• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le fait religieux en entreprise

Le fait religieux en entreprise

Notre correspondant spécial, Marcel Dubois, est allé à Versailles, ce 15 mars 19, pour enquêter sur le fait religieux en entreprise. Ses découvertes sont alarmantes. Voilà le compte-rendu de son récit chez l'entreprise Mantilles & Calices, entreprise de fabrication d'objets religieux, dirigée par Bernard De la Porte du Tiroir qui Coince.

"Qui se douterait que ces innocents locaux, situés au coeur de Versailles, abritent des employés fanatiques, faisant passer leurs intérêts religieux extrémistes avant la laïcité et les valeurs républicaines ? Et pourtant, de l'extérieur, elle n'a vraiment rien de spécial, cette petite entreprise familiale...

J'arrive donc, reçu par le Directeur général, un homme affable, d'une quarantaine d'années, vêtu d'un costume sombre et d'une cravate. "On va commencer par visiter la partie boutique, puis on terminera par les ateliers", me propose-t-il.

Nous entrons alors dans la boutique qui occupe le rez-de-chaussée. Voiles huméraux, conopées, custodes, calices...s'étendent dans cette petite salle, d'environ vingt mètres carrés. J'en fais le tour, admire les objets qui semblent de belle facture pendant que l'employé à la caisse, qui porte une immense croix pectoral, me regarde d'un air suspicieux. "Les signes religieux ne vous gênent pas ?" dis-je au Directeur. "On est bien obligé d'accepter. J'ai quand même réussi à éviter que les gens ne viennent au travail avec le costume d'un soldat Croisé, c'est déjà cela" me répond-il à voix basse.

Je continue mon tour de la boutique. On y voit aussi des livres, images religieuses, habits liturgiques... "Vous vendez uniquement des objets chrétiens, ou parfois des objets d'autres religions, comme l'islam ?" demandé-je au Directeur. L'employé à la caisse fait la grimace en entendant la question. Bernard De la Porte écarquille les yeux : "j'avais proposé de vendre la reproduction d'une image de Luther, j'ai eu une menace de grève du personnel au motif qu'il était protestant et donc hérétique et impie et qu'il ne fallait pas propager ses erreurs. Alors des objets musulmans ou juifs, pensez donc...." Je montre alors au Directeur la reproduction d'une icône de Roublev : "pourtant, vous vendez bien les oeuvres d'un orthodoxe !" Le Directeur reconnaît, mais ajoute :" j'ai dû autoriser les employés à ne pas encaisser les ventes de cette image, quand un client veut acheter cela, on me prévient, et c'est moi qui fais le caissier...En revanche, j'ai quand même exigé des manutentionnaires qu'ils acceptent de transporter les cartons qui la contiennent. A un moment il faut faire preuve de fermeté !"

Alors qu'un client rentre, l'employé, subitement, part de la pièce, après avoir posé un papier sur le comptoir. Je m'en approche "je m'absente pour cause de récitation de l'Angelus, je reviens dans quelques minutes" indique le papier. Le Directeur, qui a suivi mon regard, confirme "oui, ils ont un droit d'absence pour réciter l'Angelus, à 9h, 12h et 18h. Ce temps est payé, mais dans la limite de cinq minutes, pour éviter les abus. Ils ont une salle de prière, vous voulez la voir ?"

Nous nous dirigeons donc vers l'ascenseur pour monter à l'étage. Une employée femme portant le voile attend l'ascenseur. A peine nous a-t-elle aperçus qu'elle s'en va prendre l'escalier. L'ascenseur arrive, il est grand. "Je ne comprends pas, nous avions la place de monter à trois..." murmuré-je en montant. Bernard semble gêné : "elle est partie prendre l'escalier parce qu'elle estime qu'elle n'a pas à parler aux hommes ou à rester en leur présence, pas à cause de la taille de l'ascenseur".

Arrivés à l'étage, nous arrivons à la salle de prière. C'est une pièce assez spacieuse, avec un crucifix au fond. Quelques employés récitent pieusement l'Angelus pendant qu'un employé agite un encensoir devant une icône. J'interroge le Directeur : "Je suppose que c'est inutile de vous demander s'il n'y a que des symboles catholiques ici ?" Le Directeur sourit "c'est bien, vous comprenez vite ! J'ai quand même réussi à obtenir de haute lutte le droit de mettre un missel de 1969, il y avait des traditionnalistes furieux qui ne voulaient que le leur, celui de 1962, mais j'ai tenu bon ! J'ai quand même concédé que le missel de 1969 soit en latin et pas en français. Vous voulez venir déjeuner ?" Sur ma réponse affirmative il m'entraîne vers la cantine. Quelques employés sont attablés. Je m'approche du serveur et je lui demande ce qu'il a comme viande. L'employé me regarde, ahuri "on est en Carême ! Pas de viande, pas de lait, pas de beurre !" Je prends donc mon poisson - légumes et vais m'asseoir et commence à manger, sous les regards désapprobateurs des employés. Le Directeur me glisse "attention, il faut faire le benedicite, sinon vous vous faites mal voir..." Devant mon air interrogateur, il murmure quelques paroles en latin, puis "C'est bon, allez-y, vous pouvez manger".

Une fois le déjeuner terminé, nous allons visiter les ateliers. "Là, j'ai été très ferme", me dit le Directeur en guise de présentation. "Des salariés aux machines ont réclamé le droit de faire les signes de croix et de joindre les mains en récitant le Notre Père tout en travaillant. Hé bien c'est non. Pour des raisons de sécurité, si vous n'avez plus les mains sur la machine, comment vous faites pour contrôler ? Je ne veux pas d'accident de travail ! Ils doivent donc juste se limiter à réciter le Notre Père ou faire le signe de croix mentalement" L'atelier semble propre et bien entretenu. Les brodeuses s'affairent ici à damasser d'or une magnifique chape. Là un homme d'une cinquantaine d'années regarde d'un oeil expert un ostensoir qu'il travaille. "Heureusement qu'ils sont catholiques et pas Amish", me glisse Bernard. Je hausse le sourcil. Le Directeur explique "les Amish refusent l'électricité. Au moins je n'ai pas eu ce genre de problèmes avec les catholiques." On entend, assez bas, un "Ave Maria" de Schubert. "Oui, les employés ont le droit d'écouter de la musique, mais on m'a bien fait comprendre qu'il était impossible d'avoir de la musique, je cite, païenne et dégénérée. Donc on fait passer de la musique religieuse catholique".

Tandis que l'on redescend, une idée me vient subitement à l'esprit "Je suppose qu'aux élections professionnelles tout le monde vote CFTC ?" Le Directeur répond "non, elle fait 10 pourcents des voix, pas plus. La très grande majorité considère qu'elle est très molle et défend insuffisamment les valeurs chrétiennes et surtout se compromet trop avec les protestants, donc seuls les plus modérés votent pour elle ; on a un syndicat maison qui fait 90% des voix" Je ne tiens plus : "mais comment font les employés non catholiques ? Ils se font discrets ? Ou vous n'embauchez que des catholiques ? " Le Directeur se passe la main sur son front : "c'est vraiment compliqué. On a deux protestants, ils sont tolérés par les collègues parce qu'ils ont accepté de chanter les litanies de la Sainte Vierge à leur embauche, c'est le bizutage réglementaire. En revanche les orthodoxes ne sont pas trop mal acceptés, pour une raison bien simple : ils sont aussi peu favorables au Pape François que la majorité des catholiques de l'entreprise !"

Une sonnerie retentit, tout le monde se lève. "Encore l'Angélus ?" "Non, c'est l'office de None." Je regagne la salle de prières, mais celle-ci est vide : "où sont-ils ?" "Oh, pour l'Office Divin, ils vont sur le parking de l'entreprise. Au moins comme cela ils ne bloquent pas la rue". Je jette un coup d'oeil à la fenêtre : les employés sont en bas, en train de psalmodier l'office. Deux hommes, habillés en soutane et surplis, font office de chantres.

Je continue mes questions : "vous ne travaillez pas le dimanche ?" Le Directeur confirme : "ni dimanche, ni les fêtes d'obligation, ni la Saint Pierre et Saint Paul, ni l'octave de la Pentecôte, ni l'Octave de Noël, ni encore pas mal de fêtes diverses...Mon prédécesseur avait proposé d'ouvrir le dimanche avec des employés volontaires ; le jour dit il n'y en avait qu'un seul, et tous les autres salariés ont bloqué l'accès à l'entreprise, on n'a eu aucun client qui a pu entrer ! Donc je me garde bien de remettre le sujet sur le tapis"

J'ai terminé mon tour d'entreprise. Je remercie le Directeur et prend congé de lui, sans parvenir à comprendre où il se place, s'il est une victime involontaire ou un complice de cet état de choses. Le désir de maintenir la paix sociale et de ne pas faire de vagues a l'air d'être plus fort que l'adhésion aux valeurs citoyennes et républicaines qui nous rassemblent. C'est dommage, mais la lutte contre l'obscurantisme doit primer."

Bon, cela vous fait sourire ce genre de choses ? Alors quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi le Télégramme https://www.letelegramme.fr/france/travail-une-augmentation-des-pratiques-religieuses-constatee-en-entreprise-07-11-2019-12427748.php? a l'indécence d'illustrer un article sur les pratiques religieuses constatées en entreprise avec une croix alors que l'on sait pertinemment que la pratique religieuse en entreprise ne vient majoritairement pas des catholiques ni même des chrétiens ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 10 novembre 01:14

    Bonjour Eratosthène,

    Ce letelegramme.fr doit être téléguidé par un mouvement, un lobby, une puissance se complaisant à rester dans l’ombre, l’obscurité, le mauvais côté de la force. Qui peut croire que ce site soit un temps soit peu estimable. Caricature, puanteur, mauvaise farce, provoc. pourrie, allez savoir, on s’en fout ; disparition programmée.

    Cordialement.


    • rogal 10 novembre 04:32

      @un des P’tite Goutte
      Disparition... dans peu de tant ?


    • Un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 11 novembre 13:34

      @rogal

      Immédiatement puisque c’est un canular. J’ai plongé, j’avoue, parce qu’à parcourir le web, on y trouve des branques pariels.


    • Un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 11 novembre 13:34

      @un des P’tite Goutte
      ...pareils.


    • machin 10 novembre 07:02

      Je me suis régalé a vous lire...

      Mêmes causes, mêmes effets.

      Lorsque la société ne se défend plus contre les tarés, d’un secte ou d’une autre, c’est toujours l’obscurantisme qui l’emporte avec l’aide des politiciens scélérats (pléonasme) prêt à n’importe quelles vilenie, compromission ou trahison pour se faire élire.

      .

      La société des hommes n’a pas de mémoire.

      En France nous venons à peine de nous libérer d’une secte que nous tombons dans une autre, aussi débile, manipulatrice et sanguinaire dans ses pires excès que la première.

      .

      Il faudrait être totalement et définitivement intolérant face à toutes manifestations sectaires ou toutes dérives religieuses, d’où qu’elles viennent, qui déborderaient sur l’espace ou la vie publique.

      Il y a des lois pour cela.

      Appliquons-les rigoureusement et vigoureusement, pour toutes les obédiences sans exception.


      • njama njama 10 novembre 12:58

        Le fait religieux est économique aussi, voyez le Mont Saint-Michel, Lourdes, voyages à Rome ou à Jérusalem, orfèvrerie, bijouteries et fabriques de gri-gri en tous genres ...

        donc si je comprends bien, il y aurait une face du fait religieux qui serait acceptable et une autre qui ne serait pas ou moins ?


        • njama njama 10 novembre 13:02

          J’oubliais tout le monde de l’Édition, et des médias...

          Pour les censeurs du fait religieux, il leur faudrait dézinguer aussi tout ça...


        • McGurk McGurk 10 novembre 13:08

          Franchement, je n’y crois pas une seule seconde. C’est trop gros pour être vrai.

          On peut certes trouver des fanatiques partout mais là on se croirait en Arabie Saoudite.

          Lorsqu’on dirige une entreprise, on se doit de veiller à ce que ce lieu reste neutre et qu’en plus le personnel n’interfère pas sur le principal, à savoir le travail. Toute infraction doit être sanctionnée en fonction de sa gravité.

          Avoir une telle équipe de branques me paraît hautement improbable, étant donné les contraintes énormes volontairement imposées au chef d’entreprise. Pour ma part, je les aurais tous licenciés pour faute grave (je pense que l’expression n’existe même pas vu que c’est pire que ça).

          Je n’aime pas non plus la conclusion de l’auteur car c’est, une fois de plus, balancer des stéréotypes à la tronche des gens. Aucune distinction, rien qu’un méchant pavé dans cet océan médiatique de merde pour faire monter la mayonnaise en suscitant des débats sans fin.


          • Eratosthène 10 novembre 14:55

            @McGurk
            Evidemment que c’est faux ! Heureusement que l’article est en rubrique « Parodie ». Le nom « Bernard De la porte du Tiroir qui Coince » ne vous a pas fait tiquer ?

            Bon, je vois que je suis obligé d’ajouter deux mots d’explication : un site internet signalait cet article du Télégramme illustrant le fait religieux en entreprise avec une image de croix. Or il est clair que le fait religieux en entreprise (il s’agit là d’un simple constat) vient en grande majorité de l’islam et que mettre une image de croix n’est pas conforme aux faits. Je me suis donc amusé à imaginer ce qu’aurait bien pu être le fait religieux en entreprise avec des Catholiques (j’ai aussi pensé à une petite rubrique amusante de Joseph Thouvenel, un syndicaliste CFTC, qui avait également ironisé dans le même sens sur quelques lignes, mais je voulais développer l’idée !)

            Je n’aime pas non plus la conclusion de l’auteur


            A quel passage faites-vous allusion ? Celui qui commence par « J’ai terminé mon tour d’entreprise  » ou « Bon, cela vous fait sourire ce genre de choses ?  » ?

          • McGurk McGurk 10 novembre 20:58

            @Eratosthène

            En fait je me suis basé sur votre article et non celui que vous mentionnez en lien.

            Le « fait religieux » comme vous l’appelez vient de toutes les religions. Dans des temps de crise, le retour aux « valeurs traditionnelles » rassure les gens qui ont peuvent se raccrocher à quelque chose d’autre que leur pauvre petite vie morne et à leur travail qu’ils ne supportent plus, sans parler de leur avenir qui s’assombrit de jour en jour (cf. les prochaines mesures du gouvernement et ceux d’avant).

            En fait, en psychologie, c’est un réflexe primaire du cerveau qui a (cf. la théorie des trois cerveaux) besoin d’un certain équilibre. Lorsque tout est incertain, ils cherchent probablement une base solide sur laquelle s’appuyer et quoi de mieux pour compenser ce manque que les religions.

            C’est encore plus le cas dans des périodes où la presse est corrompue et ment, retourne les différents communautés les unes contre les autres. Car les Français auraient pu se reposer sur des médias compatissants, défendant la société française et critiquant la direction que prend le pays.

            Au lieu de cela, ils n’ont récolté en plus de la communication politique à leur égard que méfiance, railleries, sermons, insultes et mépris.

            A quel passage faites-vous allusion ?

            Je fais référence à votre tendance à tout mettre sur le dos d’une seule et même religion.

            Cf : « on sait pertinemment que la pratique religieuse en entreprise ne vient majoritairement pas des catholiques ni même des chrétiens ».

            La plupart des problèmes actuels (immigration, intégration, marasme économique et politique, etc.), cette décadence de la société si vous préférez, ont finalement la même source : le système économique toujours plus cruel qui atomise la société, lui fait perdre ses valeurs par prétexte de « progrès » et de « rationalité ».

            Elle oblige les individus pour ceux qui ne sont pas lobotomisés par une idéologie précise à se réfugier dans des bulles pour affirmer leur existence (religion, politique, etc.). La résurgence des religions à ce moment précis que nous vivons n’est pas du tout le fruit du hasard.

            Dans les pays du Maghreb, bon nombre sont ceux qui voient également d’un œil inquiet le retour du fanatisme religieux (minoritaire heureusement mais qui s’étend hélas) parce que les pays en question sont pauvres, sans avenir et condamnés à revivre la même chose (corruption, richesse flagrante des élites, pauvreté, chômage, etc.).


          • McGurk McGurk 10 novembre 20:59

            @McGurk

            PS : un peu trop style Moyen-âge n’empêche, avec les prières du matin et après-midi^^


          • Eratosthène 11 novembre 10:52

            @McGurk
            Je fais référence à votre tendance à tout mettre sur le dos d’une seule et même religion.

            Je m’en garderais bien. Je dis le contraire, à savoir que « la pratique religieuse en entreprise ne vient majoritairement pas des catholiques ni même des chrétiens », ce qui implique que partiellement et minoritairement le christianisme est concerné. Et la religion majoritairement concernée est l’islam, c’est d’ailleurs ce que l’article du Télégramme reconnaît dès les premières lignes de son article.

            J’ai l’impression que les femmes portant le voile au travail le portent plus en référence à l’islam qu’à une autre religion
            J’ai l’impression que le port de la barbe, quand il est motivé pour raisons religieuses, l’est du fait de l’islam.
            J’ai l’impression qu’il y a plus de tension à propos du Ramadan et de l’absence d’alcool qu’à cause du Carême
            J’ai l’impression que les hommes refusant de serrer la main des femmes le font plus en référence à l’islam qu’à une autre religion ;
            Idem pour les salles de prières, les autorisations d’absence pendant la journée, etc.
            Maintenant si vous avez des références précises, objectives, impartiales et reconnues pour infirmer tout cela n’hésitez pas.

            Cela dit en soi c’est un peu logique que l’islam soit davantage concerné que le christianisme : la pratique religieuse chrétienne s’est effondrée, et les chrétiens dans leur immense majorité (sauf quelques minorités de protestants fondamentalistes et autres) sont plus « tièdes » que les musulmans, et plus discrets dans leur pratique religieuse. Ils sont aussi peut-être plus respectueux du caractère neutre de l’entreprise. Enfin ils sont sans doute davantage âgés.
            A côté de cela, vous avez une population musulmane pour qui la religion compte beaucoup, a structuré et structure le pays d’origine de leur famille ; ajoutez à cela qu’il y a un certain discours visant à étendre le territoire de l’islam, et la jeunesse des pratiquants qui donc ne sont peut être pas tous totalement adultes dans leur raisonnement et leur pensée (impulsivité et fougue de la jeunesse).


          • Eratosthène 11 novembre 10:54

            @McGurk
            L’office divin monastique prévoit normalement 7 offices dans la journée (Laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres, complies) et un office de nuit (Matines), et ce, encore de nos jours.


          • njama njama 10 novembre 13:21

            "ils ont un droit d’absence pour réciter l’Angelus, à 9h, 12h et 18h. Ce temps est payé, mais dans la limite de cinq minutes, pour éviter les abus."

            A quelle heure commence la journée de travail, à quelle heure se finit-elle ? si l’Angélus est récité à 8 H ou 7 H vaut-il moins qu’à 9 H ? ne peut-il être prononcé pendant la pause repas, 12 H 30 ou 13 H ? et après la journée de travail ?

            Le droit Canon a-t-il prescrit ces heures fixes 9 -12-18 ? comment s’en arrange-t-il avec les décalages horaires ?

            Les employés font-ils les 35 H hebdo ? combien d’employés dans l’entreprise ? y-a-t-il un délégué syndical ? est-il angélique ?

            L’Angélus ça prend 3 minutes

            Après faut voir si c’est rentable pour l’entreprise car il a été reconnu que le temps passé à la machine à café (qui souvent peut excéder 5 minutes) n’entraîne pas de perte de productivité, bien au contraire, il rebooste l’attention du personnel et créé du lien social dans l’entreprise ce qui met de la bonne humeur !


            • San Jose 10 novembre 13:27

              Il serai grand temps que la France de Clovis, de Mireille d’Arc et de Charles Péguy se ressaisît. Nous ne sommes plus sous Catherine de Médicis la saintbarthélémiesque, que diable, et le roi dont nous appelons au retour protégera les confessions non catholiques pourvu qu’elles sachent s’abstenir de provocation. Devant tant de concessions, qui protestera encore devant la nécessité de lier l’industrie, le commerce, et la vraie foi ? 


              • zygzornifle zygzornifle 11 novembre 09:32

                Pour avoir la paix dans mon entreprise j’ai des posters de Satan , Belzébuth , Lucifer, Macron , Castaner , sa BAC et autres êtres diaboliques comme cela je n’ai que des athées comme employés ....


                • ETTORE ETTORE 11 novembre 10:55

                  bon, cela vous fait sourire ce genre de choses ? Alors quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi le Télégramme https://www.letelegramme.fr/france/travail-une-augmentation-des-pratiques-religieuses-constatee-en-entreprise-07-11-2019-12427748.php? a l’indécence d’illustrer un article sur les pratiques religieuses constatées en entreprise avec une croix alors que l’on sait pertinemment que la pratique religieuse en entreprise ne vient majoritairement pas des catholiques ni même des chrétiens ?

                  ______________________________________________________________

                  Eratosthène@

                  Ils ont simplement oublié de préciser que la croix, était celle

                  qui servait à cocher la case.....

                  « Est ce que ils vous font suffisamment ch....avec leur religion de m... »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès