• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Les fêtes johanniques

Les fêtes johanniques

Tous ceux qui l'ont trahie défilent en tête de cortège…

8 mai 2013

Les fêtes johanniques ne sont plus ce qu'elles étaient. Nicolas premier avait été le premier Président de la République à tourner le dos à cette célébration d'un autre temps, imitant en l'occasion Charles VII lui même qui avait refusé de venir dans sa ville délivrée. Le mari de la chanteuse s'était pourtant fait remarquer par un discours flamboyant pour célébrer le 600° anniversaire de la supposée naissance de notre bergère nationale (6 janvier 2012). Cette fois, c'est le président normal qui ne veut pas se brûler les ailes en célébrant une pucelle après une bataille épique pour imposer le mariage pour tous …

La ville va donc se retrouver seule pour commémorer pour la 583° fois sa délivrance par la jeune mosellane qui avait bouté les maudits Anglois de là. C'est une fidélité qui honorerait notre cité qui n'a eu de cesse, dès le 8 mai 1430 de célébrer son héroïne. Mais tout n'est pas parfait en notre cité johannique, loin de là et il y aurait beaucoup à dire sur une mémoire des plus sélectives.

Il est peut-être utile de revenir sur les évènements proprement dits qui ont mis la jeune fille sur la route du bûcher. Nous sommes le 28 avril 1429, la ville est encerclée depuis le 12 octobre par des Anglais barricadés dans des bastilles. Le Roi, Charles VII, financièrement exsangue, n'a nulle intention de se lancer dans une opération militaire. Il est fort encombrée d'une illuminée qui se prétend envoyée par Dieu pour faire des misères aux assiégeants. Il lui confie une opération de ravitaillement en lui faisant croire qu'elle est à la tête d'une armée. Le mensonge fut de tout temps l'arme des politiques pour leurrer les braves gens ...

C'est donc une armée de 400 têtes de bétail qui arrive à la suite de la cavalière ; bœufs, moutons, vaches et cochons, la bergère était à son affaire ! Après une traversée de la Loire miraculeuse ; le vent changeant subitement de sens afin de permettre aux chalands orléanais de rejoindre la dame et sa merveilleuse compagnie. Le chef militaire de la place : Dunois, n'a que faire de la donzelle et la laisse mariner toute une journée dans un château voisin de Reuilly. Il n'est pas question qu'elle fasse une entrée triomphale dans la ville.

C'est ainsi le lendemain, le 29 au soir, qu'elle pénètre sur le futur théâtre de ses exploits et malgré l'heure tardive, le petit peuple l'accueille en héroïne. On ne peut jamais manipuler la populace. On lui envoyait une modeste arme psychologique, la foule avait l'intention d'en faire celle qui prendrait en main son destin. Dunois rongeait son frein et fit tout pour calmer les ardeurs de la livreuse de bétail céleste.

Le 30 avril, la demoiselle doit forcer la porte de Dunois pour être reçue. Elle est renvoyée dans les cordes par le représentant du roi : on ne peut rien faire sans une armée digne de ce nom et l'escorte qu'on lui avait confiée était repartie à Blois par la rive sud. Jeanne était bien seule pour gagner une guerre qui a toujours été une affaire d'hommes. La bergère se fâche et lui demande d'aller chercher des soldats auprès du roi ! Ulcérée, la bergère va toiser les anglais en deux forteresses. Les premiers insultent ses compagnons d'armes en les qualifiant de maquereaux, les seconds font terrible prophétie en la traitant de sorcière et en lui promettant le bûcher !

Le dimanche 1er mai, Dunois finit par céder à l'hystérique jeune fille. Il part à Blois chercher quelques hommes d'armes pour la calmer. Les échevins de la ville ne sont pas très contents, des soldats supplémentaires, ce seront encore d'autres bouches à nourrir. Elle ennuie vraiment les décideurs cette cavalière énervée ! Pendant trois jours, les notables cherchent à l'amadouer en lui offrant 7 pintes de vin et une alose (un poisson migrateur succulent qui remonte le fleuve à cette époque de l'année). Le temps passe sans enthousiasme !

Le 4 mai, Dunois revient enfin avec une petite escorte. Le quartier général ne donne pas signe de vie à notre future héroïne. L'armée n'a pas très envie de se mettre sous la bannière d'une fille de ferme (sens réelle de pucelle à l'époque). Jehanne doit encore forcer la porte de celui qui ne la considère guère. Il l'a renvoie faire la sieste ! C'est pendant celle-ci qu'elle entend grand fracas à l'Est de la ville. Quelques capitaines on prit l'initiative d'attaquer la seule bastille de ce côté là de la ville. Quand la demoiselle arrive, la bataille est déjà gagnée. Jehanne assiste sans broncher au massacre des prisonniers, ses voies n'ont rien trouvé à redire sur ce crime de guerre ordinaire, très fréquent à l'époque !

Le 5 mai, elle retourne toiser les forteresses du nord. Elle essuie encore de grossières insultes anglaises. Un malotrus lui dit « Tais-toi putain ! », elle en pleure de dépit. Sa mission sacrée prend des allures de sortie grivoise. Pendant ce temps, Dunois organise un conseil de guerre auquel celle qui est censée délivrer la ville aux noms conjoints du roi, des cieux et de France n'est pas conviée. L'arme psychologique est bien encombrante pour ces nobles chevaliers.

Excédée, l'intrépide fille de Domrémy demande à son page de sonner le peuple. Il accourt et c'est une armée de gueux qui se lance à l'assaut des Augustins, une des deux forteresses qui tiennent la rive Sud de la ville. Les capitaines sont obligés de suivre le mouvement. Pourtant la bataille, malgré l'appui de Dieu et de la populace tourne à l'échec. C'est une troupe vaincue qui s'apprête à franchir le fleuve pour rentrer à la maison quand les anglais commettent une erreur absurde. Par vanité ou orgueil (deux qualités qui leur vont si bien), les anglais sortent de la forteresse pour aller à la poursuite des français. Le sort de la bataille en est bouleversée.

Lahire fait demi tour et se lance à l'assaut des Anglais en rase campagne. C'est un succès, un miracle qui regonfle les énergies belliqueuses du peuple. Le lendemain, le 7 mai, c'est à l'assaut de la grande forteresse des Tourelles que Jehanne et ses suiveurs exaltés se lancent. La Pucelle reçoit une flèche, les Anglais la prennent pour morte. Quelques minutes plus tard, après s'être recueillie dans une vigne, elle revient à l'assaut de plus belle.

Les Anglais prennent peur. C'est diablerie que tout ça et une guerre qui ne se déroule pas entre gentilshommes n'est pas pour leur plaire. Ils veulent sortir de ce guêpier en rejoignant les quatre bastilles qui sont situées au Nord Ouest de la cité. Ils doivent pour cela traverser le pont en bois. Les mariniers ont vu la manœuvre, ont placé sous le pont un chaland lourdement chargé de produits facilement inflammables.

Les soldats des Tourelles prennent quelques mois d'avance sur la pauvre petite bergère. Ils brûlent dans les flammes de l'enfer ou se noient dans la Loire. Jehanne, rentre triomphalement dans la cité qui la fête comme il se doit. L'armée fait la lippe, les échevins aussi et des gens d'église voient belles diableries dans toute cette histoire.

Le lendemain pourtant, tout le monde se met en arme pour aller à l'assaut des dernières bastilles. L'armée est au complet, derrière Dunois et cette bergère qu'il faut bien tolérer. Ils n'auront pas à livrer bataille, les anglais tournent les talons et s'en vont loin de la ville. Jehanne suivi du petit peuple avait soulevé des montagnes et renverse une situation bien bloquée par la seule force de son exaltation (de sa foi aussi).

Pourtant, elle sera abandonnée bien vite par tous ceux qui vont se réclamer de cet exploit. L'état, le roi, l'armée et l'église se feront un malin plaisir de lâcher l'exaltée. C'est pourtant leurs successeurs qui défileront en tête des fêtes Johanniques. Discours de l'évêque d'une église qui attendra 1920 pour la canoniser, défilé d'une armée dont la devancière n'avait que faire de la donzelle. L'absence du chef d'état atteste une fois encore le bien peu de cas que l'on fait de cette histoire si symbolique.

Pire que tout, la cathédrale d'Orléans est décorée des oriflammes des compagnons de Jehanne. Au cœur de ce lieu de culte et de morale, le sieur de Rais figure encore en très bonne place malgré les horreurs, les crimes et les abjections immondes dont il fut responsable. Qu'on expose ainsi le nom d'un criminel pédéraste abominable pour célébrer un symbole parfaitement instrumentalisé par l'église et l'état me semble totalement déplacé. J'imagine que la pauvre bergère doit voir cette mascarade comme une nouvelle claque à sa mémoire. Toutes lés élites qui l'ont lâchement envoyée se faire brûler ailleurs, se réconcilient sur sa mémoire et le bon peuple d'Orléans de regarder défiler les dignes successeurs de tous ses félons !

Miseaupointement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Phi ka Sō Nathael Dunevy 8 mai 2013 13:50

    « Allumez la mèche,

    je suis la bougie,

    méfiez-vous des brèches,

    qu’élargit ma poésie. »


    « La Bastille n’est plus à prendre,

    La guillotine est au musée, pfff personne à pendre,

    Mais nos vies ne sont pas à vendre.

    De tous vos palais, les clefs sont à rendre. »


    « Tant de combats, de grands discours,

    Tant de grands hommes, de beaux parcours,

    Tant de leçons abattues, par l’histoire,

    Autant des leçons retenues, en mémoire. »


    • C'est Nabum C’est Nabum 8 mai 2013 14:22

      Nathael Dunevy


      De qui est-ce ?

      De vous ? Je me brûle à vos mots !
      D’un autre ? Je vous devine de mêche ...

    • Phi ka Sō Nathael Dunevy 8 mai 2013 14:30

      C’est Nabum

      « Drap de roses autrefois,

      épineuse est ma prose.

      J’ai la nausée parfois,

      j’ai donc osé, taill(ad)é la rose. »


      « Car le salaire du riche,

      Fait le sale air du pauvre,

      Et rend l’air sale,

      Et laisse la terre seule. »



      ...de l’auteur, votre humble serviteur.


    • C'est Nabum C’est Nabum 8 mai 2013 14:41

      Nathael Dunevy


      Je vous félicite.

      La prose est ma manière et devant vos vers je ne peux que m’incliner.

      Chapeau bas ! 

    • Phi ka Sō Nathael Dunevy 8 mai 2013 14:59

      « Que l’on ne se méprenne pas ici-bas,

      Car c’est au-dessus de mes vers,

      Que le chapeau est votre mon Roi,

      Vous êtes Nabum, de ces mots le père. »


    • C'est Nabum C’est Nabum 8 mai 2013 15:06

      Nathael Dunevy 


      Je ne suis qu’un passeur de mots.

      Pas de révérence, pas de flatterie, les mots sont ma bateau qui m’emporte au pays des mensonges.

    • Phi ka Sō Nathael Dunevy 8 mai 2013 15:46

      C’est Nabum

      « Inclinons-nous alors, ensemble sous les mots,

      D’un clin d’oeil subtil, complice et sans un mot,

      Saoulés par tous ces mots, ces mots qu’on plisse,

      Qu’on tisse, qu’on tise comme une comptine, oh hisse,


      Cher matelot naviguons tous, sur le même bateau,

      Ramons, avant que celui-ci ne soit radeau,

      Levons les voiles, sur tous ces laids mensonges,

      Afin que jamais au grand jamais, ne meurent nos songes. »



    • C'est Nabum C’est Nabum 8 mai 2013 15:59

      Nathael Dunevy


      Je suis contraint de baisser pavillon.

      Le Bonimenteur n’est à la hauteur du rimeur.

    • Phi ka Sō Nathael Dunevy 8 mai 2013 16:20

      C’est Nabum

      « Que la rime est belle, quand la mer est calme,

       

      Quand l’abime se calme, ce calmant de rimes,

       

      Qui me couche, qui m’endort, qui m’enflamme,

       

      Comme Jeanne sur son bûcher, son arc à la cime. »



    • almodis 8 mai 2013 18:00

      c’est bon les gars ! 

      c’est pas parce qu’on parle de Moyen Age qu’il faut vous conter fleurette ( origine du mot flirt ) et vous prendre pour des troubadours ! ( c’était passé de mode à l’époque de Jeanne ) ; ceci dit bravo à Nabum ainsi qu’au poète Natahel , je me suis régalée ... 
      Juste deux petites précisions : pucelle veut simplement dire « jeune fille » pas fille de ferme ! 
      Quant à Gilles de Rais , il serait aujourd’hui l’objet des pires thèses conspirationnnistes au sujet de son procès .. .ce ne serait pas la première fois qu’un procès politique est bidouillé, non ?

      • C'est Nabum C’est Nabum 8 mai 2013 18:36

        almodis


        Petite puce !

        Quant à la conversation de deux damoiseaux, elle ne vaut sans doute pas celle de Gilles de Rais et de ses juges ! 

      • Phi ka Sō Nathael Dunevy 8 mai 2013 19:35

        almodis

        « Une fleurette est aussi une petite fleur,

         Ainsi qu’une crème, la crème fleurette,

         Dit la fleur de lait ou crème à thé, une douceur,

         Ou bien encore, un camping car, pas une voiturette. »


      • Gérard Luçon Gérard Luçon 8 mai 2013 19:15

        il te reste une suite a raconter ... la statue de Jeanne d’Arc epargnee lors des bombardements anglo-americains et ensuite cachee par des orleanais pour ne pas etre dynamitee par les allemands en fuite lors de l’arrivee des troupes de Patton ...


        • C'est Nabum C’est Nabum 8 mai 2013 19:42

          Gérard Luçon


          Ceci est une autre histoire 


        • soi même 9 mai 2013 02:34

          Un jour on comprendra réelement qui est Jeanne quand des intérêts qui non rien à voir avec elle cesseront de la prendre comme symbole politique.

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Mythes_de_Jeanne_d%27Arc


          • C'est Nabum C’est Nabum 9 mai 2013 07:36

            soi même


            Me mettez-vous dans le lot ?

          • BOBW BOBW 9 mai 2013 09:39

            @ Nabum « Me mettez-vous dans le lot  ? »


            Heureusement que vous ne bébé gayez pas !

            • C'est Nabum C’est Nabum 9 mai 2013 12:44

              BOBW


              Suis-je donc si puéril ?

            • jef88 jef88 9 mai 2013 11:14

              Jeanne d’Arc ?
              Une histoire qui n’a rien à voir avec le moyen age !

              Bien sur ! elle a été très vite réhabilitée.....
              puis silence !
              j’ai lu il y a déjà longtemps « l’histoire de la Lorraine » de Dom Calmet, abbé bénédictin....
              Il cite un historien allemand se l’époque .
              après sa « mort(?) » Jeanne aurait vécu dans la vallée du Rhin puis serait passée à Luxembourg...
              Miracle ! Son frère l’a reconnue !
              La comtesse de Luxembourg lui offre une tenue de cavalier et un cheval (c’est pourtant bien le comte qui l’avait vendue aux anglais)
              puis elle épouse le sire des Armoises et fait souche
              Silence encore !
              1905 c’est la loi de séparation de l’église et de l’état....
              Miracle  ! très peu de temps après elle devient bien heureuse ....
              après la guerre de 14, elle devient sainte !

              N’y aurait il pas un peu de politique la-dessous ?????


              • jef88 jef88 9 mai 2013 11:16

                Le livre de Dom Calmet date des environs de 1730


              • C'est Nabum C’est Nabum 9 mai 2013 12:45

                 jef88


                Dans cette histoire tout est polique et ce n’est pas très joli à voir !

              • almodis 9 mai 2013 14:15

                holà ! Jeff88 ,

                pourquoi ne pas revenir aux sources et lire les « Minutes du procès de Jeanne » ? c’est savoureux , tout simplement ! ou encore , plus facile à trouver : « vie et mort de Jeanne d’ Arc » de Régine Pernoud , même si cette chartiste est aujourd’hui contestée par certains historiens ; 
                en tout cas , de grâce , évitons le présentisme , dans le cas de Jeanne , comme dans bien d’autres ... nous avons tant à apprendre de notre passé , pour mieux construire notre avenir , pas vrai ?
                « et Jeanne la bonne lorraine , 
                qu’Anglais brûlèrent à Rouen ,
                 où sont ilz , vierge souveraine , 
                mais où sont les neiges d’antan » ...

              • Phi ka Sō Nathael Dunevy 9 mai 2013 14:25

                « Les neiges ont fondu,

                 coule l’eau comme avant,

                 pour un nuage aperçu,

                 Jeanne, repose mon enfant. »


              • C'est Nabum C’est Nabum 9 mai 2013 15:08

                almodis


                Faisons confiance à François qui serait né, dit-on le jour de la mort de Jehanne ! 

              • C'est Nabum C’est Nabum 9 mai 2013 15:10

                 Nathael Dunevy 


                Mourir près de la Seine quand tous ses exploits furent au près de notre Loire, l’anglais est perfide et fort irrespectueux !

              • soi même 9 mai 2013 20:14

                @ jef88, tiens sa c’est pour les fausses Jeanne ;

                http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Imposteurs_d%C3%A9masqu%C3%A9s_et_les_Usurpateurs_punis/Les_fausses_Jeannes_d%E2%80%99Arc

                Et pour ce qui est sa canonisation et bien en définitif c’est pas ce qui est important surtout quand on sait que toute les idéologies du Vingts siècles l’on prit comme faire valoir.

                Il suffit de voir les affiche pour voir comment elle a été dénaturé.

                Quand à ton Abbé Dom Calmet, abbé bénédictin, et bien le 18 siècles n’est pas une référence des mœurs religieuses, il y a pas mal de Prélat défroquer. 

                Quand à Jeanne, il y a un fait que volontairement on ne met pas en évidence, un fait rarissime et qu’elle a droit à un contre procès ordonné par Charles XVII qui n’a pas briller pour la faire des démarches pour la sauver.

                Puisque tu sembles calé en histoire cacadeuse, qu’elle mission à remplie Jeanne ?


              • Prudence Gayant Prudence Gayant 9 mai 2013 16:04

                Hier, j’entendais des voix, j’étais atteinte par la grâce divine.

                Aujourd’hui j’entends des voix, ma famille m’envoie en psychiatrie.

                 

                Faut-il croire que Dieu et ses anges parlaient plus volontiers en ces temps lointains ?

                Mais que les Français d’aujourd’hui fêtent une possible schizophrène du Moyen-Age en s’ appropriant ses faits d’armes voilà qui donne à réfléchir.

                Hier une voix céleste parle, la même aujourd’hui vous envoie directement dans le pavillon des illuminés. 

                Faut-il également y voir, la puissance de la royauté, parce qu’en république, les voix divines cela ne marchent plus.

                Plus de voix divines, plus de princesses ou de princes faisant rêver le commun des républicains !

                Je suis totalement pour croire aux voix divines, mais en bonne républicaine, je demande des preuves avérées, établies dans un laboratoire agréé.

                C’est vrai que la république ne fait vraiment pas planer !

                Je doute que F. Hollande puisse guérir les écrouelles comme nos bons rois d’antan. 

                C’était autre chose tout de même, toutes ces voix divines, ces sacres divins, ces rois touchés par la grâce. Nous, ce sont les banalités du quotidien qui nous touchent le plus.

                Jésus revient, on s’ennuie tellement dans ce monde banal.


                • C'est Nabum C’est Nabum 9 mai 2013 16:39

                  Prudence Gayant


                  Laissez Jésus, il a fait don de son corps à l’absence.

                  Écoutez plutôt mes plaintes, mes menteries et mes farces, je suis la voix de la mauvaises conscience !


                • C'est Nabum C’est Nabum 9 mai 2013 16:51

                  Nathael Dunevy


                  Mais attention point de secte ni d’église. Une mauvaise conscience qui se perd en chemin !

                • Prudence Gayant Prudence Gayant 9 mai 2013 17:18

                  C’est Nabum,

                  Quoi ?! N’êtes-vous donc pas curieux d’entendre ce qu’il va dire après une si longue absence

                  non justifiée ?

                  Osez dire qu’il est mort pour racheter vos péchés et les miens ? cela mérite une explication, non ?

                  Et lui aussi entendait des voix il me semble.


                • soi même 9 mai 2013 20:25

                  Jésus en quoi est t’ il responsable de votre mépris ?
                  Elle est actuellement bien confortable votre dénis, un jour vous comprendrez à quoi je fais allusion !


                • C'est Nabum C’est Nabum 10 mai 2013 01:15

                  Prudence Gayant 


                  Mécréant indécrotable, vous perdez votre temps avec moi !

                • Phi ka Sō Nathael Dunevy 9 mai 2013 17:14

                  C’est Nabum

                  « Loin de moi toutes croyances,

                  Grâce à Dieu, je suis athée,

                  A tes souhaits mon existence,

                  Existe-t-il meilleure vérité ? »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires