• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le récit (imaginaire) du déconfinement : les politiques reconnaissent (...)

Le récit (imaginaire) du déconfinement : les politiques reconnaissent l’inutilité des mesures « sanitaires » les plus emblématiques

Lassée d’attendre chaque matin la nouvelle du déconfinement, j’ai décidé d’en écrire le récit moi-même. Récit garanti sans langue de bois.

Ça y est, l’obligation de porter le masque dans la rue est enfin abolie. C’est avec une joie indicible que les badauds se sourient sans se connaître, infiniment heureux de pouvoir respirer normalement à l’extérieur, après des mois de compression antiphysiologique du nez et de la bouche.

« Nous n’avions pas le choix, reconnaît Mme H., à Paris. On peut le dire maintenant, les gens sont trop bêtes pour comprendre que le virus se transmet par les postillons et nous avons été contraints de décréter une obligation générale pour tous, partout, quelle que soit l’heure, pour qu’elle soit compréhensible même par les plus limités de nos concitoyens. Évidemment, un individu qui marche seul sur un trottoir peu fréquenté n’est un danger pour personne, et encore moins pour lui-même, mais nous voulions une mesure forte et symbolique, pour que la population s’associe à la peine des malades sous respirateur ». « Je sais depuis longtemps que le masque dans la rue n’est d’aucune utilité », confirme le maire de Nice, où l’accessoire est obligatoire dans l’espace public depuis l’été 2020, ce qui n’a pas empêché la ville d’avoir des taux d’incidence bien supérieurs à ceux du reste de la France. « Mais il faut bien faire quelque chose. En plus, cela évite de créer un sentiment d’impunité chez les bien portants, alors que nous, les politiques, nous nous débattons dans une situation extrêmement désagréable depuis plus d’un an. Avec cette décision, aussi arbitraire et inutile soit-elle – je n’en disconviens pas – nous avions l’impression d’associer la population à notre ‘effort de guerre’. »

De fait, le psychiatre Charles Hattan nous explique les mécanismes du port du masque obligatoire sur la psychologie des individus : « Le fait de voir tout le monde porter un masque va faire culpabiliser celui qui pensait s’en dispenser, et le faire rentrer dans le rang par désir de ne pas faire de vagues – et accessoirement par peur de la police. On a même vu des personnes pour lesquelles le masque était insupportable le porter quand même, mais dénoncer les voisins qui s’en affranchissaient, parce que ceux-ci s’octroyaient une liberté de comportement à laquelle eux ne pouvaient même pas rêver, par conformisme ou par pleutrerie. »

Certains regrettent la levée de l’interdiction. Outre les timides, les laids et les musulmanes intégristes, le responsable des recettes des contraventions au Trésor public estime que cette mesure temporaire aurait tout gagné à devenir permanente : « En cette période de faibles rentrées fiscales, cette amende de 135 euros représentait une manne pour les finances publiques. C’est vraiment dommage que se promener le visage découvert ne soit plus passible d’une sanction pénale. En outre, nous avions plusieurs idées du même ordre, qui auraient permis de profiter de l’état d’urgence sanitaire pour infliger de nouvelles amendes : interdiction de porter des chaussures en cuir le premier lundi du mois ou obligation de s’habiller en rouge le samedi. Malheureusement, ces bonnes idées ne verront pas le jour dans le détestable climat de détente qui prévaut depuis l’annonce du déconfinement. »

Du côté des lieux culturels, qui peuvent enfin rouvrir depuis aujourd’hui, le soulagement est palpable : « Enfin, je vais pouvoir proposer au public ma Nuit Louis de Funès, programmée depuis février 2020 ! » s’exclame Patrick, le gérant du cinéma Le Dantzig à Paris. « Nous savions bien que les gens ne couraient aucun risque d’attraper le virus dans une salle de cinéma remplie au tiers, et encore moins dans les immenses salles du Louvre ou du musée d’Orsay, de toute façon désertées par les touristes », confirme le représentant du gouvernement, M. A. « Mais il nous était insupportable d’imaginer que nos concitoyens allaient pouvoir se divertir quand nous devions subir les récriminations des hôpitaux surchargés. Nous avons préféré pénaliser tout le monde, c’était plus juste. »

A la question de savoir si les électeurs ne risquent pas de faire payer aux dirigeants politiques ce chapelet de brimades et d’interdictions arbitraires, tous nos interlocuteurs éclatent de rire : « Vous savez, les Français seront trop contents de retourner boire un verre en terrasse, ils vont oublier tout ça en deux temps, trois mouvements ! ». Comme le souligne le maire de Nice : « Vous avez vu la cote de popularité d’Édouard Philippe, ‘Monsieur une heure, un kilomètre’ ? J’ai l’’impression que plus on mortifie les gens, plus ça leur plaît. Cela doit venir de nos racines chrétiennes », avant d’ajouter, l’œil gourmand : « J’ai presque envie de parler d’un syndrome de Stockholm… ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 29 avril 09:45

    Article blabla qui escamote l’essentiel à savoir la mesure sanitaire la plus emblématique : l’eucharistie de la vaccination.

     

    ’’Ça y est, l’obligation de porter le masque dans la rue est enfin abolie.’’

     

    Je ne crois pas que ceux qui nous ont imposé ça reviendront un jour en arrière. Si nous voulons tomber les masques nous devront faire tomber ceux qui veulent piquer tout le monde.

     

    L’obligation du port généralisé du masque est emblématique de la gestion de la covidisation des esprits : « Les raisons de l’obligation peuvent se résumer au fait que, sans elle, il n’y aurait aucun signe manifeste de la supposée létalité du virus. La centralité du port du masque réside dans le fait, qu’en nous rappelant constamment la pandémie, la contrainte nous place dans le regard du pouvoir nous confisquant notre intime en même temps que nos liens sociaux. Nous ne sommes plus que des coreligionnaires, catéchumènes avant que d’avoir reçu le baptême du sacro-saint Vaccin en échange de la promesse d’une place dans le nouveau monde. »

     

     Les maques seront obligatoires aussi longtemps qu’ils seront en situation de pouvoir piquer la population.


    • troletbuse troletbuse 29 avril 13:59

      @Francis, agnotologue
      L’ANSM n’autorise que les demandes de traitement faite par les labos accompagnées d’une enveloppe.... qui n’est pas pour la réponse vu qu’ils n’ont pas mis de timbre.  smiley


    • BA 29 avril 11:00

      A propos du double mutant indien qui vient d’arriver à Roissy :


      Laure Palun, directrice de l’Anafé, dénombrait 133 personnes retenues, mardi 27 avril, dont 85 ressortissants indiens, dans une structure qui peut accueillir jusqu’à 157 personnes.


      Impossible d’ouvrir les fenêtres dans cet espace exigu dans lequel les masques sont mal ou pas portés, et où il n’y a aucune désinfection des locaux communs, ni même des cabines téléphoniques utilisées par un grand nombre de personnes.


      Le savon et le gel hydroalcoolique n’y sont pas en libre accès et des personnes qui ne se connaissent pas partagent des chambres.


      « Il y a clairement une mise en danger des personnes retenues dans des conditions déplorables, comme des personnes qui y travaillent », assure la directrice de l’association.


      https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/04/28/covid-19-craignant-que-la-zone-d-attente-de-l-aeroport-de-roissy-ne-se-transforme-en-cluster-les-associations-se-retirent_6078417_3224.html



      • sirocco sirocco 29 avril 17:22

        @BA

        Les associations financées par Soros ne sont plus là pour accueillir comme il se doit nos braves migrants venus de Tunisie, du Maroc ou d’ailleurs ?...

        Ben mince alors ! Qui c’est qui va les loger à l’hôtel et leur remettre leur carte bancaire permettant 40 € de retrait par jour ?...


      • eresse eresse 1er mai 00:51

        @BA
        Rien de plus normal que cela.
        On confine aux frontières, point.


      • njama njama 29 avril 13:46

        Le récit (imaginaire) du Covid ?

        L’équipe allemande de Samuel Eckert et le Fonds Isolate Truth ont promis une récompense de 1,5 million d’€uros (265.000 dollars) pour tout scientifique capable de fournir des preuves incontestables que le virus SRAS-CoV-2 a été isolé et donc existe. Ils ont également souligné qu’aucun laboratoire dans le monde n’a encore réussi à isoler ce virus corona.
        (site en allemand et anglais)

        All virologists, not just those pictured, have deceived themselves and the public when they claim the existence of disease-causing viruses such as SARS-CoV-2.Virologists inadvertently kill cells in test tubes, believing that this is proof of the presence and isolation of a virus. Only from fragments of dying cells do virologists mentally construct a gene sequence and pass it off as fact. Therefore, the test procedures do not offer any significance or meaning. Typical structures of dying cells in the electron microscope are passed off as viruses. Such structures could never be detected or recognized in a human being so far !
        Our goal
        These misguided developments have distanced medicine far from the reality and understanding of true health. We would like to contribute to a comprehensive understanding of disease and health for all people.
        We guarantee :
        1,5 million € for a virologist who presents scientific proof of the existence of a corona virus, including documented control attempts of all steps taken in the proof.
        You’re on !

        https://www.samueleckert.net/isolat-truth-fund/


        • njama njama 29 avril 13:48

          (trad. Deepl) Tous les virologues, et pas seulement ceux qui sont représentés sur la photo, se sont trompés eux-mêmes et ont trompé le public lorsqu’ils ont affirmé l’existence de virus responsables de maladies telles que le SRAS-CoV-2. Ce n’est qu’à partir de fragments de cellules mourantes que les virologues construisent mentalement une séquence génétique et la font passer pour un fait.

          Les procédures de test n’offrent donc aucune signification ni aucun sens. Au microscope électronique, les structures typiques des cellules mourantes sont présentées comme des virus. De telles structures n’ont jamais pu être détectées ou reconnues chez un être humain jusqu’à présent !
          Notre objectif
          Ces développements malencontreux ont éloigné la médecine de la réalité et de la compréhension de la véritable santé. Nous souhaitons contribuer à une compréhension globale de la maladie et de la santé pour tous.
          Nous offrons
          1,5 million € pour un virologue qui présente une preuve scientifique de l’existence d’un virus corona, y compris des tentatives de contrôle documentées de toutes les étapes de la preuve.
          C’est parti !


        • njama njama 29 avril 13:54

          Merci de passer le message @Bernard Dugué, il m’a viré depuis un bon moment déjà...

          1,5 millions d’€ ça pourrait l’intéresser


          • Adezeere 1er mai 09:46

            J’ai été soulagée de lire l’article suivant, qui confirme l’inutilité du masque dans la rue et son effet purement symbolique : https://www.lejdd.fr/Societe/covid-19-bientot-la-fin-du-masque-en-exterieur-4040836

            En fait, à l’instar du foulard islamique dans les pays arabes conservateurs, le masque en extérieur n’est chez nous qu’une convention sociale... passible d’une amende.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Adezeere


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité