• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Naguère civiles

Naguère civiles

Ce n’est qu’une misérable insurrection mon Prince !

JPEG Quelle désolation de voir ce bon peuple, naguère si civil, s’emporter ainsi et se livrer à des exactions inqualifiables, des excès en tous genres, des brutalités indignes. Oui, vraiment, mon bon Prince, votre honneur, nous avions bien raison de ne pas les considérer, de les ignorer et même de les dénigrer avec cette hauteur de vue qui distingue notre caste de cette lie miasmatique.

Vous avez bien fait de prendre de la distance, de ne cesser de voyager ici où là afin d’éviter d’être contaminé par la seule présence à proximité de votre Palais, de cette horde haineuse. Nous allons continuer à faire barrage, à user du bras séculier pour taper toujours plus fort sur ces manants, sans prendre la précaution de trier parmi ces enragés. La lie est comparable dans l'opprobre.

Mais sachez mon bon Seigneur que nous usons aussi d’une stratégie éculée certes mais toujours aussi efficace. Nous laissons faire les plus exaltés, nous les poussons même à libérer leurs instincts destructeurs. Ceux-là sont nos plus fidèles soutiens, ils profitent de la colère pour se livrer au pillage, à la destruction, au carnage. Que de belles images nous avons ainsi pour l’édification des masses. Bien vite, l’opinion publique, exaspérée par ce que les caméras leur montrent avec délectation, horrifiée par le coût exorbitant que la communauté devra payer, se tournera vers nous et réclamera le recours à l’armée et à l’état d’urgence.

Nous qui naguère étions un pouvoir fort civil, nous allons nous draper dans l’uniforme de la Patrie en danger. Adieu les libertés publiques, la loi martiale et les tribunaux d’exception matraqueront à tour de bras les casseurs comme les autres. Leurs gilets jaunes, tenue parfaitement ridicule au demeurant, vous aviez bien raison de le signaler mon bon Prince, seront maculés du sang impur d’un peuple qui refuse de se laisser tondre. Nous leur ferons rendre gorge, comme tous les pouvoirs forts l’ont toujours fait partout dans le monde.

Je ne doute pas mon grand Monarque qu’en vous rendant en Argentine nous avez humé le doux parfum de la dictature d’antan. Voilà des gens qui ne sont pas laissés ennuyer par les soubresauts d’un peuple qui aspirait à un peu plus de justice sociale. La belle exigence que voilà alors que la Terre court à sa perte. Continuons de leur faire croire que c’est de leur seule faute et nous aurons encore les mains libres pour piller les ressources de la Planète, pour nous enrichir honteusement, pour prétendre défendre l’écologie alors que nous cherchons seulement de nouveaux gisements fiscaux.

J’aurais bien une suggestion mon grand et admirable Prince, usons d’un peu de pédagogie pour convaincre les récalcitrants de nos véritables motivations écologiques. Plutôt que de tirer à balles réelles sur ces meutes alcoolisées et hirsutes, usons de décharges électriques létales afin de leur administrer la preuve du bien fait de cette solution. Qu’importe s’il nous faudra plus de centrales nucléaires pour calmer la foule …

Nous pourrions même, l’idée me vient soudainement, comme un éclair de génie, créer des centres de rétention pour Gilets Jaunes dans les vieilles centrales que nous serons bien obligés de mettre en sommeil. Un séjour prolongé au cœur du réacteur contraint au repos, permettra à la fois de trouver une réponse à sa reconversion, tout en irradiant cette foule dubitative de la pertinence de votre option.

Voilà noble et brillantissime Freluquet premier ce que j’avais à vous écrire, vous qui n’avez pas le temps de vous pencher sur les menus soucis des vos sujets égarés. Ne soyons plus civils, usons de la manière forte pour juguler l’insurrection. Soyons impitoyables et profitons de l’aubaine pour accroître encore la pression fiscale sur ces misérables vermines, cloportes tout autant que parasites détestables.

Profitez-bien votre Grandeur de vos voyages. Nous aurons bientôt la situation bien en main, dans une main de fer, ça va de soi ! Bien à vous votre Philippe Édouard du Havre de Paix ...

Civilement vôtre.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 décembre 17:03

    Excellent résumé. Dorian Gray. J’espère que Macron aura acheté sa dose de Maté pour se préparer à mater et ses lames Gillette pour raser gratis. Mai 68 qui se regarde dans le miroir ou « Derrière la vitre » (Robert Merle). Les narcisses de se voir dans les vitrines de leurs illusions brisées et grisée. Sous les pavés la plage : “la meilleure façon de résister à la tentation, c’est d’y céder,..., sous le pavé, la page sera bientôt tournée tournée. Et Macron-Narcisse de retour de son escapade frivole, de voir le tableau de sa belle victoire lentement se dégrader et devenir hideuse (Marianne et ses belles places délabrées), de se barricader derrière le mur de la honte. Je laisse à Oscar Wilde de sa tombe, le soin de finir le portrait. S’il reste, c’est parce qu’actuellement il n’y a personne pour remplacer le néant, le roi est mort mais ses gardes d’honneur funéraires veillent,...  Anne, ma soeur Anne ne vois-tu rien venir. Si une ombre,....attrape la. Elle est intouchable. C’est le hollandais volant et sur sa proue est écrit en lettres d’or : Bildergbergt ( image de la Montagne). 

    « Les marins de toutes les nations croient à l’existence d’un bâtiment hollandais dont l’équipage est condamné par la justice divine, pour crime de pirateries et de cruautés abominables, à errer sur les mers jusqu’à la fin des siècles. On considère sa rencontre comme un funeste présage1. »

    — P. Mellier,


    • C'est Nabum C’est Nabum 4 décembre 19:52

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Merci



      • Sergio Sergio 3 décembre 17:30

        « ... sans prendre la précaution de trier parmi ces enragés ... »

        L’abbé Castaner à un de ses capitaines : « tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens ... »

        Ouai mais qui paiera les taxes ?


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 décembre 17:40

          @Sergio

          annagrames de gilets jaunes (11 lettres) : jugeassent, liguassent, lugeassent, léguassent, élinguasse. Bref : réponse de la bergère au berger de Pierre Bergé. Un jet d’oeufs pourris 


        • C'est Nabum C’est Nabum 4 décembre 19:52

          @Sergio

          La taxe à la Vie Abolie ?


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 décembre 17:50

          L’oeuf pourri symbolise que le poussin des oeufs de Hollande n’était pas mûr. C’est très difficile pour des jeunes d’avoir idéalisé un espoir. Celui d’être un coq sans passer par le stade du coquelet. Zut, on y avait cru et c’est cuit. 


          • Sergio Sergio 3 décembre 19:35

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Un peu comme un certain Mollet, SFIO/PSU, qui fût en son temps en cte compromission avec la droite, sauf que lui s’est auto-cuit, pléonasme, lui même !

            Au passage, forts vos anagrammes !


          • juluch juluch 3 décembre 17:56

            C’est la merde !

            A l’Arc de Triomphe ou repose le soldat inconnu, des enc** de casseurs ont saccagé le monument !

            ca m’a foutu en rogne ! quelques temps plus tôt les GJ avaient fait cercle autour de la flamme et avaient chanté la Marseillaise....se n’était pas les memes gens !


            • Xenozoid Xenozoid 3 décembre 18:02

              @juluch

              se n’était pas les memes gens !

              c’est évident,tu mets les bons points ? tout est relatif

              le soldat est il mort pour la france ou a t’il été tué par la france


            • C'est Nabum C’est Nabum 4 décembre 19:53

              @juluch

              à qui profite la profanation ?


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 décembre 17:57

              En 68, les bourgeois de « tuer » le père. Et les fils de ceux-ci de croire que c’était possible puisque Macron a réussi cet exploit d’être le « Père » de la Nation sans être adulte. Mais cette fois, la démonstration est faite que cela ne MARCHE pas toujours comme cela. Ce qui explique cette « rage ». 


              • Xenozoid Xenozoid 3 décembre 18:04

                toutes les guerres sont civiles 


                • baldis30 3 décembre 19:25

                  @Xenozoid

                  bonsoir ....
                   ou si viles ...


                • nono le simplet nono le simplet 4 décembre 02:52

                  @Xenozoid
                  toutes les guerres sont civiles

                  et toutes les révolutions sont inciviles


                • C'est Nabum C’est Nabum 4 décembre 19:53

                  @Xenozoid

                  Plutôt inciviles !


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 décembre 18:08

                  C’est surtout la désillusions de ceux qui ont cru au « Magicien d’OZ ». Pièce dans laquelle Macron jouait l’épouvantail. Peu de Décroissants parmi les gilets jaunes (le climat n’était pas l’enjeu). Il n’empêche on se réjouit de ce retour de bâton. Personnellement comme Macron ne m’a jamais fait illusion,... 


                  • nono le simplet nono le simplet 4 décembre 02:50

                    pour que le peuple aime son monarque il faut lui donner des symboles forts ...

                    parmi les premières mesures prises la suppression de l’ISF et la baisse de 5 € des APL sont celles qui ont marqué l’inconscient populaire d’une manière indélébile ...

                    la taxe sur les carburants est un autre symbole fort ...

                    les taxes, en général, sont les impôts les plus inégalitaires que l’on puisse imaginer ...

                    si, en plus, on monte une usine à gaz pour compenser les effets de ces taxes pour les plus pauvres on aggrave le sentiment d’être assisté quand on est pauvre et celui d’être humilié quand on n’a pas droit à ces aides ... sans parler des démarches multiples, des dossiers à remplir, des justificatifs à fournir aux organismes divers et variés pour prouver qu’on est bien un pauvre !

                    comment s’étonner après du mécontentement général ?


                    • C'est Nabum C’est Nabum 4 décembre 19:54

                      @nono le simplet

                      Un symbole qui a tué sa présidence


                    • nono le simplet nono le simplet 4 décembre 09:08

                      dernière minute :

                      E Philippe va annoncer ce matin un moratoire sur la taxe de janvier ...

                      je ne crois pas qu’il a tout compris sur la situation ...


                      • grangeoisi grangeoisi 4 décembre 10:42

                        @nono le simplet

                        Bonjour, smiley,

                        En fait c’est une révolution facebook, portable et m’as-tu vu !
                        Faute de savoir gérer les crises Macron laisse son gouvernement et va parader sur les scènes internationales.

                        Et ça fait de belles images, l’ai-je bien lancé mon pavé, t’as vu quand j’ai mis le feu à la bagnole ?

                        Du coup le touriste accourt et fait des selfies devant l’Arc de Triomphe....


                      • nono le simplet nono le simplet 4 décembre 10:50

                        @grangeoisi
                        salut,
                        je viens d’entendre ce matin une info inquiétante sur LCI de la bouche même de l’intéressé ...
                        un représentant GJ a vu depuis hier tous ses comptes, Facebook, e mails devenus inaccessibles ...reste à savoir qui les a bloqués ...


                      • grangeoisi grangeoisi 4 décembre 11:05

                        @nono le simplet
                        Si on bloque maintenant ce qui leur sert de cerveau... !
                        Zuckerberg va surement déposer plainte aussi pour cette déprédation !


                      • C'est Nabum C’est Nabum 4 décembre 19:54

                        @nono le simplet

                        Le pouvoir isole du peuple

                        Il convient de changer totalement de système


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 11:31

                        Le but comme le dit très bien Emmanuel Todd : c’est le chaos. C’est le monde à l’envers. Exemple : Macron ne peur être une soutien des Rothshild et des Rockfeller et d’Israël. Pour le le Peuple Elu (Schmuel Trigano), le Roi ne peut descendre que des juifs. simple précaution : Relisez l’excellent polar : la patience du diable de maxim chattam. Pour introduire le chaos dans le psychisme il suffit de créer des double-bind : Exemple : un feu vert sur lequel est posé un panneau : interdit de passer. C’est exactement ce qui se passe.Le but est bien de rendre les humains : FOUS. Le mieux : regarder tout cela avec beaucoup de distance. Ne pas avoir peur car c’est : LE BUT. 


                        • zygzornifle zygzornifle 4 décembre 16:08

                          se livrer à des exactions inqualifiables,

                          bin dis donc c’est comme Oradour sur Glane les gilets jaunes sont des SS ....


                          • C'est Nabum C’est Nabum 4 décembre 19:55

                            @zygzornifle

                            Je n’ai jamais pensé ça


                          • microf 4 décembre 21:33

                            Article très pertinent de Thierry Meyssan en relation avec les évènements qui se déroulent en France.

                            À lire et á partarger.

                            Comment l’Occident dévore ses enfants
                            par Thierry Meyssan

                            " Pour Thierry Meyssan, en se dressant contre leurs institutions, les Français sont le premier peuple occidental à prendre des risques personnels pour s’opposer à la globalisation financière. Bien qu’ils n’en aient pas conscience et imaginent encore que leurs problèmes sont exclusivement nationaux, leur ennemi est le même que celui qui a écrasé la région des Grands lacs africains et une partie du Moyen-Orient élargi. Seuls les peuples qui comprendront la logique qui les détruit et la rejetteront pourront survivre à la crise existentielle de l’Occident.

                            Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 4 décembre 2018

                            La cause de la récession occidentale

                            Les relations internationales ont profondément changé avec la paralysie de l’Union soviétique en 1986, lorsque l’État ne parvint pas à maitriser l’incident nucléaire civil de Tchernobyl [1], puis avec la rétractation du Pacte de Varsovie, en 1989, lorsque le Parti communiste est-allemand [2] détruisit le Mur de Berlin, et finalement avec la dissolution de l’URSS, en 1991.

                            À ce moment, le président des États-Unis, George Bush Sr., a décidé de démobiliser un million de soldats et de consacrer les efforts de son pays à sa prospérité. Il a souhaité transformer l’hégémonie US dans sa zone d’influence en un rôle de leader de l’ensemble du monde et de garant de sa stabilité. En cela, il a jeté les bases d’un « Nouvel Ordre Mondial » d’abord dans son discours aux côtés du Premier ministre britannique Margaret Thatcher à l’Aspen Institute (2 août 1990), puis lors de son discours au Congrès (11 septembre 1990) annonçant l’opération « Tempête du désert » [3].

                            Le monde d’après l’Union soviétique est celui de la libre circulation non seulement des marchandises, mais aussi des capitaux mondiaux, sous le seul contrôle des États-Unis. C’est-à-dire le passage du capitalisme à la financiarisation ; non pas l’aboutissement du libre-échange, mais une forme exacerbée de l’exploitation coloniale à la totalité du monde y compris à l’Occident. En un quart de siècle, les grandes fortunes US vont être plusieurs fois multipliées et la richesse globale du monde va considérablement augmenter.

                            En laissant libre court au capitalisme, le président Bush Sr. espérait étendre la prospérité au monde. Mais le capitalisme n’est pas un projet politique, c’est juste une logique pour faire du profit. Or, la logique des multinationales US était d’accroitre leur profit en délocalisant leur production en Chine où c’était désormais possible et où les travailleurs étaient les moins payés au monde.

                            Très rares sont ceux qui ont mesuré le coût de cette avancée pour l’Occident. Certes des classes moyennes vont apparaître dans le tiers-monde —quoi que bien moins riches que les classes moyennes occidentales— permettant à de nouveaux États, principalement asiatiques, de jouer un rôle sur la scène internationale. Mais simultanément, les classes moyennes occidentales vont commencer à disparaître [4], rendant impossible la survie des institutions démocratiques qu’elles avaient façonnées. Surtout, les populations de régions entières allaient être entièrement écrasées, à commencer par celles des Grands lacs. Cette première guerre régionale va faire 6 millions de morts en Angola, au Burundi, en Namibie, en Ouganda, en République démocratique du Congo, au Rwanda et au Zimbabwe dans l’incompréhension et l’indifférence générales. L’objectif était de continuer à s’emparer des ressources naturelles de ces pays, mais en les payant toujours moins cher, donc en traitant plutôt avec des gangs qu’avec des États qui doivent nourrir leur population.

                            La transformation sociologique du monde est très rapide et sans précédent. Nous ne disposons pas aujourd’hui des outils statistiques nécessaires pour l’évaluer correctement. Cependant chacun perçoit la montée en puissances de l’Eurasie (non pas au sens gaullien « de Brest à Vladivostok », mais à celui de la Russie et de l’Asie sans l’Europe occidentale et centrale) à la recherche de liberté et de prospérité, tandis que les puissances occidentales, États-Unis compris, s’éteignent progressivement en limitant les libertés individuelles et en rejetant la moitié de leur population dans des zones de pauvreté.

                            Aujourd’hui, le taux d’incarcération des Chinois est quatre fois inférieur à celui des États-uniens, tandis que leur pouvoir d’achat est légèrement supérieur à celui des États-uniens. Objectivement, avec tous ses défauts, la Chine est devenue un pays plus libre et plus prospère que les États-Unis.

                            Ce processus était prévisible dès le début. Sa mise en œuvre fut longuement discutée. Ainsi, le 1er septembre 1987, un quadragénaire états-unien publiait une page de publicité à contre-courant dans le New York Times, le Washington Post et le Boston Globe. Il mettait en garde ses compatriotes contre le rôle que le président Bush père allait allouer aux États-Unis d’être responsables à leurs seuls frais du « Nouvel ordre mondial » en construction. Il fit beaucoup rire. Cet auteur, c’était le promoteur immobilier Donald Trump.



                            • microf 4 décembre 21:34

                              @microf

                              Suite 2
                              Comment l’Occident dévore ses enfants

                              par Thierry Meyssan
                              L’application du modèle économique aux relations internationales

                              Un mois après les attentats du 11 septembre 2001, le secrétaire US à la Défense, Donald Rumsfeld, désigna son ami l’amiral Arthur Cebrowski comme directeur du nouveau Bureau de transformation de la Force (Office of Force Transformation). Il devait changer la culture de la totalité des militaires états-uniens afin de leur permettre de répondre à un changement complet de leur mission.

                              Il n’était plus question d’utiliser les armées US pour défendre des principes ou des intérêts, mais de les instrumenter pour réorganiser le monde en le divisant en deux : d’un côté les États intégrés dans l’économie globalisée, de l’autre les autres [5]. Le Pentagone n’allait plus livrer des guerres pour s’emparer de ressources naturelles, mais pour contrôler l’accès des régions globalisées à ces ressources. Une division directement inspirée du processus de globalisation financière qui avait déjà jeté à la marge la moitié de la population occidentale. Cette fois, c’est la moitié de la population mondiale qui allait être exclue [6].

                              La réorganisation du monde a débuté dans la zone politique définie comme le « Moyen-Orient élargi », c’est-à-dire allant de l’Afghanistan au Maroc à l’exception d’Israël, du Liban et de la Jordanie. Ce fut la prétendue épidémie de guerres civiles en Afghanistan, en Iraq, au Soudan, en Libye, en Syrie et au Yémen qui a déjà fait plusieurs millions de morts [7].

                              Comme un monstre dévorant ses enfants, le système financier global basé aux États-Unis a connu sa première crise en 2008, lors de l’éclatement de la bulle des subprimes. Contrairement à une idée répandue, il ne s’agissait absolument pas d’une crise globale, mais exclusivement occidentale. Pour la première fois, les États de l’Otan subissaient les premières conséquences de la politique qu’ils soutenaient. Pourtant les classes supérieures occidentales ne changèrent rien de leur comportement, assistant avec compassion au naufrage des classes moyennes. La seule modification notable fut l’adoption de la « règle Volcker » [8] interdisant aux banques de profiter des informations obtenues de leurs clients pour spéculer contre leurs intérêts. Or, si les conflits d’intérêts ont permis à des voyous de s’enrichir rapidement, ils ne sont pas le fond du problème qui est beaucoup plus vaste."


                            • microf 4 décembre 21:36

                              @microf
                              Suite 3

                              Comment l’Occident dévore ses enfants

                              par Thierry Meyssan
                              La révolte des Occidentaux

                              La révolte des classes moyennes et populaires occidentales contre la classe supérieure globalisée a commencé depuis deux ans.

                              Conscient de la récession de l’Occident par rapport à l’Asie, le peuple britannique fut le premier à tenter de sauver son niveau de vie en quittant l’Union européenne et en se tournant vers la Chine et le Commonwealth (référendum du 23 juin 2016) [9]. Malheureusement, les dirigeants du Royaume-Uni ne parvinrent pas à conclure l’accord envisagé avec la Chine et rencontrent de graves difficultés à réactiver les liens du Commonwealth.

                              Puis, voyant l’effondrement de leur industrie civile, une partie des États-uniens vota, le 8 novembre 2016, pour le seul candidat à la présidence qui s’était opposé au Nouvel ordre mondial, Donald Trump. Il s’agissait de revenir au « rêve américain ». Malheureusement pour eux, si Donald Trump commence à remettre en question les règles du commerce globalisé, il n’a pas d’équipe autour de lui, hormis sa famille. Il ne parvient qu’à modifier, pas à changer, la stratégie militaire de son pays dont la presque totalité des officiers généraux ont adopté la pensée de Rumfeld-Cebrowski et ne s’imaginent plus dans un autre rôle que dans celui de défenseurs de la globalisation financière.

                              Conscients de la fin de leur industrie nationale et certains d’être trahis par leur classe supérieure, les Italiens votèrent, le 4 mars 2018, pour les partis anti-Système : la Ligue et du Mouvement 5 étoiles. Ces partis constituèrent une alliance pour mettre en œuvre une politique sociale. Malheureusement pour eux, l’Union européenne s’y oppose [10].

                              Alors qu’en France, des dizaines de milliers de PME sous-traitantes de l’industrie ont fait faillite au cours des dix dernières années, les prélèvements obligatoires, déjà parmi les plus élevés au monde, ont augmenté de 30 % durant la même période. Plusieurs centaines de milliers de Français descendirent soudainement dans les rues d’abord pour s’opposer à une fiscalité abusive, mais aussi pour rendre à nouveau possible de fabriquer dans le pays. Malheureusement pour eux, la classe supérieure française a été contaminée par le discours que les États-uniens rejettent. Elle s’efforce donc d’adapter sa politique à la révolte populaire et non pas d’en changer les fondements.

                              Si l’on aborde chacun de ces quatre pays de manière distincte, on expliquera différemment ce qui s’y passe. Mais si on les analyse comme un phénomène unique à travers des cultures différentes, on trouvera les mêmes mécanismes : dans ces quatre pays, consécutivement à la fin du capitalisme, les classes moyennes disparaissent plus ou moins vite et avec elles le régime politique qu’elles ont incarné : la démocratie.

                              Soit les dirigeants occidentaux abandonnent le système financier qu’ils ont construit et reviennent au capitalisme productif de la Guerre froide, soit il leur faut inventer une organisation différente à laquelle personne n’a songé jusqu’ici, soit l’Occident qui a dirigé le monde depuis cinq siècles s’enfoncera dans des troubles internes à long terme.

                              Les Syriens furent le premier Peuple non-globalisé capable de survivre et de résister à la destruction de l’infra-monde de Rumsfeld-Cebrowski. Les Français sont le premier peuple globalisé à se révolter contre la destruction de l’Occident, même s’ils n’ont pas conscience qu’ils luttent contre l’unique ennemi de l’ensemble de l’humanité. Le président Emmanuel Macron n’est pas l’homme de la situation, non pas qu’il soit responsable d’un système qui l’a précédé, mais parce qu’il est le pur produit de ce système. Face aux émeutes dans son pays, il a répondu depuis le G20 de Buenos-Aires que cette réunion était à ses yeux un succès (ce qu’elle ne fut pas) et qu’il allait avancer plus efficacement que ses prédécesseurs dans la mauvaise direction.


                            • microf 4 décembre 21:39

                              @microf

                              Suite 4

                              Comment l’Occident dévore ses enfants

                              par Thierry Meyssan
                              Comment sauver ses privilèges

                              Il semble que la classe dirigeante britannique ait sa solution : si Londres en particulier et les Occidentaux en général ne sont plus capables de gouverner le monde, il convient de faire la part du feu et de diviser le monde en deux zones distinctes. C’est la politique mise en œuvre dans les derniers mois de la présidence Obama [11], puis par Theresa May, et désormais par Donald Trump, avec leur refus de coopérer et leurs accusations à l’emporte-pièce d’abord contre la Russie et maintenant contre la Chine.

                              Il semble également que la Russie et la Chine, malgré leur rivalité historique, soient conscientes qu’elles ne pourront jamais s’allier avec des Occidentaux qui n’ont pas cessé de vouloir les dépecer. D’où leur projet de « Partenariat de l’Eurasie élargie » : si le monde doit se fracturer en deux, chacun doit organiser le sien. Concrètement cela signifie pour Pékin l’abandon de la moitié du projet de la « route de la soie » et son redéploiement avec Moscou dans la seule Eurasie élargie.

                              Déterminer la ligne de partage

                              Pour l’Occident et pour l’Eurasie élargie, il convient de déterminer le plus tôt possible la ligne de fracture. Par exemple, de quel côté l’Ukraine basculera-t-elle ? La construction par la Russie du pont de Kertch visait à couper le pays, à absorber le Donbass et le bassin de la mer d’Azov, puis Odessa et la Transnistrie. Au contraire, l’incident de Kertch organisé par les Occidentaux vise à faire entrer toute l’Ukraine dans l’Otan avant que le pays ne se fracture.

                              Puisque le bateau de la globalisation financière coule, beaucoup commencent à sauver leurs intérêts personnels sans prendre garde aux autres. D’où par exemple la tension entre l’Union européenne et les États-Unis. À ce jeu, le mouvement sioniste a toujours une longueur d’avance, d’où la mutation accélérée de la stratégie israélienne qui abandonne la Syrie à la Russie et se tourne à la fois vers le Golfe et vers l’Afrique de l’Est.

                              Perspectives

                              Compte tenu de ce qui est en jeu, il est évident que l’insurrection en France n’est que le début d’un processus beaucoup plus vaste qui va s’étendre à d’autres pays occidentaux.

                              Il est absurde de croire qu’à l’heure de la globalisation financière, un gouvernement quel qu’il soit puisse résoudre les problèmes de son pays sans remettre en cause les relations internationales et retrouver simultanément ses capacités d’action. Or, précisément, la politique étrangère est tenue hors du champ démocratique depuis la dissolution de l’Union soviétique. Il convient pourtant, d’urgence, de se retirer de presque tous les traités et engagements de ces trente dernières années. Seuls les États qui retrouveront leur souveraineté pourront espérer se rétablir.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès