• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le cinéma en questions

Le cinéma en questions

Cannes blanches et salles obscures

JPEG

Les questions du Bonimenteur

 

Pourquoi les vedettes ont-elles ainsi toutes le ticket ?

Comment se fait-il que le cadreur soit toujours hors-champ ?

Qu'est-ce qu'elle a ma bobine ?

Peut-on décerner la Palme d'Or a un film tourné en contre-plongée ?

Pourquoi le monteur n'a-t-il pas les honneurs des marches du Palais ?

 

Pourquoi parle-t-on de distribution alors que rien n'est gratuit ?

Dans un film d'espionnage, peut-on doubler un agent double ?

Que faire si le cadreur ne peut pas supporter un acteur ?

Arrivera-t-on à soigner et libérer le fondu enchaîné ?

Champ contre champ : Peut-on parier en ligne ?

 

Le plan américain a-t-il été inventé par Marshall ?

Pourquoi ne pas commencer par le générique de fin pour qu'il soit enfin lu de tous ?

La censure contraint-elle l'image à rester dans le cadre ?

Faut-il couper avant la distribution ?

Peut-on se figurer la frustration du figurant ?

 

Pourquoi fait-on tant d'histoires pour ce scénario ?

Comment définir un réalisateur qui ne s'est jamais réalisé ?

Le sous-titre n'est-il qu'un manant ?

Quand le mixage est raté, le son est-il de la bouillie ?

Faut-il toujours compter sur l'opérateur ?

 

Faut-il s'arracher les cheveux si le numérique annonce la fin des pellicules ?

Mais pourquoi me tend-il toujours une perche ?

Existe-t-il des écrans de fumée pour les films de guerre ?

Pourquoi dit-on aussi « Action » pour les films intimistes ?

Faut-il mettre la lumière sur les films noirs ?

 

Depuis la loi sur le mariage pour tous, les films de genre ont-ils encore leur place ?

Un groupe peut-il être chargé de la bande son ?

Bruitage et mixage sont-ils les deux oreilles de la bande son ?

Pourquoi ce film muet a-t-il fait tant de cartons ?

Faut-il regarder les films d'amour que dans les salles munies d'un balcon ?

 

Un acteur fait-il son cinéma en dehors des heures de travail ?

Que devient un tournage pendant une panne de moteur ?

Une star peut-elle avoir les pieds sur terre ?

Quel est le classement de la doublure du jeune premier ?

Un mauvais tirage produit-il du CO2 ?

 

Peut-on repiquer le son d'une doublure ?

Que deviennent ceux qui sont partis en repérage ?

L'ouvreuse est-elle de mèche avec l'éclairagiste ?

Que deviennent les acteurs qui sortent du cadre ?

Un dialogue peut-il être sans réplique ?

 

Les effets spéciaux sont-ils parfois spécieux ?

Pourquoi les navets n'ont-ils pas assez de fans ?

Est-ce pour qu'ils durent plus longtemps qu'on fait des reprises de succès anciens ?

Peut-on se faire un film sans caméra ?

Combien de questions sont-elles dans la boite ?

 

Cinémascopement vôtre

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • In Bruges In Bruges 17 mai 2013 11:18

    Pas mal.
    Sûr qu’elles sont toutes de vous ?.....


    • C'est Nabum C’est Nabum 17 mai 2013 11:54

      Bruges


      Je ne me permettrais pas ! 

      Mais bien sûr il est possible que d’autres en est trouvées avant moi.
      Je ne me suis inspiré de rien, je vous l’affirme

    • Laurent C. 17 mai 2013 11:28

      Y a t’il des rushs des plans fixes ?


      Quand c’est dans la boîte, doit on en faire tout un fromage ?

      .....

      • C'est Nabum C’est Nabum 17 mai 2013 11:54

        Laurent


        Je n’ai certainement pas fait le tour de la question.

        Chacun peut faire son propre film ...

      • bakerstreet bakerstreet 17 mai 2013 12:49

        Pourquoi une minorité auto proclamé s’est elle adjugé les droits d’exploitation du cinéma ?

        Pourquoi, alors qu’il n’a jamais été si facile et si peu couteux de faire un film, avec les moyens numériques actuels, ceux ci coutent de plus en plus chers ?

        Pourquoi les fils d’acteurs reprennent le métier de leurs parents, et accèdent au même niveau de gloire et de richesse, alors que les fils de prix Nobel n’ont pas cette chance ?

        Pourquoi une majorité de gens sont ils assez aveugles pour croire qu’ils sont légitimes et que tout va pour le mieux dans le meilleur des cinémas possibles ?

        Pourquoi y a t’il collusion d’intérêts entre journaliste et gens du spectacle ?

        Pourquoi la plupart des scénarios brodent ils toujours aussi désespérément autour de la même classe sociale depuis Marivaux ?

        Pourquoi Ozon par exemple tourne « Belle et jolie », l’aventure d’une jeune adolescente bourgeoise qui se prostitue pour son plaisir, nous dit-on, plutôt que celle moins bandante de toutes ces pauvres filles venus de l’est vendant leur corps pour faire vivre leur famille ?


        • C'est Nabum C’est Nabum 17 mai 2013 12:55

          bakerstreet


          Vos questions sont bien plus polémiques que les miennes et ont, il me semble des accents de vérités qui ne sont pas bonnes à dire.

          Pour les enfants de vedettes, ils ont trouvé là un moyen facile de gagner beaucoup d’argent sans avoir vriament du talent. Chaque coorporation joue cette carte pour les siens.

        • Fergus Fergus 17 mai 2013 19:16

          Bonjour, C’est Nabum.

          Dans un article d’hier, « Cinéma : l’effarante invasion des fils et filles de  », je dressais la liste de ces « héritiers ».


        • C'est Nabum C’est Nabum 17 mai 2013 19:51

          Fergus


          La bourgeoisie a ceci de merveilleux qu’elle pense toujours à faire un peu de place pour ses rejetons. Les gens de cinéma appartiennent à la famille, hélas, ils ne bénéficient que très rarement des vieilles habitudes culturelles qui font que les enfants de grands bourgeois se retrouvent toujours dans des grandes écoles.

          Alors faute de mieux, c’est le monde du spectacle qui assure le placement des bambins. Et on leur attribue de gros salaires pour conserver un rang désormais héréditaires.

          Merci pour la liste !

        • Fergus Fergus 17 mai 2013 19:23

          Bonjour, Bakerstreet.

          Si je vous suis sur les autres points, je suis en désaccord avec cette question : « Pourquoi la plupart des scénarios brodent ils toujours aussi désespérément autour de la même classe sociale depuis Marivaux ? »

          Grand amateur de cinéma français, j’ai vu en effet ces dernières années des films mettant en scène tous les milieux. Le nombre des films décrivant les classes bourgeoises était nettement plus élevè du temps des réalisateurs comme Chabrol ou Sautet.


          • Phi ka Sō Nathael Dunevy 17 mai 2013 21:56

            Nabum
            .
            Doit-on rester parqué à l’écran en attendant la pluie ?


            • C'est Nabum C’est Nabum 18 mai 2013 06:53

              Nathanaêl


              Peut-on rester ainsi sans chanter sous la pluie ?

            • Phi ka Sō Nathael Dunevy 18 mai 2013 08:06

              Nabum
              .
              Assurément non, assurément je n’ai pas assuré. Quel con !
              Azurez mon nom, d’un bleu tempétueux que je ne sens pas bon.


              • C'est Nabum C’est Nabum 18 mai 2013 08:48

                Nathanaël


                Nous ne sommes pas là pôur assurer, simplement pour nous exprimer de nos manières si différentes ! 

              • Phi ka Sō Nathael Dunevy 19 mai 2013 12:53

                C’est Nabum
                .
                « Combien de questions sont-elles dans la boite ? »
                .
                Précise et ment 45, mais l’art n’est pas la question.
                Car pour en faire le tour, il faudrait d’abord dérouler
                l’écart entre quatre vérités. Sans mentir, disons plutôt :
                .
                Précise aimant, bien à crochets.


                • C'est Nabum C’est Nabum 19 mai 2013 13:00

                  Nathanael


                  45 c’est toujours le nombre de mes questions

                  C’est une donnée ncontournable sauf pour la Loire ...

                  À suivre !

                • Phi ka Sō Nathael Dunevy 19 mai 2013 13:27

                  C’est Nabum
                  .
                  L’âge de Goerges, l’âge d’or de la grande péréquation sans réelle inconnue.
                  Son génie reste la réponse sans question irréelle.
                  .
                  Déroulons le parchemin à ses pieds, sans sens caché,
                  les 44 autres méritent une réponse retournée, et pas dans sa tombe,
                  il est le mettre, quand nous ne sous que mini, et pas questions
                  de parler de mickey à ce grand Monsieur, nous sommes petites
                  souris, mais il aimait trop les chats, pas les trous noirs.


                • Phi ka Sō Nathael Dunevy 19 mai 2013 14:39

                  C’est Nabum
                  .
                  « ...quand nous ne sommes que mini ».

                  Oups la coquille, je marche sur des oeufs laids,

                  désolé pour le plat, je ne veux pourtant ici

                  rien brouiller ni désoeuvrer, vive les oeufs frais.


                • Phi ka Sō Nathael Dunevy 19 mai 2013 14:15

                  C’est Nabum
                  .
                  En parlant du grand Merle, un peu c’est peu dire,

                  le grand enchanteur ; aucun gazouillis

                  du courrier damoiseau ? Je ne serais mot dire,

                  si vous ne lisiez en son hommage, la petite homonymie.


                  • Phi ka Sō Nathael Dunevy 19 mai 2013 20:29

                    Un film en 5 D  : « L’audition de Camille Laveudet, la vedette, l’aveu dette. »

                    Au cinéma des bas-quartiers de Camille.

                     .

                    Pourquoi les vedettes ont-elles ainsi toutes le ticket ?

                    Because c’est pour une bi-cause.

                    Comment se fait-il que le cadreur soit toujours hors-champ ?

                    Pour ne jamais rater le bon angle.

                    Qu’est-ce qu’elle a ma bobine ?

                    Elle est ici tissée.

                    Peut-on décerner la Palme d’Or à un film tourné en contre-plongée ?

                    On peut en tout cas tourner un fil d’or sans plomb aux palmes.

                    Pourquoi le monteur n’a-t-il pas les honneurs des marches du Palais ?

                    Parce que les eaux pales montent quand le déshonneur leste le jonc, et le bonni moteur prend le haut, car le grognier-menteur sans effort homofloire, écrit « feux » sans « f » hors au mot « floire ».

                    Pourquoi parle-t-on de distribution alors que rien n’est gratuit ?

                    Parce que tout est district, tout ce qui est bu a un prix.

                    Dans un film d’espionnage, peut-on doubler un agent double ?

                    Sans cesse, parce que le doublage est un trou blanc comblé.

                    Que faire si le cadreur ne peut pas supporter un acteur ?

                    Faisons-lui porter sur l’heure un acte recadré.

                    Arrivera-t-on à soigner et libérer le fondu enchaîné ?

                    Qui sait qui c’est ? Au fond la liberté du fou arrive-t-elle à l’âge, pour libérer les auteurs des chaînes la nage.

                    Champ contre champ : Peut-on parier en ligne ?

                    Alignez donc le pari, on chantera sur le champ à Paris sur les Champs, et je n’ose écrire l’homonyme, bien qu’il ne soit allégeant sur les chants de Paris, ça ferait un peu sur-léchant.

                    Le plan américain a-t-il été inventé par Marshall ?

                    C’est d’un garage anglais que fut américanisée cette invention rock’ n rollex devenue, allumons l’ampli. Mais la question ici est plutôt de repérage, le plan du quartier histoire de mieux cibler l’auteur du crime.

                    Pourquoi ne pas commencer par le générique de fin pour qu’il soit enfin lu de tous ?

                    Pas sur que le jeune public comprenne en fin, le début génèrera pourtant le ludique de l’histoire.

                    La censure contraint-elle l’image à rester dans le cadre ?

                    Pas si on encense la contrainte à rester hors cadre.

                    Faut-il couper avant la distribution ?

                    La coupe est pleine de raisons déraisonnables, c’est au montage que sont les sages.

                    Peut-on se figurer la frustration du figurant ?

                    Ca reviendrait à mettre un voile sur le voile dévoilé

                    Pourquoi fait-on tant d’histoires pour ce scénario ?

                    Car la Seine ne découle pas à Rio.

                    Comment définir un réalisateur qui ne s’est jamais réalisé ?

                    Comme bien des fous créateurs qui sont toujours des réels attiseurs.

                    Le sous-titre n’est-il qu’un manant ?

                    Tout dépend de ce qu’il en émane.

                    Quand le mixage est raté, le son est-il de la bouillie ?

                    C’est au dépend de la température, à 90 degrés l’eau mixée fait son cinéma.

                    Faut-il toujours compter sur l’opérateur ?

                    Il y a des opéras dont le conte n’est toujours juste envers les acteurs

                    Faut-il s’arracher les cheveux si le numérique annonce la fin des pellicules ?

                    On n’a peut-être pas de pétrole, mais « What a man », on a un champ de poings.

                    Mais pourquoi me tend-il toujours une perche ?

                    Parce qu’il aurait peur de couler, parce que la peur de perdre pieds, à moins d’un mettre.

                    Existe-t-il des écrans de fumée pour les films de guerre ?

                    Guère de feu dans fumée ni d’omelette sans casser les creux.

                    Pourquoi dit on aussi « Action » pour les films intimistes ?

                    Parce que l’intimation ici, est le fil acté d’une filiation sur un fil.

                    Faut-il mettre la lumière sur les films noirs ?

                    Encore mieux, taillons-lui la route d’un costume un arc en ciel.

                    Depuis la loi sur le mariage pour tous, les films de genre ont-ils encore leur place ?

                    Aucune place pour le genre, la loi de la guerre a depuis longtemps mariée les debout.

                    Un groupe peut-il être chargé de la bande son ?

                    Un seul tout peut-il s’en abonder ?

                    Bruitage et mixage sont-ils les deux oreilles de la bande son ?

                    Tirer parti du meilleur pour une bande bien sonnée, le mixeur ébruiteur.

                    Pourquoi ce film muet a-t-il fait tant de cartons ?

                    Parce qu’une partie du public joue aussi le rôle de figurant, l’autre est bien averti, et l’autre c’est la loi du 90-9-1.

                    Faut-il regarder les films d’amour que dans les salles munies d’un balcon ?

                    D’un bal con nait parfois l’amour salit d’un regard mal filmé. 

                    Un acteur fait-il son cinéma en dehors des heures de travail ?

                    Un acteur ne connait pas la grève, il est un cinéma à guichet ouvert.

                    Que devient un tournage pendant une panne de moteur ?

                    Un bon moyen de relire le scénario, malheureusement on ne peut corriger, les droits sont déjà payés.

                    Une star peut-elle avoir les pieds sur terre ?

                    Vu de la lune il y a  plein d’étoiles, mais le prix n’en n’est pas un.

                    Quel est le classement de la doublure du jeune premier ?

                    Elle est parfois surclassée.

                    Un mauvais tirage produit-il du CO2 ?

                    Il fera toujours un bon bol d’air.

                    Peut-on repiquer le son d’une doublure ?

                    On peut sans cesse améliorer, mais sans redoubler de censure.

                    Que deviennent ceux qui sont partis en repérage ?

                    C’est une question pataugeoire, à patauger de chaines dans la marre aux les canards.

                    L’ouvreuse est-elle de mèche avec l’éclairagiste ?

                    Dans cette réplique sans mèche, de l’œuvre est complice le vrai supplice.

                    Que deviennent les acteurs qui sortent du cadre ?

                    Ils donnent du poil à l’action.

                    Un dialogue peut-il être sans réplique ?

                    Pas un dialogue accentué d’homophonie, sans tuer personne.

                    Les effets spéciaux sont-ils parfois spécieux ?

                    L’espace d’un espace   est passé ?

                    Pourquoi les navets n’ont-ils pas assez de fans ?

                    Parce qu’ils n’ont pas assez cuit.

                    Est-ce pour qu’ils durent plus longtemps qu’on fait des reprises de succès anciens ?

                    C’est bien souvent par nostalgie, mais en ces temps de silence radio, mieux vaut faire peau neuve.

                    Peut-on se faire un film sans caméra ?

                    Film, livre, chanson, peinture…, tout commence dans la tête : la caméra est un œil et teint les couleurs, et tient l’esprit haut le fil en étain, puis s’endort enfin le film éteint.

                    Combien de questions sont-elles dans la boite ?

                    Précisément 45, mais l’art n’est pas la question.

                     

                    Clappement de faim.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 19 mai 2013 22:16

                      Nathanael


                      J’ai passé la journée sur la Loire j’ai raconté des histoires et vous ai par la même un peu négligé. Je n’emporte pas mon ordinateur sur ma rivière. J’en suis désolé.

                      Belle soirée à vous !

                    • Phi ka Sō Nathael Dunevy 19 mai 2013 22:42

                      C’est Nabum
                      .
                      Aucune négligence ressentie, pourquoi dont ?

                      44 réponses en attente, voilà tout.

                      Quelle doit être douce la dominicale navigation,

                      Loin des pollutions et des égouts.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 20 mai 2013 08:05

                      Nathanael


                      Le fable dominicale semble ne pas avoir plu !

                      Ma bouteille d’or est restée sur le comptoire et pourtant elle passe très bien en public.

                      Tant pis pour moi.

                    • Phi ka Sō Nathael Dunevy 20 mai 2013 12:57

                      C’est Nabum
                      .
                      Les dates effectives des divers papiers,
                      publiés ou non,
                      surprendraient tant la natte est tressée d’une insoupçonnée justesse.
                      Mais là, sur l’honneur si vous y croyez encore, la navigation
                      du dimanche ignorait encore votre fable, cette fable de délicatesse.
                      .
                      Temps prit pour moi : Délectable moment de lecture.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 20 mai 2013 15:22

                        Nathanael


                        Elle n’a pourtant pas l’air de plaire aux maîtres de maison ! 

                      • Phi ka Sō Nathael Dunevy 20 mai 2013 15:49

                        C’est Nabum

                        Où puis-je voir Claire dans sept maisons de Pierre ?

                        Le mettre est de coutume ou de mèche est la mouture ?
                        .
                        Sans dire motus et bouche cousue, qu’on se complusse bien.

                        Labyrinthistiquement, l’habit éreinte, mais ne lève pas le voile.


                      • Phi ka Sō Nathael Dunevy 20 mai 2013 16:42

                        C’est Nabum
                        .
                        .
                        Bien qu’à bien y réfléchir,
                        à s’arracher la racine,
                        des chevilles alentir
                        aux plumes des cygnes,

                        J’y vois une surface fermir
                        à raz des pâquerettes,
                        faire mieux que le pire,
                        des pieds à la tête.

                        .
                        .


                      • Phi ka Sō Nathael Dunevy 20 mai 2013 16:47

                        .
                        .
                        .

                        Il est ici cité :


                         « Ainsi, quand la cécité nécessite un guide soufflant de cécité,

                        il est nécessaire de tisser un fil au cil, afin de déceler le « si » lancé

                        à chaque mouvement de cil, car le silence est d’or quand le fil dort.

                        Si un cil bouge alors, naissent les tresses tissées autour de la lance. Or,

                        laissant la faiblesse pour fable et fabulant sans liesse d’un bout à l’autre,

                        d’ici à ici pour débouter le bouclier, décrocher le fil, lever le cil de lin

                        et de l’autre, le bouquet de fleurs lissées repose dans un beau vase de Klein. »

                         

                        Systématiquement leurre hôte ?

                        Nom : Systémiquement votre.


                        • C'est Nabum C’est Nabum 20 mai 2013 17:23

                          Nathanael


                          Ne pastichez pas ma manière, la vôtre lui est en tout point supérieur
                          La prose est inférieur aux vers et monsieur Joudhain le savait bien

                        • Phi ka Sō Nathael Dunevy 20 mai 2013 18:09

                          C’est Nabum

                          Dis, c’est tant voler ?

                          10 s’est envolé, 17 ans volés dit cet envolée :
                          .
                          Parole donnée, et aucun nez à dos ne rend fort.
                          Juré craché, j’irais cacher les clés aux cachots.

                          Promesse tenue, si Nabum y croyait encore,
                          Plus aucun « ment » à ma clef, pour ne plus être ado.
                          .
                          « 10 » étant vol et 10 est en vol, et
                          c’est mieux d’avoir ses temps à 7 ans,
                          voler à ces pieds et non à s’épier.


                        • C'est Nabum C’est Nabum 20 mai 2013 19:37

                          Nathanael


                          Épier tant que vous voudrez, il n’y a rien avoir ...

                        • Phi ka Sō Nathael Dunevy 20 mai 2013 22:52

                          C’est Nabum

                          Avoir, à voir ?
                           
                          Et piller tant de temps,

                          épi étant égrainé, et pis étang épuisé,

                          épi-étang cueilli et vidé,

                          et pis tant pis, passez, y’a un avoir.

                          Celui de la reconnaissance à la renaissance,

                          celui de l’art naissant , celui que je vous dois,

                          à savoir un savoir, ne dépliant rien d’autre que de le savoir.

                          Et pis c’est tout, sans tous ces hôtes « rien à y voir », sans tousser, sans ivoire.


                        • C'est Nabum C’est Nabum 21 mai 2013 06:12

                          Nathanael


                          Et c’est tant mieux ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires