_medalists
          -il y a bien une Lorraine Millot correspondante de Libération en Russie, mais de 2003 à 2006.
          http://www.linkedin.com/pub/lorraine-millot/17/51b/408
          -Google ne me dit rien sur Sergeï Ivanov Stradivarius
          -Le 27 juin 1992 s’est tenu un sommet europeen à lisbonne
          http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9unions_du_Conseil_europ%C3%A9en
          et en image

          http://www.dailymotion.com/video/xfbg4m_19-20-emission-du-27-juin-1992_news#.UdacWW2pCUl

          Un peu de crédibilité svp.


          • LeGus LeGus 5 juillet 2013 12:21

            Cet article est un faux total, une pure fiction présentée comme vraie.

            Alors avant d’encore supprimer mon commentaire, ayez la probité élémentaire de vérifier la concordance entre les allégations de l’article et les faits sourcés que j’expose.

            merci d’avance.


          • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2013 12:22

            Le premier commentaire mettant en doute la véracité des faits fondant l’article a été supprimé.

            J’ai vérifié les arguments avancés dans ce commentaire pour contester les faits évoqués dans l’article, à savoir :

            1) Ce Stradivarius n’apparaît nul part dans la recherche Google.
            2) Il n’y a pas eu de tournoi international de hockey en France en 1984.

            2 raisons possibles : Soit le référencement des évènements de 1984 est incomplet, soit cet article est une fumisterie, une désinformation grotesque.

            Je souhaiterais avoir une explication sur cette suppression qui jette un doute sur Agoravox.


            • LeGus LeGus 5 juillet 2013 12:27

              Merci pour votre commentaire Daniel Roux.

              Il y a encore des gens pour qui le mot probité signifie quelque chose.


            • Deneb Deneb 5 juillet 2013 12:28

              Bon, possible que les noms et le date ont été changés, mais des histoires comme ça, il y en a eu pléthore . On peut aussi se souvenir d’un excellent film avec l’éternel Piccoli : La diagonale du fou.


              • LeGus LeGus 5 juillet 2013 12:38

                Ben voyons, c’est pas grave de raconter des mensonges du moment qu’on leche le bon cul


              • Deneb Deneb 5 juillet 2013 13:11

                Oh, c’est bien moins pire que l’histoire abracadantesque de la femme voilée à Argenteuil, et de son agression sans témoins que les médias islamistes se sont empresses de monter en épingle, alors qu’il s’agit probablement de la violence domestique ordinaire aboutissant à la fausse couche de l’intéressée.


              • LeGus LeGus 5 juillet 2013 13:16

                Et hop une petite diversion sur votre thème de prédilection
                « islam-caca-boudin, le menteur c’est toi na ! »

                Pauvre débile.


              • Deneb Deneb 5 juillet 2013 14:57

                Voilà, qu’est-ce que je disais. L’insulteur nazislamiste notoire a encore mis en évidence son degré de civilisation et son incapacité d’apprécier une bonne histoire qui a tout de même des fondements solides et réels, donnant à réfléchir à tous ceux qui accablent Snowden et d’autres qui soi-disant lui volent au secours , mais en réalité ils en profitent pour faire de la propagande de leur idéologie nauséabonde.


              • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2013 12:30

                La journaliste Lorraine Millot a commencé à écrire pour libération en 1989.

                http://www.actes-sud.fr/contributeurs/millot-lorraine-0

                Il y a vraiment un problème avec cet article.


                • Tall 5 juillet 2013 12:47

                  L’histoire d’un transfuge à cette époque de guerre, c’est plutôt banal. Peu importe les noms et les dates, il y en a eu beaucoup. Et dans l’autre sens aussi.

                  Ce que je trouve + drôle par contre, c’est cette anecdote racontée par un ancien du Sdece à propos de la valise diplomatique soviétique que les barbouses français avaient trouvé le moyen d’ouvrir sans laisser de trace à chaque passage à Orly.

                  C’est qu’elle contenait des infos intéressantes cette valise ... notamment des noms de taupes soviétiques infiltrées dans les services de renseignement français.
                  Des taupes alors sévèrement interrogées, mises à pied et dont certaines furent emprisonnées.

                  Jusqu’au jour où, placés devant une taupe un peu trop « énorme » quand même, les barbouses français commencèrent à se demander si les russes ignoraient vraiment que leur valise diplomatique était régulièrement fouillée .... 

                  Excellente question, mon cher watson ... et de fait, le KGB le savait et enfumait le Sdece. smiley


                  • Tall 5 juillet 2013 12:48

                     ... à cette époque de guerre froide ...


                  • LeGus LeGus 5 juillet 2013 12:58

                    Ben voyons !

                    Tonton Tall vient à la rescousse, en nous disant c’est pas grave si cette histoire est fausse, je vous en raconte une autre.

                    Là où il y a de la gène, il n’y a pas de plaisir.


                  • Tall 5 juillet 2013 13:24

                    Tiens ici, les transfuges ouest > est ... il y en a près de 300 recensés.

                    Et dans l’autre sens, c’était encore pire.

                  • jako jako 5 juillet 2013 14:23

                    Oui il était hier en modération, moi je l’ai pris comme une parodie un peu comme celle de Krokodilo.


                  • LeGus LeGus 5 juillet 2013 13:11

                    Encore un élément démontrant le foutage de gueule qu’est ce torche cul.

                    Il existe un Sergui Ivanov et il est chef du bureau de presse du SVR, c’est à dire le service de renseignements extérieurs de la fédération de Russie.
                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Service_des_renseignements_ext%C3%A9rieurs_de_la_F%C3%A9d%C3%A9ration_de_Russie#Royaume-Uni


                    • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2013 13:25

                      S’il est démontré que cet article est une tentative de déstabilisation de l’info alternative, se pose le problème de l’implication ou non de l’encadrement d’Agoravox, des buts poursuivis, des conséquences...

                      Certains commentaires sont aussi révélateurs de la présence de bandes organisées de désinformation. Ils sont faciles à repérer dans ce cas précis.

                      Sans la vigilance de LeGus, il aurait été facile, a postériori pour ceux qu’Agoravox gène, de moquer le site.

                      Stradivarius... Le fameux violon...
                      1984... le livre démontant la mécanique des systèmes totalitaires.
                      July... Libération... Les symboles de l’opportunisme journalistique.

                      Je propose de garder l’article tel quel ainsi que tous les commentaires pour montrer que tout poison peut avoir un antidote. 


                      • LeGus LeGus 5 juillet 2013 13:37

                        Je suis aussi partisan du maintien de l’article, par contre pour son auteur, agoravox serait bien inspirer d’en tirer les conséquences en le foutant dehors.

                        PS encore merci pour votre soutien DR


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 juillet 2013 13:42

                        Beaucoup ne savent pas lire ....Parodie....Second degrè ....Mise en perspective inversée de l’actualité ....
                        Misère de la connerie binaire ...Z’etes murs pour un grand Tisonnier pour feux de tous bois .


                        • Philippe Cartero Philippe Cartero 5 juillet 2013 14:45

                          Ouf ! Merci !


                        • LeGus LeGus 5 juillet 2013 13:42

                          Magnifique l’article vient de passer de tribune libre à parodie.

                          Agoravox a choisi son camp...


                          • LeGus LeGus 5 juillet 2013 13:50

                            la preuve il est encore accessible par ce lien
                            http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-nsa-et-sergei-ivanov-138191
                            mais aussi et c’est nouveau par là
                            http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/la-nsa-et-sergei-ivanov-138191

                            Il y a un problème là.


                          • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2013 14:00

                            N’était-il pas dans « Tribune libre » au départ ? Comment le savoir maintenant ?


                            • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2013 14:06

                              J’ai trouvé ceci sur Google :

                              La NSA et Sergeï Ivanov Stradivarius - AgoraVox le média citoyen
                              27 juin 2013 - 1984, Moscou, 27 juin, 09h00. Comme tous les matins, Sergeï Ivanov Stradivarius, officier chargé de la centralisation des écoutes au sein du ...

                              On sait maintenant..


                              • LeGus LeGus 5 juillet 2013 14:11

                                Oui l’enfumage ayant été démasqué, l’auteur aura surement été pleurnicher qu’il s’était trompé de genre.

                                Agoravox est bonne pâte avec ceux qui la piétinent.


                              • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2013 14:27

                                L’auteur est aux abonnés absents.

                                Son précédent article date du 4 avril 2012 et réclamait une intervention au Mali.

                                C’est ce que voulait les américains. C’est ce que Hollande a fait.

                                Ne vous faites pas si rare Philippe Cartero, vous semblez si bien informé.


                                • Philippe Cartero Philippe Cartero 5 juillet 2013 14:43

                                  salut à tous
                                  A part Aita Pea Pea qui a bien vu la métaphore, je m’inquiète un peu des commentaires...
                                  Pour être plus clair car il semble que pas mal de monde prennent tout au premier degré, vous remplacez donc
                                  « Sergeï Ivanov Stradivarius » par « Edward Snowden » et vous rêvez un peu de ce qui aurait pu être. Mais bon …


                                  • Shawford Shawford42 5 juillet 2013 14:46

                                    Vous inquiétez pas cher auteur.


                                    Sur Agoravox, on tire d’abord, on pense ensuite... des fois smiley

                                  • LeGus LeGus 5 juillet 2013 14:55

                                    @l’auteur,

                                    Trois question simple :

                                    1-C’est article est-il une fiction ?

                                    2-Est-il paru initialement dans la rubrique « tribune libre » ?

                                    3-Avez vous demandé son passage en rubrique parodie après sa publication ?


                                  • Philippe Cartero Philippe Cartero 5 juillet 2013 15:11

                                    « Points sur les I » car il semble que vous aimez ça.
                                    Evidemement que c’est une fiction, et ça se comprend dès le titre « NSA et Sergeï Ivanov Stradivarius »
                                    A aucun moment la NSA n’est évoquée dans l’article. Passons …
                                    J’avais envoyé cette « fiction » dans la rubrique « international » puisqu’il s’agissait de traiter de l’affaire Snowden par une métaphore mais judicieusement Agoravox l’a replacée dans la rubrique « Parodie ».
                                    Je ne vois vraiment pas où est le problème.
                                    Enfin, pour ceux qui ont la gachette facile, non « Sergeï Ivanov Stradivarius » n’a jamais existé. Respirez, soufflez, et détendez vous !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Philippe Cartero

Philippe Cartero
Voir ses articles







Palmarès



Partenaires