• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le fabuleux destin d’un couteau Suisse

Le fabuleux destin d’un couteau Suisse

Fine lame, vous croyez ?

Entre la pierre et le fusil !

À quelques entablures* d'ici, un pays qui se dit neutre dispose de l'arme la plus sophistiquée que l'humanité ait conçue dans sa fièvre guerrière. Il y a fort longtemps de cela, sommé de choisir entre la croix et la bannière, un coutelier suisse fit un choix qui marqua son destin personnel, celui de la profession et simplifia la vie de tous les bricoleurs du monde.

La tradition de ce doux et bon pays est si ancrée dans les esprits que notre homme avait comme modèle esthétique unique, le coffre-fort. C'est ainsi qu'il décida, dans le plus grand secret de dissimuler aux regards affûtés des douaniers français, une multitude de petits outils dans un gros bloc parallélépipédique.

Notre homme ignorait alors que son pays allait innover dans l'art complexe de la viticulture. Il n'était nullement abstème et aimait fort lever le verre de ce délicieux vin blanc de Chasselas. Il mit dans sa petite boîte, un tire-bouchon qui se désole maintenant de l'apparition des capsules à vis dans cette bonne confédération.

Il avait une hygiène bucco-dentaire assez douteuse ! Il est bon de rétablir l'exacte vérité lorsqu'on cherche à œuvrer en historien. Le cure-dents fut le deuxième accessoire, complément indispensable du premier pour les amateurs de bains de bouche.

Constatant qu'il cheminait vers la postérité à coup de mots composés, il se mis en quête d'un troisième accessoire, aussi improbable que les deux premiers dans le monde feutré de la tradition coutelière. Au risque de se faire moquer par ses amis de Thiers ou de Laguiole, lui qui n'était ni manche ni queux, ajouta un ouvre-boîtes.

On se gaussa mais il ne prit pas la mouche qu'il laissa à ses collègues Français de l'Aveyron. Il opta pour la croix blanche non pas par patriotisme déplacé mais parce qu'il était fort étourdi. Une croix à son couteau pour se rappeler sans cesse où il le rangeait, l'idée fit son chemin …

Après bien des réflexions, il se rendit compte avec effarement qu'il avait omis un élément indispensable à la chose coutelière. Son couteau quoique Suisse méritait bien quelques lames. Il les fit fines, tranchantes, effilées. Une lame pour chaque usage, un usage pour chaque lame. Il y a celle qui coupe le brouillard, une autre qui coupe court, une troisième pour les petites coupures, et la quatrième destiné aux français qui n'aiment rien tant que couper les cheveux en quatre.

À l'évocation de ce dernier usage, l'homme qui avait la tête sur les épaules et encore un système pileux abondant adjoint une paire de ciseaux à son outil qui prenait des allures de totalité. Il regarda son œuvre et en fut particulièrement content. Pas moins que son épouse, retoucheuse de profession qui se rendit compte immédiatement des perspectives nouvelles que ce nouveau couteau allait offrir.

Elle vit juste et les poches percées se multiplièrent à plaisir. De fil en aiguilles, le couple fit fortune et s'en alla dissimuler ses avoirs dans une banque du Liechtenstein. Nul n'est prophète en son pays et le coutelier était à couteau tiré avec le banquier de son village.

Depuis lors, le couteau Suisse sillonne le Monde. S'il est gris dans l'armée Helvétique pour un louable souci de camouflage, il se pare de ce rouge vif qui fit sa gloire chez les civils moins belliqueux.

C'est la lame à l'œil que je suis contraint de vous annoncer la fin de sa gloire. Le délire sécuritaire qui touche nos sociétés urbaines et policées interdit désormais d'avoir un couteau dans la poche. La garde à vue menace le bricoleur ou le gourmand. Nous vivons une époque formidable et le délinquant que je suis, puisque j'ai toujours un couteau dans la poche, vous salue bien tant qu'il en a encore la possibilité.

Coutelièrement vôtre.

Vous ne pouvez pas y couper, mais c'est un peu long ....


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 1er juin 2013 11:25

    Bonjour,
    Géniale invention !
    Bricoleur, j’en ai toujours un à ma portée, pour les usages les plus pacifiques.
    C’est mon couteau-zen, au jardin, comme dans mon atelier.
    Mais attention, les produits suisses sont parfois à double tranchant !


    • C'est Nabum C’est Nabum 1er juin 2013 13:29

      ZEN


      Pas du tout bricoleur, je lui préfère le petit laguiole !

    • ZEN ZEN 1er juin 2013 13:09

      Et parfois ça coupe et ça fait mal..smiley


      • C'est Nabum C’est Nabum 1er juin 2013 13:30

        Zen


        Vous allez bien ?

      • Abou Antoun Abou Antoun 2 juin 2013 08:34

        Puisque nous y sommes.
        A vous tous les bricoleurs qui jouez de l’opinel ou du couteau suisse, vous avez déjà dû vous entailler les doigts.
        Voici un remède radical contre les saignements abondants.
        Du poivre, une poupée et on peut continuer à travailler sans créer une scène d’un film d’horreur.
        Voir ce site (entre autres). Je garantis l’efficacité. En plus le poivre est antiseptique (attention poivre gris ou noir moulu fin, surtout pas de sel ni de cayenne, qui n’est pas du poivre mais du piment moulu).


      • volt volt 1er juin 2013 14:01

        Salut Nabum,

        je ne conçois pas de vivre sans. depuis l’enfance, sous toutes les formes, et aujourd’hui, le mini en porte-clefs. Un chef-d’oeuvre, vraiment, impossible de lister tout ce que j’ai fait avec, tenir la forêt entière, bâtir des cabanes accomplies... ça commence par l’ours en peluche défoncé, puis ça ne s’arrête plus, la scie surtout, les ciseaux, le feu avec la loupe, les sculptures de pommeaux en bois, les plans rhaaa on a pas de tire-bouchon, la mini-pince pour retirer l’écharde du mal dans la chair de dieu, un monde, et c’est peu dire.

        • C'est Nabum C’est Nabum 1er juin 2013 20:16

          Volt


          Il divise le monde en deux, les bricoleurs ne peuvent s’en passer, les maladroits le trouvent insupportable !

          Je suis hélas de la seconde moitié de l’humanité

        • cevennevive cevennevive 1er juin 2013 14:27

          Bonjour à tous,


          Enfant, je désirais si fort un couteau suisse que mon père, (inconditionnel des Opinel) m’en a offert un (en rouspétant un peu d’ailleurs).

          Depuis, bien des années ont passé, et plusieurs générations de couteaux suisses se sont vautrées dans les replis de mes sacs à main.

          Le dernier en date est resté en Sicile, sur un muret. Je l’avais pris pour éplucher une figue de barbarie bien épineuse, et l’y ai oublié. Le lendemain, prenant conscience de cet oubli, je suis allée inspecter le fameux mur. Mais de couteau, point...

          Il a certainement fait le bonheur d’un Sicilien.

          Et peut-être (comme je pense que les objets ont une âme) ne voulait-il plus vivre en France ? Ou en avait-il marre de rester coincé dans un sac de femme, sous des mouchoirs, des colifichets, un miroir, des limes à ongle, etc...

          Voilà l’histoire de mon dernier couteau suisse. Depuis, j’ai changé de marque. On ne sait jamais, cela pourrait se reproduire. Et moi, sans couteau, que deviendrais-je ?

          Cordialement.

          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er juin 2013 14:52

            Ia orana ,peut etre l’inventeur de ce couteau en eut il l’idée en observant tout ce que pouvait contenir, en peu d’espace, le sac à main de sa belle ...


          • C'est Nabum C’est Nabum 1er juin 2013 20:18

            Aita Pea Pea 


            Pour observer le sac à main d’une dame il en faut du cran ! 

          • Abou Antoun Abou Antoun 2 juin 2013 14:26

            Bonjour cevennevive,
            Enfin voilà c’est juste bonjour. J’aime bien vous lire, voilà une occasion de le dire. Je crois comme vous que les objets manufacturés ont une âme (tout comme les pierres, les arbres, les ruisseaux, etc...). Je parle donc aux plantes, aux animaux et aux couteaux ...
            Malgré tous les efforts déployés pour entretenir des rapports amicaux avec ces objets dangereux il arrive qu’il m’agressent (peut être quand je leur ai manqué de respect ou d’attention). Mais je ne changerait rien à mes habitudes. Je sais que l’aiguisage est une opération douloureuse sans anesthésie, je m’en excuse donc à l’avance auprès du ’patient’.
             


          • cevennevive cevennevive 2 juin 2013 14:51

            Bonjour Abou,


            En parlant d’aiguisage de couteaux : j’ai hérité il y a peu, d’une grosse meule à aiguiser d’un vieil oncle qui, berger, faisait lui-même les colliers de ses brebis. 

            Ces colliers, en châtaignier étaient des merveilles de petites choses. La fermeture du collier était faite de deux petites chevilles, faciles à ôter. Lorsque j’étais enfant, je passais des heures à le regarder manier son couteau coupant comme un rasoir.

            Cette grosse meule à aiguiser s’actionne par une manivelle ou si l’on veut, une pédale. Cela aussi est une merveille inventée par ce vieux berger.

            Désormais, mes couteaux coupent comme des rasoirs. J’installe une petite bouteille de plastique, qui, pleine d’eau et percée, envoie juste ce qu’il faut sur la pierre...

            Les objets ont une âme, j’en suis certaine, et certains objets en ont plus que d’autres puisqu’ils ont appartenu à quelqu’un qui les a aimés avant soi.

            Cordialement.

          • Vipère Vipère 1er juin 2013 15:10

            Nabum

            Je n’ai jamais eu de couteau de quelque marque que ce soit ! pourtant il s’est trouvé des occasions où il aurait été utile.

            Par exemple : graver un coeur à côté d’un autre dans ma tendre adolescence ?

            Par la suite, j’y ai pensé, pour oublier aussitôt ! Les couteliers ne feront pas fortune avec moi, c’est évident, pour autant cela ne m’empêche pas d’emprunter celui des autres !


            • C'est Nabum C’est Nabum 1er juin 2013 20:19

              Vipère


              J’ai souvent offert un petit couteau à des femmes. Elles en rafolent ....

            • Abou Antoun Abou Antoun 2 juin 2013 07:09

              J’ai souvent offert un petit couteau à des femmes.
              Nabum, vous êtes un petit malin ! La tradition est d’offrir, en même temps que le couteau une petite pièce (1FF dans le passé, qui sait 1€ maintenant ?) pour ne pas trancher la relation. Ce genre de cadeau coûte moins cher qu’un bijou et vous pouvez toujours arguer que c’est beaucoup plus utile. Mais je confirme, j’ai rencontré des femmes qui adorent avoir un petit couteau dans le sac à main.


            • Abou Antoun Abou Antoun 1er juin 2013 15:29

              Le véritable couteau suisse Victorinox est garanti à vie (expérience faite).
              Pour le tranchant Opinel acier au carbone yapamieux (la lame inox ne s’affûte pas bien). Le prise en main de l’Opinel Main Couronnée est également meilleure (n°8 taille idéale).
              Voilà le couteau suisse pour le voyage l’opinel pour la maison et on est paré.


              • C'est Nabum C’est Nabum 1er juin 2013 20:20

                Abou Antoun


                Et le Laguiole ?

                Vous allez me contrarier ...

              • Abou Antoun Abou Antoun 2 juin 2013 00:31

                Le Laguiole est élégant, mais il s’aiguise mal. Il n’a pas le tranchant de l’Opinel, ni les fonctionnalités du suisse ; c’est un bel objet (dans certaines déclinaisons), mais un couteau médiocre.


              • C'est Nabum C’est Nabum 2 juin 2013 07:00

                Abou Antoun


                Je respecte l’avis du spécialiste
                Je l’utilise pour des fonctions subalternes
                Il me va très bien

                Quand j’allais dans les bois, l’opinel était effectivement plus efficace

              • Abou Antoun Abou Antoun 2 juin 2013 08:44

                Le Laguiole n’est en fait qu’une copie ’soft’ de la fameuse navaja espagnole beaucoup plus redoutable puisque étant une véritable arme avec cran d’arrêt.
                A ce sujet le wiki anglophone est beaucoup plus instructif que son équivalent français.


              • C'est Nabum C’est Nabum 2 juin 2013 08:48

                Abou


                Merci pour ces détails !

              • gaijin gaijin 2 juin 2013 09:30

                «  Le Laguiole est élégant, mais il s’aiguise mal........ »
                AAARGH !
                un vrai laguiole ( cad pas une merde fabriquée en chine ) s’aiguise très bien ça demande juste un peu plus de travail que pour l’ opinel mais on peut arriver a un tranchant plus fin et plus durable

                fan de couteaux j’ai eut les trois ( plus d’autres ) la différence étant avant tout une question d’utilisation 
                l’ opinel est plus rustique et moins cher il s’aiguise au besoin sur une pierre et est parfait a emmener en forêt pour les champignons ......
                le laguiole est plus un couteau de table que l’on peut sortir partout sa lame plus dure que celle de l’ opinel permet d’obtenir un superbe tranchant devant lequel les viandes les plus coriaces s’évanouissent de bonheur .....
                le suisse a plus vocation de couteau urbain c’est l’outil dont on se sert peu mais que l’on est content d’avoir sur soi le jour ou on en a besoin .....

                http://www.google.fr/imgres?newwindow=1&hl=fr&tbm=isch&tbnid=QkLo5mUYk51dIM :&imgrefurl=http://www.gorgesdutarn.net/La-coutellerie-de-Laguiole-Aubrac&docid=btz6TiV8k4UjaM&imgurl=http://www.gorgesdutarn.net/IMG/jpg/coutellerie07.jpg&w=600&h=386&ei=CvGqUbD_MOmU7Qa0xYHgDA&zoom=1&iact=hc&vpx=610&vpy=213&dur=3118&hovh=180&hovw=280&tx=185&ty=99&page=1&tbnh=143&tbnw=241&start=0&ndsp=9&ved=1t:429,r:8,s:0,i:187&biw=926&bih=518

                la coutellerie et la coutellerie d’art font partie des traditions françaises ( et il y a des gens qui viennent de l’étranger pour se former en france )
                nos politiciens formés aux states ne comprennent rien a notre culture et ne savent qu’ interdire ( les armes en vogue étant le cutter et la béquille a quand leur interdiction ? )

                le couteau fait partie de l’identité française avec le pain le vin et le fromage, sinon non de dieu on fait comment pour ouvrir la bouteille et couper le pain ????
                bien sur on peut aussi considérer que bouffer un machin burger avec un machincola en boite est un progrès ......


              • C'est Nabum C’est Nabum 2 juin 2013 09:33

                gaijin


                Je me disais aussi ! 

                Un peu de tranchant dans le commentaire est parfois nécessaire ...

                Merci pour l’Aveyron

              • Abou Antoun Abou Antoun 2 juin 2013 14:18

                Bonjour Gaijin,
                « Le Laguiole est élégant, mais il s’aiguise mal........ »
                AAARGH !

                Allons au fond des choses !
                Le Laguiole, comme le couteau suisse a une lame en acier inox poli. C’est vrai qu’il y a plusieurs catégories d’inox, mais en gros meilleure est la qualité plus dur est le métal, plus difficile est la lame à affûter.
                Pour les beaux couteaux et pour éviter les rayures on propose des pierres spéciales à grain très fin et relativement douces. Certaines pierres sont même estampillées ’laguiole’ (made in RPC ou non). Pour ne pas rayer, les pierres spéciales doivent être également assez tendres. Nous avons donc un processus d’affûtage assez long ou l’usure de l’abrasif est bien plus importante que l’usure de la lame.
                Mais il y a un autre problème. La lame d’un Laguiole a un dos assez épais, ce qui fait que l’angle du tranchant est plus important que sur un couteau suisse. Alors que le couteau suisse possède, du point de vue de l’aiguisage les mêmes défaut ou les mêmes qualités selon le point de vue où on se place que le Laguiole (et que l’Opinel inox), en pratique il s’aiguise plus vite.
                En somme je dis le Laguiole s’aiguise mal, et vous vous dites que l’opération est longue, nous disons en substance la même chose. Il faut organiser sa vie. Moi je limite le temps passé à aiguiser un canif comme celui à briquer la bagnole ou la moto, dans la vie faut faire des choix. Ces choix étant faits, il n’y a guère que l’Opinel carbone qui passe tous mes tests car je n’ai pas remarqué que l’affûtage d’un couteau dur, dure plus longtemps.
                J’ai donc moi aussi un vrai Laguiole acheté sur place, ’just for fun’, pour la déco, parce que je suis profondément ’Frenchie’, j’évite de m’en servir parce que je suis notoirement paresseux.


              • gaijin gaijin 2 juin 2013 16:00

                « Pour ne pas rayer, les pierres spéciales doivent être également assez tendres »
                non !
                pour ne pas rayer il faut controler correctement la position de la lame sur la pierre, mais vous n’êtes visiblement pas un amoureux de l’ affutage....... ( bon, chacun son truc )
                si on veut gagner du temps on travaille sur des pierres de grain différent en fonction de ce que l’on veut faire, mais une fois que l’on a obtenu un tranchant correct un petit coup de temps en temps sur la pierre la plus fine est suffisant .....


              • Bilou32 Bilou32 2 juin 2013 10:06

                En tant que pécore, je suis aussi fidèle à l’Opinel comme couteau de tout les jours, il permet de curer le sabot d’une brebis, couper les ficelles des balles de foin, aider au débourrage du Round Baller... On peut même l’affuter sur une pierre dans un champ... Autrement j’ai des couteaux de poche dans presque tous les tiroirs de la maison, et de tous types !
                Le Victorinox (pas les copies chinoises de camelots ) est excellent mais cher et lourd.
                Autrement la mode chez les survivalistes est le Leatherman, un vrai outil polyvalent... mais il faut encore se méfier des copies chinoises !
                Autrement, très bon texte comme d’habitude !


                • C'est Nabum C’est Nabum 2 juin 2013 11:28

                  Bilou


                  Le copies chinoises ! Je vous offre un texte rien que pour vous :

                  L’abeille butine en Chine !

                  Un petit râteau pour la tradition.


                  Il est des marques qui fleurent bon le terroir, qui sont estampillés « Tradition Française ». On peut leur faire confiance, on achète les yeux fermés, persuadés que le Nom vaut garantie indiscutable et que nulle intention de duperie ne peut venir d’une telle marque. Laguiole est de celles-là, surtout que pour moi, l’Aveyron est terre de passion et d’authenticité.


                  Alors, quelle ne fut pas ma surprise lorsque je découvris une plaquette informative accompagnant un objet dont je ne soupçonnais pas même l’existence sur ce cher label à l’abeille. La Marque avait même une filiale, Laguiole le jardinier, pour mieux vous servir.


                  Là, j’aurai dû me méfier. Quand on connait la rudesse des terres de ce département d’élevage aux terres acides, il est rare d’y trouver des maraîchers prospères. Les paysans travaillent dur pour obtenir le peu qu’il faut pour nourrir leurs bêtes, les légumes ne font pas partie du décor.


                  Laguiole le jardinier n’y va pas de main morte dans la manière de vanter son merveilleux, son incomparable balai-râteau ergonomique. Que l’ergonomie eut pu atteindre aussi vite les contreforts de l’Aubrac, j’en restai pantois, mais la suite allait encore plus me surprendre et me forcer à revisiter mes convictions en matière des arts et traditions agricoles.


                  L’objet de mon admiration passagère était muni d’un manche ergonomique qui permet, si on en croit le dépliant, d’obtenir une prise en main confortable pour jardiner de façon agréable. Les mains calleuses de mes amis du Ségala doivent se tordre de rire ! Leur réputation bien usurpée de pingrerie pouvait par contre accepter l’argument suivant : «  La qualité de l’outil est un investissement car il est conçu pour durer très longtemps ! »


                  Je retrouvais là la sagesse de cette terre, un endroit où il ne serait pas concevable de construire quoi que ce soit pour durer peu de temps. Mais il est possible que l’industrie ignore cette évidence et qu’elle ait besoin parfois de la rappeler ainsi. Hélas, la suite brisa le rêve. Le râteau, dont l’utilisation professionnelle était qualifiée de compatible, on se demande encore le sens de la formule, est garanti contre les défauts de fabrication mais contre l’usure …


                  Je n’invente rien, l’usure et la mauvaise utilisation sont exclues de la garantie d’usage, si je peux me permettre. La suite sera du plus grand guignol qui soit : «  Il est fortement recommander de ranger le balai à l’abri tout en le tenant hors de portée des enfants ! » Deux précautions valent mieux qu’une et les enfants d’Aveyron et d’ailleurs doivent être une calamité météorologique pour les outils du bon jardinier traditionnel.


                  Nous pouvions en finir avec ce formidable article, dont l’accompagnement graphique à connotation de réclame d’un autre temps, réjouissait celui qui n’use jamais d’un râteau mais est bien prompt à se gausser bien vite de ses semblables, d’autant plus vote qu’ils sont d’affreux vendeurs mercantiles.


                  Soudain, un détail vint briser mon rêve. L’Aveyron n’était plus terre fidèle. Notre balai-râteau ergonomique affichait discrètement un petit signe étrange : made in PRC. Je n’osais croire à la forfaiture, je voulais savoir quelle nation pouvait se cacher derrière ce sigle énigmatique. J’osais croire qu’il signifiait « Provinces du Rouergue et du Cantal ! »


                  Que nenni, l’abeille butine en Chine, tout fout le camp dans notre beau pays de France où même les râteaux se font emmancher en lointaine République Populaire. Plus rien ne résiste à leur appétit, sauf peut être notre volonté farouche à ne pas accepter la tromperie manifeste. Sus aux tricheurs, refusez de ratisser en dehors de notre modeste pré carré  !

                  Abeillement leur.


                • gaijin gaijin 2 juin 2013 12:29

                  je n’ai plus le détail en tête mais au départ le problème vient du fait que ni le nom du laguiole ni la forme n’ont été déposés ......
                  ce qui a permit a des petits malins de s’en emparer je crois même qu’à un moment donné on a tenté d’interdire aux couteliers de laguiole d’ en vendre sous cette appellation ...........
                  en plus bcp de laguioles sont fabriqués a thiers et il y a ( ou avait ) pas mal de conflits entre les deux villes ....
                  le seul moyen d’avoir un « vrai » laguiole étant donc de l’acheter sur place a un coutelier ( attention a laguiole aussi on vend du produit chinois, les lois du bizeness étant comme ailleurs étrangement proches de l’escroquerie ...)


                • Abou Antoun Abou Antoun 2 juin 2013 12:36

                  attention a laguiole aussi on vend du produit chinois
                  Je confirme !


                • C'est Nabum C’est Nabum 2 juin 2013 13:43

                   gaijin 


                  Dés qu’il s’agit d’argent, on ne peut confiance à personne.

                  Voilà la seule morale de ce système vérolé !

                • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juin 2013 16:31

                  j’ ai une fourchette laguiniolle je fais tout avec . Bêche le jardin cueille 

                  les cerises les biftecks j’ écris même des lettres en trempant les dents 
                   dans l’ encre Waterman me gratte le dos , tout , je fais tout .

                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 juin 2013 17:01

                    Pour ceusses qui font régime ,la fourchette à cran d’arret est un must !


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 juin 2013 17:11

                    Tout à fait ,et le modèle « zozotte » est particulièrement adapté en cas de cheveu sur la langue !


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juin 2013 17:43

                    Aïta et Sabine 


                     smiley  smiley  smiley



                  • Abou Antoun Abou Antoun 2 juin 2013 20:18

                    Pour ceusses qui font régime ,la fourchette à cran d’arret est un must !
                    En version automatique, avec bouton poussoir, elle peut aussi servir pour les piercings.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 2 juin 2013 21:54

                    Rocla


                    Vous me chinez !

                  • auguste auguste 2 juin 2013 17:14

                    On m’a offert un Laguiole, que je trimballe depuis une quarantaine d’années.

                    Ce couteau ne m’a jamais déçu, même si son manche en ivoire crée la polémique et sa lame qui noircit lui enlève de sa superbe, l’acier inoxydable étant inconnu de la forge du maître artisan à cette époque là.

                    Je le soigne comme il se doit et il rase mieux que la pacotille à lames interchangeables qu’utilise certains barbiers.

                    J’ai pratiquement tout fait avec, tout ce que l’on peut demander à un couteau digne de ce nom :
                    Dépecer des sangliers, percer des brebis, aider des vaches à vêler, ouvrir des bouteilles, etc..

                    Mais chaque médaille a son revers.

                    J’ai un vrai Laguiole, et un certain âge aussi.


                    • Abou Antoun Abou Antoun 2 juin 2013 19:29

                      Salut Auguste,
                      Même si son manche en ivoire crée la polémique
                      C’est vrai que maintenant c’est plutôt « Laguiole de bois ».
                      Un autre ancêtre.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 2 juin 2013 21:56

                      Auguste


                      Merci pour ce témoignage

                      Vive le couteau qui donne le bourdon aux chinois.

                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juin 2013 20:30

                      Laguiole de bois c ’est un modèle pour dans les bistrots , au bout de la 

                      dixième tournée le patron ’t ’offre un Laguiole de bois .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires