• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Macron invité à la Matinale de France Inter (retour en arrière (...)

Macron invité à la Matinale de France Inter (retour en arrière 2017)

Ceci est une parodie

[... qui – plus sérieusement - remonte à l’épique campagne présidentielle de 2017, mais qui ne fut pas publiée alors. Hormis quelques corrections mineures – ouille ! - et entretemps quelques évictions notables du paysage – ouf ! - , tels les deux “ès-pingouins” antinomiques, gentil Pujadas et méchant Valls, on ne sera sans doute guère étonné de son contenu à l’aune des événements de cette tragique farce en cours...]

La Matinale 2017

“Vous êtes bien sur France Inter, la radio à poil et à graisser la papatte. Nous recevons aujourd'hui, le très probable, même sûrement prochain Président de la Republique, qui aura le bon plaisir d'être questionné par notre charmante interrogatrice Léa Salamé...”

“Merci Patrick, aujourd’hui je serai sage et je range donc mon fouet Moulatex... pas dans l'énorme pantoufle oubliée sous la table par Bernard Guetta, je rassure tout le monde... (rires) Zut, j’ai oublié ma doudoune au vestiaire ! Votre perfecto a-t-il encore une poche de libre, Patrick ? Voilà, ça vous fait une belle bosse d’esprit malade... Ne tirez pas sur la zipette, laissez élégamment pendre l’instrument, comme ceci, c’est très chic pour un journaliste du sévice public ; Augustin, notre animateur à rames et à aubes, apprécierait drôlement votre large ouverture... d’esprit... Revenons à nos moutons matinaux... Je vous dis bonjour, Emmanuel Macron, serez-vous le Président de toutes les Françaises ?”

“Oui Léa, je serai le Président de toutes les Françaises, surtout des ménagères de moins de 50 neurones, des bourgeoises un peu bohème ou trop blêmes, un peu comme vous Léa, des cougars à la ménopause endurcie, comme celle qui partage ma vie et m'envoie à l'instant un gentil poutou...”

“C'est vrai ? Poutou vous soutient ? Je croyais qu'il prônait l'abstention au second tour !”

“Léa, je n'ai pas peur de l'abstinence. Je me suis abstenu d'avoir un programme pendant de longs mois, le temps que le paysage des candidats s'éclaircisse et que François – pas le pape, l’autre à deux-roues - me parraine officiellement dans une réunion très privée, de l'aile droite du Château...”

“...vous parlez sans doute de l'Élysée ?”

“Non pas. Je parle du Château de Versailles, dans la Galerie des glaces où j'aime me promener et me mirer avec Brigitte, tel Louis le Bien-Aimé, l’arrière petit-fils du Grand, qui a conduit la France à la...”

“Je vous imagine en culotte, avec une perruque poudrée, la délicate main de Mme de Pomp ...”

“Léa, je vous interromps dans vos songes d'une nuit de printemps ; la bagatelle n’est ni mon premier rhô ni mon dernier bêta dans la vie, bien qu’ayant été instruit dès mon plus jeune âge des us et coûtumes en la manière de. Je veux en revenir à l'essentiel, à ce qui enchante nos compatriotes...”

“D'accord, parlons de votre programme. J'ai ici un post-it jaune fourni par votre attachée de presse, qui n'est pas votre épouse, je le précise...”

“Vous avez raison de le souligner, Léa, n’étant pas un bon Fillon, je ne rémunère pas mon épouse, puisque je dépends de sa retraite d'enseignante. Je vis très chichement, savez-vous, depuis mon départ de la Banque Rotschild. Je suis pétri d'abnégation pour mon pays. Je joue d'ailleurs régulièrement à l'EuroMillions avec mon ami Bernard - pas Guetta, les grattes-papiers n’apportent aucune plus-value quand il faut se ressourcer rapidement - , ou mes amis Laurence et Patrick – pas vous, bien sûr, même si je respecte votre travail si indignement payé que vous en soyez réduit à faire des listes de non-invités, tard le soir - car en définitive cette campagne m'a coûté cher et je n'exclue pas de gagner. Bercy n'a plus de secret pour moi : il suffit de changer les règles du jeu, voilà tout.”

“On a bien compris, Emmanuel Macron, vous êtes le vrai candidat anti-système, celui qui va rassembler les brebis égarées de droite et de gauche pour les mener vers l'ab... l'abbaye de Thélème, “behind the rainbow”, comme disent nos amis américains ; un endroit reposant, consensuel, lisse où courent gaiement de jolis petits lapins câlins et où les heureux élus s'empressent de dénicher des oeufs en chocolat cachés dans l'herbe bien grasse...”

“Mon programme n'a plus de secret pour vous, ma chère Lea.”

“Je vais me faire l'avocate du diable, mais... n'y a-t-il pas un risque que les loups entrent dans la bergerie Macron ; je veux dire dans cette France apaisée, multicolore et besogneuse ?”

“Vous parlez sans doute de la haute finance, chère Léa, à propos de laquelle me parlait encore mon parrain l'autre jour, en persiflant entre ses dents ?”

“Non, je n'oserais pas vous rappeler votre biographie pesante comme un code du travail, ni avec qui vous couchez vos idées. Je voulais évoquer le danger Bleu Marine. Le retour de Vichyl'ouverture systématique du courrier et la disparition de la démocratie parlementaire, bref... les heures les plus sombres de notre histoire...”

Les loups sont déjà entrés dans Paris, ou plus exactement ils attendent leur heure du côté de Nanterre, mais grâce à Manuel - le Judas de Solférino, nous allons former une milice bourgeoise au Pont de Neuilly pour défendre les beaux quartiers face aux hordes fascistes. Déjà, fillonistes déclassés et Juppéistes du dimanche se sont précipités pour se faire enrôler dans cette nouvelle garde nationale...”

“Vous êtes donc, comme Marianne le met en couverture : le rempart contre l'extrême-droite !”

“Oui, je suis le seul rempart. Mais en même temps, je n'oublie pas de regarder de l'autre côté, vers les arrondissements orientaux et les faubourgs de l'Est, où se massent d'autres troupes hostiles à mon projet messianique, à l'Europe bénie ; autant dire les Barbares, qui - dit-on - sont menés par un agite-maçon en rupture de loge, lequel porte chemise de ramoneur et foulard communard. Heureusement, notre garde suisse antifa veille et - je vous donne la primeur de cette info - s'est déjà positionnée sur une ligne entre Pigalle-Faubourg Xavier Niel, la Mairie de Paris-Pont d'Hidalgo et l'Institut du Monde Françafrique-Parvis Foccart !”

“Emmanuel, pardonnez-moi cette familiarité, mais allez-vous mouiller votre chemise dans cette campagne ? Par exemple en caressant des poignes d'ouvriers, tout en glissant des propositions qui resteront dans les annales, ou en secouant la routine des caissières par d'excitantes promesses ?”

“Léa Salamé, je veux vous le dire : je serai celui par qui les réformes passeront – car la Commission s'impatiente en huis clos et le rouleau de papier gopé déroule ses dernières feuilles. Je promets au peuple de France mon programme, tout mon programme, rien que mon programme...”

“D'accord, Emmanuel, je vous appelle par votre petit nom, car vous avez déjà conquise celle que Manuel a délaissé lors d'une précédente matinale. On a bien compris que les réformes Über-Hartz flexibiles passeront coûte que coûte, par ordonnance ou désordonnance...”

“Oui Léa, permettez-moi de vous fixer de mon regard pénétrant et hypnotisant et de vous présenter une étude de Kaa que l'on m'a récemment soumise : imaginez une jeune...”

“Une jeune racisée ?”

“Mieux encore, imaginez une jeune issue des quartiers auxquels on refuse désormais tout épithète, ou encore mieux : un, point e, jeune indéterminé, point e, souffrant, point e, de sa couleur, de son orientation sexuelle, ou mieux encore de sa recherche d'orientation sexuelle, ou pourquoi pas, osons le mot tabou : de son auto-indécision genrée ; bref, grâce à une réforme radicale de notre société sclérosée, il ou elle, ou heu... enfin, notre paradigme vivant, pourra s'épanouir, exhiber fièrement sa carte d'identité avec un gros I, et éventuellement, si le désir de paternité, de maternité, ou de heu... indeterminité se fait sentir, aller procéder à une GPA à l'étranger et se la faire insérer ensuite fesstivement sur son livret en tant que parent 1, 2, 3... soleil !”

“Ne croyez-vous pas, Emmanuel, que cette accéleration sociétale n'ait quelques effets indésirés ? ”

“Ne faites pas votre Pujadas, Léa, en posant des questions alambiquées dont les réponses n'intéressent que quelques Vychisto-villieristes anti-avortements ; pensez à votre carrière qui est promesseuse, depuis vos débuts à “On est à plat couchés”...”

France - Arabie Saoudite

“Vous avez raison, présid... heu présentement. La priorité est d'écarter la menace extrémiste et complotiste. On découvrira donc l'étendue de votre programme sociétal, une fois que vous aurez une majorité à l'Assemblée. En attendant, quelle sera votre position face aux agressions répétées du camp russe ?”

“Je ne cèderai jamais devant les provocations. Nous avons toute notre place au sein du dispositif défensif européen, heureusement chapeauté par nos fidèles amis d'Outre-Atlantique...”

“Vous êtes pour la création d'une véritable armée européenne ?”

“Bien évidemment Léa, si vous lisiez un peu plus mon programme – ça doit être griffonné au dos du post-it - vous vous apercevriez que la révolution liberto-libérale que je propose s'accompagne d'un démantelement de structures obsolètes, tant au niveau des acteurs industriels que de notre siège au Conseil de sécurité, qui est un anachronisme à l'heure de l'Europe fédérale !”

“Ça y est le mot est lancé ! Êtes-vous un fédéraliste, Emmanuel ? Désirez-vous vraiment la formation des États-Unis d'Europe, au moment même où les courants eurosceptiques deviennent majoritaires dans presque tous les pays du continent ?”

“Je n'aime pas la formulation abrupte de votre question, mais je ne me déroberai pas, contrairement à d'autres. Je n'hésiterai pas à faire mon coming-out le moment opportun. Je ne désire pas mieux que d'y arriver le plus vite possible. Mais il faut pour cela convaincre nos compatriotes que l'abandon total de souveraineté, enfin... je veux dire le fédéralisme ; entendons-nous bien, car il faut utiliser des adoucissants pour lavage de... hum... et ne pas braquer les gens en les effrayant inutilement... donc, il faut que les Françaises et les Français acceptent de partager retraites et chômeurs avec des Lituaniens ou des Bulgares, hum hum.. ma langue fourche étonnamment, assis sur ce mobilier intensément astiqué par Matthieu Gallet, votre ancien patron... Ce que je voulais vous dire n’est pas exactement ma pensée... vous aurez rectifité par vous-mêmes mon lapsus... mais plutôt, de dire la vérité aux Françaises et Français : qu’ils doivent accepter sans détours et surtout sans retour, de partager un avenir commun radieux et de communier dans un vivre-ensemble harmonieux...”

Ça ne fait pas un peu soviétique, tout ça ? Ça n'est pas un peu facile de faire table rase de tous les problèmes ?”

“Léa, je vous en conjure, si vous ne voulez pas vous retrouver punaisée sur le mur des conspirationnistes du service public, il va vous falloir suivre un stage de redressement anti-fake au plus vite ! Non, je le répète à vos auditeurs et à mes admiratrices, je serai le Président qui vous aime, qui vous chérit. Un président qui vous veut du bien. Loin de moi la pensée de devenir un apprenti-dictateur. Je ne vais pas attenter à la démocratie, car c'est moi qui l'ai rétablie en connectant directement le peuple à son guide de coeur. Le peuple m'écoute, me suit car je-lui-dis-la-vé-ri-té. Un vote massif en ma faveur me permettra de soulager la France : soulager les entreprises du trop plein salarial, soulager les électeurs d'un choix cornélien ; bref soulager le pays de querelles stupides. Allons à l'essentiel, unissons-nous, bâtissons une société meilleure, protégons les plus faibles, avalons notre pilule gratuite tous les soirs... En serez-vous Léa ? Il n'y aura pas d'autre opportunité...”

Vous m'avez convaincu Emmanuel, je me rends. Je vous offre mon stylo WonderWoman car la cartouche est vide. Ne vous inquiétez pas, j'en ai d'autres de rechange à la maison. Chaque année, papa...”

“Votre père, pardon de vous coupez Léa, qui est le célèbre entourloupeur libanais Al Zaimer de la Bekaas, rappelons-le aux auditeurs...”

“Oui, Patrick, mon papa adoré m'offre toujours la même plume, en me répétant qu'avec un stylo à encre, on n'oublie jamais le capuchon.”

“Admirable conseil.”

Emmanuel, je vous l'avoue franco, je suis désormais prête à lécher jusqu'à la dernière enveloppe qui diffusera votre admirable pensée aux millions d'électeurs...”

“Léa, je vous vois venir, votre soutien me gorge de bonheur. Je suis ébranlé jusqu'au plus profond de mon paraître ; regardez : j'en mets ma main sur le coeur. Je chanterais bien “Gode safe” de Christic and The Couine, mais je n'ai pas de prompteur... Permettez-moi de vous offrir à mon tour mon numéro de portable personnel, afin que nous jouissions de ma future élection en dérect.”

“Merci Emmanuel. Je salue votre doigté légendaire et je ne manquerais pas de vous honorer séant-tenant, si...”

“Ho... ho, la soirée électorale s'annonce pleine de rebondissements, Léa ...”

“ Vous ne croyez pas si bien dire, Patrick, mais j’ai plus d’un pouf bien rembourré en plumes confisquées à l’ouest du Jourdain dans ma célèbre collection levantine ; ceci faisant de moi, la plus grande pouffienne du Tout-Paris !”

“'Nous sommes tous venus un jour pouffer chez vous, chère Léa, après de longues journées, le QI ramolli entre deux chaînes hertziennes. Notre matinale se termine, Merci Emmanuel Macron de votre aimable visite...”

“Merci à vous de me faire confiance. Croyez en vous ! Soyez-vous mêmes ! N’ayez pas peur et suivez-moi, car je suis un enflûteur à soixante-six millions de schtroumpfs, ce qui ne s’est encore jamais vu, même chez Pierre Culliford ou les Grimm’s Brothers, et qui – et je m’en félicite, Patrick Cohen - en a séduit plus d’un chez les courtisans qui jouent du pipeau lors de la Nuit blanche parisienne, chez les oligarches qui jouent des cent-balles au Siècle ou à la FIAC, ou encore chez les tailleurs de plogue XXL qui jouent du triangle à deux tons, Rue Marcadet !”

“... Votre popularité est surnaturelle, Emmanuel Macron, et ça s’en ressent jusque dans nos chairs. Ce homard bleu à la cardinale gratiné restera à jamais gravé dans mon estomac ; étant plutôt habitué au self-service est-allemand de Radio France... Merci de nous régaler en culture comme en nature et à bientôt chez vous... chez nous ! Il est temps d’accueillir l’humoriste le plus drôle de la Maison ronde... heu... mais je ne vois personne derrière la vitre... heu... C’est qui maintenant ? Morin a déjà rendu son petit-déjeuner, Charline n’enfonce la porte entrouverte que bien plus tard... Psst, où est la liste rose Léa ?”

“Zut, désolé Patrick, elle a dû glisser dans la corbeille tout à l’heure quand j’ai fait péter le décolleté... oups !”

“Et on vient de la vider à l’instant... Plus d’hystér... plus d’historique humoristique ! Après tout, ce n’est pas si grave, nous aussi savons être de drôles de drôles ... Je rappelle, c’est la dernière ligne droite avant le second tour des Présidentielles et il ne s’agit pas de voter de travers ! J’invite tous nos auditeurs et auditrices à communier avec nous en se plugant simultanément dimanche soir sur France Inter ! Votez bien ! Votez Printemps !

Articles précédents :

Peut-on rire de tout ? Le Téléphone sonne, France Inter (18/11/2016)

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/peut-on-rire-de-tout-le-telephone-186650

La matinale de l'été (les attentats, ce que l'on sait), France Inter (15/09/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/la-matinale-de-l-ete-france-inter-184608

La Norvège, 22 ans après le non à l’Europe, Le téléphone sonne, France Inter (13/07/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/la-norvege-22-ans-apres-le-non-a-l-182766

Géopolitique II, Poutine et le Caucase, France Inter (11/04/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/geopolitique-ii-france-inter-179805

Boomerang - France Inter (22/03/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/boomerang-france-inter-179088

La Russie, le grand jeu dangereux, 7/9 de la semaine, France Inter (27/02/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/la-russie-le-grand-jeu-dangereux-7-178176

7/9 du dimanche, France Inter (8/02/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/7-9-du-dimanche-france-inter-177412

Sarkozy invité de la Matinale, France Inter (19/12/2015)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/sarkozy-invite-de-la-matinale-175603

Valls invité de la Matinale, France Inter (24/11/2015)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/valls-invite-de-la-matinale-france-174526

Géopolitique I, France Inter (27/10/2015)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/geopolitique-france-inter-173390

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 25 octobre 2018 10:47
    Bien vu ... !
     smiley

    Les accusations gauloises d’un Mac-Rond simplet sont plus facile à propager.

    Les agissements du client Saoudien sont plus difficile à assumer...

    Pauvre Mac-Rond !
    Pas facile la vie ..




    • troletbuse troletbuse 25 octobre 2018 11:16
      Micronimbus ne peut s’empécher de toucher les hommes. On le voit sur la photo. Ses pulsions sont trop fortes. Vous m’excuserez mais je n’ai pas trouvé d’articles sur l’Immonde ou l’Aberration, etc . Un camouflet pour Macaron, ca se cache. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès