• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le conte du coq Coco et de la paonne Coca

Le conte du coq Coco et de la paonne Coca 

 

 
Le conte du coq Coco et de la poule paonne Coca 

 

 

Voici les leçons du coq et de sa poule, la Paonne. L’envoyé du ciel, de la gente ailée, me vient des voisins ! Seul dans cet éden, nourri de mes mains, je l’ai vu prendre des couleurs et changer de plumage souvent. Morte en hiver, la paonne quant à elle, m’aura couté peu, mais son départ fut pénible, philosophiquement. Ainsi, fut la poule de paon, un ersatz temporaire, mais qui avant de mourir, venait égayer mon jardin. Parfumer les jasmins, embellir les amaryllis et s’épandre devant les clivias. Tiens, je dois en commander au jardinier, pour demain !

C’est aussi le moment d’en commander pour fêter l’anniversaire du 8 mars, la Fête des cœurs sauvés et celui du printemps. Le monde appartient aux femmes. Celles qu’on harcèle des fois et que l’on épouse ! Parfois, pour faire plus simple ! Ne sont-elles pas les divinités lares des foyers chez les romains. Les hommes se révoltent, quand ils ne le savent pas ! Venus de l’espace, ces êtres, vivent sur la terre, comme deux espèces imbriquées, corps, esprits et âmes.

Voici donc les leçons du coq et de sa poule, la Paonne. Que lui fallait-il d’humain et de nostalgique des septièmes cieux, à ce solitaire de céans ? Lui, ce coq furtif, sympa et fier, qui de temps en temps retournait chez les siens. Ici, il venait récolter quelques grains de plus que mes vers. Façon de me plaire et de repartir en sautant le mur, le gésier plein de pain. Faute de gâteaux et de chocolats, comme la paonne. Pour un peu, il me demanderait des cours de médecine, la sécu et de l’argent.

Ici, il retrouvait mon admiration et plus, de la tendresse, ce que de ses dieux possesseurs ne lui donnèrent pas. Les proprios du coq en question et qu’ils sont ! Ces grossiers propriétaires, aux gros chiens, qui vinrent du rural pour développer la ville, habitent avec leurs bêtes dans une belle villa. Ils ont besoin de cerbères comme gardiens. Ces hurleurs méchants, qui sur la terrasse, aboient de jour et de nuit, devaient lui faire peur, à notre coq, si sympa. Leurs bruits irritants, leurs aboiements, doublaient de par les échos que renvoyaient les immeubles du Bar Lev. Là, en face de ma chambre.

Des malades, malgré eux, urinent sur les bords de la vasque du WC. Cette bonne dame de passage, si versatile de ses choix, était comme ces clients qui me laissaient faire le ménage des toilettes après leur passage ! La propreté est un devoir, surtout après les moments de passion. Peut-on espérer des consultants qu’ils fassent leurs ablutions et se savonnent avant d’aller consulter les médecins. Ça non, ils sont malades. Mais, beaucoup le font, on le perçoit à travers leurs vêtements.

Tels les zélotes des faquirs, les nouveaux adeptes en noviciat, qui pour être admis parmi les sages oulémas, devaient dominer leurs fiertés et maitriser leurs egos. On en parlera.

Le client est roi ! Et vice versa, pour les bonnes choses. L’option du coq, pour ses habits de plumes, brillants et trop changeants, vient du fait qu’il veut épater les femelles, en faisant le paon ! L’inconscient, zélé, me laisse donc nettoyer son écurie. Et pour un peu lui curer les ergots et lui faire le champoing ! Seulement, à cause de ses ergots et de son bec, je ne m’en approcherais pas, quelle que soit la beauté de son pennage.

Les bordures cimentées de mon jardin, c’est là l’extension de son domaine de roi de la basse-cour ! Les coulisses et les coursives de son labyrinthe, sont le secret de la réussite. Comme dirait Adam. Lequel vient de découvrir le sens de ces mots. Au lieu de répandre les biens de ses entre-fesses sur le gazon, le poulet laisse ses fèces et ses déjections sur le ciment blanc ! Merci pour les engrais ! Ils sont de trop, messire coq, et ça fait très sale, par là ! Demandez à Jean de La Fontaine, qui en matière d’oiseaux et de plume, sait encrer la sienne !

 

Ce stage d’humilité, est une épreuve pour les soufis. Il était important de commencer par les toilettes publiques des mosquées et des medersas. Nettoyer les salles d’eaux, servait de butée psychologique, afin de permette aux quémandeurs, aussi imbus de leurs richesses fussent-ils, de compter parmi les soufis de Fès. Ceux d’antan, servaient de modèles aux postulants. Ils gitaient dans les mosquées périphériques et venaient prier au Mausolée de Moulay Idriss ou sous les arches de l’université Qaraouiyne !

Coco est heureux en retour de mes soins, mais qu’il n’appréhende pas. Il me le montre par son altruisme, autrement, comme on le verra ! La neutralité et le profit, est un paradoxe dont il use, même si c’est instinctif et qu’il ne le comprend pas. Seulement il a le sens du partage sans passer par whatsapps. Lisez la suite !

Coco est une école. Il a perdu la peur, cette émotion handicapante, si propres aux bêtes et aux humains. Il est adopté, mais libre à la fois ! L’altruisme et le respect sont l’essence de la morale. Celle écrite sur le tableau noir de notre passé scolaire et en début de chaque cours. Le tableau de bord pour la vie et la morale du citoyen. Voire, celui de l’éthique civique, universelle, si vous êtes agnostique sur ce point-là !

Loin d’être gourmand et égoïste le Coq est un exemple. Le voilà qui prend du bec un bout de pain. Il le relâche en bruissant. Coco recommence à picorer le même bout d’aliment. Et le laisse encore, en lançant des appels sous forme de glouglous et de gargouillement. Des cris doux et insistants pour appeler la nouvelle femelle, tombée du ciel aussi, grâce à moi ! Il veut l’inviter et lui donner de la pitance en se privant ! Offrir à celle qui vient d’arriver. Un cadeau alimentaire à la femelle qui vient l’accompagner. Ses appels pour offrir et partager son grain, (vous avez lu gain, c’est tout comme !). Ce partage, ce don à sa nouvelle compagne ! C’est là sa leçon aviaire. Saurait-on en profiter ? Elle s’approche en caquetant. Satisfait, Coco, s’avale quelques bouts du pain restants.

Vous avez deviné. La poule est une offrande d’un patient. Il me l’a donnée pour la garder, comme ce fut le cas de la paonne ! Pour la manger ou pour profiter de ses œufs ? Mais là, je la libère, la poule. Est-ce un geste de compassion face à la passion ! Une réminiscence mienne doublée d’une espèce congratulation à Coco. Le coq solitaire, dont je comprends et la solitude et le besoin non exprimé d’avoir de la compagnie ! Je lui libère les pattes entravées par plusieurs tours de corde. Elle est un symbole. Je vais m’en passer, car elle doit vouloir s liberté ! Je la libère sachant que je la laisse à un coq, un mâle poulet agité, mais de son espèce ! Depuis qu’il bave dans mon jardin, ça va faire un an que ce coq devait en rêver !

Depuis que j’ai su son existence, j’ai compris son véritable besoin, par-delà la croûte effritée et la mie de pain que je luis servais souvent. Son deal, c’est de prendre la poule, comme amie ou comme femme. Et me chier, tous les deux, sur mon balcon de salon !

Malgré les ordures et que je sois fâché, je réchauffe un petit-pain. Un sneak, qui était congelé comme cet autre-là ! Je le casse et je lui tends une partie, jusqu’au bec. Il ne l’avale pas. Il la traîne, la triture, lance de petits cris pour appeler sa Coca de poule, afin d’y gouter. La dulcinée est ravie du présent et elle le suit là où il va !

 

Je viens donc d’offrir cette noiraude, que j’ai appelé Coca, par assonance, allitération ou homonymie, et pour leur symbiose ! Un écho ! Coco et Cola, ça fait bien ! Faute d’ego ou pour plus d’égo, Coco le coq est aux anges, il a donc sa Coca. De belles brunes on en voit, surtout ces derniers temps ! Les coqs pâles ne font pas l’affaire de ces noires qui vivent ici, en communautés fermées. Elles mangent, étudient et font des enfants, sans aucune tendance des nôtres de les évacuer et de les verser par camions aux frontières, comme certains pays qui l’ont fait ! ‘’ Ça on le sait ! Des chefs d’états me l’ont dit. ’’

Tu vas l’égorger, Papy ? Me fit Adam, d’un geste de lame sur le cou ! Lui qui ne voit que des films violents...Et ils vont faire des relaxations sexuelles ? Me demande-t-il. A son âge, on a appris tout ça en sciences à l’école ! Et ils ont des contrôles là-dessus, les mioches ! Dès lors, voir ça dans un film ou dans la vie, ça fait comme des exercices scolaires, en attendant les applications des sciences infuses et le réveil des hormones et des instincts.

Stupéfiant pour les ringards et les timides d’essence, comme moi. Nous étions frappés à notre époque par les chiens, longtemps collés à deux, après leurs coïts et par les ruts éléphantesques des ânes. Les mulets et les mules stationnaient là, avec leurs maîtres et cornacs. Ces fumeurs de calumets de la paix, le kif innocent et libre de l’époque et moins cher que le tabac. De braves vieux, originaires des environs. Ils s’adossaient, accroupis, aux abords de notre atelier, la Makina, ou de l’usine voisine. Ils attendaient là, tranquilles et patients, de transporter le bois brut ou les meubles travaillés, les pièces de bois sculptées, pour la maintenance des mosquées, dans les coursives et les ruelles, les gorges de notre labyrinthique médina de Fès ! 

 

 

Revenons à la nouvelles recrue aviaire. Le risque pour la poule, comme ce fut pour ma paonne le cas, ce sont les chats vagabonds. Ces excités criards des bars, comme des spectres de moribonds, qui souillent les femelles du jardin. Tels des hyènes affamées qui bouffent les restes de souris et de rats, ces rapaces et ces vampires risquent de bouffer la poule noire pour l’offrir aux chattes de l’endroit.

Le risque morbide et le pire des trépas qui soit, est pour la femelle noire, de devenir veuve, une veuve noire dans le théâtre de cet emplacement. Un drame juste après ses noces dans cet éden de jardin et de perdre les amours du bellâtre blond. Coco, le Trump du quartier, qui s’est entiché d’elle si rapidement !

Et c’est cela la théorie du tagine ! Le risque de voir le maître cruel du destin, mon paysan de voisin, devenir hospitalier subitement ! Le jour malséant où il recevait à l’improviste un invité et qu’il voudrait l’honorer, comme dans la légende du cheval arabe, en lui offrant son beau coq. Un bien lugubre plat. Un stupide trépas.

Ils stationnaient avec leurs maîtres et cornacs. Ces fumeurs de calumets de la paix, le kif innocent et libre de l’époque et moins cher que le tabac. De braves vieux, originaires des environs. Ils s’adossaient, accroupis, aux abords de notre atelier, la Makina, ou de l’usine voisine. Ils attendaient là, tranquilles et patients, de transporter le bois brut ou les meubles travaillés, les pièces de bois sculptées, pour la maintenance des mosquées, dans les coursives et les ruelles, les gorges de notre labyrinthique médina de Fès ! 

 

Dr Idrissi My Ahmed

Kénitra, le 25 Mars 2018 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • maidoc25 maidoc25 31 mars 12:44

    Merci à Agoravox et aux lecteurs et modérateurs 


    • maidoc25 maidoc25 22 avril 00:55

      Première couvée dans cet éden  : 12 œufs !


      • maidoc25 maidoc25 19 mai 01:36

        Un poussin vivant, un œuf mort et les autres ’’ bêtement ’’ mangés ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès