• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le terrible choix de Noël

Le terrible choix de Noël

JPEG

L’alternative de la nativité …

Un tison et un balcon rêvaient de fêter Noël ensemble. Ils étaient amis, n’avaient plus d’enfants en âge de célébrer la nativité avec eux. Ils auraient aimé se retrouver tous deux, profiter de la soirée pour deviser tranquillement, profiter de l'aubaine pour déguster des mets délicats et des vins gouleyants. Mais voilà, quelque chose entravait leur désir, une stupide alternative dont ils étaient les enjeux involontaires.

Le temps ne fait rien à l’affaire pensent ceux qui ignorent tout des impératifs météorologiques. Le tison brûlait sans doute de se libérer de sa tâche, de ne pas avoir à toujours sortir les marrons du feu. Être ainsi le dindon de la farce n’avait rien de drôle, il se brûlait les ailes à respecter à la lettre les obligations de sa fonction tandis que le balcon se la coulait douce, le nez dans les étoiles, jouissant de l’air pur et d’une liberté sans entrave.

Le balcon ne voyait pas la chose sous le même angle. Il claquait si souvent des dents, contraint qu’il était de rester dehors, de surveiller le ciel et la venue hypothétique du Père Noël à moins que ce ne fut le retour des cloches. Il devait s’adapter, suivant les saisons à l’une de ces deux missions, tandis que le tison restait au chaud.

Les deux eussent aimer enfin se retrouver, célébrer la venue du divin enfant sans avoir à se tourner le dos, à s’éloigner l’un de l’autre pour des raisons qui échappaient à la raison. Mais rien n’est plus terrible que la rumeur. Leur union était marquée du sceau de l'infamie. Si l’un était présent, l’autre devait tirer sa révérence et attendre son tour, trois mois plus tard.

Tison et Balcon ne pouvaient échapper à leur terrible destinée. Pas moyen de réveillonner ensemble, l’un avait droit aux cadeaux tandis que l’autre, invariablement était chocolat. « Crotte » se dit l’un des deux, nous n’allons pas ainsi, toute notre existence, manquer cette belle occasion de faire bombance. Pourtant, depuis toujours il en était ainsi, même si parfois, il leur était possible de tirer les rois ensemble.

Depuis quelques temps, le tison s’inquiétait. Le balcon avait le vent en poupe, la primauté lui revenait sans cesse, y compris parfois lors des deux rendez-vous. Les humains, toujours capables du pire, appelaient cela le réchauffement climatique. Lui était contraint de plus en plus de jouer les seconds rôles, intervenant uniquement lors de ce qu’on appelait désormais une vague de froid, susceptible de survenir n’importe quand, du reste !

Le balcon le prenait de plus en plus de haut. Pauvre tison, réduit à remuer la cendre en catimini d’autant qu’une loi scélérate interdisait le feu de cheminée au grand jour. Si la bûche de Noël conservait la vedette, elle devait sortir de chez un pâtissier. Le feu avait vécu, il lui fallait désormais s’exprimer, emprisonné derrière des vitres.

Le balcon était la vedette incontestable. Juliette pouvait rêver de son Roméo, il ne risquait plus de prendre froid. Le tison avait connu son heure de gloire quand le Père Noël, en une époque lointaine durant laquelle les saisons étaient respectées, passait par la cheminée pour venir apporter offrandes et cadeaux. Depuis ce temps béni, tout avait changé, les normes européennes sur les conduits de cheminée avaient poussé le vieux bonhomme à préférer l’échelle de corde pour faire sa tournée.

Se remémorant tout ça, le tison devint rouge de colère. Le balcon lui avait joué un sale tour. Décidément, voilà bien un individu qui ne mérite pas son amitié. Le tison remua ses rancunes, pour lui, Noël serait une fois encore un mauvais moment à passer. Il ferma la porte, laissant le balcon sur le pas de la porte fenêtre. Sa vengeance, il l’aurait bien un jour, quand sa cheminée avalerait les papiers cadeaux et le sapin devenu inutile.

Le balcon se moqua de cette bouderie. Il avait le bonheur de pouvoir admirer les illuminations de la ville et même celles de quelques illuminés de Noël faisant de leur demeure des décors de conte de fée. Cette année encore, il ne prendrait pas froid, la neige ne serait pas au rendez-vous. Le tison allait bientôt devenir un objet obsolète. Paix à ses cendres !

Nativement leur.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • juluch juluch 26 décembre 2018 12:08

    Pauvre tison !! smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 26 décembre 2018 15:51

      @juluch

      C’est exactement mon jugement

      Joyeuses Pâques l’ami


    • Sergio Sergio 26 décembre 2018 12:44

      Pour faire plus court « .... Noël au balcon, Pâques aux tisons .... »


      • C'est Nabum C’est Nabum 26 décembre 2018 15:51

        @Sergio

        Faites


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 27 décembre 2018 10:53

        Le père noël est une ord...e.e en plus il ne nettoie même pas après être passé. Sans parler de son mauvais goût.


        • biquet biquet 28 décembre 2018 11:43

          Les modérateurs ont une nouvelle fois refusé mon article, je me fais un plaisir de le publier dans tous les articles.

          Agoravox est-elle devenue la Pravda soviétique ?

          Tous les articles que je propose sont systématiquement refusés, cela depuis 1 an environ. Agoravox est le seul média citoyen en France. La Presse citoyenne ne fait jamais la Une de l’actualité, la Presse mainstream étant en France détenue par des grands groupes financiers, elle voit d’un mauvais œil ces gueux qui s’expriment.

          Texte

          Agoravox est-elle plus libre pour autant ? Assurément non. En ce moment, presque tous les articles tournent autour de ces pauvres gilets jaunes qui sont obligés de prendre leur voiture pour aller au boulot, car celui-ci est à plus de 20 km et il n’y a aucun transport en commun. Mais il y a aussi une autre statistique, jamais mentionnée dans les articles d’Agoravox, c’est que 58 % des français choisissent de prendre leur voiture pour faire des trajets de moins d’un kilomètre. Le titre de mon dernier article était : taxe carbonne, l’urgence absolue. Je suis persuadé que les gilets jaunes font parti des 42 % qui ne prennent pas leur voiture pour un trajet inférieur à 1 km, et qu’une taxe carbonne pourrait pénaliser ceux qui font un usage immodéré de leur bagnole. Une partie de l’argent récolté pourrait servir alors à aider ceux qui sont obligés de faire 20 bornes pour aller au boulot avec leur voiture. Sont-ils si nombreux ? Représentent-ils 58 % de la population laborieuse ? Les agriculteurs qui, pour beaucoup gagnent moins de 300 euros par mois, ne font pas 20 km pour aller au travail.

          Si cet article n’est pas publié, c’est promis, je ne soumettrai jamais plus d’article sur AV. S’il est publié, un débat (et non un monologue) pourra s’engager.


          • Et hop ! Et hop ! 28 décembre 2018 22:16

            @biquet : « Le titre de mon dernier article était : taxe carbonne, l’urgence absolue. »

            Vous devriez le proposer au journal du parti Les Républicains En Marche, ils adoreront.

            Le CO2, c’est-à-dire le gaz carbonique est produit par tous les phénomènes biologiques, tous les êtres vivants (végétaux, animaux, océans, forêts, fermentations,..), par les phénomènes d’oxyde-réduction, par les volcans, par les sources minérales, par les geysers,...

            Le CO2 produit par les activités humaines est infinitésimal, et celui produit par la France n’est même pas 1% de celui des pays comme la Chine.

            Et en plus, le réchauffement climatique mondial n’a rien à voir avec la production de CO2.

            Vous comprenez que le titre de votre article ne donne pas envie de le lire ?

            Par contre il y a plein de problèmes écologiques à résoudre : la pollution de l’eau, des nappes phréatiques, des rivières, la baisse de fertilité des sols par l’agriculture intensive, les migrations, la pollution des céans par les super tankers, par les rejets de plastiques, le gaspillage énergétique dû à la concentration urbaine, aux guerres, au commerce mondial, l’effondrement démographique des pays développés, etc..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès