• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Le couvre-fée

La fin du Sabbat

« Il fallait s’en douter. Puisque nous avions placé un mauvais diable aux commandes de nos destinées, il n’allait pas tarder à se mêler de tout et nous mettre des manches de balai dans les roues. Les temps qui s’annoncent seront ceux de la répression et de la terreur. Malheur à nous et à tous ceux qui vivent la nuit ». Ainsi s’adressa la grande prêtresse des fées qui justement tenait grand conciliabule dans une clairière perdue au milieu des bois.

L’heure était grave en effet pour ces dames qui se voyaient privées de sorties nocturnes par celui qui se prend pour le maître du monde. Une mesure clairement tournée contre ces dames, toujours promptes à organiser de belles sarabandes nocturnes pour les jeunes gens et les belles demoiselles du pays.

Le Sabbat était devenu une institution dans les milieux estudiantins, une bouffée d’oxygène pour survivre au rythme infernal que leur imposent leurs études, les petits boulots pour survivre et les mille et une autres obligations liées à leur âge. Aux grands rassemblements du week-end, ils avaient progressivement pris un malin plaisir à y ajouter le jeudi soir, sorte d'échappatoire bienheureux dans la morosité des temps.

Pour le grand ordonnateur de nos existences, il fallait que ça cesse. Une jeunesse insouciante et heureuse ne pouvait prétendre à s’intégrer plus tard dans le monde de labeur et de sobriété, de contraintes et de rigueur que souhaitent mettre en place les chantres du travail dans la douleur. Le bonheur n’a plus sa place ni dans le pré ni dans la clairière. Le couvre-fée a été décrété.

Des escouades de gnomes et de farfadets ont été convertis à la nouvelle doctrine. Plus question pour ces étranges créatures de fréquenter les rondes ensorcelées. Ils ont été placés sous l’autorité de Jupiter pour aller courir les bois, traquer les irréductibles, chasser les fées et briser toute envie de s’amuser la nuit.

Plus question d’ailleurs de prétendre que la nuit tous les chats sont gris. Eux aussi devront rester dans leurs foyers. C’est l’extinction totale de la joie de vivre qui est mise en branle par ce satanique Freluquet, prince des puissances d’argent et pourfendeur de l’esprit national. Les jeunes n’ont qu’à se le tenir pour dit, ils sont les premiers sacrifiés d’une reprise en main d’une société qui n’aura d’autre distraction qu’un travail sous-payé pour le seul profit des amis du chef.

Plus de cérémonie sabbatique, plus de fêtes endiablées, plus de réunions joyeuses. La morosité est à l’ordre de la nuit. Dormir pour mieux travailler le jour et redresser les finances du pays dans le désespoir le plus noir. Perspective peu glorieuse certes mais unique voie de salut pour un système qui se moque des pauvres gueux et de leurs misérables loisirs.

Les fées se voient ainsi couper leurs ailes. Elles ont été dans le même temps victimes d’une perquisition afin que soient confisqués balais et baguettes, onguents et poudres magiques, élixirs euphorisants et instruments de musique. Il n’est plus temps de rire ni même de se divertir. Le bonheur est viral, la convivialité coupable, la joie de vivre condamnable, le sourire contaminable.

La fin de la récréation vient de sonner. L’insouciance est rangée dans la bibliothèque des vieux grimoires d’un passé qui sera bientôt brûlé pour effacer toutes traces. Adieu donc aux fées, aux ambianceurs, aux mages, aux DJ, aux troubadours, aux sirènes et aux saltimbanques. Vous êtes devenus des proscrits, des hors la loi, des pousses au crime d’innocence. Les bûchers se dressent ici ou là pour vous réduire en cendre. Le couvre-fée s’accompagnera de quelques autodafés terrifiants afin que disparaisse à jamais votre pernicieux souvenir.

Sataniquement sien.

 

Le temps est venu pour nous, hélas, d'entrer véritablement en dictature.

Ils nous interdisent les fêtes privées, de recevoir des amis, de vivre tout simplement en dehors du travail obligatoire et bientôt gratuit. Freluquet est un monstre mais il vient de commettre une faute ; il s'attaque à la jeunesse et il va le payer. Vivons, aimons, rions. Ils nous le refusent nous allons faire en sorte de nous enivrer de ces interdits.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • juluch juluch 21 octobre 12:20

    le covid arrive à partir de 21H00....lol !


    • Adèle Coupechoux 21 octobre 14:22

      @juluch

      Il semblerait que les pendules vont avancer à 19h00...


    • C'est Nabum C’est Nabum 26 octobre 14:50

      @juluch

      Quand il descend du métro 


    • troletbuse troletbuse 21 octobre 12:32

      Un exemple d’article de nos merdias à la fin de l’histoire. smiley

      -Le gendarme (elle vaut de l’or)

       

       

      Un Gendarme se promène au zoo de Vincennes lorsque, tout à coup, il aperçoit une petite fille qui est un peu trop proche de la cage du gros lion d’Afrique.
       Soudain le lion attrape la robe de la petite et la ramène vers lui afin d’en faire une bouchée tout ceci sous les yeux des parents qui hurlent de désespoir.
       Le Gendarme sans hésiter une seconde se rue sur le lion et lui assène un terrible coup de poing sur le museau, le lion recule en lâchant prise et se frotte le museau en grognant pendant que le Gendarme revient avec la petite vers ses parents qui pleurent de joie et n’arrêtent pas de le remercier.
       Un reporter a tout vu et s’approche du Gendarme : "Monsieur vous venez d’avoir un geste extrêmement courageux, je n’ai jamais vu un homme faire un tel geste depuis 40 ans que je fais ce métier.
       Le Gendarme répond " Mais Monsieur je n’ai rien fait d’extraordinaire !... Le lion était en cage, et j’ai vu le danger que courrait la petite.
       Le reporter répond : ’Monsieur je vous garantis que ceci ne passera pas inaperçu, je suis journaliste, et demain vous serez en première page.... dites-moi de quelle région êtes vous originaire, êtes vous PS ou LR ou LREM ?
       Le Gendarme répond, je suis fils de Pieds Noirs et j’ai voté Le Pen.
       Le journaliste s’en va ...
       Le lendemain le Gendarme achète le journal afin de lire la première page et voir si son geste de la veille y est mentionné... Il lit alors : UN PIED NOIR DU FRONT NATIONAL ATTAQUE UN IMMIGRANT AFRICAIN ET LUI VOLE SON REPAS …


      • C'est Nabum C’est Nabum 26 octobre 14:51

        @troletbuse

        Vous m’expliquerez 


      • Adèle Coupechoux 21 octobre 14:20

        @auteur,

        Merci pour ce texte tristement beau. Je me sentirais presque pousser des ailes.


        • C'est Nabum C’est Nabum 26 octobre 14:51

          @Adèle Coupechoux

          Pour vous servir 


        • Sarah Volt 21 octobre 17:12

          Merci. Comme Adèle le dit. Vous êtes un génie et un poète.


          • C'est Nabum C’est Nabum 26 octobre 14:53

            @Sarah Volt

            N’exagérez rien

            J’écris des livres et n’en vend presque pas 

            Je ne suis rien qui vaille 


          • ETTORE ETTORE 21 octobre 21:31

            Merci Nabum pour ce voyage dans la réalité.

            Je ne suis pas persuadé que ce « monstre » ait vidé tous les placards à balais.

            Viendras bien un moment où on les re-chevaucheras.....NOUS !

            Parce que lui en finalité il l’auras dans.le.....


            • xana 22 octobre 13:13

              @ETTORE
              Non, il ne l’aura pas dans le... parce que pour l’empaler il faudrait le déculotter et ça ne se fait plus, les mougeons auraient trop peur de voir le loup.
              Par contre, je le vois bien couché sur la planche en attendant le couperet.


            • C'est Nabum C’est Nabum 26 octobre 14:53

              @ETTORE

              Le monstre veut nous redonner du boulot et ne sait que chevauché son balai de bouleau 


            • Adèle Coupechoux 22 octobre 18:18

              @tous


              Le syndicat FO ESR de notre fac nous a alerté aujourd’hui sur la toxicité du type de masques que vous avez achetés.

              Notamment sur celle de ces masques en tissus acquis par l’Etat au printemps et traités par DIM à la zéolite d’argent et de cuivre - un agent biocide certes autorisé par la réglementation européenne mais dont la toxicité est soulignée par plusieurs études récentes.

              Je joins le lien d’un article du « Parisien » qui évoque cette question.

               

              https://www.google.com/amp/s/www.leparisien.fr/amp/societe/masques-dim-toxiques-l-executif-demande-aux-fonctionnaires-de-ne-plus-les-porter-20-10-2020-8404187.php

               

              De façon générale, les masques en plus ne sont pas stériles. Nous ne savons pas comment ils ont été fabriqués et manipulés. Impossible de savoir précisément ce que nous inhalons

              J’en profite pour rappeler à notre bon souvenir les germes saprophytes et commensaux : n’importe quel livre de biologie en parle. Pour résumer, ils vivent en symbiose avec l’être humain pour nous protéger.

              Nos intestins, notre peau, nos muqueuses en sont remplis. C’est pourquoi, il ne faut les détruire.


              • C'est Nabum C’est Nabum 26 octobre 14:54

                @Adèle Coupechoux

                au masque j’ai toujours préféré la plume 


              • pierrot pierrot 23 octobre 11:56

                Bien évidemment un grand nombre de virus et de bactéries ne sont pas pathogènes mais utiles à la vie.

                Concernant l’éventuelle toxicité des zéolithe (fossiles de diatomées) mordancés par l’argent et le cuivre, ce sont des substances largement utilisés (traitement de l’eau ...) l’ajout d’un bactériostatique (Ag et Cu) ne me semblent pas utiles, le role du masque est la filtration des aérosols chargés en virus.

                Un filtre industriel, FFP2 ou FFP3 suffit dans quasiment tous les milieux clos.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité