• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Marché déjà conclu

Marché déjà conclu

 

Un accord global

En mal de notoriété, de succès et sans doute de beaucoup plus de publicité pour mes modestes agitations, je me suis mis en quête, à la manière du grand Claude Nougaro, d'une plume d'ange. J'étais persuadé que ce talisman suffirait à faire décoller les ventes, à inspirer mon écriture en lui donnant une dimension céleste, à tutoyer les porteurs de pareil ramage.

J'avoue que distinguer la plume d'ange de celles des autres volatiles n'est pas chose aisée. Je suis bien trop ignorant en la matière pour avoir un jugement pertinent. Plus d'une fois, je me cassai le bec sur une trouvaille qui se révélait trop terre à terre pour remplir cette divine mission. Une plume d'oie du reste m'induit si bien en erreur que je renonçai un temps à ma quête.

Puis le temps passa, j'en oubliais mes rêves de grandeur quand par inadvertance je tombai sur une patte cornue. Dans un premier temps, je fus fou de joie. Quoique de fort belle taille, je pensais bien naïvement que c'était l'extrémité d'un lièvre qui avait trop couru le guilledou de terrier en terrier. Plus chaud lapin qu'un garenne, ce n'est pas possible…

Le rongeur avait la réputation de porter chance par le truchement de l'une de ses extrémités. Je voyais là ce que je recherchais depuis si longtemps, un talisman qui allait faire tourner ma destinée, la placer cette fois, enfin, sur de bons rails. Je m'empressai de ramasser ce précieux porte bonheur quand j'entendis une plainte sourde non loin de là.

Toujours soucieux de venir au secours de mes semblables, je me mis à la recherche de celui qui râlait ainsi. Quelle ne fut pas ma stupeur de découvrir, dans un fossé, un bon petit diable qui s'était extirpé d'un piège redoutable en se coupant la jambe. C'était donc ça, que j'avais découvert, confondant un gros lapin et un bouc immonde.

Il était trop tard pour reculer, il convient de porter assistance à son prochain, fut-il un envoyé du malin. Je lui fis un garrot réglementaire pour interrompre l'hémorragie et, emporté par mon bon cœur, me mis à converser avec lui. Il m'avoua bien volontiers sa situation, vanta les mérites du maître qu'il servait. Je l'écoutai, l'oreille attentive, laissant s'insinuer en moi l'idée saugrenue que faute de merles, on doit se contenter de grives.

Puisque ma recherche de plumes d'ange avait été un fiasco, la patte cornue d'un diable pourrait tout aussi bien faire l'affaire. Mes ambitions n'avaient pas changé, je confiai à mon nouvel ami ma volonté de signer un pacte avec son patron pour parvenir à mes fins. C'est alors que le diablotin partit d'un énorme éclat de rire. J'avoue à ce moment-là, ma perplexité…

Le mauvais diable me confia alors que mon âme n'était plus sur le marché, que son patron avait obtenu un lot global depuis quelques années. C'est ainsi qu'il m'informa que l'accord conclu entre Satan et un représentant du peuple valait pour toute la population de l'hexagone et qu'en la circonstance je ne disposais, à l'instar de tous mes compatriotes, d'aucune monnaie d'échange avec les enfers.

Je tombais des nues, quoique l'expression fut fort mal adaptée dans le cas présent. Je voulus en savoir davantage et surtout connaître l'identité de celui qui avait ainsi négocié pour l'ensemble de la population française, sans véritablement nous en informer ni même nous permettre d'en tirer avantage. Mon diablotin, boitillant sur sa jambe valide, se refusa catégoriquement à dévoiler ce mystère.

J'usais alors de persuasion, lui signifiant que je le l'avais tiré d'un mauvais pas sans chercher avantage de la situation pour obtenir de lui quelques privilèges indus. Mentir n'avait plus d'importance puisque mon ticket pour le paradis n'était plus valide, comme le vôtre du reste chers lecteurs. C'est ainsi que mon interlocuteur voulut bien me confier le secret.

Depuis le 14 mai 2017, un contrat a été établi devant huissier entre un personnage important qui a pour sobriquet Freluquet et Satan en personne, mettant le pays tout entier sous la juridiction officielle du diable. Le subalterne n'en savait pas davantage, en enfer comme sur terre, les seconds couteaux ne sont jamais informés véritablement. La seule certitude d'après lui, c’est que nous étions près de 69 millions d'individus à rejoindre les troupes de Satan, ce n'était plus qu'une question de temps, le pacte ayant pris effet dès cette date fatidique. Il n'était plus qu'à attendre le bon vouloir de notre nouveau maître.

Sataniquement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Mais enfin Nabum, moi qui vous prenait pour un suppôt de Satan...C’est vrai que les suppositoire se font rare..


    • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 13:35

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Vous savez, on me donne souvent le Diable sans excommunication


    • Le DOL LARD, c’est pas trop douloureux, vous l’avez bien au fond...SA TEND LA BITE.


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 13:35

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Un peu de tenue s’il vous plaît


      • @C’est Nabum Venant de vous,...


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 13:55

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Le diable est dans tous ses états par votre faute


      • Maintenant vous aurez le bite coin coin. L’argent et le sexe, c’est connu, cela marche de paire, surtout au niveau des bourses...


        • C'est Nabum C’est Nabum 25 mai 13:55

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Mes bourses sont vides et les coupe-jarrets les laissent tranquilles


        • juluch juluch 25 mai 22:16

          mes frères, méfiez vous du démon !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité