• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le paradoxe naturel

Le paradoxe naturel

Le "vert" est dans le fruit ! 

Maudits écologistes !

J'ai croisé en plusieurs occasions de braves gens, pêcheurs, chasseurs, paysans et ruraux qui n'ont qu'un ennemi en tête, un seul : l'écologiste. Empêcheur de polluer en rond, intolérant notoire, pisse-vinaigre et ignorant de la vie réelle, l'écologiste est la bête noire de ceux qui croient sincèrement aimer la nature à leur manière. C'est le paradoxe de ce phénomène qui ne cesse de me surprendre et de repousser à fort loin les nécessaires décisions qui s'imposent dans ce pays comme sur cette planète.

Il serait bon d'examiner lucidement pourquoi un tel rejet là où particulièrement les positions et les idéaux des écologistes s'imposent de toute urgence. Les ruraux, les plus proches de la nature pourtant, vouent aux gémonies ceux qui la défendent si mal du centre des villes ou de leurs places de privilégiés de la vie. La rupture est si forte qu'il est impossible aux premiers d'écouter les arguments des seconds tout comme il est irréaliste de croire que les seconds puissent se mettre à la place des premiers.

De cette dichotomie naissent des propos absurdes et des rumeurs folles. Les « écolos » sont accusés de tout et surtout de n'importe quoi. Plus c'est gros et plus ça passe, plus la rumeur se répand sur le dos de ces chevelus idéalistes et si pervers. Ainsi, ils auraient loué des hélicoptères pour lâcher des vipères dans nos campagnes, ils auraient fait revenir le loup dans nos montagnes et sont responsables de l'invasion des silures dans nos rivières, entre autres joyeusetés dont on les affuble.

L'interdiction de la chasse à l'ortolan, c'est eux, l'invasion des cormorans c'est encore eux, la prohibition de la pêche à la seine, c'est toujours eux. Ils n'agissent que pour ennuyer les braves gens qui aiment vraiment la nature, qui vivent à son contact, qui en tirent loisirs et subsistance. Ils sont toujours à contre-temps, toujours dans le rejet des valeurs ancestrales, des traditions locales et des pratiques coutumières qui ont depuis si longtemps fait leurs preuves.

Un mur d'incompréhension se dresse entre deux mondes qui aiment pareillement la nature mais de manière diamétralement opposée. S'ils disent la même chose, s'ils constatent les mêmes ravages, les ruraux montrent du doigt les écologistes quand les coupables supposés : les écolos, accusent des entités insaisissables, trop grandes, trop puissantes pour que les premiers puissent croire en leur réalité.

C'est dans le discours trop savant, trop politique, trop intransigeant des écologistes que se perdent les gens qui préfèrent un coupable bien commode à des responsables qui remettent en cause leur façon de vivre, leurs habitudes et leur idée du progrès. Alors, ils renversent les arguments, dénoncent un complot des adversaires de la modernité et du confort. Ils évoquent en souriant le retour à l'âge de pierre qu'ils ont sans doute bien connu et attribuent à leurs adversaires tous les péchés du monde.

D'un autre côté, les actions des écologistes tout comme leur personnalité ne peuvent qu'exacerber la haine que leur portent ces braves gens. Tout en eux leur déplaît ! De leur tenue à leurs comportements, de leur langue trop savante à leur origines si urbaines, de leurs manifestations si bruyantes à leur irrespect des lois quand ils les transgressent, ils sont tout ce que ne peuvent supporter ces tenants de la morale rurale.

Alors quand je discute avec des pêcheurs qui ratissent les algues qui ont envahis le lac, ils maudissent les écologistes qui interdisent d'utiliser le traitement si commode qui pourraient les faire disparaître tout en polluant toute la région. Ils sont encore coupables d'empêcher l'introduction de carpes herbivores qui feraient tout aussi bien le travail pour d'obscures raisons. Ils sont donc les seuls et uniques responsables, il n'y a plus besoin de savoir pourquoi les algues se multiplient ainsi dans toutes nos étendues d'eau.

Quand on croise des activistes écologiques, ils évoquent sans amitié les pêcheurs et les chasseurs, ces gens qui régulent et qui connaissent si bien la nature. Ils ne peuvent accepter qu'il puisse y avoir d'autres manières de montrer un attachement à la vie sauvage. Ils sont agressifs, incapables de penser qu'ils agissent pour autre chose que l'assouvissement de bas instincts. La rupture est forcément consommée entre ces deux mondes qui partagent pourtant des valeurs voisines.

On peut donc s'interroger sur les raisons véritables de cette haine réciproque. Les maladresses des uns et des autres ne seraient pas les seules explications. Il est certain que cette animosité fait le jeu de ceux qui continuent à faire de la nature le dépotoir de leurs expériences, la victime de leur commerce, la vache à lait de leurs commerces douteux. Quand y aura-t-il enfin une prise de conscience des uns et des autres pour que les vrais apprentis sorciers soient enfin mis hors d'état de nuire pour le bien de tous ?

Écologiquement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 30 avril 2013 08:53

    Il faut se méfier des braves gens...

    Les dites valeurs communes le sont-elles vraiment ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 08:56

      ZEN


      Ce n’est qu’une illusion à mon avis ! 

    • crazycaze 30 avril 2013 09:51

      Le problème est toujours le même, ici aussi il s’agit avant tout d’ignorance. Les deux méconnaissent bien souvent ce qu’est un écosystème, et comment les dysfonctions introduites par l’homme doivent être corrigées par lui également. L’instrumentalisation politique des uns et des autres repose également sur cette ignorance, mais je ne doute pas que le monde rural - du moins le monde paysan, pas les gros céréaliers militants actifs de la FNSEA et partisans d’une agriculture productiviste - change plus vite que certains écolos enfermés dans leurs certitudes reposant non sur la connaissance des lois de la nature mais sur des valeurs bien-pensantes. Je suis écolo, je vote écolo depuis 1981 et malgré toute la déception issue de leur dérive politicienne, je persisterai.


      • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 14:09

        crazycaze


        Je suis écolo depuis la marche du larzac, c’est vous dire que j’en ai vu couler sous les ponts, des trahisons et des curiosités. 

        Je ne peux adhérer à la manière petit bourgeois des Verts, j’aime l’action plus proche du terrain des le confédération paysanne. Il faut revoir la communication de fond en comble dans cette famille de pensée.

      • crazycaze 30 avril 2013 14:53

        Complètement d’accord avec vous !!


      • Bilou32 Bilou32 30 avril 2013 09:53

        Très vrai ! Je suis un rural, éleveur de brebis, et je côtoie donc tous les jours des gens qui haïssent les écolos ! Et je passe pour un bargeot quand je montre ma sensibité écologiste. Tous ces braves paysans qui « respectent » la nature juste quand çà les arrange me font gerber... Le syndicat agricole majoritaire en est rempli (pros Monsanto à fond !). Les pécheurs et les chasseurs sont aussi de grands faux culs pour la plupart . Si l’homme était capable de réguler quelque chose çà se saurait ...


        • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 14:11

          Bilou32


          Quel courage il faut à un paysan pour s’afficher écolo quand à côté il y a les gros imbéciles de la FNSEA si bien pensants, si à côté de la plaque ! 

          Bravo à vous

        • bibou1324 bibou1324 30 avril 2013 09:59

          Oui, enfin j’ai croisé des paysans qui n’avaient comme ennemi que le chasseur (à cause de la multiplication des sangliers, causée par l’agrainage et les réintroductions de nouvelles espèces plus envahissantes), des chasseurs qui avaient comme ennemis les promeneurs écolos (ils font fuir le gibier), des pêcheurs qui avaient comme ennemis les chasseurs (leurs chiens vont dans l’eau), ...


          Pour moi la seule raison qui doit prévaloir est le respect de l’autre et de la nature. Respect complètement absent chez beaucoup de chasseurs (ils font des lâchés et dérégulent exprès la nature pour pouvoir réguler ensuite), chez beaucoup d’écolos (il est vrai souvent sourds aux arguments autres que la protection de la nature, comme le plaisir de tuer), chez les agriculteurs (dont leur survie à court terme ou leurs bénéfices priment souvent sur le respect de la nature).



          • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 14:12

             bibou1324


            La chasse est nécessaire comme outil de régulation.

            Elle n’est pas nécessairement accopagné de libations et de propos sexistes. C’est ce qui me navre parfois dans ce monde où il y a pourtant de vrais et sincères amis de la anture et des gros C... de compétition

          • foufouille foufouille 30 avril 2013 10:50

            de la faute des extremistes et de ceux qui les soutiennent
            le khmer vert et son permis de procreer, est soutenu par les autres
            de meme pour le gros de chasseur avec une mitrailleuse


            • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 14:13

              foufouille


              Pondération et modération devraient être les deux mamelles de la ruralité !

            • spartacus spartacus 30 avril 2013 13:11

              T’as déjà vu un écologiste ?


              Barbu ou moustachu, cheveux longs, lunette rondes, col roulé, en jean en velours sale, et pull difforme puant. 
              Fille en robe indienne, ou chemisier en coton pas repassé.
              Ca donne pas envie d’en faire partie.

              • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 14:15

                spartacus


                Carricature pour carricature, le treillis, le gros 4X4, la belle gonzesse interchangeable, les propos graveleux et racistes, ça ne donne pas envie non plus

              • joletaxi 30 avril 2013 14:50

                Pouvez-vous me citer un exemple d’une mesure d’ordre général ,qui a été prise à l’instigation, souvent violente des écolos, et qui aurait eu le moindre effet bénéfique ?

                Par exemple les ampoules merdiques qu’ils nous ont forcé à acheter,et qui risque de de venir une vraie bombe à retardement.
                Les bio carburants, qui ne servent à rien, sinon à) enrichir les producteurs de maïs US
                L’utilisation de la biomasse, qui aboutit à raser des forêts, ou à importer du bois venant de californie ou d’afrique, pour le brûler dans les centrales électriques.
                Les économies d’eau, sensées lutter contre les sécheresses, on en voit bien l’utilité actuellement.En belgique, pays du soleil, on oblige toute nouvelle construction à être munie d’une citerne à eau de pluie.
                Les éoliennes, qui vont finir par nous ruiner, et qui découpent tranquillement les oiseaux et chauve souris sans que cela inquiète la mouvance.
                et la liste est longue comme un jour sans fin.
                Mais le plus éreintant dans cette continuelle posture de celui qui sait et qui impose sa solution miracle, c’est que même quand on constate la faillite de toute cette gabegie « flambée » pour satisfaire les lubies de ces nouveaux prophètes, jamais ils ne reconnaissent leurs erreurs, et ils s’accrochent comme des berniques à leur rocher pour malgré tout maintenir des mesures ruineuses, inutiles, et même parfois homicides.

                Qui fera le compte de ce que nous aura coûté, et nous coûtera encore, puisque la mouvance continue à vouloir maintenir cette mesure, le traité de Kyoto, qui se révèle complètement sans effet d’autant que il n’y a plus guère que les servants de l’église verte pour croire en un réchauffement catastrophique.
                On racle les fonds de tiroir, on réduit les prestations sociales, des millions de gens sont d’ore et déjà dans la misère, en grande partie du fait de l’incroyable ponction opérée par le obby vert sur nos économies.

                Vos petites algarades locales ne sont qu’un début du ras le bol de cette secte nuisible.


                • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 15:16

                  joletaxi


                  Tout va pour le mieux sur cette planète et les mesures élementaires d’économie ne servent à rien Continuons comme avant ...

                  Je ne peux accepter la confusion entre les politiques, tout aussi nuisibles que les autres et une philosophie qui ne peut être que notre ultime recours.

                • crazycaze 30 avril 2013 16:32

                  @ joeletaxi : Ne confondez pas l’instrumentalisation de l’écologie par certains politiques et lobbies industriels, avec le fond du problème. Tchernobyl, Fukushima, la pollution des cours d’eaux, la déforestation, les pesticides dans notre environnement jusqu’à nos assiettes, qui en parle, qui dénonce depuis plus de trente ans, sinon les écolos ? Ne faites pas l’amalgame entre le greenwashing et les principes défendus par l’écologie. Je suis en grande partie d’accord avec ce que vous dénoncez (ce n’est pas toujours le cas, vous en conviendrez !). Les choix de ces politiques soi-disant vertes sont une aberration, en effet, mais ne sont en rien écologiques. Combien de cancers, de leucémies touchant les enfants, de stérilité, etc. auraient pu être évités si l’on avait tenu compte des alarmes lancées par des écolos qui sont aussi des scientifiques responsables.


                • joletaxi 30 avril 2013 17:05

                  oui, c’est très curieux de constater qu’ici sur avox, les verts au parlement ne sont pas des écologistes, les socialistes ne sont pas des gens de gauche, staline n’était pas communiste, et Mao était un agent des zuniens.

                  Que vous le vouliez ,ou non, vous faites partie d’une mouvance, terme on ne peut plus approprié puisque cela recouvre divers courants qui n’ont de cesse que de se déchirer entre eux, mais qui ont un point commun : un discours très inspiré des idées anticapitalistes, antilibéarles, et même antidémocratiques, j’en veux pour preuve les déclarations de quelques uns de vos gourous, Hansen, Vonschnellenburg par exemple.

                  Je posais la question:quelle avancée remarquable doit-on à vos interventions ?
                  la réponse est aucune, et vous vous gardez bien de citer quoi que ce soit, sinon les vieilles rengaines sur les cancers ,leucémies etc, alors que notre espérance de vie devient en elle-même un problème.
                  Vous évoquez les pesticides,mais qu’en est-il réellement

                  http://climatdeterreur.info/la-chimie-cette-mal-aimee-du-monde-moderne/pesticides-le-danger-nest-pas-ou-on-lattend

                  article qui fait écho à une étude US qui arrive aux même conclusions.

                  La réponse de l’auteur est, regardez, tout va bien

                  non, nous avons des tas de problèmes, mais nos progrès dans tous les domaines font que l’on meure plus dans le monde de surpoids que de faim.
                  Erlich avait annoncé de grandes famines en Inde, résulta, les stocks de riz posent des problèmes.

                  Nous ne résoudrons nos problèmes que par le progrès et le développement,et en allouant les moyens là où ils produiront les résultats les plus profitables à tous.
                  Toutes les mesures actuelles édictées sous la (mauvaise) influence des verts va exactement à l’opposé de ce but.

                  Pour ce qui est du nucléaire,on pourrait très bien s’en passer, et faire comme les allemands brûler du charbon ou du bois.
                  mais encore une fois, si nous sommes maintenant avec un parc nucléaire équipé de technologies des années 50, la mouvance porte une grave responsabilité en ayant fait que plus personne n’a investi en recherches et développements de ces filières, l’exemple US est éclairant.

                  Tcherno est une catastrophe d’un régime collectiviste, que d’aucuns en France appellent de leurs voeux.Ce n’est que la point de l’iceberg des incroyables pollutions que ce régime a réussi à infliger à leur pays en 5 décennies.

                  Je ne résiste pas à vous réitérer mon logo favoris

                  Fuku, c’est zéro mort, zéro la tête à Toto


                • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 19:22

                   crazycaze 


                  Merci 
                  Vous le dites mieux que moi ...

                • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 19:23

                   Joeletaxi


                  Nos mouvances ne sont pas glorieuses et la vôtre est si majestueuse que la Planète ne s’en remet pas !



                • HELIOS HELIOS 30 avril 2013 16:32

                  ...le probleme de l’ecologie telle qu’elle nous est imposée aujourd’hui, c’est qu’elle est comme les islamistes, « parole de dieu » et dogmatique !

                  ... et moi, les dogmes....


                  • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 19:25

                     HELIOS


                    Savez-vous qu’il existe une science qui se nomme écologie.

                    C’est bien loin des partis mais aussi de votre idée de dogme.

                  • Flamant rose 30 avril 2013 17:54

                    Sous le terme d’écologiste, vous amalgamez trois concepts :
                    - l’écologiste concret, qui vit et agit au contact de la nature, et pour qui chaque action ou mesure se traduit directement dans sa vie de tous les jours.
                    - l’écologiste idéaliste, veut agir pour le bien de la nature, cette nature étant un concept abstrait, aperçu le weekend ou pendant les vacances.
                    - l’écologiste politique, qui n’a qu’un programme électoral à défendre en manipulant ces braves écologistes idéalistes, que l’on ne rencontre sur les marchés bio qu’en période d’ élection, et que l’on n’entends que quand ils sont dans l’opposition.

                    Alors, quand on est un paysan des fin fonds de la campagne, que l’on ne voit pas un vert en vue défendre les semences paysannes, que le nucléaire continue, que les OGM s’infiltrent, etc etc on n’a qu’une envie, c’est que les verts nous oublient . . .


                    • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 19:26

                      Flamant rose


                      Hélas, l’hérésie est en route. Interdire les semences naturelles est pure folie. Il faut absolument réagir

                    • Alex Alex 30 avril 2013 18:25

                      Le comportement des paysans est dicté par l’économie. Point.
                      Ils ont des crédits à rembourser (matériel très coûteux), des engrais chers à payer : ils doivent donc produire toujours plus pour s’en sortir. D’où leur intérêt pour les OGM, les pesticides et autres saloperies sensées améliorer leur production, donc leur niveau de vie.
                      Le paysan a toujours été dénigré (y compris dans la caricature de l’auteur que je n’ai jamais rencontrée) ; pour les « intellos », c’est « le bouseux », un terme très amical pour le seul et unique professionnel dont l’humanité ne pourrait se passer.
                      Ayant connu la campagne « profonde » et les petits paysans depuis très longtemps (j’ai même gardé les vaches ou les moutons à 10 ans), je déplore son évolution.
                      Mais je déplore tout autant l’absence d’intérêt de nos « intellectuels » et autres distingués écologistes pour les conditions de travail et le niveau de vie des agriculteurs, alors que ces deux problèmes sont liés.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 2013 19:27

                         Alex


                        Les paysans n’ont plus leur libre arbitre c’est le crédit agricole qui commande, banque exemplaire s’il en est qui magouille partout où c’est possible et en eaux troubles ! 

                      • Flamant rose 30 avril 2013 23:36

                        Le comportement des paysans est dicté par l’économie. Point
                        Ils ont des crédits à rembourser (matériel très coûteux), des engrais chers à payer : ils doivent donc produire toujours plus pour s’en sortir. D’où leur intérêt pour les OGM, les pesticides et autres saloperies sensées améliorer leur production, donc leur niveau de vie.

                        La première partie de la citation est juste.
                        C’est effectivement l’économie qui commande.
                        Et les engrais, les OGM, les pesticides, toujours produire plus, oui mais pas pour s’en sortir, pas pour le niveau de vie, non, tout simplement pour produire moins cher, et moins cher à tout prix.
                        Car qui est ce qui commande, celui qui produit ou celui qui achète ?
                        Le paysan, il ne vend pas aux centrales d’achats par plaisir mais par obligation.
                        S’il y a des clients au marché, il y aura des vendeurs.
                        S’il y a des clients pour des produits de qualité, il y aura des producteurs de qualité.
                        Pourquoi y a t il des légumes fades, sans gout, mais pas cher ?
                        Parce que ça se vends bien.
                        Je vous laisse le plaisir de vérifier la part du budget alimentation d’un ménage en 1960 et aujourd’hui . . . .
                        Pour finir, une petite réflexion :
                        Agriculteur, c’est un métier, Paysan c’est un état.


                      • la_gata la_gata 1er mai 2013 01:09

                        je rejoins complétement à l’auteur dans ce constat .
                        mais il faut voir pour quoi nous sommes arrivées a cet état de choses .

                        Je connais les deux cotés du miroir , je viens d’une famille d’agriculteurs mais je suis aussi agronome de formation et je me souviens que la plupart du cursus universitaire , dans les années 80’ , etait basé sur la recherche de la maximisation de la production par tous les moyens . et biensure « au moindre cout » .
                        très vite , de la part des profs , ( pas tous il y avait aussi des dissidents de la pensée officielle) on vous faisait voir que la « réussite » était de se faire embaucher comme vendeur pour basf, monsanto , ou même une banque X , pour vendre des crédits aux paysans.

                        je sais que la plupart d’entre nous se rendait compte que on etait en train de voir a tres court term ecologiquement parlant mais souvent la cupidité peut plus que les scrupules.
                        donc diplôme en main on partait dans les campagnes a prôner les « bienfaits de la bio technologie la chimie etc » .

                        ça a eté un véritable abus de faiblesse fait aux paysans , je pourrais même dire que ça s’apparentait au lavage de cerveau.
                        les entreprises sont allées jusq’ a faire cadeau empoissonné de leurs produits pour rendre accros aux agriculteurs tout comme les dealers .

                        pendant ce temps ces mêmes entreprises ont fait du lobbying auprès des gouvernements pour faire voter des lois et normes pour faire plus difficile la vente directe aux consommateurs.
                         
                        maintenant la plupart des paysans sont comme les drogués que défendent leurs dealers . et ça jusq’ au jour ou excédés par leur dettes , bradent leurs terrains ou se suicident .

                        heureusement tout n’est pas sombre , il y a certains plus lucides qui cherchent a diversifier leur production, sortir de la dépendance a la mafia des agrochimiques et vendre directement par des circuits courts , en jonglant avec des autres occupations. 

                        je dis toujours a mes voisins ( et oui dernièrement j’ai acheté quelques Ha et suis devenu agricultrice a mi-temps ) que a la place de raler contre l’ecologie il faut reconaitre comme on s’est mis dans cet etat de choses et reconnaitre le bon ou il est ( car toute technologie n’est pas nocive loin de là) et chercher des solutions alternatives quand c’est possible .heureusement en Espagne est moins compliqué la vente directe sur les marchés ..


                      • C'est Nabum C’est Nabum 1er mai 2013 07:48

                        Flamant rose


                        Modestement, à mon niveau, je n’achète qu’au marché à des producteurs.
                        C’est en agissant ainsi qu’on peut permettre aux agriculteurs de sortir d’une logique productiviste qui nous conduit tous à la catastrophe

                      • C'est Nabum C’est Nabum 1er mai 2013 07:50

                        la_gata 


                        Merci pour ce remarquable témoignage !

                        et je souscrits à votre conclusion ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Partenaires