• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Quand la bise sera venue

Quand la bise sera venue

 

Déchantez maintenant

 

Les cigales s'en donnaient jusque-là à cœur joie. Elles chantaient ou plus précisément faisaient grand vacarme, ne vous en déplaise, se payant le luxe d'aller de part ce vaste monde, faire leur vocalise le temps d'un petit séjour, indifférentes aux menaces des criquets, aux dévastations des grillons, aux ravages de tous les cloportes, cafards et autres vermines de la création.

Les cigales jouissaient sans trêve ni repos, imposant sans honte leur mélodie d'un bonheur factice alors qu'autour d'elles, la misère, la famine, des conflits armés et des drames multiples, climatiques, religieux, politiques auraient dû logiquement leur couper un tant soit peu le sifflet. Il faut bien reconnaître que l'animal ne chante pas, n'en déplaise à monsieur de La Fontaine, mais joue de la cymbale en se frottant le ventre ; comportement habituel chez le repus de tout poil.

C'est le mâle qui en l'espèce, fait vibrer son abdomen tandis que son ventre sert de caisse de résonance. La métaphore avec nos pratiques d'occidentaux repus et richissimes s’arrête là car dans la nature, le ventre des cigales mâles est presque vide, ce qui lui permet de résonner si fort. C'est ainsi qu'ils font leur cour pour séduire les femelles, attirées non par ce qui brille mais parce qui fait grand tapage.

À l'inverse, ce sont des ventres pleins et proéminents qui traversaient jusque-là la planète en coup de vent pour se gaver davantage. Sans le moindre raisonnement, leur bruyante parade indispose tant, qu'il n'est pas surprenant que la haine se propage en retour. Ainsi, la séduction devient répulsion alors même qu'il n'est plus question de passion chez des individus qui pensent que tout s'achète, même l'amour.

La bise va souffler tout ça. Ce que la pandémie n'avait fait que mettre en suspens, l'espace d'une sidération momentanée, le vent glacial va s'en charger. Il va interrompre la course folle des cigales humaines, leur rappelant que tout ceci ne pouvait durer. Aller de par le monde pour se réfugier dans des hôtels de luxe avec tout le confort qui n'existe pas à leur périphérie, afin de faire comme à la maison, ça n'a aucun sens.

Une bonne tempête soufflera les bougies. Les temps obscurs se profilent pour punir cette frénésie honteuse, odieuse, indigne. Tous les avertissements, toutes les mises en garde n'ont pas touché les consciences des cigales. Elles se sont multipliées, se répandant de par le vaste monde qui en bateau, qui en auto, qui en avion tandis que les plus vaniteuses visent désormais la Lune pour s'offrir d'autres sensations.

Les cymbales vont cesser de résonner. Le tonnerre et le feu vont semer la désolation pour mettre à la raison les cigales occidentales. Cette bise-là ne réjouira pas les fourmis, elles seront elles aussi balayées par la vague déferlante de la haine, de la peur, de l'effroi. Il n'est pas besoin de déterminer les ressorts de ce fléau qui se prépare, il est le fruit de l'insupportable gabegie d'une société occidentale de la dépravation absolue des mœurs, des richesses, des valeurs.

La danse qui s'annonce sera une danse de Saint Guy, une folle et pathétique course à la survie. Les cigales se pensant à l'abri, ayant depuis longtemps assuré leurs arrières dans des îles paradisiaques, des résidences coupées du monde des gueux, des forteresses antiatomiques. Ils coucheront sur un matelas d'or jusqu'à que des fourmis rouges de colère ne viennent les entraîner, elles aussi dans la spirale infernale dont elles furent les initiatrices.

La danse macabre se profile à l'horizon sans oraison funèbre ni requiem, sans eulogie emphatique ni émissions spéciales. Ce sera le sauve qui peut, le chacun pour soi et cette fois, la fortune ne sera que de peu d'utilité une fois que toutes les règles, toutes les lois, toutes les protections tomberont elles aussi. Les cigales comme toutes les autres créatures brûleront dans le feu de l'enfer nucléaire, celui-là même avec lequel elles envisagent de poursuivre leur folle aventure consumériste !

À contre-temps


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 18 mars 10:53

    Le Poudré et Troudo et tous les politichiens l’ont remis à l’ordre du jour.

    https://www.dailymotion.com/video/x6ibnvc


    • DantonQ DantonQ 18 mars 16:57

      @troletbuse Troudo ou trou-du-cul ? Quand au poudré, l’heure des comptes va bientôt sonné pour lui aussi...


    • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 09:39

      @troletbuse

      je le crains


    • Clocel Clocel 18 mars 10:54

      « La danse macabre se profile à l’horizon »

      On ne s’imagine même pas à quel point, quand on voit le niveau de dépendance de certains pays surpeuplés, y compris la France qui a réussi le prodige de ne plus être autonome en produits alimentaires de base...

      Ordo ab chao... La voie des urnes...

      Mektoub...


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 09:40

        @Clocel

        Nous sommes gouvernés par des incapables cupides 


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 mars 11:27

        J’ai appris un mot : eulogie )= éloge, oraison (funèbre)


        • armand 18 mars 17:44

          @Francis, agnotologue
          eulogie n’est pas dans le robert


        • armand 18 mars 17:45

          @armand
          oenologie oui


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 19 mars 07:48

          @armand
           
          ’’ eulogie n’est pas dans le robert’’
           
          Je sais bien. Il n’est pas non plus dans mon Dictionnaire des mots rares et précieux.
           

          Eulogie (Nom commun)
          [ø.lɔ.ʒi] / Féminin
          • Formule, phrase de bénédiction ou de louange prononcée après un nom ou une prière.
          • (Religion) Objet ayant fait l’objet d’une bénédiction.

            Offrande de pain béni chez les catholiques.

          • Eau ou huile bénite ramenée en souvenir d’un lieu pèlerinage.

            Des petites fioles en terre cuite appelées ampoules à eulogie étaient destinées à recevoir de l’huile des lampes ou de l’eau bénite du sanctuaire.

          • Miettes du pain eucharistique, dans ce sens est toujours au pluriel.

            Après l’eucharistie, les eulogies sont ramassées pour être données aux fidèles.


        • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 09:40

          @Francis, agnotologue

          Avec plaisir 


        • On dirait du Poutine. Ces russes expat dans leur Yacht sont des traitres, des malfrats...


          • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 09:40

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Tous dans tous les camps 


          • Certains déchantent. Perso, j’en suis enchantée... Fallait bien que cesse un jour cette frénésie reichienne du jouïr à n’importe quel prix.... Réich avec sa boîte à ORGONE était paranoïaque. Ce n’est pas parce que Freud parlait de sexe qu’il fallait « froucheler » dans tous les coins. Il a même dit : la fonction première de la sexualité première est de procréer. Pour le reste, cette une énergie qu’il faut dévier comme la roue à eau d’un moulin vers l’écriture, la sublimation, le verbe, l’échange courtois.... La sexualité est un cheval qu’il faut dompter...


            • confiture 18 mars 11:58

              les cigales sont magnifiques, elles ont une vie extraordinaire ( 7 ans en larve sous terre)


              • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 09:40

                @confiture

                L’état larvaire risque d’avoir un grand avenir 


              • il y a tant de façons d’orgasmer : rire, écrire, ouvrager un plat délicieux, humer le parfum de la forêt, faire de la photo, peindre, chanter, danser... Pauvre pêcheurs... entremetteur du jouïr triste car sans passion...


                • 26 avril : TCHERNOBYL. Année sénaire... 


                  • Lisant Malevil de Robert MERLE en canoë sur la Dordogne (1979). Juste au moment où la bombe devait exploser, en passant devant le restaurant le Malevil. Et de me dire. Tiens, c’est pas pour aujourdhui.... Il restera le roman qui m’a le plus frappé. Comment une nouvelle civilisation tente de se reconstruire juste après la bombe atomique. C’est bête, mais Emmanuel (ben oui...) meurent d’una appendicité. Hier de demander à mon dentiste : mais comment on fait nos ancêtres ? Ils devait être édentés à 50 ans... le clou du spctacle ou de girofle , cela n’a qu’un temps.... je ne retrouve plus mon livre, mais si je me rappelle, l’explosion devait avoir lieu un été 1979 (l’or dans le tableau chimique). Au compteur, cela fait 42 ans. Le mobdylène (42), c’est le plomb. Comment ne pas appeler ces année de susconsommation : des années de plomb. Celle qui suivi l’âge d’OR... Aux éventuels survivants : 44. je me suis fait ôtée le reste d’un plombage.. Wait en see...


                    • pipiou2 18 mars 18:07

                      Mais non tout va bien : le masque et le pass vaccinal c’est terminé.

                      Et comme c’était l’enfer sur Terre, la dictature et j’en passe, maintenant qu’on en est libérés ça ne peut qu’aller mieux.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 09:41

                        @pipiou2

                        Vous m’en direz tant


                      • juluch juluch 18 mars 21:34

                        Une histoire bien apocalyptique.......


                        • C'est Nabum C’est Nabum 21 mars 09:41

                          @juluch

                          Hélas, réaliste aussi 


                        • Le Christ aurait dit la même chose face aux marchands du TEMPLE. Discours eschatologique...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Publicité